Météo du
Moment
Nous sommes en octobre
2017.

Suite au décès d'Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, le 21 août
dernier, Maureen Kinkaid
assure l'intérim à la tête
du gouvernement sorcier
anglo-saxon. 




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 L'heure de la sieste [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Expert débutant

Age du personnage : 21
Messages : 113
Localisation : 168-168bis Queen's Gate, Kensington, Londres.
Scolarité : Durmstrang (07-14)
Université : 2 ans Etudes Supérieures sur les Loups-garous
Occupation : Auror de la Section Mixte

MessageSujet: L'heure de la sieste [libre]   Mar 2 Mai - 0:09

Visiblement ça allait être le lieu où il faudrait être ce week-end. Partagé entre ce qui pour lui n'était pas un seul instant une éventualité (se séparer de sa baguette) et le sentiment d'être rejeté hors de la société britannique s'il n'y allait pas, Aleksey se posait un certain nombre de questions, les unes premières entraînant les autres secondes, tierces et quartes, comme une ribambelle de dominos.

Cohabiter trois jours durant avec des moldus, soit ; il pouvait après tout l'envisager, c'était ce qu'il faisait, comme un défi : passer une nuit dans la chambre d'une Troll(e), jouer à cache-cache avec des vampires, faire un quidditch avec des magyars à pointes.

Il croqua avec vigueur dans une gaufre que lui avait servie Tom, dans la grande salle du Chaudron Baveur et balaya la salle du regard avec un soupir. Les jours précédents, il s'était pas mal transformé -ce qui avait été beaucoup moins douloureux que la première fois qu'il s'était changé en cheval- et beaucoup baladé dans la campagne. Il maîtrisait déjà un petit plus sereinement et avait envoyé au ministère bulgare les documents liés à sa nouvelle condition d'animagus, notamment les signes distinctifs. Il les avait déjà prévenu de son souhait de le devenir conformément à la législation, plus d'un an et demi auparavant. Quelques semaines plus tôt, lorsqu'il avait commencé la préparation du rituel proprement dit, il avait envoyé de nouveaux documents pour les prévenir de l'imminence de sa tentative. Dans le même temps, il s'était arrangé pour que les relations de sa famille le dispensent de la tutelle obligatoire que devait lui apporter le ministère bulgare et, important entre tout, pour que ses parents bulgares fissent le nécessaire pour s'assurer que l'information ne soit pas transmises, selon la procédure au ministère de la magie d'Ewiland (puisqu'il séjournait là). Cela avait coûté une belle fortune mine de rien, mais, puisqu'il était (en l'absence de son père, mangemort en clandestinité) le patriarche de sa maison, il s'était fait obéir diligemment.

Ce matin, un hibou guindé qui semblait beaucoup plaire à Artémis (sa propre messagère, une femelle grande-duc de Coromandel, qui prenait très à cœur la moindre mission et se comportait, en toute occasion avec un flegme et une dignité inflexibles) s'était présenté pour lui apporter les documents concernant le festival. Il avait désormais tout cela, étalé devant lui, sur la table.

S'il allait à Alba, à son propre pays, il devait faire un saut dans le nord à Alanhall, la demeure ancestrale de la branche vieille de sa famille. Elle dormait, peut-être depuis le premier matin du monde, dans un bourg du nord de l’Écosse, dans le pays de Tain, dont même les moldus et leur roi attestaient l'ancienneté. C'était le plus vieux bourg royal d’Écosse. Là, depuis presque un millier d'années, l'acte du roi Malcom III Canmore, lignée Dunkeld,  assurait à ses sujets la protection de la Couronne et celle de l’Église.
La visite du chef de famille à la branche vieille, dirigée par  Sinead dite la Vieille qui, bien que respectée autrefois parmi les sangs-purs avait accepté toutes les compromissions après la chute de Lord Voldemort, sous l'influence de sa fille, Donella, serait importante pour eux comme pour Alieksandr. Les Menroth d'Ecosse acceptaient d'être dirigés par une matriarche (laquelle ne transmettait alors son nom qu'à son hériter(e) ). Ils étaient à la tête d'un des plus anciens clans de sorciers qui existât constitué de la lignée Menroth dite vieille et d'un grand nombre de familles de sorciers, pas nécessairement de sang-pur. Alliés matrimoniaux, cousins éloignés à divers degrés qui leur prêtaient une allégeance plus ou moins liée au fait que ceux d'Alanhall étaient riches, d'ancien lignage et attribuaient généreusement, parmi leurs possessions innombrables, châteaux, titres plus ou moins sérieux et recommandation.
Au fil des siècles, enchantements, serments, devises et bénédictions avaient constitué un entrelacs de sortilèges qui pesaient sur les alliances de jadis et encourageait les descendants, par terreur du mauvais œil, à respecter les paroles qu'avaient prononcé leurs ancêtres. Depuis la chute les serments tenaient toujours mais il y avait eu beaucoup de mélanges avec des familles au sang moindre et pire, de mariage moldus. Ceux qui avait refusé étaient désormais désargentés à cause des impôts sur la pureté du sang. Kenroth et Kintroth, MacKenzie du Kintail ou du Ross Shire, Serpens (de Galles et de l'île de Man) Gray,  et Kintail-Menroth étaient les noms des familles mineures principales du clan. La branche vieille ne vivait plus dans l'opulence, mais était encore en situation financière solide, non de son propre fait, disait-on, mais plutôt grâce à une alliance particulière.

Les clans MacKenzie du Kintail et du Ross shire, de leurs branches sorcières, étaient les plus influents de ces clans clients. Ils étaient encore riches, car non soumis aux impôts sur le sang, la plupart de leurs branches étant ouvertement de sang-mêlé depuis leur création au XVIème siècle. Tobias MacKenzie, petit-fils de Sinead, était un ancien joueur  de quidditch de 42 ans, ex attrapeur star des Pies de Montrose ( Montrose était une ville située à 150 miles vers le sud ) qui travaillait pour le ministère de la magie d'Ewiland et comptait parmi les hommes les plus appréciés du pays. Dix-huit ans de bons et loyaux services sur son balai dans la robe bleue frappée du chardon de l'équipe nationale en avait fait l'un des sorciers les plus appréciés du pays au point que les médias l'avaient un temps surnommé le nouveau Will Wallace.

Il vivait entre Ewiland ( il travaillait au service d'administration des biens saisis aux partisans de Lord Voldemort) et l'Ecosse qu'il n'avait jamais véritablement quitté, étant né lui-même près d'Inverness et ayant joué, toute sa carrière durant, à Montrose. C'était lui, d'ailleurs, songea Alieksandr qui l'avait fait entrer à Menroth's Hall, la demeure londonienne, sous séquestre, des Menroth de la branche patriarche. L'évidence lui tomba alors sous le nez. Il allait avoir besoin de Tobias pour pouvoir se rendre à ce fameux festival sans quitter sa chère baguette. Alieksandr se leva, paya Tom et quitta le lieu par la cheminée.


Quelques heures plus tard, Alieksandr quitta Tobias, passablement énervé.
Tobias l'avait bien accueilli et invité à déjeuner. Au cours du repas ils avaient évoqué le moyen de conserver sa baguette sur le festival. Plusieurs pistes étaient possibles : donner une fausse/autre baguette, se faire passer pour un moldu (vite abandonné au vu du teint d'Aleksey qui devenait cramoisi) étaient les options les plus envisageables.

Tobias affirmait, malgré la fidélité indéfectible qu'il avait souvent manifesté que lui même irait sans baguette et qu'Al n'avait après tout, qu'à faire de même. Les baguettes resteraient accessibles, la magie étant même autorisée dans une certaine zone, dans laquelle Alieksandr, d'après Tobias pourrait bien demeurer si bon lui chantait. Là dessus le ton était monté progressivement. MacKenzie  ne voulait ni manquer à son devoir envers le patriarche, ni prendre trop de risque. C'était un père de famille qui ne voulait guère risquer de tâche sur sa réputation. Face à lui le bulgare, qui ne concevait guère la vie sans magie était en plus d'un naturel tête brûlée.

Tobias n'en démordait pas et il orientait la conversation.

-Aleksey, ne prenez pas ce risque inutile. Si vous participez à ce festival, je préviendrai la Vieille. Tous les jeunes gens de nos clans seront présents. Ils seront enchanté d'être à votre service. Vous ne remarquerez même pas l'absence de votre magie.

Là dessus Tobias avait fait servir le dessert par son elfe, Buddy, Aleksey avait salué Tobias  et son épouse Coreen et ils s'était quittés.

Le jour du festival, Aleksey avait revêtu une tenue inhabituelle pour lui. Il portait un pantalon beige, des basket et un sweat à capuche cian. Celui-ci était frappé de l'inscription : « MAGIC ABOVE US ». Il emmena « sa » baguette  Il attendit ensuite que s'active son portoloin.

Lorsqu'il eut tournoyé et que ses pieds rencontrèrent à nouveau le sol, il vacilla un peu et regarda autour de lui. Un grand nombre de personnes avait surgit ainsi que lui-même. A l'endroit qu'il lui avait indiqué, Tobias MacKenzie était là, en compagnie de cinq sorciers et sorcières dont tous arboraient un tartan différent. Ils saluèrent avec beaucoup de déférence le fils Menroth.

Il y avait là les principaux représentants des divers clans proches de Menroth. Aleksey et Tobias avaient arrangé qu'ils fissent le festival ensemble, autour de leur chef. Harlan Menroth, le plus important, était le neveu de Tobias. Il serait à la tête du clan d’Écosse quand décéderaient sa grand-mère et sa mère. Il avait bientôt trente ans, c'était un bonhomme bien en chair, doué d'une force peu commune et fin gourmet au crane d’œuf. De nature soumise il était assez stressé en saluant son cousin. La dernière fois qu'ils s’étaient vus remontait à la fois où la grand-mère d'Alieksandr avait menacé en plein repas de famille, sur la dégustation d’œufs mimosas, de faire exécuter pour trahison les Menroth d’Écosse.
Parmi les représentants présents (bientôt rejoints par d'autres) il y avait des sangs-mêlés. Cette suite s'agrémenterait même de moldus (qui, mariés avec des sorciers/sorcières, parfois parents de sorcier(e.s) avaient connaissance du monde magique) une fois arrivé au camping puisque plusieurs membres du clan avait réservé des emplacements de camping auxquels ils avaient adjoint Alieksandr lorsque la nouvelle de sa venue au festival leur fut arrivée. Ces membres de familles considérées par les Menroth bulgares comme traîtres à leur sang étaient terrorisés autant que rassuré  à l'idée qu'Alieksandr veuille les rencontrer. Il y avait peu de chance que le jeune homme veuille les assassiner dans un tel endroit, aussi ils se rendirent nombreux auprès de lui.

Ils entrèrent dans le festival, abandonnant leurs pouvoirs à regret. Au camping où ils se rendirent, ils trouvèrent plusieurs jeunes gens très occupé à lever les tentes à la mode moldue. Aleksey, qui à vingt-et-un ans, se voyait entouré comme un roi d'une courtisanerie, ordonna qu'on monte sa tente au centre de celles de ses cousins. Cela lui rappela Durmstrang, sauf que cette fois-ci des adultes  de quarante ans lui parlaient respectueusement en lui demandant d'être compréhensif, sil vous plaît Sir , c'était une époque terrible. Près de la sienne on monta les têtes des membres importants par la naissance qui l'avaient rejoint dans la zone d'arrivée des Portoloins. Il y avait presque trente tentes, plus ou moins grandes, toutes arborant les couleurs de tartan des clans Menroth et MacKenzie. L'atmosphère se détendit lorsqu'Aleksey joua son rôle de chef et visita chacun des sorciers un à un, les encourageant à faire de leur mieux pour faire honneur à sa famille. C'était étrange  de visiter des sorciers, dans une atmosphère presque totalement moldue (il y avait ça et là, comme des erreures, tels un fléreur ou un chartier ) pour leur laisser entendre de faire honneur à leur condition de sorcier, fussent-il mariés à des sang-mêlés, des sang de bourbe, et même à des moldus, dans un monde étrange où il n'y avait pas plus d'espace à l'intérieur d'une tente que dans un sac en jute. Aleksandr adressa même la parole, quoique froidement à ceux qui avaient poussé le plus loin, la trahison en les félicitant de leur courage, d'avoir osé affronter sa venue.
Il usait d'un registre assez creux et vague, mais appelait tout le monde par son prénom et son lien de parenté, dans une familiarité guindée qui jurait avec l'idée qui trottait dans la tête de tous les traîtres à leur sang : si jamais le père d'Alieksandr les attrapait entre ses mains, il ne se contenterait pas de les tuer rapidement.
Aleksey , lui, tâchait dans un élan naturel de les attirer à lui, sans se départir de la peur qu'il leur inspirait.

Habile, le jeune homme se montrait courtois avec tous, fit quelques jeux et adressait des piques et des avertissements éloquents : « Oncle Harshaw, vous avez le salut des Bulgare de Sofia ». Ledit oncle qui avait épousé une moldue et dont l'unique fille était cracmolle, se répandit en excuses. Aleksey l'avait croisé le samedi à onze heure. A midi, il avait quitté les lieux pour retrouver les siens, en jurant d'abandonner le nom de Menroth. En dehors de deux ou trois autres intimidations à l'égard de ce qu'il estimait être la partie la plus détestable de ses parents : ceux qui n'avaient fait que vivre leur vie de faible sur la puissance de leur nom, Aleksey se montrait compréhensif. A vrai dire, il n'avait rudoyé que ceux avec lesquels il ne pouvait faire autrement, car à Sofia l'on serait déjà fort mécontent de ce que l'héritier de la famille se soit mêlé d'aller au festival d'Adam Campbell.

Lorsque la journée avança, Aleksey renvoya sa suite et ne conserva avec lui que Tobias (qui signait des autographes à la majeure partie des sorciers et sorcières qui le croisaient, tandis que les moldus plissaient les yeux pour se souvenir qui ce pouvait bien être) et Harlan qui les quitta pour un atelier de cuisine.

Le jeune homme abandonna un instant Tobias au bar. La musique ne l’entraînait pas et il n'avait pas bu une seule goutte d'alcool, trop occupé à régner. Il se rendit dans la zone sorcière et récupéra sa baguette. Ne pas l'avoir eu pendant tout ce temps l'avait énormément stressé et il allait s'asseoir au sol, au pied d'un chêne, soupirant. C'était comme si son âme et son corps se resynchronisaient. Il ferma les yeux un instant et sentit galoper en lui le bonheur d'être qui il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t481-alieksandr-larsov#3704 http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t286-alieksandre-menroth#1757
 
L'heure de la sieste [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» minuit trois quart, l'heure du crime gastronomique [libre]
» Tiens c'est l'heure de manger... (libre) || End.
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» L'heure du grand départ...[Rp Voyage libre]
» Sale quart d'heure [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ecosse :: Reste de l'Ecosse :: Festival de Greenock-