Météo du
Moment
Nous sommes en décembre
2017.

Le calme avant la tempête
s'installe en Écosse et en
Ewiland, tandis qu'un air
de fête emplit l'atmosphère.
Noël approche...





 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 Magnétisme [Nigel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Sam 29 Juil - 17:38


Alors que je parlais, je le sentais presque aussi subjugé que moi.
C’était une sensation étrange tout de même, de se dire que cette situation avait été créée au moins à moitié par « magie », via nos attractions dues à nos conditions respectives. Cela ne m’empêchait pas de le trouver plutôt mignon, en dehors de la fascination qu’il m’inspirait. Toutefois, l’ensemble sentait un peu le fake et ça me mettait légèrement mal à l’aise lorsque j’y pensais.
Evidemment, je mettais rapidement ces pensées de côté pour me concentrer sans mal sur la conversation en cours, à laquelle j’avais d’ailleurs fait prendre un tournant aussi inattendu que brusque.

Je n’avais pas pensé qu’il devinerait directement que j’avais du sang de Vélane dans les veines. Après tout, j’aurais pu demander cela par pure curiosité ou parce que je connaissais des femmes possédant ce sang. Mais il avait semblé avoir une petite étincelle dans le coin de l’œil, signifiant qu’il avait compris quelque chose.
C’était d’ailleurs probablement l’explication à son attirance pour moi qu’il avait saisie. Même si sa puissance était moindre tant que je n’avais pas appris à la contrôler. Lorsque je saurais la contrôler, je pourrais aussi la rendre nulle apparemment, au lieu de laisser planer ce semblant de magnétisme étrange.

Cependant, je n’avais toujours pas pris ma décision à ce sujet et j’avais pour l’instant toujours refusé d’entrer en contact avec d’autres femmes « de mon espèce ». N’en déplaise à Heather qui était plus heureuse que jamais d’avoir enfin quelque chose de magique en elle, de ne plus être une simple Non-Maj alors que sa sœur est une sorcière.
Je n’avais jamais réellement compris son complexe d’infériorité mais je n’avais jamais vraiment pris le temps de me mettre à sa place non plus. Elle n’avait qu’une hâte : découvrir comment faire fonctionner ses pouvoirs et alors que je pouvais la garder à l’œil le temps qu’elle était à Londres, ce ne serait plus le cas quand elle serait rentrée et j’espérais vraiment qu’elle n’irait pas essayer de contacter ses femmes dans mon dos ou même d’en parler à notre mère, qui possédait ce sang elle-aussi, nous l’ayant transmis.

Après un long moment de silence qui m’avait laissée me plonger dans mes réflexions, Nigel répondit enfin par la négative concernant une éventuelle expérience culinaire avec du sang de Vélane.
C’était étrangement frustrant et soulageant à la fois. Frustrant car je n’aurais pas la réponse à ma question concernant le gout ou l’éventuelle conséquence de ce sang pour un vampire. Et soulageant parce que je pourrais peut-être bien devenir celle qui lui ferait découvrir la réponse. Et je ressentais cela comme une sorte de privilège étrange.
Là encore, ce devait être un effet de son magnétisme vampirique.

- Effectivement, confirmai-je. Je l’ai su il y a quelques mois de cela. Une demi-Vélane est venue nous parler à ma sœur et moi, elle a affirmé que nous étions attendues par une puissante femme désirant nous expliquer notre « condition ». Je n’ai pas décliné l’offre mais je n’ai pas précisé quand j’irais. Je fis une légère pause avant de reprendre. Je n’y suis toujours pas allée. Principalement en raison des informations que j’ai eues sur ces femmes peu après. Elles ne semblent pas vraiment recommandables…

Je ne savais pas grand-chose d’elles mais le peu que j’avais appris ne me donnait pas vraiment envie de les rencontrer.
Elles se servaient apparemment de leurs pouvoirs pour amadouer les hommes et les esclavager, globalement. Leur soutirer des informations, vendre ces informations, devenir très puissantes dans la société, et rien de cela ne me paraissait très bien.
Contrairement à Heather, qui ne pensait qu’à les rencontrer.

- Désolée, je ne contrôle pas ce pouvoir encore.

J’avais l’impression qu’il prenait mal le fait d’avoir été « magiquement attiré » par un autre être. Et surtout alors que lui-même faisait partie de ces êtres au glamour incomparable. Peut-être son ego en avait-il pris un coup ? Ou qu’il était tout simplement déçu de se rendre compte qu’il n’y avait peut-être rien de vrai là-dedans, un peu comme moi.
J’eu un regard légèrement voilé pendant quelques instants puis, une idée me vint. Je n’avais peut-être pas besoin de rencontrer ces étranges femmes qui prétendaient vouloir m’aider à me contrôler. Je pourrais peut-être tout simplement demander à quelqu’un qui possède un pouvoir similaire, un peu comme Nigel. Après tout, il devait avoir une certaine maitrise sur son pouvoir, non ?

- Vous le contrôlez, le vôtre ? demandai-je avec une once d’espoir dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Jeu 10 Aoû - 22:19

Miss Kalista eut a bonté de confirmer l'hypothèse de Nigel. La conclusion était certes logique mais il était toujours utile d'en être certain avant d'extrapoler. La chose n'était pas banale par ailleurs : une vélane d'origine moldue, cela avait de quoi attirer l'attention de Nigel.

« Elles ont cette réputation, en effet » confirma-t-il sans grande utilité.

Difficile d'en dire plus au sujet des vélanes. Certes il avait lu quelques textes à leur sujet mais jamais il ne lui avait été donné l'occasion de rencontrer l'une de ces créatures. Quant à savoir si ces ouvrages étaient exacts ou non… il fallait sans doute faire le tri entre le bon grain et l'ivraie, comme en ce qui concernait les vampires, d'après ses observations.

Nigel chassa d'un geste les excuses de miss Kalista au sujet de son absence de maîtrise. Le vapire n'aurait pu lui reprocher ses capacités. Non seulement cela aurait été mal venu mais cela aurait également été fort culotté de sa part, et quelque peu hypocrite sans doute. Une histoire d'hôpital et de charité passa fugitivement dans son esprit avant de se faire chasser promptement. quant à ses espoirs, il ne pouvait faire autrement que les décevoir, malheureusement. Il hocha négativement la tête lorsque miss Kalista l'interrogea au sujet de sa maîtrise du charme vampirique (que d'aucun nomme du nom si ridicule de "glamour").

« Je n'ai pas cette capacité, j'ignore même si l'on peut qualifier ce "charme" de pouvoir dans un cas comme le mien. Certes il m'est possible de l'accentuer et d'en jouer, cependant je suis incapable de le manipuler, et encore moins de le faire disparaître. Chez les vampires, il ne s'agit que d'un appât, en quelque sorte naturel, permettant d'attirer les proies plus facilement. Cela lui retire singulièrement de son charme, ne trouvez-vous pas ? » ajouta-t-il avec un léger sourire destiné à alléger sa déclaration qui sous tendait que la jeune femme aurait pu être au menu cette nuit, sans la moindre difficulté qui plus est, à voir l'effet que cet appât avait sur elle. Pour autant, Nigel n'en perdait pas le nord, ni le centre de son intérêt : « Vous ne vous êtes jamais douté de rien avant cela ? »

Il fallait dire ce qui était lui-même aurait tout aussi bien être au menu de miss Kalista à en juger par l'effet que son pouvoir exerçait sur lui. Ainsi, il était difficile de croire que personne d'autre n'avait eu affaire à lui avant Nigel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Lun 14 Aoû - 16:18


Je fus étonnée devant la réponse du vampire.
Alors comme ça, il avait déjà entendu parler de ces femmes ? Je n’en savais pas grand-chose mais elles m’avaient semblée être particulièrement secrètes. Peut-être que les créatures savent plus de choses entre-elles que nous en savons d’elles.
Et c’est à ce moment que je réalise que je dis « nous » et « elles » comme si je ne faisais même pas partie de cette seconde catégorie mais seulement de la première. Or, c’est officiel, je suis une sorte de créature, moi-aussi. Grand mal m’en fasse.

Je n’eus pas spécialement envie de m’étaler sur le sujet et de lui poser des questions sur son savoir. Je ne voulais plus vraiment entendre parler des Vélanes pour le moment et je me portais toujours très bien alors que je n’avais toujours pas rencontré cette « femme ».
Elle ne me voulait très certainement aucun mal, autrement elle m’aurait probablement envoyé d’autres émissaires beaucoup moins cordiales. Je savais toutefois qu’il n’était pas judicieux de trop la faire attendre et j’irais probablement à sa rencontre seule, alors qu’Heather serait retournée aux Etats-Unis. Elle m’en voudrait sûrement beaucoup, mais c’était comme ça et pas autrement.

Heureusement, Nigel en revint à notre autre sujet : nos capacités d’attraction.
Il chassa mes excuses et avoua lui-même ne pas totalement contrôler son pouvoir. Alors il était dans le même cas que moi. Il possédait cette sorte d’aura autour de lui qui semblait attirer tous les regards et j’imaginai qu’il pouvait l’appuyer pour attirer sa proie dans sa tanière ou bien choisir de l’ignorer. Pour ma part, je l’avais ignoré toute ma vie sans vraiment m’en rendre compte.
Aujourd’hui, en ayant connaissance de la chose, c’était beaucoup plus compliqué. Parfois, j’avais envie de m’en servir mais je ne savais pas comment et aussi, je n’étais pas certaine d’apprécier.
Ou pire, j’allais apprécier.

- A peine, admis-je avec un sourire, me disant encore une fois que je n’étais peut-être ici que grâce à ce pouvoir magnétique. Disons que je ne l’ai jamais réellement remarqué. J’ai toujours été solitaire et donc, je ne me suis pas trop comparée à d’autres. Du coup, j’ai peut-être eu l’impression que l’effet que je faisais était « normal ».

Ou quelque chose du genre.
Je ne m’étais jamais posée trop de questions sur mon image mais je savais que je n’étais pas repoussante. De là à soupçonner un quelconque pouvoir d’attraction, j’étais bien loin du compte.
Et si toutes mes conquêtes avaient en fait été victimes de cette capacité apparemment possédée depuis ma naissance et dont je n’avais aucun contrôle ? En fait, c’était limite vexant de réaliser que cela était tout à fait possible. N’avais-je donc aucun charme naturel ?

- C’est un peu triste en fait, dis-je en baissant le regard vers mon verre encore vide. De ne jamais savoir si on plait vraiment.

Enfin, sauf si le but est de tuer la personne, ou d’abuser d’elle, évidemment. Dans ce cas-là, aucun problème de confiance en soi, c’est la fin qui justifie les moyens.
Mais dès lors qu’on souhaite réellement s’intéresser à quelqu’un, comment cela se passe ? Impossible de « désactiver » ces pouvoirs qui ne sont apparemment pas contrôlables du tout. Du moins, du point de vue d’un vampire. Voilà peut-être enfin une raison d’aller rencontrer cette fameuse Vélane afin de lui demander conseil à ce sujet.
Même si je savais déjà qu’elle possédait réponses à toutes mes questions, j’hésitai toujours.

Au fond, je savais qu’il m’avait attirée avec son pouvoir, mais je ne pouvais me retirer de la tête qu’il y avait une part de mon libre arbitre qui avait tout de même joué là-dedans.
Je n’étais tout de même pas juste tombée dans ses filets comme ça ? Il semblait réellement me plaire, non ? Je relevai les yeux vers lui pour le détailler et j’en conclu qu’effectivement, il n’était pas mal conservé, bien que je ne connaisse pas son âge. Il avait ce petit quelque chose un peu « à l’ancienne » dans son look et même dans la façon dont il portait sa coiffure. Ce genre de chose peut créer son petit effet.
Je détournai soudainement le regard pour checker Heather – qui n’avait pas bougé mais avait apparemment bien bu depuis le temps – afin qu’il ne me voit pas le fixer trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Mar 29 Aoû - 19:23

Miss Kalista ne sembla pas mal accueillir la remarque de Nigel quant à leurs charmes quelques peu artificiels.

« Solitaire, vraiment ? »

Son sourcil se haussa lorsque Nigel considéra la jeune femme à la lumière de sa déclaration. Il trouvait étrange qu’une telle personne puisse être seule. Même en mettant toute considération magique de côté, miss Kalista semblait digne de susciter l’intérêt chez autrui. Il était fort probable, donc, que la jeune femme soit de celles qui repoussent les autres par désir de demeurer seule. C’est ce que l’on pouvait entendre dans ses paroles : un besoin d’être appréciée par un petit nombre sincère. Il est vrai que dans le cas de la jeune femme ce pouvoir remettait en cause toute sa vie, ce qui n’avait pas été le cas pour le vampire, du moins pas à la manière dont miss Kalista l’entendait.

Rassurant, Nigel allongea le bras pour poser brièvement sa main sur le poignet de la jeune femme.

« Vous n’avez rien à craindre, croyez en le vieux charmeur qui se tient devant vous, la magie n’est pas seule responsable de votre charme. »

On ne pouvait déclaration plus sincère. Le vampire savait de quoi il parlait car il aimait étudier les belles choses autant que l’âme humaine, et son intérêt pour miss Kalista ne tenait pas seulement à l’attrait magique qui coulait dans son sang.

Il y eut un instant de flottement. Leurs regards plongés l’un dans l’autre, ils s’observaient mutuellement. Nigel rassembla ses mains autour de son verre, il ressentait comme une tension, un courant… quelque chose se passait entre eux, quelque chose de… magique. C’était bien là le mot le plus approprié. Miss Kalista avait raison, leurs pouvoirs respectifs étaient efficaces, pour autant Nigel n’était pas déçu. Malgré ses réserves au premier abord il avait à présent le désir de mieux connaître la jeune femme.

Elle se détourna soudain, rompant le charme. Gêne ou inquiétude sincère pour sa sœur ? Pour sa part, Nigel se sentait désormais gêné par la présence d’autres personnes alentours -fussent-elles peu nombreuses- et aurait aimé se trouver en des lieux plus intimes. Miss Kalista ne voyait peut-être pas les choses sous le même angle. Deux jeunes femmes seules en pays étranger, cela n’était pas sans dangers et Dieu seul savait ce qui pouvait arriver à deux jolis brins de filles comme elles. Etait-ce là la raison de l’inquiétude de miss Kalista au sujet de sa sœur ? Si c’était le cas, sa demande risquait de mettre fin à cette rencontre si… captivante. Nigel considéra un instant la sœur de miss Kalista puis en revint rapidement à l’aînée des sœurs, qui l’intéressait plus.

« Votre sœur saurait-elle se débrouiller seule ? » demanda-t-il. Il tentait sa chance en essayant d’afficher plus de confiance qu’il n’en ressentait quant à la réponse de la jeune femme. Il espérait qu’elle ne prendrait pas mal cette invitation qui n’avait d’autre but que d’obtenir un peu d’intimité sans pour autant avoir d’idée malhonnête en tête. Il espérait aussi ne pas obtenir une réponse dictée par le charme vampirique que la jeune femme pourrait regretter ensuite. « Si vous consentiez à la laisser seule, peut-être pourrions-nous continuer cette discussion plus tranquillement, ailleurs ? J’ai une chambre au Chaudron Baveur, mais si vous préférez un endroit moins isolé je vous laisse choisir à votre convenance. »

Malgré son désir de discuter tranquillement loin d’oreilles indiscrètes et d’yeux curieux, il pouvait concevoir la méfiance que sa proposition pouvait éveiller. Miss Kalista devait d’ailleurs, si elle avait ne serait-ce qu’un peu d’instinct de survie, se méfier. Elle avait cependant un atout contre lui : une baguette magique. Il misait là-dessus pour que la jeune femme se sente assez assurée pour accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Mar 29 Aoû - 23:32


J’avais baissé le regard face à son étonnement et m’étais autorisée à revêtir un léger voile triste sur mes prunelles d’un bleu généralement pétillant.
Souvent, la couleur de mes yeux variait en fonction de mon humeur. En cet instant précis, elle devait rappeler la froideur mais la ténacité de l’acier.

- Vraiment… répétai-je comme pour confirmer. Mais j’ai appris à apprécier la solitude.

C’était vrai, du moins au début.
Sinon, comment aurais-je pu tenir jusqu’à maintenant ? Car cela ne datait pas seulement de mon départ pour l’Europe ni même de mes road trips en solitaire, non. Cela remontait à bien plus loin, à l’école Non-Maj. Déjà à cette époque, j’avais été très seule. Je me faisais de nouveaux amis chaque année scolaire pour les perdre l’année suivante car je n’étais pas assez proche d’eux. Encore aujourd’hui, je ne sais pas si c’était moi qui les fuyais, ou si c’était eux qui décidaient de ne pas rester dans mon entourage.
La pire chose qui m’arriva à ce sujet fut de perdre ma sœur alors que je rentrais à Ilvermorny. Aujourd’hui, elle m’a heureusement pardonné – bien que je n’ai rien fait de mal – et même si elle peut se montrer « lourde », j’apprécie l’avoir de nouveau près de moi.

Il m’avait sortie de mes pensées en m’attrapant délicatement le poignet sans que mon instinct de survie ne daigne se manifester pour esquisser le moindre mouvement de recul.
Ce contact ardent et glacé à la fois me tira un frisson particulièrement long, si bien que je vis de fins poils se hérisser sur mon avant-bras. Il me faisait décidément de l’effet, glamour ou non et je lui en faisais aussi, j’en étais presque certaine, bien que la vague idée qu’il ne s’agisse d’une ruse pour m’étriper derrière le pub demeurait quelque part dans mon esprit. Le temps sembla figé alors que nos prunelles magiques s'étudiaient

Je ne sus quoi répondre à son explication que je soupçonnai un brin séductrice.
Du moins, cela en donnait l’impression et ma peau de porcelaine devint facilement rosée au niveau de mes pommettes. Un rien pouvait faire virer mon visage au rouge, mais juste les pommettes, c’était tout autre chose. J’étais clairement gênée par son probable sous-entendu et pourtant, j’appréciai totalement ce compliment déguisé tout au fond de mes tripes. Et pour une fois, c’était franchement agréable.

M’étais-je déjà sentie aussi désirable auparavant ? Je veux dire, avant l'acte, moment où il n'y a plus place au moindre doute.
Je songeai soudainement à tous les hommes – et femmes ? – importants que j’avais pu croiser durant ma vie. Il y avait eu le premier, Milo, du temps où je faisais mon échange à Poudlard. Nous étions probablement trop jeunes à ce moment-là pour voir au-delà d’une beauté superficielle. C’était il y a seulement trois ans. Avais-je tant changé en trois ans ? Possiblement.
Il y avait eu Alexis, cette extravagante rencontrée au détour d’un couloir après un cours à Ilvermorny. Elle était devenue ma meilleure amie du moment et parfois plus que cela. Sans partir dans quelque chose de sérieux, nous avions eu nos petits côtés tendus parfois. Surtout elle, jalouse comme elle était.
Il y avait eu Ezio, une histoire compliquée. Je m’étais d’abord sentie responsable de lui, ce qu’il avait détesté, avant de le voir en meilleur état, là où tout bascula lorsque je ressenti de la jalousie pour la première fois de ma vie ; un bordel entremêlant attirance, ego, fierté, et félins. Je vous avais dit que c’était compliqué.
Il y avait eu Lui. Celui qui jusqu’à aujourd’hui avait accompli le haut fait de me pousser à poser mes valises plus de trois mois au même endroit. Je me savais attirante et désirable à ses yeux, certes, car il me l’avait démontré rapidement, en réponse à mon propre intérêt pour lui.

Et il y avait Nigel. J’aurais bien voulu dire qu’il était le plus intriguant de tous, pourtant, je me rendis compte qu’ils avaient tous représenté des personnalités atypiques à mes yeux. A croire que je les attirais, ou bien qu’elles me plaisaient, tout simplement.
Néanmoins, c’était la première fois que je me sentais aussi désirable avant qu’une quelconque action ait été entreprise, et c’était étrangement réjouissant. Si l’on mettait de côté le charme de Vélane, bien entendu.

C’était cette tension qui me plaisait. Cette tension palpable avant l’action. Il y avait cette espèce de suspens. Tout n’allait pas « trop vite » comme j’avais déjà pu le vivre.
Et puis, comme s’il avait lu dans mes pensées, vint enfin le moment où il me proposa de rester seuls. Juste nous deux. Pas de sœur, de barman ou de clients à l’horizon. Juste nous deux. Mon cœur s’était emballé à cette proposition et bien heureusement, ma raison m’empêcha d’accepter. Du moins, pas sans une certaine méfiance. J’avais toujours eu ce défaut de faire confiance très rapidement. Néanmoins, je savais que je fonçais peut-être droit dans le danger. Je l’aurais donc à l’œil le vampire.

- Le Chaudron Baveur est probablement rempli à cette période l’année. Je ne m’en fais pas trop pour l’isolement, commençai-je avec un petit sourire en coin caractéristique de ma personne. Heather, je la soupçonne d’avoir prévu cette soirée exactement comme elle se passe actuellement…

Dès qu’elle nous avait vus en train de nous reluquer, elle n’avait pas pu s’empêcher de faire l’entremetteuse. Ce serait donc tout à fait normal pour elle et surtout, très satisfaisant, de constater qu’elle avait vu juste en m’envoyant discuter avec le vampire.
M’excusant, je me levai pour aller à sa rencontre. Je constatai qu’elle était pas mal éméchée mais qu’elle n’avait rien loupé à la scène qui s’était déroulée non loin d’elle. Lorsqu’elle me vit ouvrir la bouche pour lui annoncer qu’elle rentrerait peut-être bien seule ce soir, elle me coupa directement.

- J’ai compris, sœurette, t’inquiète, lança-t-elle avec un clin d’œil exagéré.
- Je vais te payer le taxi et attendre que tu sois bien partie. Je veux aussi que tu me préviennes lorsque tu seras arrivée.
- Oh, oh, déstresse ! Ce serait plutôt à moi de m’inquiéter. Ton téléphone fonctionnera là où tu vas ?
- Pas sûr…

Je savais que c’était dangereux et pour lui montrer que je n’étais pas totalement sans défense, je laissai apparaitre ma baguette dans la poche de ma veste. Elle grimaça mais admit que cela devait probablement être suffisant pour maitriser un vampire.
Une fois qu’elle fut prête, je payai le barman – une somme extrême vu les consommations d’Heather – et indiquai à Nigel que je la raccompagnai simplement jusqu’à la route pour la voir partir en taxi. Après quoi, nous serions libres de bouger où bon nous semblera.

- Eh bien voilà, soufflai-je, observant le taxi partir en direction de notre appartement avec Heather à son bord. Chaudron Baveur alors ? demandai-je tout sourire et les mains dans les poches pour ne pas lâcher ma baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Mer 6 Sep - 22:16

Le courant magique qui coulait entre eux était tout à la fois grisant et terriblement effrayant. La fascination mutuelle qui en résultait était puissante et même s’ils avaient conscience de sa nature tous deux n’en étaient pas moins des proies, volontaires peut-être, il était difficile de dire si la volonté avait encore cours ce soir là. Chaque réaction de miss Kalista, sa timidité malgré son franc parler, le rose de ses joues, ce regard qui fuyait mais revenait vers lui inévitablement, chaque geste de cette attirante demoiselle plaçait un peu plus Nigel sous son charme. Le vampire n’essayait plus de lutter, s’échapper lui semblait tout à la fois impossible et un terrible blasphème.

Brièvement, Nigel se demanda quel effet aurait eu la magie de la vélane sur lui s’il avait été un simple humain. Se serait-il pris plus encore dans la nasse de son piège ou au contraire n’aurait-il ressenti aucun des effets de cette si ensorcelante magie ? La question flotta un instant quelque part dans les brumes de son esprit, incorrigible qu’il était il ne pouvait s’empêcher, même en cet instant, d’étudier la nature des sentiments. Presque parfaitement conscient qu’il n’était plus maitre de lui-même et que ses instincts avaient pris les commandes de son corps, son esprit n’avait cependant pas perdu toutes ses capacités, semblait-il. Pour autant cet esprit ne put rien contre l’envie, le désir profond qui naissait, Nigel ne demandait en cet instant qu’une seule et unique chose : terminer ce qui restait de la nuit en compagnie de cette créature plus que fascinante. C’est donc avec grand plaisir qu’il entendit les paroles qu’il désirait entendre : miss Kalista acceptait son invitation. Un sourire léger étira les lèvres de Nigel avec douceur. Le plaisir que lui procura cette réponse allait bien au-delà de ce que les mots peuvent décrire, il sut seulement que, s’il avait eut un cœur vivant, celui-ci se serait aussitôt mis à battre plus fort sous l’effet du contentement.

Les détails de la suite parurent si triviaux en comparaison. Il fallut organiser leur départ, le retour en sureté de la jeune sœur et payer les consommations. Nigel en oublia son livre sur la table, qui fit sourire le barman moqueur après son départ. Lorsqu’enfin le taxi s’en alla après un temps de mise au point entre les deux sœurs, emportant avec lui la plus jeune des deux et l’adresse de l’aînée (que Nigel n’avait pu s’empêcher d’entendre et de retenir), le silence qui tomba autour d’eux fut d’une douceur incomparable.

Le Chaudron Baveur, demanda-t-elle.
« Le Chaudron Baveur » confirma-t-il.

Son regard glissa vers le taxi qui partait. Rien de ce qui s’était échangé entre les deux sœurs ne lui avait échappé, malgré le fait qu’il se soit tenu à l’écart par politesse, et il avait entendu leur inquiétude de l’impossibilité de communications moldues entre elles.

« Peut-être pourrions-nous cheminer à pied ? Vous me feriez grand plaisir si vous consentiez à flâner avec moi dans cette nuit si douce. »

Ainsi, miss Heather pourrait parvenir à destination avant que les ondes magiques ne rendent toute technologie moldue obsolète. C’était là une proposition galante pour aider miss Kalista à se sentir à son aise en sa présence, avec ce qu'il fallait de délicatesse pour ne pas évoquer le sujet de l'inquiétude.

Pourtant, ce n’était pas sans intérêt pour sa propre personne. Il lui semblait qu’il avait eu sa dose de transplanage pour les six mois à venir, a minima (et si rien ne pouvait l’obliger à transplaner, même une fois ce délai passé, il n’en serait pas vexé). De plus, la nuit était douce, tiède de cet air que l’été sait faire planer la nuit sur la Terre. L’heure avancée avait vidé les rues dont la tranquillité invitait à errer au hasard des pas en respirant ce parfum si unique que possédait la nuit.

Plus il y pensait, plus Nigel trouvait cette idée séduisante.

« Accepteriez-vous de me conter votre histoire en chemin ? »

Quoi de mieux que l’œil secret de la lune pour se livrer à de telles confidences ? Nigel désirait en apprendre plus encore sur cette jeune femme au sang de vélane et rien n’aurait su l’en détourner en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Mar 12 Sep - 20:36



Je ne distinguais presque plus les phares du taxi au loin et ce dernier disparu définitivement après un virage.
Reposant mon regard sur le vampire toujours aussi séduisant, je me dis que j’avais pris la bonne décision en choisissant de rester en sa compagnie. Quoi qu’il se passe, je pourrais toujours quitter les lieux par d’innombrables moyens et j’avais plus d’un tour dans mon sac pour me défendre au cas où.
Certes, Nigel ne me semblait en rien dangereux – oui c’est un vampire mais son attitude n’a jamais été menaçante – mais cela faisait peut-être partie d’un plan théâtral tordu pour me vider de mon sang ou que sais-je ? J’espérai toutefois qu’il en soit rien.

Je souri à sa réplique.
Il était vrai que la nuit était douce en ce mois de Juillet et bien que l’été à Londres n’ait probablement rien à voir avec celui que j’avais connu à New-York ou même en Californie ou au Canada, j’appréciai fortement ces températures locales particulièrement agréables.
L’idée de se promener ainsi dans les rues en pleine nuit par ce temps était donc pour le moins alléchante. Toutefois, je restai sur mes gardes, ne souhaitant pas vraiment me retrouver exsangue et étalée dans une ruelle sordide.

- Bonne idée ! Lançai-je en esquissant un premier pas vers notre direction.

Heather mettrait bien quinze minutes pour rentrer et je lui laissai quelques minutes de battement car elle oublierait probablement qu’elle avait promis de m’envoyer un message. Cette balade pédestre était donc parfaite pour lui laisser le temps de me dire quelque chose de rassurant et je pourrais à mon tour la rassurer à mon sujet.
En espérant ne pas me faire attaquer directement après l’envoi dudit message, évidemment !

- Un peu de mystère ne fait pas de mal ! Répondis-je en laissant échapper un rire sincère à la demande du vampire. Et vous en savez déjà beaucoup.

Il souhaitait que je lui balance tout déjà ? Non, c’était bien trop tôt ! Et puis, il en savait déjà beaucoup sur moi dont la partie sur les Vélanes que je n’ai pas raconté à grand monde pour le moment. C’était déjà pas mal.
J’hésitai une seconde puis réalisai que je ne savais pas grand-chose de lui, contrairement à tout ce qu’il savait déjà à mon sujet. Nous avions joué le jeu des questions et réponses mais sans que je ne parvienne à me souvenir quand, nous avions dévié sur autre chose pour laisser tomber ce jeu dans l’oubli.
Lui en apprendre un peu plus sur moi était peut-être la clé pour en apprendre ensuite sur lui. Après tout, c’était lui qui avait lancé l’idée des questions posées l’une après l’autre. Ce n’était donc qu’un juste retour des choses, il me fallait simplement bien sélectionner les éléments que j’allais partager avec lui.

- Hummm, fis-je en faisant durer un certain suspens, l’air joueur.

Comme d’ordinaire, je me déplaçai de façon légère et presque enfantine, les cheveux virevoltant légèrement sous la brise tiède. Mon teint rosé avait fini par disparaitre, signe que j’étais un peu plus à l’aise en présence de Nigel. Ou du moins, un peu moins intimidée.
Mes mains avaient trouvé leur place au fond de mes poches, la droite serrant toujours ma baguette à plume d’Oiseau-Tonnerre. J’avais beau l’air d’être une gamine sans défense et je vivais peut-être sans trop utiliser ma baguette depuis des mois, cela ne m’empêchait pas de me souvenir de mes cours à llvermorny, encore très frais dans ma tête. J’avais d’ailleurs eu d’excellents résultats à mes examens de Sortilèges.
S’il me cherchait des noises, il les trouverait !

- Comme vous le savez, je viens d’une famille de Non-Maj. J’ai découvert le monde magique à l’âge de onze ans alors que j’entrais à Ilvermorny, commençai-je en reprenant les bases de mon histoire. Je n’ai jamais été spécialement proche des autres. Les garçons se comportaient étrangement avec moi et les filles me détestaient…

Je marquai une courte pause pendant laquelle j’escaladai un petit muret, marchant durant une dizaine de mètres avec deux têtes de plus que le vampire, à qui j’accordai quelques regards en coin avant de reprendre.

- Je suis donc devenue solitaire et je ne me débrouille pas trop mal toute seule. J’ai étudié quelques mois à Poudlard tout en développant ma passion pour la photographie : là-bas, j’avais toujours envie de tout prendre en photo et je crois que ça m’est resté.

Comme pour illustrer mes propos, je sorti mon appareil de mon sac afin de le montrer à Nigel.
Je l’avais toujours sur moi. Qu’il soit autour de mon cou ou dans mon sac. Je n’étais jamais sortie avec pour rentrer sans avoir immortalisé quoi que ce soit. Je trouvais toujours une chose que je trouvais belle, intéressante, ou fascinante.
En l’occurrence, j’aurais bien pris Nigel en photo parce qu’il regroupait ces trois critères. Me vint soudainement une question étrange que je m’empressai de poser, m’arrêtant en plein milieu du muret pour faire face au vampire.

- Si je vous prends en photo, vous allez apparaitre dessus ? Demandai-je, toute excitée à l’idée d’entendre la réponse.

Après tout, j’avais entendu dire que les vampires n’avaient pas de reflet.
C’était peut-être faux mais la question de savoir s’ils apparaissaient sur les photos s’était imposée à moi, photographe de métier. Je me devais bien de savoir ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Dim 15 Oct - 21:47

Seuls. Ils étaient désormais en tête à tête (bien que côte à côte) à avancer sans empressement dans les rues désertes de Londres. La nuit était emplie d’un air  doux et tranquille où le monde endormi inspirait les secrets à s’offrir en confidence. La nuit avait ce don de poser sur le monde un voile de mystère dont Nigel faisait désormais partie intégrante. Dans ce contexte, la remarque de miss Kalista trouva sa place tout naturellement.

« Il est fort à propos. » confirma Nigel. « Cependant il est de mon devoir de vous avertir que ma curiosité ne se satisfera pas de cette excuse, justifiée ou non » ajouta-t-il avec malice.

Miss Kalista avait raison quant au fait que Nigel en savait beaucoup, c’était sans compter sur cette faculté dont il avait fait son gagne pain (à défaut de pouvoir parler de profession). Il était déterminé à en savoir davantage, et plus encore, sur la jeune vélane. Son pouvoir sur lui était décidemment bien indécent. En allait-il ainsi pour toutes les personnes qui succombaient à son propre charme ? Difficile à dire. Cette question n’aurait probablement jamais de réponse.

Heureusement, miss Kalista consentit à livrer un peu plus de sa personne. Nigel écoutait religieusement cette jeune femme dont l’accent et le langage fleuraient bon l’autre côté de l’océan. Comme miss Kalista l’avait dit, sa vie ne lui était pas étrangère. Nigel connaissait déjà certains détails, certains chapitres, et ce qui l’intéressait était de coudre ces chapitres ensemble afin de reconstituer le roman qu’était la vie de la jeune femme. Car Nigel aimait les histoires, il les aimait sous toutes les formes et il savait déjà que celle de miss Kalista lui plairait, aidé en cela par un petit coup de pouce magique.

Lorsque les deux sœurs étaient entrées dans le bar, Nigel avait pu observer la jeunesse qui les caractérisait toutes les deux, par la suite celle-ci s’était faite oublier tandis que le vampire discutait avec miss Kalista autour d’une table, boisson alcoolisée à la main. A présent, cela lui revenait et sautait même aux yeux. Dans sa démarche, dans son maintien et dans cette fantaisie dont elle fit preuve en montant sur le muret tandis qu’elle racontait son histoire. Quel âge avait-elle ? Nigel se souvint que les deux sœurs avaient eu des paroles à ce sujet peu après leur arrivée dans le bar, il ne parvint pas à se rappeler si l’âge de miss Kalista avait été donné. Manifestement, elle n’avait pas quitté l’école depuis bien longtemps, les souvenirs étaient encore frais dans son esprit, bien qu’elle ait parlé de voyages. Miss Kalista n’avait donc certainement pas plus de vingt ans, Nigel en était certain. Il n’était même pas sûr qu’elle les ait fêtés.

« Une âme d’artiste » laissa-t-il échapper alors que, perchée au sommet de son muret, à bonne hauteur au dessus de lui, elle lui parlait de son besoin de fixer sur le papier glacé le monde qu’elle voyait autour d’elle.

Comme par nécessité, pour illustrer ses propos, elle extirpa de son sac son outil bien aimé pour l’exposer à ses yeux. Nigel ne s’y connaissait guère en photographie. Simple amateur, son savoir se limitait à admirer le travail des artistes et à en apprécier le talent. L’appareil photo lui paru donc imposant et bien sophistiqué pour ses yeux profanes.

Soudain, miss Kalista s’arrêta. Avec un temps de retard, Nigel l’imita, intrigué. La question qui suivit lui tira un rire amusé. Bien sûr, question évidente, il était presque étonnant que la jeune photographe ne l’ait pas formulée plus tôt. D’ordinaire Nigel se plaisait à faire planer le mystère, cette nuit pourtant, avec miss Kalista, cela lui parut injuste en comparaison de ce qu’il lui demandait. Il fit donc preuve de plus de franchise que prévu en répondant.

« En effet. » confirma-t-il « Cependant, si vous tenez à immortaliser mon image, j’ai une faveur à vous demander. A vrai dire ce serait plutôt une condition non négociable : si vous voulez me prendre en photo je vous demanderai de ne pas la rendre publique. »

Son ton était tout à fait sérieux. Nigel avait prévenu la jeune femme dès le début : il n’était pas fait pour être exposé  la lumière du jour, l’ombre lui convenait mieux et l’anonymat le satisfaisait à merveille. Plus encore, cela lui était nécessaire. Le trafiquant ne pouvait se permettre un nouvel article illustré à son effigie, pas plus qu’il n’en avait la nécessité en tant qu’informateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Lun 16 Oct - 20:17


Les vampires apparaissaient donc sur les photos !
Maintenant que je me répétais ça dans ma tête, cela me semblait tout à fait normal et crédible et je me sentis quelque peu idiote d’avoir douté de la réponse et pire, d’avoir posé la question directement, qui plus est, à un vampire.

Mais ce qui est fait est fait et extérieurement, je laissai apparaitre un sourire radieux, ravie d’avoir eu cette réponse-ci, me donnant par la même occasion le pouvoir de prendre Nigel en photo et ainsi, d’enrichir mon livre de souvenirs.
Cela faisait presque un an désormais que je l’avais commencé, juste avant de partir pour l’Ecosse et juste après ma rencontre avec Ezio, qui m’avait inspiré cette idée malgré lui.
Contrairement au vampire, il avait refusé que je le prenne en photo ce jour-là et je ne pouvais que le comprendre vu son état. J’avais donc mit une photo du Mont Baker tout en laissant cependant une place si j’arrivais un jour à capturer ce Barde sauvage de mon objectif.

- Pas de problème ! Répondis-je joyeusement avant de descendre du muret d’un petit bond agile. Je comptais la garder pour moi de toute façon ! Ajoutai-je avec un léger clin d’œil.

Intérieurement, je grimaçai en me demandant pourquoi et comment j’avais osé faire un clin d’œil à cet homme que je connaissais tout juste. Et puis surtout, ce n’était vraiment pas mon genre. Celui d’Heather, à la limite…
Comme quoi, son charme vampirique avait bel et bien un effet sur moi et mon propre magnétisme n’agissait en rien comme un anti-aimant. Allions-nous être condamnés à s’entre-attirer ainsi sans rien pouvoir y faire ?
Seule la suite de la soirée pourrait nous le dire, et j’avais hâte de voir où cette situation allait nous mener. J’espérai toutefois que je n’allais pas finir exsangue dans sa chambre du Chaudron Baveur ou dans une rue quelconque avant même d’arriver à destination.
Il n’avait peut-être aucune intention de me faire de mal volontairement, mais mon pouvoir de Vélane – bien que je n’aie aucune maitrise dessus – semblait avoir un réel effet sur lui et si j’avais bien suivi notre discussion au bar, il n’avait jamais vécu cela auparavant. Nous n’avions donc rien pour nous certifier qu’il ne pète pas un câble et décide de me rôtir au four pour me dévorer. Version vampire, ça donne plutôt quelque chose comme : abandonner son matos de prélèvement sanguin pour m’arracher la jugulaire d’un coup de canines.

Je frissonnai légèrement mais me repris vite, levant mon appareil photo devant les yeux et pointant le vampire sans aucune gêne. Apparente, du moins.
J’évitai de mettre le flash, histoire de donner une ambiance un peu glauque à la photo – quoi, les circonstances de cette soirée sont un brin glauques tout de même, non ? – et cela me permettrait de bien me souvenir de ce moment. Je ne retoucherai que peu ce cliché, pour les mêmes raisons.
Dans le silence – étrange d’ailleurs pour un mois de Juillet – le léger clic de l’appareil se fit entendre sans problème et je m’empressai de contempler l’œuvre. Attention, je ne suis pas en train de me lancer des fleurs, quand je parle d’œuvre, je parle de Nigel. Je rougi légèrement à cette pensée, tout en m’approchant de lui pour lui montrer le cliché directement sur l’appareil.

- On ne distingue pas grand-chose de vous si ce n’est votre visage. Vous êtes une silhouette mystérieuse dans une ruelle vide et silencieuse de Londres. Les panneaux derrière vous indiquent d’ailleurs où vous vous trouvez et la lumière du lampadaire donne un effet sépia naturel plutôt sympa.

Je n’osai dire que cela m’évoquait Jack l’Eventreur.
Je croisai le regard de Nigel après avoir donné ma petite appréciation de la photo. J'étais venue plus proche de lui que je ne le pensais. Aussitôt, j’eu un nouveau frisson démarrant du bas de ma colonne pour remonter jusque derrière la nuque. Ce spasme ne parut pas inaperçu tant je ne parvins pas à le retenir. Je rentrai légèrement la tête dans les épaules avant d’esquisser une espèce de sourire timide, comme si je redevenais la Kalista du bar, au début de notre rencontre, alors que je ne savais pas à quoi m’attendre.
Je commandai à mon cerveau d’ordonner à mes muscles de m’éloigner légèrement de lui mais rien n’y fit, je ne bougeai pas d’un millimètre. J’eu comme une bouffée de chaleur, perturbée d’être ainsi pétrifiée devant lui sans pouvoir le quitter des yeux. C’était donc ça, la sensation de Charme vampirique ? Je ne pense pas. J’avais plutôt l’impression que les « victimes » ne se rendaient en général pas du tout compte qu’elles étaient charmées. Pour ma part, je m’en rendais compte mais je ne pouvais rien y faire. Peut-être en était-il de même pour lui ?

Il me fallait vite trouver quelque chose à ajouter afin d’éviter un dérapage précoce.
Je réfléchi à une réplique en rapport à tout et n’importe quoi. La température – c’est sûr qu’il me donnait chaud – ou bien la ruelle vide – très pratique pour faire des trucs discrètement – ou alors la photo – sur laquelle il était juste splendide. Damn, impossible de faire le tri dans mes pensées, quel que soit le sujet, tout revenait forcément à lui.
J’étais en train de me prendre la tête.

- Y a… vraiment rien à retoucher, vous… êtes… parfait.

Je terminai difficilement ma phrase dans un souffle, toujours bloquée dans la même position.
Mes mains tenant l’appareil photo de façon à nous laisser voir le cliché mais mes iris d’acier plantés dans les siens depuis tout ce temps sans pouvoir les décrocher.
J’avais l’impression que quelqu’un venait de mettre pause sur le temps. Bien qu’il n’y ait personne aux alentours pour accentuer cet effet de bulle, je sentais bien que c’était ce qui se passait, et c’était tout aussi agréable qu’effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Sam 28 Oct - 12:44

Un large sourire se dessina sur le visage de la photographe lorsqu’elle apprit que le vampire pouvait avoir une image, et qu’il consentait à ce qu’elle l’immortalisa. D’un bond leste, elle descendit de son perchoir et Nigel craignit un instant pour elle et son appareil. Pas de chute cependant mais une réplique agrémentée d’un clin d’œil. Nigel haussa un sourcil étonné. Voilà qui était nouveau. Miss Kalista prenait de plus en plus d’aise en présence du vampire, il semblait que la gêne disparaissait peu à peu. Un frisson chassa cette confiance. La jeune femme avait-elle froid ou cette réaction était induite par autre chose ? Nigel n’osait conjecturer à ce sujet, la réponse ne lui aurait peut-être pas plut –ou au contraire un peu trop. Il lui semblait qu’il faisait doux, cependant la température externe avait désormais peu de prise sur lui depuis que celle de son propre corps avait drastiquement diminué. La jeune humaine quant à elle pouvait tout simplement avoir froid à cette heure si avancée de la nuit que c’en était presque le matin. Cela ne l’empêcha pas de brandir devant elle son appareil photographique. Elle ne perdait pas le nord. Docile, Nigel ne bougea pas mais il ne put se résoudre à détacher son regard de la photographe et préféra ignorer l’objectif. Un cliquettement significatif confirma la prise de vue. La photographe ne traîna pas. A peine vérifiait-elle la bonne prise du cliché qu’elle s’approchait de Nigel pour le lui montrer. Elle avait les joues roses de nouveau, signalant une gêne certaine, que Nigel attribua à l’effet produit par ses appâts vampiriques, ce qui ne le surprit guère.

La véritable surprise, ce fut de découvrir au dos de l’appareil l’image que miss Kalista venait de capturer. Nigel n’avait encore jamais vu un tel équipement. Il comprenait mieux à présent pourquoi l’engin lui avait semblé si technique : il s’agissait sans aucun doute d’un objet moldu. Cela dénotait vis-à-vis de la nature sorcière de miss Kalista, en revanche cela illustrait sans mal ses origines moldues. Quant à la photographie elle-même, Nigel l’aima aussitôt que son regard s’y attarda. S’approchant un peu, il se pencha au dessus du bras de miss Kalista pour mieux voir. Nigel n’était pas amateur des photographies le représentant, de manière générale, néanmoins celui-ci dégageait quelque chose de… il n’aurait su le dire. La description technique et détaillée de miss Kalista ne faisait pas écho aux pensées qui habitaient le model, simple amateur en ce qui le concernait. Sa vision était dictée par les sentiments plus que par des considérations froidement techniques.

« Elle illustrerait à merveille un roman de Sir Arthur Conan Doyle. »

Voilà qui semblait au plus proche de ce qu’il ressentait. Ironiquement, cela illustrait aussi sans mal le milieu dans lequel le vampire évoluait au quotidien. Plein d’ombre, de mystères et de dangers pour qui ne sait pas où mettre les pieds ou n’appartient pas à ce monde, il ressortait sans mal sur cette photographie. Mais cela, naturellement, miss Kalista ne pouvait le savoir. La photographe, elle, devait avoir une idée plus romanesque car, bien qu’elle ne soit de ces jeunes filles écervelées à l’imagination emplie d’images chimériques, nul doute qu’elle possédât sa propre vision du charme vampirique. Cette nuit elle-même en témoignait.

Comme miss Kalista tournait la tête, sans doute pour quêter son approbation, Nigel baissa les yeux vers son regard gris. Il s’y perdit aussitôt, oubliant même ce qu’il comptait dire un instant auparavant. C’est à peine s’il remarqua le frisson qui parcourut la jeune femme, et que pourtant il sentit sans difficulté, si proche qu’il se trouvait. Il n’avait pas eu l’intention de s’approcher si près d’elle, et cette proximité n’arrangea en rien l’attirance qu’il ressentait à son égard. Il avait beau connaître la nature de cette attirance, savoir qu’elle n’était guère naturelle et se dire qu’il n’était guère sain de s’y laisser prendre… il ne luttait pas. Il n’envisageait pas même cette possibilité. L’eut-il voulut qu’à cette distance il n’eût pu faire front. Que peut-on faire face à un tel charme ? Les yeux clairs de la jeune femme reflétaient cette même teinte qu’elle avait appréciée sur la photographie et répondaient à son propre regard avec une telle intensité que Nigel oublia un instant tout le reste. Sa vision n’allait pas au-delà de cette ensorcelante figure parsemée de tâches brunes auxquelles la faible lumière donnait un relief ravissant. Cette même clarté offrait à la chevelure de feu de la vélane des reflets enflammés qui charmaient mieux encore.

Au-delà de tout ce qu’il avait pu connaître, au-delà de tout ce qu’il avait pu imaginer, au-delà de toute limite raisonnable, Nigel était captivé. Il aurait aimé posséder le don de miss Kalista pour pouvoir capturer cette image et la garder éternellement. Elle n’aurait pourtant pu lui rendre justice, car jamais l’appareil ne serait capable de saisir tout ce qui faisait cette ravissante jeune fille.

Ce ne fut que lorsqu’elle tenta tant bien que mal de bafouiller une phrase que Nigel reprit conscience de leur environnement. Partiellement, il se souvint des rues alentours –vides- et de l’appareil qu’elle tenait dans sa main, sur lequel apparaissait toujours son image. Une image dont il ne se préoccupait plus guère.

Réagissant avec retard au frisson qu’il avait ressenti plus tôt, Nigel tenta lui aussi de formuler une phrase qui tombait à côté de ses véritables préoccupations, comme pour essayer de conserver l’apparence de la normalité qui avait pourtant fuit depuis longtemps, à l’instant même où leurs regards s’étaient croisés pour la première fois dans le bar.

« Vous avez froid ? »

Un nouveau temps fut nécessaire avant qu’il parvienne à esquisser un geste et retire sa veste pour l’offrir à la jeune femme. Avec des gestes raides, il passa les bras derrière les épaules de miss Kalista pour y déposer le vêtement. Même s’il n’avait pu lui donner un peu de sa propre chaleur, cela ajouterait un rempart contre la température peut-être trop fraîche pour la jeune humaine.

« Peut-être préférez-vous rentrer ? »

Cela aurait été le plus raisonnable des choix. A vrai dire, ce n’était pas celui qu’aurait fait Nigel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle
avatar




Posteuse en série

Age du personnage : 19 ans
Messages : 169
Localisation : Londres
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Jeu 2 Nov - 21:29


Depuis le début, nos regards s’étaient effectivement croisés. Mais jamais comme ça.
Nos iris ne faisaient pas seulement que se croiser ou s’observer, ils étaient réellement plantés l’un dans l’autre et j’avais pu ressentir l’attraction vampirique bien plus puissamment qu’avant. Ce qui était le plus étrange restait toujours le fait que j’en étais pleinement consciente bien que je ne puisse rien n’y faire.
D’ailleurs, voulais-je y faire quelque chose, au fond ? Pas vraiment. J’étais à l’aise dans cette bulle étrange, masquant les rares bruits, les éventuelles voitures, et autres sons de la nuit. J’aurais bien continué en répétant que le temps semblait s’être arrêté mais cela pourrait sembler exagéré.

J’aurais bien jeté un nouveau coup d’œil à ma photo mais impossible de me décrocher.
Je n’aurais jamais cru que le glamour vampirique était si puissant. A moins de n’être qu’un cas à part ? Il fallait réellement que je prenne contact avec cette Cordelia afin d’en savoir plus sur ce genre de pouvoirs. Même si je ne souhaitais pas les utiliser aux mêmes fins qu’elle, je pourrais au moins apprendre la maitrise et ainsi, espérer le « désactiver ».
Rien n’est plus frustrant de ne pas savoir si la personne est réellement attirée ou si elle a été prise dans mes étranges pouvoirs d’attraction. Nigel vivait certainement cela depuis très longtemps et m’avait affirmé ne pas réellement savoir contrôler ce don. Du moins, il ne savait pas en diminuer la puissance bien qu’il soit capable de l’amplifier.
Il me fallait acquérir un minimum de maîtrise.

J’entendis à peine son commentaire concernant la photo.
La réplique résonna quelques instants dans mon esprit, probablement le temps que je l’assimile. Un roman de Conan Doyle ? Faire des couvertures de livres serait sûrement un job très intéressant. Je devrais y songer pour la prochaine fois. A moins d’oublier totalement ce qui venait de se passer. J’espérai tout de même me souvenir de cette idée qui pourrait changer un peu mon quotidien.
J’avais l’impression de sombrer dans des pensées qui n’avaient réellement rien à voir avec ce qui se passait mais Nigel avait réussi à me sortir de là en me demandant si j’avais froid. Non, pas du tout. Les frissons ne provenaient pas du froid mais de l’effet qu’il me faisait en étant aussi proche de moi.
De nouveau, je tentai d’articuler une phrase mais cela devenait si complexe que j’aurais bien aimé pouvoir me passer de mots.

- Euuh, non. Je veux dire, je… Ce n’est pas le froid qui… Mais il avait déjà mis sa veste sur mes épaules. Enfin bon… Merci.

L’abandon.
Je n’arriverais plus à articuler une seule phrase correctement alors que je me trouvais dans cet état. Du moins, c’était l’impression que j’avais. Alors autant laisser tomber ici-même. A regret, nous avions brisé notre jeu de regard et j’avais replacé mon appareil photo dans mon sac dont j’ajustai la bandoulière. Gênée, je baissai les yeux, passai ma main dans mes cheveux particulièrement emmêlés pour les dégager de la veste. Je plaçai d’ailleurs une mèche derrière mon oreille avant de sourire au vampire. Qui l’eut cru ?
La veste de Nigel me réchauffait quelque peu à dire vrai. Bien que je n’aie nullement remarqué avoir froid et que j’étais persuadée que mes frissons ne venaient pas du tout de là. Néanmoins, cela faisait son agréable effet. J’aurais peut-être préféré qu’il me prenne dans ses bras mais vu la température – hypothétique – de son corps, cela n’aurait peut-être pas fonctionné.

- Rentrer ? Lançai-je, réellement étonnée. Rentrer au Chaudron Baveur vous voulez dire ? Parce que c’est là que nous allons !

Tentant de redevenir moi-même, je m’élançai joyeusement dans la bonne direction.
Lorsque nos regards n’étaient plus plantés l’un dans l’autre, je retrouvais mes esprits. Mais dès que je croisais ses prunelles et que je maintenais plus de quelques secondes, c’en était fini de moi. Et de lui aussi d’ailleurs, si j’ai bien compris ce qui venait juste de se passer.
Cependant, loin de moi l’envie d’éviter ses iris azure. Juste un détail : pas ici. Perdre le contrôle dans un endroit perdu, avec personne pour apporter de l’aide, ce n’était pas trop mon délire. Bien que je ne doutais plus de la sincérité du vampire, qui me semblait être un parfait gentleman comme on n’en fait probablement plus de nos jours.
Une chance qu’il ait survécu au temps qui passe !

- Alors, vous venez ou quoi ? Le taquinai-je, en me retournant pour voir où il en était. J’ai hâte d’en savoir plus sur les vampires !

Alors que j’avais quelques mètres d’avance, je sentis mon téléphone vibrer.
Je m’empressai de le sortir avant d’arriver à destination, où il avait environ 0% de chance de fonctionner. C’était, comme prévu, un message d’Heather qui me confirmait être bien arrivée et qui ajoutait de bien m’amuser, qu’il faudrait que je lui raconte tout demain sans omettre un seul détail, etc.
Je lui répondis rapidement que je me rendais « chez » Nigel et qu’elle n’aurait pas le moindre détail sur le reste de la soirée. Après quoi, je rangeai le téléphone. Cela allait la faire rager.
Soulagée que ma sœur ne soit plus un poids pour moi ce soir, je retrouvai un sourire sincère, continuant d’avancer jusqu’au Chaudron Baveur, qui serait en vue dans quelques minutes maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins
avatar






Age du personnage : 136 ans (26 ans visibles)
Messages : 87
Localisation : Belfast
Occupation : Trafiquant informateur

MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   Mar 14 Nov - 20:53

Quelle sensation étrange que de savoir que l’on fait le jeu de l’illusionniste sans parvenir à en sortir. Plus exactement, sans avoir envie d’en sortir. La proposition de Nigel essayait bien de leur inculquer un peu de lucidité en restant raisonnables, mais ni miss Kalista ni Nigel lui-même ne désiraient suivre cette voie. Tout deux fonçaient tête baissée droit dans les filets de ce piège magique si attirant. Ce qui en ressortirait, nul ne pouvait le prévoir, hormis Dieu lui-même peut-être.

Pas plus que Nigel, miss Kalista n’avait le désir d’en rester là. Elle prit sans la moindre hésitation la direction du Chaudron Baveur. Nigel quant à lui rassemblait ses esprits et tentait d’apporter un semblant d’ordre dans ses pensées chamboulées par la jeune vélane. Elle le devançait de quelques pas lorsque Nigel s’en avisa alors qu’elle l’invitait à la rejoindre. Rapidement, il remédia à cet état en usant de ses longues jambes pour la rattraper. Alors qu’il s’approchait de la jeune rousse, miss Kalista reçu un message sur son téléphone cellulaire. Elle sembla aussitôt absorbée par le petit appareil. Poli, Nigel attendit, tout en cheminant, que la jeune femme ait terminé la rédaction de son message. Durant ce temps de silence, le vampire observa. Il ne perdit pas une miette de ses mimiques et il lui sembla que miss Kalista était contrariée. Plusieurs fois, elle eut un petit froncement indiquant une légère irritation. Miss Kalista s’empressa de répondre dans un message dont la longueur laissait supposer qu’il se composait de plus qu’un simple souhait quant à la qualité du sommeil de sa sœur. Nigel préféra rester en dehors de la conversation sororale, tenant à conserver l’intimité de miss Kalista.

Durant ce temps, le Chaudron Baveur se rapprochait. Doucement mais surement. L’annonce d’un tête à tête se profilait. Ils seraient enfin seuls, à l’abri des regards curieux, et pourraient finir la nuit sans que le vampire n’ait à se soucier de rejoindre son antre avant le lever du jour.

Miss Kalista en vint finalement à ranger son téléphone. Le Chaudron Baveur n’était désormais plus qu’à quelques pas désormais, ils verraient bientôt l’enseigne discrète de l’établissement accueillant nombre d’êtres magiques.

« Votre sœur est parvenue à destination, saine et sauve ? »

Les pensées qui naissaient dans l’esprit de Nigel à l’idée que miss Kalista soit rassurée sur le compte de sa sœur étaient bien égoïstes. Il songeait que désormais la jeune femme était tout entière à lui. Elle n’aurait plus aucune autre considération à l’esprit que leur discussion. Et cela le réjouissait. Sa satisfaction lui donnait le sentiment d’être plus léger, son pas en était lui-même plus leste, comme si de petites ailes lui avaient poussé derrière les talons, tel Hermès. La comparaison s’arrêtait là cependant.

Les derniers mètres s’écoulèrent vite et Nigel tira la porte pour laisser entrer la jeune femme, l’y invitant d’un geste gracieux. Il s’engagea alors à sa suite et repassa devant elle pour lui ouvrir le chemin. Dans la salle, il n’y avait personne. A cette heure de la nuit, cela n’avait rien d’étonnant, la plupart des humains dormaient, bienheureux plongés dans leurs songes.

« La chambre que j’occupe se trouve par ici. » indiqua Nigel en prenant la direction d’escaliers descendant manifestement sous l’établissement.

Aussi étonnant que cela puisse paraître à certaines personnes, le Chaudron Baveur possédait des chambres destinées à l’usage d’être tels que lui, vivant la nuit et ne désirant pas rencontrer la lumière du jour. Nigel s’arrêta devant la deuxième porte sur leur gauche. Bien que le couloir ne soit pas éclairé, Nigel n’avait aucune difficulté à avancer, ni à introduire la clef dans la serrure.

Il n’y avait pas plus de lumière dans la chambre que dans le couloir.

« Entrez, je vous en prie, je vais ajouter de la lumière. »

Il s’empara de son paquet d’allumettes (petite invention bien pratique pour qui ne sait pas se servir de baguette magique) et en craqua une pour allumer la bougie plantée dans le bougeoir sur le meuble juste à côté de la porte. Il souffla l’allumette et emporta la bougie pour allumer les autres bougies éparpillées dans la chambre afin d’apporter une luminosité satisfaisante.

La chambre était d’un confort raisonnable pour une personne contrainte de demeurer douze heures durant dans la même pièce. L’espace était suffisant pour permettre de ne pas tourner en rond tel un lion en cage. Le mobilier, simple, se résumait à un lit (une place), un fauteuil accompagné d’une petite table, ainsi que d’une commode. Une autre porte donnait sur une sale de bain. Une chose manquait cependant dans cette pièce et lui donnait un aspect bien étrange pour qui n’y était pas familiarisé : aucune fenêtre ne venait éclairer la pièce.

« Pardonnez-moi pour le désordre, je n’attendais guère de visite. » s’excusa le locataire provisoire des lieux en posant la bougie sur la table et en s’empressant de ranger ledit désordre.

En fait de désordre, les lieux étaient simplement assaillis par une quantité non négligeable de livres. Sur le lit, sur la commode, sur le fauteuil… plusieurs volumes d’aspect disparate s’éparpillaient dans la pièce. Couverture en cuir ou en papier cartonné, sorciers ou moldus, les livres portaient sur des sujets fort variés. Ils s’empilèrent rapidement dans les bras de Nigel qui les apporta jusqu’à sa grande valise installée au pied du lit. Celle-ci contenait d’ailleurs plus de livres que d’habits, trahissant le temps que passait Nigel à lire depuis son arrivée, et celui qu’il posséderait pour ce loisir d’ici son retour en Irlande.

Une fois la valise refermée, Nigel se tourna vers miss Kalista, qui avait à présent eu tout loisir de faire le tour de la pièce et de s’y installer comme bon lui semblait.

« Soyez la bienvenue dans mon antre provisoire. Vous n’êtes pas déçue, j'espère, de ne pas y trouver de cercueil. » ajouta-t-il avec un air malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t395-nigel-coyle



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Magnétisme [Nigel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Magnétisme [Nigel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le magnétisme curatif
» Les socles magnétiques
» Tres Mauvaise Nouvelle pour Nigel McGuinness / Desmond Wolfe
» Le Nouveau 'Gouverneur" de la Minustah le Canadien Nigel Fischer se Fache
» [PNJ] Un vendeur pour le magnétiseur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Londres-