Météo du
Moment
Nous sommes en octobre
2017.

Suite au décès d'Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, le 21 août
dernier, Maureen Kinkaid
assure l'intérim à la tête
du gouvernement sorcier
anglo-saxon. 




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 Aventure magique (avec Saoirse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 60
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Jeu 31 Aoû - 16:02

Le menton allait et venait, de haut en bas, et la tête hochait, et hochait, imperturbablement, à un rythme lent et constant, sous les indications de la petite sorcière.  Costantino avait de plus en plus l’impression qu’elle lui cachait une donnée importante, spécialement avec sa quinte de toux feinte, mais il n’en pipa mot.  S’attirer les foudres d’un concentré de sorcière?  Il n’était pas suicidaire non plus!  Le problème c’était que pour rapporter des gestes, il s’en tirerait facilement, mais des propos… Il ne possédait aucun outil d’espionnage électronique, et avait bien pris la peine de laisser son téléphone intelligent chez lui pour ne pas que Pré-au-Lard ne le lui bousille.  C’était l’une des plus grandes leçons de son enfance, parmi tant d’autres : jamais il ne pourrait jouer à la NES comme ses amis moldus, car la magie du manoir viendrait griller les circuits, ou quelque chose du genre.  Il n’était pas informaticien, après tout.

La demoiselle lui offrait de servir de guide.  C’était quelque peu mignon, puisqu’il venait lui-même d’affirmer être le guide de ses parents.  Il songea un moment souligné l’incongruité de la proposition, mais changea finalement d’idée et l’accepta.

«Bella donna!  Si vous voulez jouer les guides pour mes genitori, cela me rendrait grandement service, comme je ne connais pas très bien l’histoire de ce villagio.  Ils s’appellent Cesare – la prononciation lui est très importante – et Bianca.  Vous les reconnaîtrez facilamente, ils parlent fort, ont un accent plus prononcé que le mien, et sont habillés pour affronter le froid de l’Antarctique. Il ne faudrait pas qu’ils s’inquiètent pour moi en ressortant de Honeydukes!»

Se saisissant de la main de la dame, il la serra et scella ainsi leur pacte, avant de se diriger d’un pas souple et allongé vers la friperie où sa mission d’espionnage l’attendait.  Il pénétra la boutique en croisant les mains dans son dos, par ailleurs droit, et fit du regard le tour de l’endroit alors que la clochette à la porte trahissait sa présence.  Il entreprit de se faufiler au rayon derrière lequel se trouvait Ingrid Clevane et saisit une manche comme s’il parcourait la sélection qui s’offrait à lui.  Force fut rapidement de constater que la taille des robes n’était pas celle des adultes, mais était-ce des vêtements destinés aux garçons ou aux fillettes?  Il aurait l’air bien crétin si on venait le voir et qu’il prétendait chercher un cadeau pour sa nièce, alors qu’il était dans la section masculine.  Ou bien les robes pour enfants étaient-elles unisexes?  Après tout, pourquoi ne le seraient-elles pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
avatar




Journaliste de poche

Age du personnage : 25
Messages : 416
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Sam 23 Sep - 15:01

Elle avait plongé derrière une haie lorsque la blonde Ingrid était ressortie. Par Merlin que faisait-elle ?? Si son nouvel acolyte avait démasqué la supercherie ou l’avait trahi, elle devrait non seulement donner des explications à la jeune femme mais aussi à son frère. Ce qui ne serait pas de tout repos connaissant le caractère de Lùan. Il ne lui ferait peut-être plus jamais confiance et ne la croirait pas du tout dans ses hypothèses d’adultères. Elle avait peut-être joué en amatrice sur ce coup-là. Pourtant, lorsqu’elle la vit ressortir le pas léger, les bras chargés et un sourire bien heureux aux lèvres, elle ne dégageait pas l’image d’une femme qui vient d’apprendre que sa futur (ex) belle-sœur l’espionne depuis des semaines.
Quant à Costantino, il semblait suffisamment discret pour ne pas faire une sortie simultanée avec l’objet de son enquête.




Un homme et une femme dont l’élégance n’était pas à remettre en doute sous l’épaisse couche de vêtements qui aurait pu laisser penser à une expédition en antarctique, avaient à leur tour franchis le seuil de la boutique devant laquelle était revenue la petite journaliste. Elle se para de son plus beau sourire.

- Bianca et Cesare, I presume ?

Elle leur tendit une main amicale alors qu’il devait s’interroger sur la présence de cette jeune femme qu’ils ne connaissaient ni de Mélusine ni de Merlin, à la place du fils qui aurait dû les attendre.

Une fois les présentations faites et le bobard enrobé « votre fils a un empêchement de quelques minutes, pour le travail. Je suis la secrétaire de l’homme avec qui il doit signer un gros contrat et je suis donc missionnée pour vous tenir compagnie en attendant son retour qui ne saurait tarder. Puis-je vous faire visiter le village pour patienter ? » ils partirent donc tous les trois à l’assaut d’un pré au lard qui sous la verve de la petite journaliste semblait avoir gagné le prix du village sorcier le plus charmant.
Elle présenta rapidement le Fondateur, Hengost de Woodcroft, édulcorant légèrement le passage de sa persécution par des moldus pour gagner leur intérêt et les promena à travers le village tout en guettant une éventuelle sortie du côté de chez Madame Guipure.

Sentant les Befana friands d’anecdotes pittoresques, elle se surprit à en inventer un grand nombre après avoir épuisé sa propre culture locale.

- Et donc la fameuse cabane hurlante où l’on prétend que l’âme d’un créateur d’inféri hante encore les lieux après que l’une de ses créature l’a dévoré. Lança-t-elle d’un ton dramatique. Ils devraient y songer pour parfaire la légende locale…

Bianca et Cesare étaient les compagnons idéaux pour qui voulait passer son examen de guide touristique. Alors que lui, posait des questions sur le moindre détail architectural, elle, battait des mains chaque fois que l’on mentionnait une petite coutume locale sans importance. « Vraiment ???? Ils nettoient le pub avec des balais en paille de Cornouaille ??? Magnifico !!!!!!! Cesare, il nous faut en ramener un aux Linguisti !!! » Ou encore « Ou pourrait-on boire un de ces fameux thé de 17h ? » Les yeux pétillants comme si elle s’apprêtait à passer le mur du son en balai (de Cornouaille).

Un peu déstabilisée pour commencer, Saoirse se laissa vite prendre au jeu et alla même jusqu’à leur conseiller de bonnes adresses autour de Londres pour une vie plus anglaise encore. Evidemment, l’établissement de Brenna Quinn fut mentionné, parce que l’on ne pouvait pas passer à côté du thé de Brenna « qui vous tirera les cartes par la même occasion ».
« Brenna !!! Tu te rappelles ? N’était-ce pas là le nom de la jeune femme qui faisait le service dans cette charmante petite auberge du Sussex où nous avons déjeuner jadis ? Ma siiii, rappelles-toi, l’employée de ce fameux Jack. Ou John. Ou… Andrew ? Madonna ! Ces anglais, ils ont tous le même nom !!! » Bianca riait avec une bouche qui aurait fait fondre la moitié des anglais, justement.

Lui, avait insisté pour acheter un chapeau melon. Saoirse manqua le renvoyer vers Madame Guipure qui de sa volonté sans équivoque lui aurait dégotté ça en un tour de main, mais se rappela soudainement que leur fils espionnait à ce moment même pour son compte. Elle réussit le brillant tour de le dérouter vers une plume magique anglaise, réputée pour écrire les formules de politesse comme pas d’autres.

Réalisant le temps qui passait en leur amusante compagnie, elle se mit soudain à abréger la visite et les propulsa de ce fait chez Madame Pieddodu pour un thé authentique, avec petits gâteaux anglais et gens simples du coin à rencontrer. Parce qu’ils avaient tous cet accent « delicioso ! ». Elle leur garanti que leur fils les rejoindrait là, d’ici quelques minutes probablement. Le temps qu’elle le cuisine un peu sur ce qu’il avait vu et entendu. Mais, ça, n’était pas disable (j’ai décidé que ça existait) en tant que guide touristique. Ils la remercièrent avec toute la chaleur caractéristique du sud et l’invitèrent à leur rendre visite dans leur charmante demeure de Lombardie. Ce qui tenta fortement Saoirse, qui connaissait bien peu de l’Italie.

Les joues rosies par la course, la petite journaliste déboula à nouveau devant Gaichiffon pour en voir sortir la grande blonde. C’est là que nous rejoignons l’instant où elle plongea dans la haie.


Alors qu’Ingrid s’éloignait, elle distingua la grande silhouette élégante de son espion et ni une ni deux, lui sauta dessus avant qu’il n’ait le temps de poser un pied à l’extérieur. Ouvrant une bouche pleine de questions, elle réalisa brusquement qu’elle lui avait présenté la chose sous la forme d’un mensonge… dont elle avait peut-être oublié quelques détails.

- Ça… s’est bien passé ? Lança-t-elle avec un regard un peu arrondi alors que sa mémoire se remémorait de tous les mensonges qu’elle lui avait débité. Dire qu’elle détestait qu’on lui mente. La honte couvrit ses joues d’un manteau rouge alors qu’elle se mordit les lèvres de désarroi. Après avoir rencontré les parents de Costantino si gentils et si vrais, elle devait avouer qu’elle s’en voulait un peu de l’aventure dans laquelle elle avait engagé leur fils malgré lui.

Lançant un message désespéré dans ses yeux, elle se dit qu’avec un peu de chance, il y lirait la vérité sans qu’elle n’ait besoin de trop avouer ses crimes. La principale question : cette greluche d’Ingrid trompait-elle son futur mari, oui ou non.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 60
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Lun 16 Oct - 17:44

Toujours occupé à faire semblant de parcourir les rayons avec un naturel qui trahissait une certaine expérience – élégamment pincée contre sa chemise, fallait-il seulement le mentionner? –, Costantino espionnait les escarpins de la jolie dame Clevane, qui semblait plutôt tenir de l’ordre d’une première dame que d’une ministre ou autre employée gouvernementale.  Peu fier de ce jugement, comme si les politiciennes n’avaient pas la possibilité d’être également féminines, faisait des allers-retours en suivant vaguement le parcours de la blonde.  Il notait mentalement les morceaux qu’elle conservait, ceux qu’elle reposait sur les rayons, ceux devant lesquels elle hésitait un peu plus longtemps, ou revenait systématiquement voir.

Lorsqu’il voulut sortir son téléphone intelligent pour photographier certaines des pièces choisies, l’italien dû se rappeler à l’évidence : toutes les ondes magiques de ce petit bled paumé venait bousillé l’électronique de son bidule de plastique, et il lança un juron sous sa barbichette.  C’était le moment de pratiquer ses neurones!

L’article le plus étonnant était un costume pour homme, entièrement blanc, qui coûtait dix gallions et treize mornilles.  Pour le reste, la scandinave d’apparence semblait se préparer pour des vacances au soleil. Ou à la plage, à défaut.  Même si les lacs et la mer d’Écosse, ou même des îles britanniques, n’avaient rien de comparable au Lac de Garde ou aux milliers de kilomètres de plages siciliennes, toscanes, lombardes, calabrese, vénitiennes…

Évidemment, le banquier ne put poursuivre ses opérations d’espionnage dans la plus grande paix d’esprit et il fut éventuellement rejoint par une jeune femme rougissante qui lui offrit son aide.  Oubliant momentanément le mot pour désigner ses nipote, il claqua des doigts comme s’il pourrait s’en rappeler par magie et choisit finalement un autre mot.

«No, grazie!  Je ne fais que regarder si je pourrais trouver un petit cadeau pour mes… mes filleuls.  Si j’ai une demande j’irai vous voir, miss Amber. »

Non, Costantino n’était pas legilimens, évidemment.  Il avait simplement lu la petite plaquette ornant la robe de la vendeuse, et la remercia d’un sourire chaleureux avant de continuer d’écouter aux portes.

Lorsqu’il sortit de la boutique, environ trois minutes quarante après la souriante Miss Clevane, Costantino avait lui-même un petit sac d’emplettes.  Petit sac qui faillit tomber à ses pieds lorsque la journaliste lui sauta une nouvelle fois dessus.

«Dio mio!» s’exclama-t-il alors que la petite personne rougissait à nouveau.  Décidément, elle avait de ces habitudes…  Désignant ses propres achats, il se justifia en faisant l’un de ses éternels gestes de la main.  «Je n’avais pas le choix de faire un achat moi-même pour ne pas paraître trop suspect.  Et puis, j’ai trouvé un petit nœud papillon qui ira perfettamente avec l’une de mes chemises.  Il avait également déniché une cravate et une veste qu’il comptait donner à son père, ainsi qu’un petit chapeau pour sa mère.  Il attaqua finalement le vif du sujet.

«Si! Tout a bien passé.  Elle a acheté diverses tenues d’été.»  Et il fit un rapport détaillé des robes en rabais à 3 gallions et 7 noises, du maillot de bain à 2 gallions et 6 mornilles, et ainsi de suite, n’oubliant le prix d’aucun article, mais hésitant davantage sur les couleurs et les motifs, jusqu’à en arriver au costume pour homme.  «Une coupe classique.  Elle a mentionné un certain Juan, ou quelque chose du genre.  C’est son époux, j’imagine?  Oh!  J’ai presque oublié un détail.  La caissière a salué miss Miles a sa sortie.  J’espère bien ne pas m’être trompé de Miss Clevane...»  Ou alors, comme pour le reste, les anglais avaient-ils des lois tordues et retors pour le changement de nom suite au mariage?


Dernière édition par Costantino Befana le Ven 3 Nov - 14:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
avatar




Journaliste de poche

Age du personnage : 25
Messages : 416
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Ven 20 Oct - 21:45

Juan ???? Voilà, on y est ! Un Juan qui fait de l’ombre à …

- Lùan ? Pas Juan. Lùan. C’est mon frère.
Balaya-t-elle d’un geste de main tout au soulagement de ne pas avoir eu affaire à un Henry ou John ou Peter et en oubliant de mise la prudence qu’exigeait le mensonge.

Les brides d’informations lui parvenaient comme par vagues.  

- Des affaires d’été, c’est logique en fait. Pour le voyage de Noces j’imagine…


Tout en réfléchissant, elle piétinait, de long en large les devantures de magasin, sous le regard probablement surpris de son espion. Un doigt sur les lèvres, elle échafaudait plans et élucubrations, rayant les hypothèses qui jusque-là lui avaient parues les plus probables.

- Y a pas de robes chez Gaichiffon. De mariée, je veux dire. Logique. C’est pas le genre.


Finalement, le comportement d’Ingrid n’avait peut-être rien d’adultère.

Mais pourquoi donc cette nigaude s’acharne-t-elle à prétendre essayer sa robe de mariée quand elle fait autre chose de finalement relativement innocent ? Tout est dans le relativement…

Saoirse marqua une pause avant de faire un énième aller-retour sous le nez de Costantino qui de son côté, continuait à énumérer les divers achats de la belle-sœur puis elle se retourna brusquement vers lui.

- Blanc le costume ? souleva-t-elle en accompagnant ses interrogations d’un doigt accusateur alors que l’homme pointait à son tour un léger détail de patronyme.

Bouche entrouverte, les yeux levés au ciel, la petite écossaise chercha rapidement comment se tirer du bourbier dans lequel elle venait de se fourrer (une fois de plus).

- Plaît-il ? Miles vous avez dit? Vraiment ? … Vous êtes sûr ? Tentative de visage (très) innocent.

La question de trop peut-être. Evidemment, qu’il était sûr.

Deux trois bégaiements plus tard, quelques moulinets nerveux des poignets, un ongle du pouce raccourci par quelques coups de dents et un ou deux mouvements de tête désespérés, elle sentit que la noyade était désormais très prévisible pour ne pas dire inévitable. Balbutiant plus qu’elle ne parlait, la jeune femme soupira bruyamment avant de se jeter elle-même à l’eau, la corde au cou. Avec un double nœud. Tant qu’à faire.

- En fait … elle s’appelle probablement Ingrid Miles et pas Clevane. Avoua-t-elle en levant vers lui un regard désolé.

Et puis tant qu’on y était, autant mettre la tête sous l’eau.

- Et heuu…. Je crois bien que ce n’est pas du tout un requin des finances mais seulement… ma future belle-sœur. Soupira-t-elle honteuse mais soulagée de pouvoir sortir enfin la vérité.  C’est compliqué… La famille. Lâcha-t-elle piteusement.

Repensant à l’agréable moment qu’elle venait de passer avec sa famille à lui, Saoirse fut soudainement prise de remords à l’encontre de ce brave homme qu’elle avait malmené une bonne partie de la journée. L’embrassant comme une outrancière, lui faisant exécuter basses besognes, le privant de la compagnie de ses parents, pour le simple besoin de satisfaire sa curiosité et vérifier ses soupçons de petite sœur un chouïa jalouse. Elle fronça le nez un court instant, prête à recevoir leçon de morale voire insultes de la part de l’homme puis avisa les sacs d’emplettes qu’il portait.

- Je peux vous rembourser tout ça si vous le souhaitez … je… suis sincèrement désolée. Déclara-t-elle en le regardant droit dans les yeux désormais.

Rien de plus désagréable qu’une andouille s’excusant en regardant le bout de ses pieds.

- Ah heu… vos parents vous attendent chez Madame Pieddodu. Des gens charmants. Ajouta-t-elle d’une voix qu’elle tachait d’étoffer un peu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 60
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Ven 3 Nov - 15:18

Qu’est-ce que venait faire le frère de l’enquêteuse dans toute cette histoire? Il était vrai que le monde de la société magique avait toujours paru petit et fermé à Costantino, mais à ce point? C’était énormément plus qu’il ne l’aurait imaginé. Ça en devenait quasiment incestueux, que la journaliste espionne la fiancée de son frère afin de démonter son projet de loi, n’est-ce pas? On croirait presque à un mauvais épisode de Noël d’un quelconque soap-opéra américain.

«Si, bianco.» répondit l’étranger à mi-voix, sous un sourcil perplexe. Pourquoi s’emballer sur la couleur d’un costume, et surtout… La commissure des lèvres de l’homme frémit d’auto-suffisance lorsqu’il déstabilisa la petite dame en face de lui, mais son regard n’en resta pas moins de marbre.

«Si.», répéta-t-il avec une pointe d’agacement. «Ou peut-être Nyles, ou Mires, mais définitivement pas Clevane Ça n’est même pas le même nombre de syllables.» fit-il froidement, posément, remettant innocemment la bévue de la femme sous son nez de fouine.

Une belette prise la main dans le sac – ou la belette entière, à vrai dire – et qui s’agitait, bégayait, s’excusait devant l’impassible patience accusatrice du banquier, avant d’avouer sans excuses ses fautes, une à une. Et devant la liste des péchés, Costantino retint un « madre de dio! » à grands peines. Il se contenta plutôt de faire un sourire renardesque en répondant.

«Si, la famiglia c’est complexe.» approuva-t-il sur le même ton qu’il lui aurait parlé du cours de la bourse. Et alors qu’il croyait avoir la situation sous contrôle, être en avantage et pouvoir y tirer le profit qu’il voudrait, par chantage ou par des techniques moins basses, voilà qu’elle lui coupait l’herbe sous le pied. Insulté à défaut d’être estomaqué, Costantino sentit la braise monter à l’intérieur de ses joues, et il envoya un regard noir à la petite sœur effrontée. Le temps de se maîtriser avant de lui répondre, elle lui indiquait où se trouvaient ses parents. Avec une courtoisie acide, le milanais se contenta de saluer Saoirse.

«Je vous remercie, mais je n’ai pas besoin de votre pietà. Je dois aller rejoindre mes parents, mais si vous tenez à parler de vos modalités de remboursement, contactez-moi. » conclut-il en tendant sa carte d’affaires, purement moldue, sans images animés ou encre qui change de couleur, à la curieuse. «Et bonne journée, Miss.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aventure magique (avec Saoirse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Créature]Tout ce qui n'a plus grand chose à voir avec le scientifiquement possible : créatures magiques et autres... (TU : Titre Unlimited)
» Licsis [Haut Prêtre de Tyra] [Katastrophe]
» Libertasque Schola
» Cours de Potions - Ecole des Ombres.
» Devoir de Soins aux Créatures Magiques [PV Camélia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ecosse :: Pré-au-Lard-