Météo du
Moment
Nous sommes en décembre
2017.

Le calme avant la tempête
s'installe en Écosse et en
Ewiland, tandis qu'un air
de fête emplit l'atmosphère.
Noël approche...





 

Toute l’équipe du forum vous souhaite
de bonnes fêtes de fin d'année

Et si on en profitait...
Pour finir tous ces sujets qui traînent?
2018 l’année de la mise à jour!

Vous l’avez remarqué? vos Oracles ont pris quelques jours pour les fêtes ...
Ils devraient être de retour après cuvage du champagne...

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 Les secrets du chaudron - avec Demelza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 109
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Sam 28 Oct - 12:41

Le plan fonctionna comme une machinerie bien huilée. Il n’allait guère plus loin que le passage de la sorcière se trouvant sur le chemin menant à l’entrée du zoo mais au moins les deux comparses avaient-ils passé cet obstacle avec brio. Il faut dire que la chose n’était pas surprenante, elle ne recelait aucune difficulté pour Nigel. Tout au plus le moment de s’éclipser offrait-il un peu de challenge –et encore, si peu.

La sorcière de garde était plus sensible au charme vampirique que Nigel ne s’y était attendu. En général, Nigel n’était pas mauvais pour jauger l’effet qu’il produisait sur les humains, même s’il lui arrivait de se tromper. Il s’était douté que la gardienne de la boutique serait sensible mais n’aurait pas pensé qu’elle se laisserait piéger avec tant de facilité, et surtout avec un tel enthousiasme. Sous ces airs sévères devait se cacher une femme bien solitaire, songea-t-il. Nigel, vers qui se tournait régulièrement le regard fasciné de la sorcière, fut contraint d’user de plus de ruse. Tâchant de la remettre au travail afin qu’elle retrouve cet état de concentration duquel il l’avait sortie en arrivant, il l’invitait à lui parler de son ouvrage. Il lui demanda ce qu’elle effectuait comme travail dessus et pourquoi un simple sortilège ne suffisait pas. De la réponse complète qu’il obtint, il ne comprit pas la moitié, mais c’était là ce qu’il attendait. Il n’était guère compliqué de comprendre que la sorcière était une passionnée, le but que poursuivait Nigel était de le lui rappeler pour qu’elle se plonge de nouveau corps et âme dans son travail et oublie jusqu’à la présence de l’étranger.

Pendant ce temps, miss Worpel se faufilait dans la boutique, ni vue ni connue de la gardienne (mais l’était-elle vraiment ? elle ne le semblait guère à la vue de sa tâche actuelle). D ans l’impossibilité de tourner les yeux vers miss Worpel, au risque de la dévoiler à la sorcière réparatrice, Nigel suivi la progression de l’apothicaire en se servant de ses autres sens. Il n’eut aucun mal à suivre son avancé le long du comptoir, percevant les bruits de tissu et le frottement des chaussures sur le bois. Le mouvement cessa au bout du comptoir, Nigel décida alors de se pencher sur le petit phénix, empêchant la sorcière de se retourner et de voir miss Worpel. Manœuvre qui fonctionna à merveille et miss Worpel disparu bientôt du champ de perception de Nigel.

C’est à présent que les choses se corsaient. Le but du jeu était désormais de réussir à fausser compagnie à la sorcière sans qu’elle ne se doute de la véritable raison de la présence de Nigel en ces lieux.

« Alors comme ça, vous n’êtes pas d’ici ? » demanda alors la sorcière, anéantissant tout projet de s’éclipser, pour le moment.

Et Nigel de lui expliquer qu’il venait de Belfast, en visite dans cette magnifique ville qui avait le bonheur d’accueillir le palais de la reine. Mentant sans vergogne sur son admiration pour la couronne et toutes les beautés de la capitale anglaise qu’il n’avait pourtant pas vues depuis une dizaine d’années, au moins.

Tandis que sa langue leste captivait la sorcière, Nigel espérait que miss Worpel s’en sortait de son côté. Il fallait espérer que l’entrée ne serait pas trop compliquée à débusquer, et ne serait pas plus surveillée. Le vampire s’en remettait à elle pour qu’elle ouvre le chemin pendant qu’il était coincé en compagnie de la sorcière. Leur plan improvisé pouvait surmonter quelques obstacles mineurs mais il serait moins aisé de se sortir d’un trop gros pétrin.

Miss Worpel reparut enfin. Lui tournant le dos, la réparatrice ne s’aperçut de rien. Nigel en revanche pu jeter un œil discrètement dans sa direction. Si l’on en croyait le message silencieux de l’apothicaire, la voie était libre. Fort bien. Ne restait plus à Nigel qu’à trouver le moyen de s’éclipser. Puisque la discrétion était impossible, la ruse serait de mise.

« Pardonnez-moi, je crains d’avoir besoin d’utiliser vos commodités. Puis-je ? »

Une excuse aussi vieille que l’humanité, sans doute, mais qui avait fait ses preuves plus d’une fois. Et cette fois-ci ne fit guère exception. La sorcière eut l’amabilité de lui désigner la porte par laquelle miss Worpel avait disparu et lui expliquer comment gagner ledit endroit d’intimité, sans pour autant l’y escorter, lui laissant le champ entièrement libre. Une telle générosité incita Nigel à la remercier avec toute la politesse dont il était capable, la charmant un peu plus encore si c’était possible, avant de s’éclipser. Le vampire n’était pas sans ignorer qu’il leur serait impossible, à miss Worpel et à lui, de reprendre le même chemin car bientôt la sorcière comprendrait que quelque chose n’allait pas. Le retour devrait se faire par un autre moyen. Chaque chose en son temps, se rappela Nigel. D’abord entrer, puis trouver l’éruptif et collecter l’ingrédient nécessaire pour la potion et enfin sortir.

Une fois la porte passée, Nigel se désintéressa de la pièce dont on lui avait indiqué le chemin et dont il n’avait bien entendu aucun usage. Il longea plutôt le couloir afin de rejoindre sa complice dont il percevait la présence plus loin. Lorsqu’il la rejoignit, miss Worpel était en fâcheuse posture. Bien qu’elle-même ne s’en soit encore rendu compte, penchée qu’elle était au dessus d’un corps inanimé sur le sol, un homme s’apprêtait à la menacer de sa baguette. Sans plus réfléchir, Nigel s’élança pour protéger sa complice. Il bondit au dessus d’elle avec toute sa force et sa rapidité surhumaines et se jeta sur l’adversaire. Celui-ci eu le temps de jeter son sort avant que Nigel n’arrive sur lui, bien qu’aucun mot ne soit sorti de sa bouche. Le sort n’atteignit pas sa cible, en revanche, l’éclair toucha Nigel à l’abdomen.

En tant que vampire né moldu, Nigel n’était guère familier de la magie. Il avait certes apprit beaucoup de choses depuis un siècle qu’il fréquentait ce monde désormais, mais constater les conséquences de la magie sur le monde qui l’entourait et en subir lui-même les effets était fort différent. Pour la deuxième fois cette nuit, Nigel faisait les frais de la sorcellerie. Son corps se figea soudain en plein bond, refusant de répondre aux ordres envoyés par l’esprit de Nigel ? Il tomba, purement et simplement, sans pouvoir se rattraper, et sans la moindre douleur. Le monde disparut instantanément autour de lui et sa conscience se mit à flotter quelque part dans le vide.

Pourvu que Miss Worpel sache le sortir de là, songea-t-il avant de sombrer dans l’inconscience du coma induit par le sortilège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 140
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Mar 7 Nov - 23:04


Le vampire mit quelques secondes avant de se lancer à ma suite, peut-être avait-il succombé au charme de cette femme. Pour ma part, j’étais toujours étonnée de ne pas succomber au Glamour de Nigel. Je prenais évidemment mes précautions mais parfois, cela est trop puissant pour qu’on en reste de marbre. Néanmoins, le vampire devait probablement en jouer pour en arriver là et il devait bien se douter que me charmer n’avait pas la moindre utilité ici. Je venais l’aider de façon tout à fait volontaire et cela me faisait bien plaisir de retrouver le gout de l’aventure. Bien qu’il ne se soit encore rien passé de bien notable.

Du moins, c’était ce que je pensais avant de le voir foncer sur moi à une vitesse hallucinante. Sauf que ce n’était pas moi la cible, mais le type juste derrière moi que je n’avais pas vu alors que j’étais penchée sur le sorcier endormi. Un éclair rouge illumina la pièce et je vis le vampire retomber au sol non loin de moi, qui me remit rapidement en position debout afin d’affronter le lâche qui comptait m’attaquer dans le dos.  Je remarquai immédiatement son uniforme, différent de celui de l’autre. Il s’agissait peut-être d’un gardien, et notre premier obstacle avant notre objectif.

- Enfin un peu d’action… murmurai-je pour moi-même, avant de lever ma baguette pour contrer un second éclair rouge qui vint frapper une des nombreuses étagères.

Je pris un air menaçant, je savais que mon regard possédait cette capacité à intimider facilement. Mais cela était évidemment du bluff, car je n’étais pas spécialement douée en sortilèges. Je l’avais été à l’époque de Poudlard. A partir de ma cinquième année, je n’avais eu de cesse de me mettre dans le pétrin volontairement. C’était ma période étrange d’adolescente stupide et refusant toute forme d’autorité ou un quelconque regard de travers. J’avais eu pas mal de soucis avec les professeurs et d’autres élèves, principalement de ma Maison. Comme je l’ai toujours pensé et dit : les Serpentard se prennent la tête avec tous les autres mais aussi et surtout entre eux. Ainsi, j’avais eu mes ennemis chez Gryffondor, Serdaigle mais aussi chez les Verts dont une certaine Victoria Swan. Mon plus beau duel, et pas des moindres. Je n’avais malheureusement pas pu le finir, sous peine de dépasser la limite du meurtre. C’était d’ailleurs un vampire qui l’avait sauvée et mit fin au duel, non ? Un vampire sur qui j’avais des vues à l’époque et… bref.

Mon bluff ne sembla pas convaincre cette fois-là et le type s’acharna à me lancer divers sorts à la tronche. Je remerciai intérieurement le Ministère de la Magie pour avoir organisé des séances d’entrainements et Brenna Quinn pour avoir été mon adversaire le temps du Club de Duel. Mes leçons s’étaient portées sur les sortilèges de défense et cela m’était actuellement bien utile vu le nombre de projectiles dont j’étais en train de me protéger, détruisant la moitié des lieux au passage. Manquerait plus que le bruit n’attire du renfort.

Ne pouvant dévier un nouvel éclair rouge, je me jetai sur le côté, me cachant derrière une étagère pleine de boites et de cartons. Prudemment, je jetai un coup d’œil sur le sorcier. Mon cœur battait à mile à l’heure, c’était bon de retrouver un peu d’adrénaline ! Néanmoins, Nigel était toujours au sol, pétrifié par le sortilège, et il fallait que je trouve le temps de l’aider. Je devais donc neutraliser le gardien qui semblait décidé à appeler des renforts pendant cet instant de mou. D’un geste peu précis, je lançai un puis deux sortilèges de mutisme. Le second toucha sa cible, empêchant le sorcier d’appeler à l’aide, pour le moment. Profitant de sa seconde d’étonnement, je sorti de ma cachette pour le stupefixer. Il tomba lourdement non loin du vampire, auprès duquel j’accourrai.

- Ennervatum, prononçai-je en pointant ma baguette sur lui. Et d’ajouter une fois qu’il semblait enfin émerger. Merci d’avoir fait le bouclier humain.

Il avait évidemment moins de chance que moi de mourir, n’empêche que j’aimerais savoir ce qu’il se produirait s’il recevait le sortilège de mort. Ses blessures guérissaient peut-être vite, mais pouvait-il défier la mort d’aussi près ? L’adrénaline et les endorphines s’échappant progressivement de mes veines, je me mis à ressentir une violente douleur aux genoux ainsi qu’à l’épaule droite. Un sortilège m’avait probablement touchée et je m’étais abimé les genoux en me jetant derrière l’étagère. Je jetai un rapide coup d’œil à mon épaule sous mes vêtements. Moche. Mais je m’en remettrai. Discrètement, je bu deux gouttes de la petite potion attachée à mon cou, ce qui me requinquerait pour l'occasion. N'en ayant plus touché depuis la naissance d'Amy, les effets furent immédiats.

Je me redressai, tendant la main à Nigel pour l’aider à se relever, croisant son regard malgré moi. Je ressenti un étrange frisson me parcourir et lâchai très rapidement sa main pour détourner les yeux tout aussi vite. Je ne voulais pas me faire déconcentrer par son physique avantageux ou son charme irrésistible. Nous avions une mission et peu de temps restant devant nous. Autrement, je devrais terminer seule et bien que cela ne me dérangeait pas spécialement au début, je devais bien me rendre à l’évidence que la présence de Nigel m’avait été particulièrement utile.

- Ça va aller ? M’assurai-je quand même. On doit vraiment se dépêcher.

Rapidement, je fis subir le sortilège d’Oubliette au second sorcier. La sécurité n’allait qu’augmenter à fur et à mesure que nous allions avancer. Nous étions effectivement entrés par une porte non surveillée. Le plus sportif était donc à venir. Sans parler de l’Eruptif en lui-même, qui ne risquait pas de se laisser faire. Mes potions seraient en revanche particulièrement utiles contre lui, qui serait insensible aux sortilèges grâce à son épaisse peau. Comme quoi, la baguette ne permet pas toujours de sortir son sorcier du pétrin.

Je me pressai vers la porte par laquelle était arrivé le gardien et la franchi sans attendre. Par chance, rien ni personne ne se trouvait derrière. Baguette dans la main droite et potion dans la main gauche, je pris le chemin de droite qui, selon ma logique et mon souvenir du plan, devait aller en direction du parc à Eruptif. Parc qui serait probablement agrandi et aménagé par magie pour ressembler le plus fidèlement possible à la savane natale de cet animal. Ils n’étaient pas nombreux dans ce Zoomagique, j’espérai donc qu’on en trouve un – pas trop gros de préférence – assez rapidement. Après quelques minutes de marche très silencieuse, j’aperçu enfin l’enclos recherché.

- C’est là-bas, murmurai-je à Nigel. Il faut qu’on soit particulièrement discrets pour traverser cette dernière allée car si je me souviens bien du plan…
- Halte la !
- … le QG des gardiens est juste ici…
- Levez vos baguettes. Je m’exécutai, cachant rapidement mes potions. Vous là, levez votre baguette, répéta-t-il à l’attention du vampire alors que trois ou quatre autres gardiens s’approchaient. Je ne le répèterais qu’une dernière fois : LEVEZ VOTRE BAGUETTE.
- Nigel, faut faire quelque chose, glissai-je presque sans ouvrir la bouche et sans détourner mon regard du gardien.

Le sang recommença à pulser violemment dans mes veines, je sentis mes pupilles se dilater au maximum et mon souffle s’accélérer. Il fallait trouver une solution pour neutraliser cinq gardiens qui ne paraissaient pas commodes du tout et qui n’allaient pas tarder à s’en prendre à Nigel qui se trouvait dans l’incapacité de présenter une baguette. Nous étions désormais encerclés et celui qui semblait commander était sur le point de perdre patience. Lorsqu’il en serait là, nous serions plus à même de retourner la situation. Enfin à bout de nerfs, il esquissa un pas en direction du vampire.

- Maintenant ! lançai-je en me jetant une nouvelle fois sur le côté, laissant trois potions éclater aux pieds de deux des sorciers-gardiens qui se mirent à tousser et voir leurs fluides s’échapper par différents endroits comme s’ils venaient de se recevoir du piment en plein visage.

Les trois autres pointèrent leurs baguettes sur nous. Du moins, une sur moi et deux sur Nigel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 109
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Dim 26 Nov - 21:58

Pour Nigel, le temps de l’affrontement ne dura qu’un instant. Inconscient, il ne pouvait mesurer le temps qui passait. La vie ne lui revint qu’à l’instant où la sorcière prononça le contre-sort, ce dont il lui fut fort reconnaissant.

« Il n’y a pas de quoi. » parvint-il à articuler en réponse au remerciement de miss Worpel tandis qu’il se redressait difficilement sur son séant.

Assis à même le sol, il se frottait la tête, légèrement incommodé. Il ne réitérerait pas cette expérience avec le plus grand plaisir, cela était certain. Tout à la récupération de ses fonctions motrices et cognitives, Nigel ne vit rien des agissements de sa complice, ignorant qu'elle souffrait au point de devoir boire, jusqu’à ce que la main de la jeune femme apparaisse dans son champ de vision pour l’aider à se remettre debout. Il est vrai qu’ils n’étaient guère venus pour une visite d’agrément et que le temps s'envolait à grande vitesse. S’ils se laissaient distancer, les répercutions seraient désagréables au-delà de toute mesure. Nigel n’avait guère l’ambition de se transformer en cendres fumantes sous les traits ardents du soleil levant.

« Vous avez raison » dit-il en saisissant la main secourable pour reprendre pied. « Le temps joue contre nous. Avançons. N’ayez aucune crainte, je saurai me remettre. »

Miss Worpel prit malgré tout le temps d’une petite formule magique sur le gardien inconscient. Un sort d’oubli s’il ne s’abusait, mais impossible d’en jurer.

« Allons-y » encouragea-t-il lorsqu’elle sembla en avoir fini avec l’homme à terre.

Tenant la porte, il la laissa ouvrir la voie. La sorcière était la plus à même de faire face aux baguettes et aux sorts qui pouvaient leur barrer la route. Choix heureux si l’on considère la suite. Ils venaient de passer une intersection indiquant la présence, à gauche, du parc aquatique où s’abritaient nombre de créatures marines et, à droite, les grands prédateurs, quand le passage leur fut barré par un groupe de sorciers armés et déterminés à les empêcher d’aller plus loin. Tenu en joug par le morceau de bois qu’il savait dangereux, Nigel porta les deux mains en l’air en signe de bonne foi. Le sorcier n’apprécia cependant pas l’effort et se montra nerveux. Dieu que Nigel détestait quand les représentants de l’ordre prenaient ce ton avec lui !

« Inutile de vous énerver ainsi, je n’en ai pas en ma possession. » répliqua-t-il, légèrement agacé par l’attitude du gardien. Puis il ajouta aussitôt pour le seul profit de miss Worpel : « En effet, il le faut. »

Cette affirmation tenait du simple bon sens et Nigel n’avait pas attendu la sorcière pour réfléchir à une échappatoire. Ils ne pouvaient se permettre de perdre un temps précieux à parlementer ou à tenter de justifier leur présence en ces lieux fermés au public. L’apothicaire fut plus vive que lui. Un épais nuage de fumée nauséabonde et piquante envahit bientôt l’atmosphère formant un écran entre eux et deux de leurs adversaires. Miss Worpel leur glissa aussitôt entre les doigts et Nigel profita de l’opportunité pour prendre la poudre d’escampette. Sa vitesse surhumaine le porta bien vite au côté de sa complice… et le fit tomber nez à nez avec deux baguettes par trop menaçantes. Il n’était plus l’heure des grands discours, le vampire allait devoir faire appel à des talents plus concrets qu’une langue leste et un charisme charmant. Le premier gardien qu’ils avaient rencontré avait eu l’initiative, à présent, même en sous-nombre, Nigel n’avait aucune crainte quant à leurs chances de s’échapper. Plus vif que le sorcier qui avait eu la mauvaise idée de se trouver trop proche du vampire, ce dernier ne tarda pas à faucher le bras armé pour détourner la baguette et à assener un coup puissant sur la tempe, à la jonction entre le crâne et la mâchoire. Le pauvre humain ne tarda pas à tomber inconscient dans la poussière aux pieds de Nigel qui se tourna aussitôt vers son deuxième adversaire, le saisissant à la gorge et souleva, de sorte que ses pieds ne touchaient plus terre, comme s’il se fut envolé. Voulant dissimuler l’effort que lui demandait un tel tour de force, le vampire se para de son expression la plus effrayante de sa panoplie, rictus sauvage et regard dur comme le roc comme s'il allait le foudroyer de son seul regard. Son bras, pourtant, le brûlait comme si un feu liquide se propageait dans ses muscles morts sous l'effet de la tension.

« Posez votre baguette » ordonna-t-il au dernier gardien qui menaçait sa complice. « ou votre collègue souffrira. »

L’ironie eut été complète si celui-ci s’était trouvé être le sorcier l’ayant menacé peu avant. Malheureusement, l’humain qui avait eu l’impudence de lui demander si peu aimablement de lever sa baguette inexistante était à présent en proie aux rêves, de force et de manière si peu confortable qu’il serait pris de migraine sitôt réveillé. En attendant, l'un des gardiens perdait son souffle tandis que le dernier ne savait que faire pour sauver son collègue suspendu dont les yeux se perlaient de larmes couardes.

« Allez-vous en ! » commanda-t-il à miss Worpel cette fois, sans prononcer son nom pour ne pas orienter les recherches ultérieures.

Nigel s’offrait en pâture aux sorciers le temps que sa complice parte et mène à bien la mission. Il trouverait bien, par la suite, le moyen de filer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 140
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Jeu 4 Jan - 22:50


Il nous fallait être particulièrement rapides pour ce coup-là. Par chance, mon partenaire dans cette aventure n’était pas n’importe qui. C’était un vampire et question rapidité d’action, je ne pouvais qu’être servie. D’abord énervé par l’attitude évidemment irritante du gardien de nuit, Nigel avait finalement gardé son sang-froid, si je puis dire, et avait suivi mes mouvements comme je l’attendais, plus ou moins. Prévoir l’imprévisible avait quelque chose d’assez complexe mais l’adrénaline aidant, j’avais visualisé une sorte de plan d’action dans ma tête avant de me lancer. Malheureusement, le vampire ne pouvait lire dans mes pensées et je savais que j’allais vers quelques surprises. Tout comme lui.

Je ne remarquai presque aucune expression sur le visage du vampire. Ce dernier semblait en pleine confiance de ses mouvements et de ses capacités. Et il n’avait bien entendu pas tort, les gardiens ne feraient pas le poids, surtout face à sa rapidité et maintenant qu’ils n’étaient plus que trois après mon petit tour. A partir de ce moment, je n’eus plus réellement le temps de faire quoi que ce soit si ce n’est observer la rapide valse destructrice qu’il offrait aux malheureux gardiens. Une pensée inquiète concernant la façon dont nous allions nous sortir de ce pétrin demain glissa dans mon esprit avant de partir aussi rapidement qu’elle était arrivée et je me reconcentrai.

Neutralisé et désarmé, l’un des gardiens tomba au sol et Nigel laissa finalement apparaitre une certaine rage sur son visage habituellement calme alors qu’il avait saisi la gorge du second. J’en fus moi-même étonnée et presque effrayée. Il pouvait réellement faire flipper s’il le voulait. Je ne bougeai toujours pas alors qu’il menaçait le dernier gardien mais je n’étais pas certaine que ce dernier tombe dans le panneau. L’un possédait la magie, l’autre la vitesse, et je saurais dire qui parviendrait à frapper le premier et dans le mile dans ce cas de figure. Nigel essayait de dissuader l’homme d’agir tandis que l’autre avait clairement envie de lui asséner une correction. Je l’imaginai mal laisser tomber, même avec son collègue dans une si mauvaise posture.

Trouve une idée…

Je pointai ma propre baguette sur le gardien restant. Il n’avait plus vraiment d’autre choix désormais, même si j’étais terriblement mauvaise pour viser. Nous étions deux contre deux, mais dans le fond, plutôt deux contre un. Il fallait qu’il se rende à l’évidence, il avait perdu. Par Merlin, faites qu’il se rende à l’évidence… Ce ne fut finalement pas lui qui retourna la situation mais le vampire lui-même, m’ordonnant de partir et de le laisser s’occuper lui-même des deux gardiens. Ce qui était parfaitement et évidemment hors de question. Je n’allais pas le laisser s’amuser seul, et encore moins le laisser dans la bouse alors que nous avions besoin de s’entre-aider à ce moment précis plus qu’à n’importe quel autre.

Ne voulant cependant laisser penser à nos adversaires une quelconque mésentente entre mon coéquipier et moi, montrant une certaine faille dans notre partenariat, je hochai simplement la tête et disparue dans le brouillard magique toujours présent et s’évaporant encore du liquide étalé au sol à côté des autres employés du Zoomagique. Cependant, je ne m’éloignai pas loin. Pas loin du tout. Juste le temps de sortir de là, d’attendre que mes pulsations cardiaques diminuent en rythme et de reprendre mes esprits afin de réfléchir correctement à une éventuelle suite. J’imaginai déjà le gardien se sentir reprendre l’avantage et jeter toute sa puissance de frappe du Nigel qui viendrait à blesser voire même à tuer l’autre gardien et ce n’était vraiment pas ce qu’il fallait. Nous n’avions pas besoin de ça, nous n’étions là que pour un simple ingrédient, qui ne valait évidemment pas le coup de se retrouver à Azkaban.

Je revins finalement sur mes pas avec une idée en tête, m’inspirant fortement de mon dernier gros duel en date. Décidément, ce dernier m’avait marquée. Tout comme il avait marqué mon adversaire, au sens propre du terme cependant. Téméraire, le sorcier avait effectivement tenté de reprendre le combat perdu d’avance contre le vampire, et afin d’éviter tout problème, je pointai ma baguette sur Nigel en étant dans le dos du gardien et tentai le tout pour le tout pour éviter le carnage qu’allait provoquer son sort en touchant le vampire ou même son collègue.

- Protego ! prononçai-je, incapable de lancer le moindre sortilège en informulé, forçant l’éclair rouge à rebondir pour disparaitre loin dans le parc.

J’enchainai assez rapidement avec un « Petrificus Totalus » sur le gardien qui tomba raide au sol, assez lourdement d’ailleurs. Ne restait plus que la victime retenue par le vampire et je lui laissai alors le plaisir de le neutraliser à sa guise, sans qu’il ne le tue, bien évidemment.
J’inspirai et expirai profondément, regardant simultanément ma baguette et les corps au sol avec un sourire niais sur les lèvres, comme si je découvrais la magie. C’était un réel et surprenant plaisir de reprendre ainsi du service. Que ce soit les sorties nocturnes illégales ou bien les combats à la baguette. J’en avais presque oublié que mon sac était toujours plein de potions censées me servir dans ce genre de cas. Sortir ma baguette avait été instinctif et incontrôlable et je me sentais comme libérée d’une sorte de poids. Comme si j’avais franchi une limite qui me narguait depuis bien longtemps. Je fus évidemment incapable de cacher mon hystérie.

- Wow ! J’avais oublié à quel point il est plaisant de se servir d’une baguette dans le cadre d’un vrai affrontement !

Je n’avais cessé d’être nostalgique ces dernières années, croyant que j’avais trop perdu la main pour m’y remettre. Lors du Club de Duel, je n’avais pas été spécialement bonne ou mauvaise mais ce sentiment d’hystérie n’était jamais apparu. Il m’avait fallu être au milieu du combat pour réaliser les choses et laisser éclater mon potentiel. Un peu comme pour ce fameux dernier duel à Poudlard. Je n’avais pas connaissance de beaucoup de sorts à l'époque, mais j’avais fait preuve d’une certaine ingéniosité une fois face à la menace, aidée par l’adrénaline et le stress. C’était donc ça, il fallait me jeter dans le danger pour me rendre efficace avec ce bout de bois comme prolongement de mon bras.

- BON. C’est pas le tout, mais les Eruptifs nous attendent, lançai-je avec une étrange gaité, tout en utilisant une énième fois le sortilège d’Oubliette.

Celui-là, je ne le connaissais que trop bien et il ne fallait pas être spécialement doué pour l’utiliser. Mon père m’en avait tellement voulu lorsque je lui avais sorti ça, sachant que c’était plus ou moins le seul sort qu’il utilisait dans le cadre de son travail. Après tout, ce n’est pas pour rien qu’on les appelle les Oubliators.

D’un autre mouvement de ma baguette, je me débarrassai du liquide au sol ainsi que des éclats de verres provenant de mes fioles. Le ménage ainsi fait, je repris tranquillement, quoi qu’avec un certain entrain, la direction du parc à Eruptifs qui se trouvaient quelques mètres plus loin. Une fois parvenue à celui-ci, je passai la grille comme si de rien n’était – de toute façon, c’était un sortilège qui empêchait les animaux de s’enfuir et non pas cette espèce de grillage, ayant plutôt pour but de dissuader des cinglés d’entrer. Mais nous étions apparemment assez cinglés pour le faire et même pour aller à la rencontre de ces animaux gigantesques.

HJ : Désolée du méga retard, en espérant que ça te semble un minimum correct !


Dernière édition par Demelza Resnald le Jeu 11 Jan - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 109
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Mar 9 Jan - 11:30

Miss Worpel accepta l’ordre de Nigel, ce dont il lui fut reconnaissant car l’effort lui demandait une concentration certaine. L’important c’était surtout que l’un d’eux obtienne l’ingrédient manquant, et mieux valait que ce soit la sorcière du groupe. Nigel trouverait bien, quant à lui, un moyen de se sortir du pétrin lorsque l’apothicaire serait hors de danger. Le vampire resta parfaitement immobile le temps que sa partenaire disparaisse, espérant intimider ses adversaires pour qu’ils se tiennent tranquilles jusqu’à ce qu’il soit de nouveau disponible pour eux. En revanche il ne s’attendait pas à la suite. Le dernier gardien encore en état d’agir profitait déjà de l’ouverture que lui avait laissée Nigel. Un éclair rouge fusa et, alors qu’il se voyait déjà à nouveau plongé dans l’inconscience, Nigel fut épargné. Le trait de lumière fut dévié à quelques centimètres de lui. Presque aussitôt, l’homme se figea, brutalement pétrifié, et tomba à la renverse. Il y avait de la magie là-dessous, sans le moindre doute, ce qui voulait dire que, contrairement à ce qu’il lui avait demandé, miss Worpel n’était pas partie bien loin. Au lieu de s’intéresser aux éruptifs elle était demeurée aux alentours pour lui porter secours. Et finalement, Nigel n’en fut pas mécontent. Grâce à elle, il ne restait plus pour obstacle que le sorcier en larmes que tenait le vampire à quelques centimètres au dessus du sol. Ce gardien couard ne serait pas un problème. Nigel le reposa à terre, non sans brusquerie car l’effort le rendait malhabile, mais comme il voulait le neutraliser de la même manière que son prédécesseur, le gardien tomba lui-même dans l’inconscience. Trop effrayé, il s’était évanouie. Nigel le regarda tomber à terre sans esquisser le moindre geste pour le retenir et le toisa tandis qu’il gisait à terre.

« Quel poltron ! »

A contrario, miss Worpel faisait quant à elle preuve d’une joie presque déplacée dans ce contexte. Elle confirmait ainsi l’impression que Nigel avait ressentie plus tôt : la sorcière était coutumière de l’illégalité. Elle avait été plus active dans ce domaine par le passé et s’était pour ainsi dire rangée. Nigel lui adressa un sourire carnassier, partageant son avis : l’action, cela faisait du bien. Mais le vampire aurait sans doute besoin d’une dose de sang en rentrant, il avait le sentiment que ces efforts allaient lui coûter. Miss Worpel usa à nouveau de sa baguette sur les sorciers inconscients, puis pour nettoyer le bazar environnant, et les deux complices purent reprendre leur progression. Comme elle le disait, il fallait encore prendre ce pour quoi ils étaient venus, et l’heure tournait. Au moins pouvaient-ils espérer que le chemin serait désormais libre jusqu’aux éruptifs. Un chemin qui n’était d’ailleurs plus très long, ce qui leur permis de l’effectuer sans autre interruption.

Difficile de manquer l’enclos des éruptifs. Ces massifs animaux avaient besoin d’un espace à leur mesure, c'est-à-dire gigantesque. Miss Worpel ne traîna pas en palabres inutiles et franchit la barrière aussitôt. Pressé par le temps, Nigel l’imita un instant après, mais il ne pouvait s’empêcher de se poser des questions.

« Est-ce là tout ce qui sépare le visiteur des animaux de l’enclos ? » demanda-t-il avec étonnement et une certaine circonspection « Est-ce que nous ne devrions pas nous attendre à un autre obstacle ? »

Miss Worpel ne savait peut-être pas tout au sujet de la magie mise en œuvre dans ces lieux mais elle était incontestablement la meilleure experte sur le sujet dans leur duo.

Les éruptifs restaient quant à eux invisibles pour le moment. Malgré leur taille imposante, on ne les voyait guère. L’enclos était grand, avec des recoins sans doute cachés pour la tranquillité des animaux, et la nuit n’aidait certes pas à une visibilité optimale, même pour le vampire.

« Où sont-ils ? J’espère qu’ils n’ont pas été mis à l’abri dans un autre bâtiment, ce ne serait pas notre chance ! »

Mais alors qu’il songeait cela à voix haute, un renâclement discret traversa la végétation, quelque peu étouffé par les feuilles. L’humaine n’avait peut-être rien perçu, aussi Nigel préféra-t-elle lui indiquer la direction.

« Il y a un animal derrière ce bosquet. » chuchota-t-il

D’après le bruit, l’éruptif était endormi. Sans doute avait-il soufflé dans son sommeil, agité par un rêve. Il n’y avait plus, pour les deux complices, qu’à s’approcher aussi discrètement que possible de l’endroit et tenter d’envisager le prélèvement. Nigel n’avait pas la moindre idée de comment procéder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 140
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   Jeu 11 Jan - 23:32


Effectivement, c’était là tout ce qui séparait les visiteurs et les animaux dans le parc. Et cette simple barrière n’était qu’un moyen de dissuader qui que ce soit de tenter quelque chose. Aucune personne saine d’esprit n’aurait osé entrer. La vraie barrière fonctionnelle était magique, dans le sens où aucun Éruptif n’aurait pu sortir de son enclos. Mais rien ne nous empêchait d’entrer. Simplement, qui aurait envie de s’aventurer dans un enclos plein de ces animaux gigantesques et imprévisibles ? Quelqu’un qui aurait besoin d’une de leurs cornes, vous me direz. Eh bien non, car les Éruptifs peuplent une bonne partie du continent Africain et en dehors des chamans, rien ne les protège. Il faudrait être fou pour entrer par effraction dans un Zoomagique afin d’approcher ces créatures…

Et en cet instant, je suis totalement folle.

Nous attendre à un autre obstacle ?

- Possiblement.

Oui j’étais folle, folle et surtout portée par l’adrénaline et l’envie d’action. J’avais eu ma dose mais je n’étais pas contre un Éruptif récalcitrant pour en rajouter une couche et me permettre de dormir paisiblement cette nuit, emportée par une importante fatigue physique et mentale, mais tellement satisfaisante. Entreprendre des affaires légales était d’un ennui, sans parler de ma vie de couple qui partait en vrille à cause de la nouvelle-née. Mais loin de nous le regret quant au choix de garder Amy, qui représentait aujourd’hui ce qui comptait le plus pour moi et je me trouvai en cet instant, alors que je songeais à elle, bien imprudente de me mettre dans une situation qui pourrait priver la fille de sa mère au moindre faux pas.

Aucun faux pas toléré dans ce cas.

Côte à côte avec le vampire, nous avancions prudemment dans la fausse savane à la recherche d’une de ces immenses créatures magiques. Plus nous parcourions de chemin et plus nous allions dans l’obscurité, quittant les lumières artificielles des allées. Les Éruptifs seraient difficiles à repérer malgré leur taille imposante et je n’allais pas me risquer à utiliser un sortilège Lumos, qui pourraient en attirer plusieurs dans notre direction alors que nous n’en avions besoin que d’un. De plus, les attirer ainsi les énerverait probablement et le but était en aucun cas de leur faire du mal. Nous avions besoin de leur corne comme ingrédient certes, mais loin de moi l’envie de meurtrir ces animaux. Je ne prendrais que de la poudre de corne, ce qui serait largement suffisant pour la potion dont le vampire avait besoin.

Je partageai son inquiétude quant au fait que les animaux aient pu être déplacés, quand bien même je ne voyais pas pourquoi faire cela à cette période de l’année. Leur enclos géant et agrandit par magie ne semblait pas avoir besoin de restauration de quelque sorte que ce soit. Tout semblait parfaitement à sa place bien que trop calme. Beaucoup trop calme. La nuit était bien avancée et je ne savais rien du cycle de sommeil et de vie des Éruptifs mais il était possible qu’ils dorment tous, aussi simple que cela puisse paraitre. Voilà qui diminuerait grandement la difficulté de notre tâche ici.

Enfin, le vampire entendit quelque chose que je ne pu percevoir moi-même : le son du souffle d’un animal endormit. Bon certes, il sommeillait, mais au moins nous en avions trouvé un. Prudemment, je m’approchai du bosquet en compagnie du vampire qui semblait encore plus aux aguets. Il semblait penser qu’on allait nous tendre un piège d’une minute à l’autre et ce n’était pas plus mal d’être ainsi alerte alors que pour ma part, je ne faisais attention qu’à peu de choses, trop excitée par le principe et le but final de cette aventure.

Lorsqu’enfin je vis la bête, je réalisai que si elle avait été éveillée, je n’aurais jamais pu atteindre sa corne sans être capable de voler. Et je ne savais pas faire ça du tout. A la limite, j’aurais pu faire voler Nigel d’un coup de baguette magique mais je devrais préalablement lui expliquer comment récupérer la poudre de corne, et nous n’avions pas toute notre nuit. Manquerait plus que je me retrouve entre un Éruptif énervé et un cadavre de vampire grillé à point. Ou quoi que ce soit qui arrive à un vampire encore éveillé alors que le soleil est haut dans le ciel. A moins que d’être ici le protège ? Auquel cas il y serait coincé jusqu’à la tombée de la nuit, et malheureusement, cela arrive assez tard en été.

Je sorti lentement une dague courbée de mon sac sans fond pour m’avancer à pas feutrés vers la bête endormie. Si je pouvais, ne serait-ce qu’en grattant sa corne, en obtenir un peu de poudre, sa puissance suffirait largement pour la potion. Mais il ne fallait surtout pas que le contact ou le frottement la réveille, autrement, je ne donnais pas cher de notre peau et surtout, de notre ingrédient. J’avais néanmoins quelques tours dans mon sac à tester si besoin. J’espérai un peu pouvoir tester mes potions mais je ne dis rien d’autre que ce qu’il fallait dire en cet instant.

- Je vais déjà essayer de prélever de la « manière douce »…

J’avais dit « déjà » comme si je savais déjà que cette méthode ne suffirait pas. Je dû me mettre sur la pointe des pieds pour atteindre la base de la corne, bien que l’animal ait sa tête posée sur des plantes sèches, entre ses deux immenses pattes. Si on peut appeler ça des pattes avant. Plutôt des troncs d’arbre à mon avis. A l’instant où la lame entra en contact avec la corne, je senti l’animal frémir au point où je m’en trouvai pétrifiée dans ma position, perdant le réflexe de survie qu’aurait été le pas en arrière et la retraite de l’autre côté du bosquet.

Cependant, il ne se passa rien de plus, si bien que j’entrepris de commencer un mouvement de raclage pour créer de la poudre de corne, le tout en retenant mon souffle. Je tentai de récupérer cette dernière en plaçant ma main juste en dessous, après quoi je verserai le tout dans un flacon lorsque je serai de nouveau à plat sur mes pieds et sans risque de renverser. Je raclai, je raclai et je raclai encore sans que l’animal ne bronche. D’ailleurs, je n’entendais même plus son espèce de ronflement rauque significatif de son état endormi…

Oh bouse.

Sans que je n’eus le temps de dire ces mots fortement pensés, l’animal releva brusquement sa tête démesurée, sans parler de la taille de la corne. La bête me fixa droit dans les yeux une fraction de seconde, elle souffla bruyamment par les naseaux puis me repoussa façon pichenette du bout du nez, m’envoyant valser dix mètres en arrière. Je tombai de façon peu gracieuse mais heureusement ma chute fut amortie par les herbes sèches qu’il y avait absolument partout. Je me relevai difficilement, avec tout un côté du corps douloureux. Ma dague avait disparue et la poudre s’était envolée. Et l’Éruptif était fâché, très fâché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les secrets du chaudron - avec Demelza   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les secrets du chaudron - avec Demelza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les secrets du chaudron - avec Demelza
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Chemin de Traverse-