Météo du
Moment
Nous sommes en juin 2018.

Au premier du mois d'avril, avec une solennité qui dément tout poisson d'avril, la presse annonce les cinq candidats à l'élection ministérielle : Maureen Kinkaid, Dylan Abercrombie, Alieksandre Menroth, Icarius Bailey et Deucalion McKingsley.




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Quoi de neuf sur Chem' ?
Pour vous tenir informé.e.s des dernières nouvelles, pensez à consulter le What's new !!

Sondage :
Plutôt fraises ou melon?

Non, nous ne vous avons pas abandonnés, promis.
Nous vous lisons, nous ne sommes pas loin.
Et nous savons maintenant que certains préfèrent les fraises.

Partagez | 
 

 Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Sullivannousfairemarrer

Age du personnage : 29 ans
Messages : 50
Scolarité : Poudlard - Serpentard
Université : Albus Dumbledore
Occupation : Diplomate

MessageSujet: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Dim 21 Jan - 15:43

Po dyavolite ! Sullivan est dans la bouse la plus odorante et la plus collante qu'un dragon soit capable de pondre. Depuis des mois, un certain nombre de représentants magiques de divers pays prévoient un petit séjours au vert dans la région des lacs, histoire de bavarder politique internationale en sirotant de l'alcool et en fumant d'horribles cigares puants (Sullivan n'a jamais réussi à se faire à cette odeur). Ce rendez-vous, ils l'attendent tous avec impatience, même s'ils prétendent que ce sera d'un ennui magistral et tous les assistants sont sur les charbons ardents depuis des semaines pour organiser le séjours de ces messieurs. Tout était prêt, il y a deux jours. Le lieu était réservé, la sécurité assurée, le ravitaillement et les divers services et divertissements étaient assurés. Tout était au poil pour que tout ce beau monde puisse prendre possession des lieux dès le samedi. Jusqu'à ce que l'un des assistants vienne informer Sullivan qu'il y avait désormais comme qui dirait un niffleur dans Gringott. La superbe villa dans les collines venait de trouver un nouveau voisin. La forêt bordant la propriété est désormais investie par un troll des forêts. Un troll ! Comme si Sullivan avait besoin de ça ! Pas moyen, désormais, de changer le lieu de la réunion, et plus impossible encore de l'annuler.

- Po dyavolite !

Jurer ça n'apporte rien mais ça défoule ! Heureusement, Sullivan n'est pas sans ressources. On lui a parlé il n'y a pas si longtemps d'une entreprise spécialisée dans ce genre de problèmes.

Quand Sullivan prend contact, il exige immédiatement une équipe qualifiée, et même experte, pour un cas urgent et dangereux. Il ne précise pas les raisons de son intervention car il a besoin de conserver le secret sur la réunion qui aura lieu dans les environs de cette forêt investie par le (gros) nuisible. Rendez-vous est pris pour le lendemain : on lui assure la venue de leur meilleur élément. Une seule personne ? Sullivan s'inquiète mais on le rassure : ils sont professionnels, ils savent ce qu'ils font. Cette personne saura gérer la situation.

Le lendemain, installé à son bureau au ministère, Sullivan attend de pied ferme qu'on lui annonce l'arrivée de ce professionnel. C'est à lui que revient la charge de transporter l'expert sur les lieux. Il est le seul de l'équipe présente sur Londres à s'être rendu à la villa et son talent pour la magie de transport confirme cette attribution. Sur son bureau, une vieille poupée de chiffon attend elle aussi. Malgré ce qu'on pourrait croire à cause du bazar ambiant l'objet n'est pas là par hasard : il s'agit bien sûr d'un portoloin que Sullivan a préparé un peu plus tôt (avec l'autorisation du ministère) pour les emporter sur les lieux. Ils auraient pu transplaner mais la distance rend le procédé plus aléatoire.
En attendant l'arrivée de cette personne si qualifiée, Sullivan meuble. Il tente de s'intéresser à un dossier mais le troll gambade dans son esprit et mélange tout avec le tremblement de terre provoqué par ses pas de géant.

Enfin, on lui annonce l'arrivée de l'experte. Ah, une femme ? Sullivan ne s'attendait pas à ça, mais passons, on lui a promis quelqu'un qui s'y connait en problème de troll, femme ou homme tant pis tant que le travail est fait. En revanche, il est plus dubitatif quand il la voit se présenter devant son bureau. La petite sorcière semble bien frêle pour un tel travail. Difficile pour Sullivan de garder son apparence neutre habituelle devant ce petit botruc roux venu pour le débarrasser d'un troll.

Il la salue néanmoins, à peu près poliment :

- Bonjour.

Main tendue pour serrer celle de la jeune femme, il l'étudie du regard en se demandant si elle a bel et bien l'étoffe pour accomplir le travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Edenschoulder

Age du personnage : 28
Messages : 23

MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Mer 24 Jan - 12:32

A force, elle avait fini par être une championne du détectage de celui-là. Même à 10 mètres et sans lunettes, on pouvait pas le rater. Il clignotait rouge pisse de dragon (c’est une expression de soigneurs, tu te doutes bien de la couleur de la pisse de dragon en vrai) envoyait des signaux sonores et affichait une pancarte sacrément reconnaissable.
Le regard. Le fameux. L’inratable. Celui qui en une fraction de seconde t’a parcouru de la racine des cheveux jusqu’au bout des ongles de tes pieds pas manucurés et qui a même dans cette courte durée, réussi à faire le trajet inverse.
Et qui dit : « Bouse, ils avaient que ça sous la main ? Tous les agents devaient être en RTT, ils ont envoyé la cuisinière ? Quoi qu’elle est pas bien épaisse, elle doit plutôt faire le service celle-là. A moins que ça ne soit la secrétaire ? Mais à la réflexion, une secrétaire serait plus présentable. »
Avec un pantalon de montagne dégoté chez les jeunes garçons parce que t’a été taillée dans un i sans point et une veste en molleton à capuche parce que tu sais que tu vas probablement regretter d’avoir les cheveux longs si tu la mets pas, c’est clair que le look de secrétaire est à retravailler. Secrétaire tout terrain aurait pu passer. Si elle avait des manières. Manque de chaudron…

Ils y passent souvent par ce regard là en la voyant débarquer. Y a comme un moment de flottement quand ils regardent par-dessus son épaule en cherchant l’adulte qui va avec. Y a quelques années, elle se serait déchaîné en acide, cynisme et vannes pourries. Avec le temps, elle se bonifie, c’est comme le jus de citrouille. Alors elle grimace un vague sourire et même peut-être qu’un jour elle apprendra. Devant la glace et en musique ! A faire un sourire comme les filles qui savent s’y prendre. Mais là, concrètement, elle a pas le temps, elle a une bestiole sur le feu.

Et puis elle y avait déjà eu droit trois fois au regard. En bas à l’accueil, dans l’ascenseur pour la mener vers ce service et au secrétariat du sevice. Quatrième édition donc avec ce type censé la conduite sur place.

Le type face à elle lui tend la main, elle se paye le luxe de lui écraser les doigts. Résidus d’orgueil de jeunesse. A trente ans, elle grandira encore un peu. Juste de quoi se maîtriser pour ne pas essayer de prouver par la force qu’on peut être costaud tout en ayant l’air de se morfler 10 lieues à la première rafale de vent. Heureusement, on n’y est pas encore.

« Salut. Shane pour ICAN.»

Et comme il était évident qu’on allait pas bavasser sur le temps qu’il faisait : « Je suis là pour vos trolls. »

Juste au cas où il est encore un doute qu’elle soit représentante en capes ou une autre connerie du genre.

Les grosses bestioles c’est son truc. Spécialité dragons, mention optimale dans tous les trucs utiles. De toute façon, le reste, on en parle pas. Si c’est pas utile, ça n’existe pas.
Depuis quelques temps, elle évite aussi les ennuis aux sorciers. On appelle ça être consultante. Chez ICAN. Tu connais ? Entreprise privée, 13ème mois et primes diverses, voilà qui arrondi sacrément ses fins de mois de soigneuse en réserve. On l’appelle pour tout un tas de situations qui nécessite plus qu’une baguette et un caleçon bien garni. Faut connaître les créatures sur le bout des doigts puisque le but ultime c’est de protéger les deux partis. Les sorciers comme ces pauvres bêtes qui risquent et frôlent les maléfices les plus maladroits qui fusent avec la peur.

Consultante c’est un terme vachement pompeux pour désigner celui qu’on appelle même un dimanche pour vous sortir d’une bouse infâme dont personne ne veut endosser le parapluie prestement déployer pour éviter les éclaboussures.
La dernière en date ? Un dragon épileptique en pleine crise chez Gringotts. La pauvre bête avait détruit une ligne complète qui desservait habituellement les coffre 424 à 437. Un carnage.

Et cette fois-ci ? Visiblement quelques trolls mal placés qui dérangeait la réunion de types dont les portefeuilles-parapluies devaient s’étendre sur la moitié du pays. Il fallait donc, non seulement une évacuation en bonne et due forme mais aussi un lieu d’accueil pour les nouveaux pensionnaires, ce qu’elle avait trouvé après quelques heures de recherches et contacts avec les pays avoisinants. Négociations musclées et acidulées, honnêtement, peu étaient les gouvernements ravis d’être terre d’accueil d’un troupeau de trolls mal emboîtés sans compensation conséquente. Après force de persuasion, elle tenait le Pays de Galles au creux de la main.

En parlant de main, elle relâcha finalement celle du type qui l’accueillait en lui rendant son regard perçant. Genre montagne géante, il avait l’air d’avoir le sourire aussi facile qu’elle ce qu’elle nota comme un point positif pour la journée. Elle serait pas obligée de participer à une similiconversation sur le temps qu’il faisait. Efficacité.

« Alors, on s’y met? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Sullivannousfairemarrer

Age du personnage : 29 ans
Messages : 50
Scolarité : Poudlard - Serpentard
Université : Albus Dumbledore
Occupation : Diplomate

MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Mer 7 Fév - 17:27

Au moins on ne peut pas dire que la sorcière manque de caractère. Quand elle écrase la main de Sullivan entre ses doigts, il comprend qu’elle a l’habitude de devoir en imposer.

*D’accord, message reçu mademoiselle Shane : vous êtes plus solide que vous en avez l’air.*

Sullivan n’est pas en reste. Sa poigne n’est pas moins ferme et son ton est tout aussi sec lorsqu’il répond.

- Flint.

Ce n’est pas une compétition dans laquelle il se mesure à elle pour savoir qui a le plus de caractère. Au contraire, Sullivan sent qu’il peut avoir confiance en elle. De plus, sans qu’il ne sache pourquoi, elle lui parait familière. Sullivan est un peu plus rassuré. En plus de ça, elle n’y va pas par quatre chemins : pas de remarque stupide ou banale, elle va droit au but de sa venue. Sullivan approuve. Le seul hic, c’est son erreur dans sa déclaration. Sullivan fronce les sourcils.

- Vos employeurs ne vous ont rien dit ?

Sullivan regarde sa montre. Heureusement, mademoiselle Shane est arrivée en avance, ils ont le temps de rectifier l’erreur avant de devoir partir. Sullivan quitte le refuge de son bureau et s’adosse dessus de façon à faire face à l’experte en nuisibles encombrants.

- Il n’y a qu’un seul troll. C’est déjà bien suffisant si vous voulez mon avis. Il est bien assez gênant à lui tout seul. Il a malheureusement décidé de s’installer dans une forêt trop proche d’habitations, dont certaines sont occupées par des moldus. Nous ne pouvons pas le laisser là, c’est trop dangereux pour les habitants de la région autant que pour le secret magique.

Il n’est pas utile de s’étendre plus. Etrangère au service, mademoiselle Shane n’a pas besoin de savoir quelle urgence traite Sullivan en réalité. Cette histoire de réunion aux allures de vacances entre hommes et femmes du monde ne la regarde en rien. Mais elle n’a pas l’air idiot, elle devinera sans doute que quelque chose d’autre se cache derrière ce contrat. Après tout, Sullivan travaille au cinquième étage, et non au quatrième.

Et puisqu’ils en ont le temps, Sullivan veut en savoir plus. Depuis le début il est étonné que l’entreprise ne lui fournisse qu’un seul expert. La jeune femme parait professionnelle, on ne peut pas lui retirer ça, mais elle parait bien légère à elle seule derrière sa baguette. Il l’interroge donc :

- Vous pensez pouvoir vous en sortir ? Seule, je veux dire.

C’est que Sullivan n’a aucune envie de se retrouver avec un cadavre sur les bras, en plus du troll. Non seulement ce serait une galère de plus à gérer, mais en plus il aurait toujours une réunion à reprogrammer, ce qui ne lui fait pas envie le moins du monde.

Il consulte une nouvelle fois sa montre. Bientôt. C’est le moment de se préparer. Sullivan se retourne pour attraper son manteau posé -jeté plutôt- sur le coin opposé de son bureau, par-dessus une pile de dossiers et de fournitures de bureau diverses. Il fait chaud dans le ministère, mais là où ils se rendent le froid de janvier ne sera pas accueillant. Il enfile donc le manteau, enroule son écharpe autour de son coup et attrape la vieille poupée de chiffon qui les transportera bientôt à destination. Il n’attend plus que l’assentiment de l’experte pour lui tendre le portoloin.

- Si vous vous sentez prête, allons-y ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Edenschoulder

Age du personnage : 28
Messages : 23

MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Dim 11 Fév - 15:01

« Flint ? » Tiens c’est marrant, Flint ça lui parle.

• Un seul troll ? •

Y a toujours un hic quand on a plusieurs intermédiaires. Depuis que la réceptionniste d’ICAN a développé une allergie aux plumes de hibou (c’est ballot) y a carrément du crin de sombral dans la potion. Les messages sont tronqués, escamotés, perdus, déformés. Heureusement qu’elle n’était pas DRH parce que ça n’aurait pas traîné. Elle te lui aurait soufflé dans les bronches à te guérir un asthmatique.

Ne prenant pas la peine de masquer une attitude dépitée elle secoua la tête en soufflant et en ruminant quelques pensées colorées. Et voilà que s’envolait la perspective d’une journée acharnée à virevolter de la baguette sur les rythmes effrénés des grognements de trolls. Elle allait troquer son canon à plusieurs voix contre un solo plaintif.

• Et vous vous en sortez pas avec un seul troll ? C’est une blague ? •

Elle qui avait fait tout un foin pour trouver un centre d’hébergement pour une colonie de créatures bruyantes dont les manières laissaient à désirer se retrouvait donc avec un pauvre orphelin sur les bras. Si ça se trouve, le pauvre, il était juste perdu.
Ils allaient bien se marrer au Pays de Galles quand elle reviendrait avec Oliver Twist au bout de la baguette.

« Je suis pas sûre de m’en sortir seule avec un seul, en fait… Autant les troupes je gère du feu de Merlin, autant la relation duelle c’est vraiment pas mon truc. » Lança-t-elle cynique. « Je déconne. Je vais vous le déblayer votre troll, mais franchement vu le prix de la facture, moi à ta place, j’aurai foutu quelques sortilèges repousse-moldus autour de ta forêt et basta. De nos jours, même plus d’inventer des excuses les moldus les trouvent tous seuls. » Affirma-t-elle avec aplomb.

Trop d’ondes «magnétiches», de pollution, complot de leur gouvernement, accident «nupléaire» et autres conneries. C’étaient des moldus qu’il fallait engager au département des excuses, ils étaient sacrément plus doués pour s’auto-persuader.  

Pendant ce temps, Flint récupéra un manteau qui servait de couverture à tout un tas de merdier répandu sur son bureau •Putain, le bordeeeeeeel • et dégaina une poupée de chiffon qui semblait avoir trop vécue sous le manteau pour paraître encore fraîche. Sans vouloir accuser la fraîcheur du manteau, qui lui était très bien. On pouvait entre quelques piles de dossiers, distinguer la plaque qui ornait normalement les bureaux des types qui bossaient là. Elle était renversée et à moitié enfouie mais on y lisait : Flint S. Agent de liaisons internationales.

Comprenant que le type allait l’accompagner sur le terrain quand elle réalisa qu’il ne rangeait pas la pièce mais s’habillait pour venir, elle lui jeta un œil curieux. « Heu… t’as peur que je crée un conflit avec l’ambassade trollesque ou quoi? » Se moqua-t-elle. « T’as pas un secrétaire, un stagiaire ou un sous-fifre à envoyer à ta place ? »

C’est quoi le rapport entre la diplomatie et les trolls ?
Alors que suspicieuse, elle commençait à se demander si il n’y avait pas troll sous roche, elle haussa les épaules avec désinvolture et renchérit : « Bah remarque, je te comprends, moi aussi je me ferai chier dans un bureau à ta place… »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Sullivannousfairemarrer

Age du personnage : 29 ans
Messages : 50
Scolarité : Poudlard - Serpentard
Université : Albus Dumbledore
Occupation : Diplomate

MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Mar 6 Mar - 11:15

Elle a l’air dubitatif quand Sullivan donne son nom. Elle en doutait ? Que lui ont donc dit ses employeurs ? Franchement, entre ça et le léger détail sur le troll, Sullivan a l’impression d’avoir perdu son temps avec eux. Heureusement que la jeune femme face à lui a l’air plus débrouillarde. Elle semble en mesure de remédier à l’incompétence de ceux qui ont pris en main le dossier avant elle. Ce doit être pour ça qu’elle se montre peu aimable en répondant à la question de Sullivan. Il ne lui en veut pas. A vrai dire, tant qu’elle le débarrasse de ce troll, il est prêt à lui passer à peu près tous ses caprices et ses humeurs. Et même à supporter le tutoiement. Il la détrompe donc sans se formaliser de sa familiarité.

- La facture n’est pas un problème pour nous. La sécurité prime sur les autres considérations.

Il espère qu’elle ne prendra pas cela pour une invitation à profiter de la situation et présenter au final une facture démesurée. Les caisses du Ministère ne sont pas non plus extensibles.

Quoi qu’il en soit, l’heure avance. Le portoloin n’attendra pas le bon vouloir de ses passagers pour partir à l’heure. Même si l’experte parait réticente à laisser venir Sullivan avec elle. Sa question amuse Sullivan.

- Vous avez peur que je vous encombre ?

Ce n’est pas difficile d’imaginer les pensées de la jeune femme. Elle se dit sûrement qu’un balourd du ministère la gênera (dans un langage moins fleuri probablement). Pas de chance pour elle.

- Rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de traîner dans vos pattes. En revanche vous n’avez pas le choix : je viens.

Un nouveau coup d’œil à sa montre informe Sullivan que Shane va devoir prendre le portoloin si elle veut être du voyage. Le diplomate brandi la poupée entre eux. Il la tient par les jambes, proposant la tête à sa passagère.

- Ce portoloin nous mènera directement sur les lieux, si vous voulez bien.

Il préférait préciser, au cas où elle se demanderait si il est en train de lui proposer de jouer au papa et à la maman (à en juger par les manières de la dresseuse de troll, Sullivan aurait pu prendre un nouveau tir). Ils n’ont plus le temps de bavarder.

Soudain, la magie contenue dans la poupée se déclenche. Sullivan sent cet hameçon familier qui l’attrape par le nombril pour l’emporter dans le tourbillon magique. Le portoloin et ses passagers ont quitté le ministère.


* * *

Lake District

quelque part entre les montagnes et les lacs

Le bureau de Sullivan laisse place à un paysage plus sauvage. Autour des deux sorciers, ce n’est plus que nature. Ils se trouvent en bas d’une colline, à l’orée d’un bois, et le vent froid de janvier souffle sur eux comme pour leur souhaiter la bienvenue.

Sullivan a fait en sorte de les faire arriver de façon à ce que la riche demeure au centre de toute cette opération reste hors de vue de l’experte en nuisibles imposants. Il ne sait pas si elle restera longtemps invisible pour la sorcière mais plus il parviendra à lui cacher d’information, mieux ce sera. Sinon, il lui faudra recourir à un petit sortilège d’oubli, et ça ne lui fait pas envie.

Devant eux, la forêt n’a pas l’aspect le plus chaleureux qui soit. En plein mois de janvier les arbres tendent leurs branches nues vers un ciel pâle. Du point de vue de Sullivan l’endroit n’est pas particulièrement accueillant. A se demander pourquoi certains ont envie de venir y passer leurs vacances, il faut dire qu’avec des massages et une piscine chauffée en intérieur, la villa est sans le moindre doute bien plus agréable et chaleureuse. Ça n’empêche pas Sullivan de faire preuve d’une certaine ironie :

- Bienvenue.

Savoir qu’il y a quelque part là dedans un géant stupide qui se balade en détruisant à peu près tout sur son passage n’aide pas tellement à se faire une idée charmante des lieux, il faut dire.

- C’est à votre tour de jouer, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Edenschoulder

Age du personnage : 28
Messages : 23

MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   Ven 16 Mar - 21:55

« Cool, crédit illimité. Ça tombe bien, j’ai pas mangé d’huitres depuis des lustres. » Plaisante-t-elle en jetant un œil suspicieux à la poupée racornie qu’il lui tend. Elle a eu une poupée un jour. Baptisée Itayawalpa II. Elle devait être jolie à la base mais à force de vivre des aventures dignes d’Eldear chasseur de dragons, elle avait fini par y laisser un œil et la plupart de ses cheveux. Elle avait vaguement servie de jouer au chat, parfois.Histoire de préciser qu’il ne s’agit pas d’un rituel d’offrandes britanniques ou du paiement abordé plus tôt, il prétend portoloin et timing serré. Exécution rapide, c’est un langage qu’elle peut comprendre, aussi sans plus attendre, elle attrape la tête de Chucky.

Les murs du bureau se sont écroulés pour laisser filtrer la lumière entre les branches des arbres. C’est un peu comme s’ils tiraient la gueule ceux-là, à être courbés sous le poids du monde, bras écartelés vers le ciel tels des fidèles sous le mur des lamentations. Le pire là-dedans, c’est qu’elle adore déjà. Sauvage et nue sous la froideur de l’hiver, la découpe de ce qui doit être forêt abondante laisse entrevoir le squelette décharné de la mort d’une nature jadis luxuriante. Y a quelque chose de beau et doux dans l’enchainement des saisons. Un truc qui rend la mort un peu moins éternelle. L’homme est décidément une bien pâle bestiole en comparaison au reste.

Celui qui lui fait face, n’a pas l’air enchanté du décorum. D’un autre côté, c’est lui qui a insisté pour venir. Elle lui jette un petit œil amusé. « La partie commence, alors.» Si c’est habituel pour les diplomates de venir chasser le troll dans les forêts maléfiques de Grande Bretagne, elle veut bien être changée en citrouille.  Un rapide tour d’horizon l’informe qu’on est en plein désert humain. Surprise, elle scrute les alentours avec attention.

« Elles sont où ? » Demande-t-elle avec nonchalance. « Les habitations. Vous aviez dit que le troll gênait à cause d’habitations proches. » Pas de maisons à vue de nez. Des arbres tortueux à perte de vue à vous flanquer l’envie d’y coller une cabane pour vivre en ermite, ok, mais pas d’habitations.

« Histoire que je sache de quel côté je suis censée ne pas envoyer promener la bête. »
Surtout, ne négliger aucun détail. La course folle éperdu d’un troll accablé par la douleur d’un sort peut être ravageuse. Image donc la tronche de ta chaumière si elle se trouve sur le trajet. Mieux vaut donc avoir tous les paramètres au bout de la baguette avant d’user de diplomatie de terrain. Plissant ses yeux comme un chat, elle pose un genou dans la neige et s’affaire sur son sac tout en réfléchissant. Vérifiant qu’il est organisé pour une chasse au troll, c’est-à-dire qu’il contient (ça, c’est certain) à portée de main (ça c’est moins sûr), de quoi subvenir à quelques situations d’urgence dont tu n’as pas même envie de connaître le potentiel, elle réfléchit au déroulement des événements à venir.
Une fois chose faite, elle lève une main en direction de Flint et lui fait signe de se taire. Pas un bruit aux alentours. Ce qui est intriguant, un troll passant rarement inaperçu. Extirpant sa baguette de son fourreau, elle lance d’un mouvement sec, un petit sortilège laissant apparaître une boussole d’étincelles. « Point me ». Histoire de ne pas perdre le nord.

Quelques Repello moldum balayés dans le secteur, parce qu’honnêtement, elle n’a pas envie de se taper des sortilèges d’oubliettes à foison au cas où une classe de neige déboulerait dans le secteur pour assister à un combat troll/femme des plus vigoureux, et deux ou trois autres enchantements de son cru pour se faciliter un peu la tâche achèvent la préparation du terrain.

S’époussetant les mains pour s’assurer une bonne prise sur sa baguette, elle se relève ensuite pour venir se planter sous le nez de l’homme qui l’accompagne et le darde de ses yeux frondeurs. « Y a un truc que je dois savoir avant de labourer le secteur ? Parce que franchement, si votre ministre y planque sa contrebande de porcelaine, je préfère autant le savoir avant que le tout ne soit piétiné par un troll furax. Moi, je dis ça pour vous. Je suis capable de tenir ma langue mais lui, je suis pas certaine qu’il fasse des manières. » Lance-t-elle dans un haussement d’épaules.


Question d’habitude. Quand il s’agissait d’intervenir pour le gouvernement, il fallait toujours qu’ils tirent la couverture sur leur tête pour éviter que d’autres ne la coupe. Malheureusement, à trop tirer, on finissait par se découvrir et chopper une saleté par les pieds. Son grand-père disait toujours qu’un homme bien chaussé avait moins de chances de crever qu’un type qui négligeait ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme une écaille de dragon dans le jus de citrouille - avec Eden Shane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La liberté c'est comme un petit poney qui court dans un champ
» ~ Le Dragon, dans la maison des Gemeaux ~
» En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis (With Marie de Guise
» Le Dragon de Feu
» Coeur de Dragon, un film arthurien !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre-
© du contexte du forum, de ses personnages officiels et des éléments de son intrigue, propriété des administrateurs. Copyright déposé le 28.01.2018