Météo du
Moment
Nous sommes en octobre
2017.

Suite au décès d'Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, le 21 août
dernier, Maureen Kinkaid
assure l'intérim à la tête
du gouvernement sorcier
anglo-saxon. 




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 Obliviate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 133
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Obliviate   Sam 7 Oct - 21:52


• Obliviate •


Juillet 2009 –Sainte Mangouste
Il était tout juste quatre heures du matin lorsque je pu enfin bouger. Cela faisait désormais un peu plus de six mois que j'avais été plongée dans le coma lors d’un conflit avec des inconnus à Poudlard. Je n'avais même pas eu le temps de comprendre ce qui se passait, ni même d'y réfléchir réellement, que je m'étais retrouvée fortement assommée avant de m'endormir pour longtemps. A l'infirmerie, on ne sut que faire si ce n'est soigner mes blessures superficielles et me laisser dormir. Je fus finalement transférée à Sainte Mangouste.

Je n'avais apparemment reçu aucun sortilège grave, mais avais simplement pris un coup sur la tête. Mon père n’avait pas daigné me rendre visite une seule fois durant toute cette période, mais avait été en constante communication avec les Médicomages qui s’occupaient de moi. Il avait quelques relations à Sainte Mangouste, via feue sa femme et via le Ministère. A l’annonce de mon réveil, il fut le premier sur les lieux, en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ‘ouf’.

J'eus un sursaut alors qu'il ouvrit la porte à la volée. Il n’avait pas spécialement l’air d’être rassuré mais plutôt anxieux.

- Cache ta joie. On dirait que t’es déçu.
- Demelza… J’étais… dévasté. Tu n’imagines même pas.
- Non, en effet.

Un silence tomba quelques secondes. Les relations entre père et fille ne cessaient de se détériorer. Et même après 6 mois dans le coma, je n'avais pas plus que ça envie de revoir mon père.

- Tu as raconté à quelqu’un ce qu’il s’est passé ?
- Ah ! C’est ça qui te fait flipper, hein ?
- Arrête. Tu veux bien que me raconter ce qu’il t’est arrivé ?
- Pourquoi je te raconterais ? T’as vraiment envie d’entendre ta fille te raconter qu’elle s’est faite tabasser ? Ça t’amuse ?
- Bien sûr que non ! Je veux simplement retrouver ceux qui ont fait ça.
- Je n’ai rien à te dire. Tu n’auras qu’à demander à tes collèges de la Brigade de Police Magique. Ils ne devraient plus tarder. D’ailleurs, ça m’étonne que tu sois arrivé avant eux.
- J’étais inquiet.
- A d’autres. Laisse-moi.

Matthew Worpel, au bord des nerfs, ne sut que répondre sur le coup. Je vu qu'il n’avait qu’une envie, me forcer à parler si je ne parlais pas par moi-même. Il se saisit de sa baguette. Du haut de mes dix-sept ans, je fis preuve d'insolence, comme à mon habitude.

- Et tu comptes faire quoi là ? Vas pas te blesser.
- Demelza.
- Quoi ?
- Je te le demande une dernière fois. Décris-moi ce qu’il s’est passé.
- Sinon quoi ?

Bouillonnant de rage, il pointa sa baguette vers moi. Étonnée mais pas plus choquée que cela, je n'esquissai pas un seul mouvement. Si ce n’est un bâillement exagéré.

- Ils étaient trois. Je ne pense pas qu’ils voulaient me tuer. Sinon, je serais morte ou vraiment blessée.
- Tu pourrais les reconnaître ? demanda-t-il en rabaissant sa baguette.
- Sans hésitation. Je pense qu’ils essayaient de m’enlever en fait.
- Pourquoi cela ?
- A toi de me dire. Qu’est-ce que t’as encore fait ?
- Demelza, change de ton quand tu t’adresses à moi.
- SINON QUOI ? Tu vas me faire quoi ? Tu connais qu’un seul sortilège !
- Au moins, je ne risque pas de le rater…

Il releva sa baguette en direction de mon visage. Sans ciller, je soutins son regard, sans peur. Mon père ne m’effrayait absolument pas.

- Et je ne peux pas te laisser raconter cela.
- Comment ça ?
- Tu es capable de décrire ces hommes, et on remontera bien trop vite à moi.
- Attends, pourquoi orchestrer l’enlèvement de ta fille au juste ? T’es pas capable d’envoyer un Hibou pour que je rentre à Noël ?
- Oh ! Tu n’aurais pas su que c’était moi. Mais tu en as trop vu et tu en sais trop maintenant.
- Il faut dire que tu balances tout là.
- Assez. Oubliettes.

Mon regard devint soudainement sombre, trouble. Comme si je fixais le vide. J'étais parfaitement immobile. Soudain, je tournai de nouveau la tête vers mon père. J'esquissai une sorte de grimace, comme si je n’étais vraiment pas ravie de le voir.

- Cache ta joie. Il ne répondit rien, mais un sourire se dessina sur ses lèvres. Qu’est-ce que tu veux ?
- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
- Quand ?
- En Janvier, après tes examens. Tu te réveilles après six mois de coma.
- Je… Je ne me souviens pas vraiment.
- Fais un effort.
- Je suis sortie dans le parc après mon examen blanc de Potions. Et après ça, rien. Le vide.
- Dommage. Cela ne risque pas vraiment d’aider les enquêteurs.

Je fis la moue. Mon père lui, dû se retourner pour que je n’aperçoive pas son sourire victorieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
 
Obliviate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» obliviate. ☆ (margaery)
» (nevena) OBLIVIATE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Les écrits alternatifs :: Un jour, une histoire-