Météo du
Moment
Nous sommes en décembre
2017.

Le calme avant la tempête
s'installe en Écosse et en
Ewiland, tandis qu'un air
de fête emplit l'atmosphère.
Noël approche...





 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 Costantino Befana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 62
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Costantino Befana   Dim 7 Mai - 20:21


Costantino Befana


•• Nationalité : Italienne

•• Date de naissance  : 31 août 1982
•• Lieu de naissance : Milano, Italia
•• Nature du sang : Cracmol

•• Taille : 185 cm
•• Poids : 85 kg


Origines & évolutions :
•• Famille proche :
Cesare et Bianca Befana, née Valeriana : les parents de Costantino.
Iolanda Lupini : la nourrice et tutrice de Costantino.
Demetrio et Elettra Befana, née Pastore : les grands-parents de Costantino.
Treasa Keyes et Oscar Doherty : la conjointe de Costantino, ainsi que le fils de celle-ci.

•• Scolarité :
Costantino a poursuivi une scolarité moldue classique, parachevée par sa nourrice et tutrice qui lui a enseigné les essentiels du monde magique, notamment les instruments qu’il pourrait être appelé à utilisés lui-même.

•• Université :
Costantino est diplômé en Finances, à l’Universitá Bocconi.

•• Curriculum Vitae :
-Caissier (stagiaire) au cours de ses études.
-Banquier, puis conseiller financier d’abord à Milan puis à Dublin.

•• Lieu de vie :
Dublin, République d’Irlande moldue / EWIland sorcier

•• Occupations :
Conseiller financier



Un portrait esquissé :
•• Qualités et défauts :
Charmeur? Insouciant? Également facile à vivre? Évidemment! N’est pas Italien qui veut. Ni Milanais de surcroît.  Aussi cultivé et que bien habillé, Costantino est un hédoniste qui a le goût du beau, mais qui est aussi économe, pour ne pas dire avare.  S'il est intransigeant en affaires et se montre légèrement méfiant envers les inconnus, une fois que l'on se voit accepté dans son cercle restreint, Costantino se montre être sympathique et avenant.  Ayant le sang chaud, il peut rapidement se montrer impatient et colérique sur les sujets qui lui sont sensibles, alors qu'il n'est en général qu'une douce présence, chaleureuse et réconfortante.  Le genre de personne à qui vous raconteriez vos déboires financiers sans hésitation, par exemple.  Borné, Costantino peut se montrer insistant et égoïste lorsqu'il a une idée en tête.  Généralement décontracté, le Milanais se montre autoritaire dès qu'il est question des personnes qui lui sont proches, ou d'argent.  Il préfère néanmoins largement gérer un conflit par la diplomatie que par une attaque frontale.  Loin d'être un leader naturel, il choisira généralement l'option qui lui permettra de prendre le moins de décisions possible.  Soit en obéissant aveuglément aux règles et autres normes, soit en se reposant sur quelqu'un d'autre pour trancher, soit en se fiant sur la magie des mathématiques.  Doté d'une excellente mémoire, Costantino se montre pourtant rarement rancunier.

•• Allure & silhouette :
Plus grand que la moyenne d'environ 5 centimètres, les cheveux noirs complètement rasés ou coupés très courts, les yeux chocolats, sa silhouette svelte le fait généralement paraitre encore plus grand qu’il ne l’est réellement. Toujours habillé avec style, il a belle allure et sait donner une bonne impression. Son sourire fait des ravages, alors que commencent à percer près de ses yeux ce que Iolanda appelle des pattes de chouettes.  En arrivant dans le climat frigorifique des îles britanniques, il a adopté une barbe fine et bien taillée,dont l'effet protecteur n'est probablement que psychologique...

•• Tics et manies :
Depuis son arrivée dans ces contrées frigorifiques, Costantino caresse souvent sa barbe.
Il a également tendance à se parler à voix haute, généralement en italien.

•• Trois anecdotes :
Costantino est un amateur de l’équipe de football de Milan au même niveau que de son équipe de Quidditch.  Il est simplement plus difficile de posséder de la marchandise sorcière quand on vit comme le parfait petit moldu.

Gamin, il arrivait souvent que l’on prenne à tort les manifestations magiques infantiles de ses cousines et cousins pour les siennes, ce qui a nuit à la «détection» de son statut de cracmol.

Le milanais vit excessivement bien sa situation de moldu né de parents sorciers.  Il ne ressent aucune honte à se retrouver entouré de mages et ne cherche pas à cacher sa «condition».  Pour lui, ce n’est qu’une facette comme une autre de la personne qu’il est, sans que ça ne soit un drame ou une bénédiction divine, ou encore moins un frein à un quelconque projet.

Les informations facultatives:
•• Ma baguette : Inexistante.
S'il en eut une*:
 

•• Mon patronus : Très drôle, c’est un plaisir de tourner le couteau dans la plaie?
S'il pouvait en faire un*:
 

•• Mon épouvantard : Un Pansedefer ukrainien, dirait-il.  Cependant, la réalité lui prouverait que ce sont les gobelins de Gringotts qu'il craint le plus.

•• Ma vision dans le Miroir du Riséd : S’il n’est pas impossible qu’un jour ou l’autre il s’y voit une baguette magique à la main, La plupart du temps il y verrait des choses relativement simples, la plus fréquente étant définitivement un bon repas en famille, avec ses grands-parents, ses tantes et oncles, ses parents, sa petite amie, Oscar et Iolanda.  Surprenant, hein?

*:
 

Pour la petite histoire...
•• L’enfance :
Né dans la demeure ancestrale sur les rives du Lago di Garda, Costantino Befana resta dans la maison multigénérationnelle jusqu’à ce qu’il entre à la fac.  À ce moment, il deviendra le fier locataire d’un minuscule appartement partagé avec un ami d’enfance, qui étudiait pour sa part le droit.  Toutefois, commençons par le commencement, pas par cette étrange entorse à la tradition et au sens commun.

Bianca et Cesare étaient les heureux parents d’un fiston en bonne santé.  Son développement paraissait normal, voir un peu rapide, ce qui était plus que prometteur pour assurer la reprise de la banque qu’ils géraient avec son fondateur, Nonno Demetrio.  La Banca Befana e Figlio était devenue une institution financière respectée dans le nord de l’Italie sorcière.  Aussi bien dire qu’aucun des trois adultes n’avait beaucoup de temps pour élever un enfant.  Heureusement, leur succès leur permettait d’engager une nounou, Iolanda, pour s’occuper du petit garçon.  Nonna Elettra s’occupait également avec un plaisir indiscutable de son petit-fils, le gâtant exagérément, lorsqu’elle n’accompagnait pas son époux à des évènements mondains.  Moins présents, les grands-parents cognatiques du jeune garçon ne sont qu’un vague souvenir à la mémoire de l’homme qu’il est devenu.  Il se souvient tout de même de leur décès, à quelques mois d’intervalle, de sa peine ainsi que de celle de sa mère.

•• L’adolescence :
Puis, peu de temps après, la vie du jeune italien bascula en l’espace de quelques semaines.  Lorsqu’il ne reçut aucune invitation dans les institutions sorcières ni de Lombardie ni d’Italie ni d’ailleurs, ses parents durent se faire à l’idée : depuis un peu plus d’une dizaine d’années, ils vivaient dans le déni de l’évidence, cherchant à expliquer par la magie ce qui n’étaient que hasards et coups de chance.  Ils étaient temps qu’ils acceptent la réalité : leur fiston n’avait pas la moindre goutte de sang magique de plus que le premier moldu venu.

Des années plus tard, Costantino apprendrait pourquoi il ne revit plus ses grands-parents par la suite.  Derrière les portes closes, Demetrio était un fervent puriste du sang, et il accusa son fils d’être la cause de cet échec, lui ordonnant de lui faire réparation en lui apportant un héritier digne de ce nom.  Cesare lui tint tête, insistant sur l’amour qu’il portait à son fils et qui ne serait pas entaché par un concept aussi archaïque que la pureté du sang – auquel il avait jusqu’alors cru adhéré – et Bianca renchérit que ce n’était pas ainsi que l’on décidait de donner la vie.  Elettra souligna que les bonnes épouses obéissaient à leurs maris, et qu’elle avait toujours été trop égoïste pour lui donner la joie d’avoir davantage de petits-enfants.

Tout ce que Costantino sut à ce moment, ce fut qu’il ne reverrait plus ses grands-parents ni une partie de ses oncles, sans qu’on lui explique pourquoi, et qu’il n’était pas un sorcier.  Bien qu’attristé par cette perte, le garçon vécut son deuil sans causer trop de problèmes.  Ayant tout de même été bercé par les commentaires de ses grands-parents, il pouvait aussi bien dire qu’il n’était pas un Homme.  Persuadé d’être une source de déception pour ses parents, il rejoignit un collège moldu et y développa une passion tardive pour les kits de magie moldus, pour lesquels il fallait bien avoué qu’il se montrait plutôt doué.  Habile en subterfuge, cela venait jouer à son avantage.

Il s’entendait généralement bien avec les autres élèves et quelques professeurs, mais son entourage immédiat s’était vu grandement élagué, ses amis d’enfance étant principalement des sorciers au sang pur, qu’il ne pouvait revoir que lors des vacances, lorsque leurs parents le leur permettaient.  À la fois respecté et apprécié par ses pairs, il se fit de nouveaux amis, moldus, auxquels il ne parlait jamais de ses tentatives de jouer les apprentis-magiciens.

•• Les études :
Élève normal, respecté mais non adulé, ni premier de classe ni troll, il sortit du lycée avec des notes correctes, similaires à plusieurs de ses confrères, et se lança aussitôt dans la carrière qui l’attendait depuis sa naissance : banquier.  Pour lui, ce n’était même pas une question.  Bien que ses parents ne l’aient pas poussé dans cette direction, c’était bel et bien ce qu’il avait envie de faire.  Il était talentueux avec les chiffres et aimait conseiller les gens, après tout.  Il avait conscience qu’il ne serait certainement pas engagé chez les sorciers, mais les moldus aussi avaient besoins de services financiers.  C’est à cette époque qu’il emménagea avec son ami Massimo, futur avocat.  C’est alors qu’une facette de sa personnalité jusqu’alors entrevue seulement émergea : une intransigeance en affaires qu’on n’aurait pas soupçonnée au garçon ou à l’adolescent légèrement naïf qu’il fut.

Si les évènements qui se produisaient dans les îles britanniques venaient parfois à ses oreilles d’adolescent, l’Angleterre et le Royaume-Uni lui semblaient bien trop lointains pour qu’il n’y accorde guère d’importance.  Si il comprit l’inquiétude qui avait secoué ses parents lors du dévoilement du sérum H, il ne trouvait pas que c’était un si terrible châtiment que d’être condamné à vivre en moldu.  Ne le faisait-il pas, lui?

Quelques mois avant l’obtention de sa licence en finances, Cesare vint rendre visite à son fils, pour lui apprendre que son père venait de prendre sa retraite et de lui léguer Befana e figlio.  Il lui apprit également que la banque était en très mauvais état, et Costantino sut enfin pourquoi ses grands-parents s’étaient montrés aussi distants depuis son entrée dans l’adolescence.  Par esprit de vengeance, Demetrio s’était dévoué à saboter son navire et le cribler de dettes pour qu’il puisse le léguer à son fils alors qu’il était au bord de la faillite.  Épris à la fois d’un sentiment de culpabilité et de honte, le sourire qu’il portait constamment se brisa en milles éclats de sanglots.  Après tout, c’était bien de sa faute si son père et son grand-père était en froid, et si ses parents risquaient de se retrouver sur la paille à tout moment.  Il s’ensuivit une longue discussion au cours de laquelle Cesare assura à son fils qu’il ne regrettait aucune des décisions qu’il avait prises concernant son fils, qu’il l’aimait tel qu’il était, que si c’était à recommencer, il referait tout de la même manière et que Bianca était à cent pourcent d’accord avec lui.  Rasséréné et plus serein, Costantino réalisa alors qu’il s’évaporait le poids avec lequel il avait vécu tout ce temps : cette crainte de ne pas être à la hauteur, d’être un embarras pour ses parents ; cette peur qui l’avait rongé dans l’ombre à son insu venait de s’évaporer.  Il réalisait alors qu’il le cessait que, presque toute sa vie, il s’était vu comme un handicapé alors qu’il n’était qu’un cracmol ou, comme il décida de le formuler pour éviter les connotations péjoratives, un moldu né de parents sorciers.

•• La vie adulte :
Des années plus tard, la situation de ses parents s’était stabilisée, ainsi que la sienne.  Il était désormais un jeune professionnel devant lequel une belle carrière s’ouvrait et c’est à Paris, lors d’une conférence de la société mère pour laquelle il travaillait, que sa vie bascula pour la deuxième fois.  Au petit-déjeuner, un gamin courrut à sa rencontre et, ne l’ayant pas vu, se heurta aux rotules de Costantino de plein fouet pour se retrouver par terre, sur les fesses.  Sa mère ne tarda pas à s’excuser, et tout ce que le milanais put faire fut de lui sourire.  La tête rousse, qui n’avait visiblement pas dormi depuis des années, était la plus belle vision qu’il lui ait été donné d’admirer depuis longtemps.  L’italien poursuivit son chemin, muet, et eut le coeur léger toute la journée jusqu’à ce qu’au soir, il retrouve le même duo dans le lobby.  Le garçon qui se prenait pour une tornade tourmentait sa mère angélique et, dans un effort de donner un peu de répit à la jolie dame et de, qui sait, peut-être lui échanger quelques mots, Costantino sortit un jeu de cartes de sa poche et demanda au gamin s’il désirait voir un tour de magie.

Un peu moins de deux heures plus tard, Oscar fut hissé dans les bras de Treasa, qui le remercia chaleureusement de s’être occupé de son fils et lui demanda si elle aurait la chance de le croiser de nouveau le lendemain matin.  Le temps filait à toute allure et, sans qu’il ait trop eu le temps de comprendre comment, Costantino s’était retrouvé avec les coordonnées de la jeune femme, qui l’avait invité à rester en contact sur les réseaux sociaux.  Et ils restèrent en contact si bien que, quelques mois plus tard, Costantino visitait Dublin pour la première fois, avec ses deux guides.  En l’espace d’un weekend, l’hédoniste était tombé amoureux de la ville et à son retour à Milan, la première chose qu’il fit fut de demander une mutation vers la capitale irlandaise.

Trois ans plus tard, il partageait un appartement avec Treasa et Oscar, qu’il traitait comme son propre fils.  Même le père du petit était en termes plutôt harmonieux avec lui.  Costantino se contentait d’aider Oscar dans ses devoirs, et à lui apprendre la magie moldue,  laissant ses parents biologiques s’occuper eux-mêmes des décisions sérieuses concernant le garçon.

Quant à la situation politique sorcière?  Costantino se tient informé, mais plus que jamais se sent déconnecté de cette réalité.  Sa famille, ici, n’était-elle pas moldue?  Certes, certains de ces évènements lui paraissent inquiétant, mais comment cela pourrait-il donc venir affecter la petite vie bien rangée qu’il mène avec sa copine et son petit protégé de 8 ans à peine.


Comment avez-vous connu le forum ?
Les Top Sites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
avatar




Admin

Messages : 1301
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: Costantino Befana   Ven 12 Mai - 22:01

Tout est en ordre. Nous nous occupons de ta validation dans la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com
avatar




Admin

Messages : 1301
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: Costantino Befana   Ven 12 Mai - 22:52

Bienvenue dans la communauté

Carte n° 820831170512


Nom : Befana
Prénoms : Costantino
Nationalité : italien

Sexe : masculin
Né(e) le : 31 août 1982
A : Milan (Italie)

Lieu de vie : Dublin
Occupation : conseiller financier




En hj...

C'est un plaisir que de vous accueillir, toi et ton personnage. Nous avons tout particulièrement apprécié que tu aies choisi d'incarner un cracmol, à l'histoire et au caractère atypique. Nous ne doutons pas qu'il trouvera sa place dans notre communauté. Nous espérons, quant à nous, que tu t'y plairas.

Maintenant que tu es validé(e), pense à compléter les différentes listes et référencements : listes des prénoms, des patronymes, des avatars, des lieux de naissance et de vie. Le cas échéant, recense également ton personnage dans l'inventaire des métiers et occupations et dans les annuaires de Poudlard et de l'Université.
Veille à mettre à jour ton profil (Scolarité, Université, Occupation, Localisation, Âge du Personnage...) et les différents champs de contact (Fiche et Portrait du Personnage).
Nous avons instauré un système de Gallions, points, récompenses et pénalités. Afin de consulter ton capital, réclamer des privilèges ou quelque autre formalité que ce soit, tu peux te rendre dans ton Capital.
Pense également à aller faire un tour par ici afin de nous laisser tes avis, remarques, et compagnie...
Maintenant que tu es validé(e), il ne te reste plus qu'à te lancer dans le jeu. Guette les sujets sans réponse, les topics collectifs... sans oublier de contacter les joueurs qui t'intéressent pour tisser des liens par mp. Ne sois pas timide !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Costantino Befana   

Revenir en haut Aller en bas
 
Costantino Befana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Autour du Jeu :: Membres validés & Pnj-