Météo du Moment

Nous sommes en mai 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Aventure magique (avec Saoirse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 20
Messages : 34
Localisation : Londres le plus souvent
Scolarité : 2008-2015 à Gryffondor
Université : aucune
Occupation : Esthéticienne magique

MessageSujet: Aventure magique (avec Saoirse)   Mar 18 Avr - 11:35

Ah le week-end ! La grasse matinée, un bon jogging informe mais confortable (et coloré !) et une tasse de thé brûlant à boire tranquillement devant la fenêtre en regardant les passants faire ce qu'ils savent faire de mieux : passer. Oui, nous étions mardi, et oui c'était le week-end. Pour moi du moins. Vous savez, j'adore ma boutique, j'aime y travailler et tout et tout, mais le week-end, quand même, ça reste une superbe invention. Surtout quand il n'est pas en même temps que tout le monde et que je peux faire les boutiques (essayez un peu de faire les boutiques le dimanche, on en reparle ensuite). C'est qu'il faut bien manger, et dommage les courses ne se font pas encore par magie.

Allez hop ! Il était déjà plus de 9h30 quand je me décidai enfin à décoller mes fesses de ma chaise du petit déjeuner pour aller me laver et débuter ma journée. Une heure pus tard : j'étais dans la rue. Lavée, habillée correctement, et maquillée, cela va sans dire.

J'aime bien le printemps, en cette saison, la nature reprend ses droits, et il fait moins froid aussi. C'est comme ça que j'avais pu enfiler une jolie robe (jolie mais chaude tout de même) et y accrocher ma fleur du jour (c'est plus facile de trouver une fois le printemps de retour) : une alysse dont la couleur jaune ressortait parfaitement sur le col rouge de ma robe.

L'ennui, en ville, c'est que le ciel paraît toujours gris. Heureusement, ce jour-là il y avait quand même un brin de soleil. Je pris le temps d'en profiter un peu en passant le seuil de ma porte, je levais mon visage pour l'exposer brièvement à ses rayons (quitte à passer une journée à flâner autant le faire bien). Puis je me dirigeais vers une rue tranquille où je savais pouvoir passer inaperçue. Là, d'un regard je m'assurais qu'aucun moldu ne regardait et je sortis ma baguette pour faire signe au magicobus.

Le bus à double impérial s'arrêta presque aussitôt devant moi et je lui donnais ma destination en payant mon billet : direction Pré au lard. J'avais envie de faire les achats amusant avant de devoir remplir mon garde manger, et l'une de mes boutiques préférées se trouvait là-bas.

Après un voyage mouvementé comme seul le magicobus sait vous faire vivre, et plusieurs arrêts pour des sorciers étant montés avant moi, j'arrivais à destination. La petite ville sorcière, au voisinage célèbre, s'étendait devant moi, dans toute son effervescence matinale (quoi que ce n'était plus le matin que pour moi, sans doute). Autant vous dire : la foule, j'adore ! Ce n'est pas très drôle quand tout le monde tire la tête le matin en allant au travail, mais à cette heure-ci c'était beaucoup plus intéressant. Les gens étaient moins pressés, ils prenaient leur temps, ou du moins ne semblaient pas avoir le feu aux fesses.

Comme eux, je ne me pressais pas. Marchant d'un pas tranquille, je regardais autant les personnes que les vitrines. Celle d'Honeyduck me fit saliver, et même si je n'avais pas prévue d'y faire halte, je cédais à l'appel des friandises et poussais la porte sans me faire prier. Naturellement, j'en ressortis avec un paquet conséquent (je ne savais pas m'arrêter).

C'est à ce moment que je vis une frimousse qu'il me semblait bien connaître. Toute frétillante, je m'empressais de la rejoindre.

« Ah oui ! Je ne me suis pas trompée. Bonjour Saoirse ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t327-abygail-chevallier-bee-l-abeille-bleue#2170 http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t318-abygail-chevallier-l-abeille-bleue#2045
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 282
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Mer 26 Avr - 15:48

Le courant n’était jamais passé entre leurs deux baguettes. Cela avait commencé, elle l’avouait de bon cœur, par une pure jalousie de sa part. Comme toutes les autres petites amies / conquêtes / aventures / amie proche de ses frères, elle avait eu droit au petit regard caractéristique et moqueur destiné à vous mettre mal à l’aise. Suivi du hochement de sourcil et de ce petit air narquois qu’elle réservait à Lùan et Ezio signifiant clairement : tu vaux mieux que ça. (Insistez bien sur le ça). Une bonne journée ensuite passée à l’ignorer en ne conversant qu’avec le concerné pour bien lui signifier qu’elle n’était pas réellement de la famille, puis quelques autres rendez-vous à l’asticoter sur les sujets les plus délicats. Quooooooooooooiiii ?? Vous ne votez pas pour les ministérielles écoassaises ?? Alors que l’on sait que c’est une première dans l’histoire ???
Tout ça sur un fond de « je me colle à mon frère et si je pouvais grimper sur ses genoux, croyez-moi, je le ferais. »
Oui, elle était une petite sœur jalouse et pénible. Elle l’assumait. Mais ensuite cela passait, plutôt vite en fait Parce qu'elle n'était pas de nature à être désagréable avec les autres. Si en plus la candidate venait à prouver qu’elle était réellement bien pour ses frères, alors oui, elle montrait des jours beaucoup plus accueillants. ( Manque de bol, aucune n’était resté suffisamment longtemps pour en profiter réellement, mais ça n'était pas de son ressort). Il y avait bien eu Shannon, mais à l’époque, elle était trop jeune pour qu’elles aient pu devenir réellement amie. Lùan avait été quelques années avec Lucy, sorcière irlandaise très sympathique avec qui elle s’était vite entendu. Mais ce gros blaireau avait eu l’idée fabuleuse de la tromper. Autant vous dire que ça coupe une amitié.
Depuis, il s’était entichée d’Ingrid et, rien à faire : le courant ne passait pas. Ni d'un côté, ni de l'autre.

Cela avait commencé par des regards biaisés qu’elle avait jeté à Ezio (Ô malheureuse!) au cours d’un repas de Noël, tout en prenant des airs aguicheurs. Rédhibitoire. On ne lui vole pas ses deux frères d’un coup. Faut savoir choisir dans la vie. Etait venu ensuite cette histoire de mariage. Trop précipité. Et cette autorité dont elle faisait preuve sur Lùan. Officieusment, évidemment. La demoiselle était bien trop maligne pour faire des éclats en public. Elle le manipulait sournoisement, encore pire. Il n’était plus maître de son emploi du temps et les crises éclataient chaque fois qu’il déjeunait avec elle sur le chemin de traverse. Si bien que Lùan en était venu à demander à Saoirse d’éviter de mentionner leurs entrevues culinaires.

Sombralette va.

Elle ne l’aimait donc pas. Pour tout un tas de raisons qui partaient du fait qu’elle accaparait son frère, passaient par la conviction qu’il n’était pas heureux et s’achevaient dans le fort soupçon qu’elle convolait ailleurs.
Depuis quelques semaines, elle avait un présentiment. Ingrid avait un je ne sais quoi différent. Posait fréquemment des lapins à Lùan sous couvert d’essayage de robe de mariée et autres fantaisies. En tant que femme et journaliste, Saoirse flairait à plein nez le coup fourré.

Après avoir hésité longuement et faisant face à une période mouvementée, délicate et éprouvante, elle avait fini par craquer et malgré elle (si, si) avait commencé à espionner sa belle-sœur.
Au début, c’était plutôt léger. Elle se contentait de croiser quelques informations (mère, frère, Ingrid, connaissances) pour s’assurer que cette dernière ne s’emmêlerait pas les pinceaux dans ce qu’elle jugeait être des alibis. Et petit à petit, elle s’était prise au jeu, allant jusqu’à noter les prétendus déplacements de la suspecte en vérifiant horaires d’ouverture et réalisations des tâches prévues. Plus on avançait, plus elle se confortait dans ses soupçons. A bien y regarder, Ingrid avait des essayages de robes prévu tous les quinze jours mais venait d’acheter sa « magnifique paire d’escarpins loubroutins ». Quelle mariée achèterait les chaussures avant la robe ??

Elle avait confié ses soupçons à Joachim, qui comme toujours avait été d’une aide précieuse et plein de patience à son égard, mais actuellement, le pauvre avait d’autres soucis plus importants qu’une éventuelle belle-sœur volage.
Aussi, se retrouvait-elle, ce matin du 25 avril, à filer à travers les ruelles, une Ingrid bien apprêtée pour ses nouveaux essayages.

Qui va essayer sa robe sans avis ?

Vêtue d’un jean et d’une tunique claire, Saoirse tentait de se fondre dans la masse des autres pour savoir ce qu’il en était. Elle avait attendu de longues minutes au Chaudron baveur, plusieurs cartes étalées devant elle en jetant des coups d’oeils de l’une à l’autre. La première était un plan du quartier dans lequel vivaient Lùan et Ingrid. Ayant ensorcelé l’ensemble à l’aide d’un sortilège d’Homonculus, elle pouvait suivre les déplacements de cette dernière. Actuellement, elle était toujours dans le secteur puisque l’on pouvait voir le petit point à son nom, stagner dans un coin du quartier qui abritait leur appartement. Les autres cartes, étaient un plan de Londres, qu’elle priait pour ne pas avoir à éplucher (allez donc retrouver un point parmi des milliers d’autres) un plan du chemin de traverse, un de près au lard, le ministère, ainsi que quelques autres lieux sorciers prisés. Lorsque le point disparu, la chasse commença. Pupille dilatées, baguette à l’affut, Saoirse se redressa de toute sa hauteur pour retrouver rapidement sa belle-sœur.
« Punctum revelio » Murmura-t-elle en se concentrant sur l’identité d’Ingrid.

Ses déplacements étaient censés être plus visibles. Optant pour une stratégie éliminatoire, elle balaya d’un regard vif les ruelles du chemin de traverse. Aucun point ne se distinguait des autres. Elle mit rapidement la carte de côté et attrapa celle de près au lard. Après une fraction de seconde, ses yeux noisettes se posèrent sur une petite tâche rouge qui descendait l’allée principale.

« Ingrid Miles. »

Dans un hurlement de triomphe qui fit sursauter l’ensemble du Chaudron baveur, Saoirse se releva, rangea son barda au fond de son sac d’un mouvement de baguette et se précipita vers la porte du fond pour transplaner sans commettre d’impair social. (On ne transplane pas à table)

Dans un claquement d’air qui l’emporta en tourbillonnant, elle réapparut au niveau de Derviche et Bang. Ce qui n’était pas exactement sa destination mais était très acceptable compte tenu de la distance parcourue. Assez fière de son coup, elle jeta rapidement un œil au plan du village et nota la présence d’Ingrid au niveau d’Honeydukes.

- Une robe, mon chaudron, ouais…

Fourrant son plan dans la poche arrière de son jeans, elle réajusta la lanière de sa besace et traversa le village au galop, s’évitant un nouveau transplanage qui aurait pu la matérialiser sous le nez de sa future ex belle-sœur.

Lorsqu’elle parvint à la boutique, le plan indiquait qu’Ingrid était à l’intérieur. Discrètement, Saoirse glissa un œil par la vitrine pour l’apercevoir. Toujours aussi grande, belle et blond ( mais qu’est-ce qu’ils avaient tous les deux avec les blondes ????!!) Ingrid distribuait sourires et poignées de mains dans la boutiques de friandises. En gloussant.
Saoirse leva les yeux au ciel et se glissa au coin de la vitrine pour poursuivre son observation discrète.

Comble de la discrétion, juste derrière elle, quelqu’un claironna son prénom d’un ton joyeux. Dans un sursaut indicateur d’un haut degré de culpabilité, la petite écossaise se retourna, un doigt déjà sur la bouche pour faire taire le … la …

Jeune femme aux cheveux bleus, robe rouge, fleur au fusil. Saoirse décolla son doigt de ses lèvres pour lui offrir un sourire amical. Elle aimait bien la petite esthéticienne du chemin de traverse. Les deux femmes se croisaient tous les jours lorsque Saoirse allait déjeuner ou passait simplement devant la boutique d’Aby.
Un peu gênée de se trouver entre deux feux et de devoir éconduire la jeune femme pour cause de filature, elle jeta un œil rapide à Ingrid, toujours à papoter en riant avec grâce. (Alors que d’autres… ont le rire plus… communicatif ?)
Jugeant avoir le temps de s’éviter de passer pour une boursouflette impolie, elle se détendit un peu.

- Comment vas-tu ? Tu ne travailles pas ?

Très fin de la part d’une journaliste qui connaissait pourtant les jours d’ouverture de chacun des établissements du chemin de traverse.

- On est mardi… Soupira-t-elle d’un air confus. Tu profites du weekend pour… Un mouvement à la porte de la boutique ! Ouf… pas elle. Pour heuu… sortir … dehors ? Coup d’œil dans la vitrine.

Elle se retourna vers Abygail en grimaçant un pauvre sourire d’excuse pour cette conversation des plus passionnantes et avisa l’énorme paquet qu’elle tenait entre les mains.

- Oh ! Tu as acheté des friandises ? Que pouvait bien raconter Ingrid à l’intérieur ? On dirait que c’est l’euphorie là dedans… Se risqua-t-elle à amorcer en désignant la boutique.
Des fois qu’Abygail ait entendu quelque chose… On ne sait jamais.

"Ouiiiiiiii, je trompe mon mari!" ...

Faut pas rêver...

Mais bon.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 21
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Mar 23 Mai - 18:49

Costantino aimait ses parents.  Cesare et Bianca avaient toujours été présents pour lui, et il leur en était énormément reconnaissant.  Toutefois, lorsqu’ils lui avaient annoncé qu’ils viendraient le visiter et comptaient bien rencontrer la ravisseuse de leur fiston, il ne s’était probablement pas montré à la hauteur de l’enthousiasme auquel ils s’étaient attendus.  Au-delà de l’anxiété généré normalement par la rencontre entre sa tendre moitié et ses parents, il y avait également toute cette histoire de sorcellerie et de magie qui devait rester subtile, sinon inexistante.  Et c’était évidemment sans compter les impairs politiques qu’ils allaient commettre – qu’ils avaient déjà commencé à commettre – en disant qu’ils étaient tellement heureux d’avoir l’occasion de revenir visiter l’Angleterre.   L’Irlande, corrigeait Costantino, pour voir son commentaire balayé du revers de la main par son père, qui ne voyait pas l’intérêt de se perdre en chauvinisme régional.  Et nul besoin de lui rappeler sa fierté lombarde, ou celle piemontoise de son épouse.  C’était différent.  Comme si les raisons historiques qui poussaient les italiens à être fiers de leurs racines étaient en essence différentes de celles de n’importe quel autre pays.

Toujours était-il qu’ils étaient arrivés, que Oscar et Treasa les avait adoré, et que la réciproque était aussi vraie, malgré quelques problèmes de communication auxquels Costantino prenait la peine d’intervenir et expliciter les incompréhensions et les formulations moins classiques.  C’était bien là quelque chose qu’il n’avait pas prévu, mais dont il réussit à se tirer sans problèmes.  Et il ne lui sembla pas qu’aucune bévue n’ait eu lieu.  Sa nouvelle famille ne se doutait certainement pas qu’il était né de parents moldus.

Puis vint le jour des expéditions.  Bianca voulait absolument retourner ce petit village tellement pittoresque de l’Écosse, et Costantino devait bien sûr accompagner ses parents à Pré-au-Lard.  Il s’acheta donc un billet d’avion, pour être certain que Treasa ne se doute de rien, et donna rendez-vous à ses parents à Glasgow, d’où ils transplanèrent avec lui à la porte de leur auberge.  Bianca était habillée bien trop chaudement pour la saison, mais persistait à dire qu’ils étaient bien trop au nord pour se découvrir le moindrement.  Même Cesare était parfois transi de frissons.  Costantino avait-il développé une telle tolérance à la froidure aussi rapidement?

Le deuxième jour, alors qu’ils erraient dans les rues du village, s’émerveillant de tout, comparant la flore locale à celle, bien plus luxuriante et colorée, de leur pays natal, Cesare insista pour aller chez Honeydukes.  Il tenait à goûter ces sucreries anglaises écossaises et avait promis d’en ramener pour ses amis, friands de friandises.  La boutique était bondée.  Les gens riaient et parlaient à tue-tête, il y faisait chaud.  Costantino suffoquait.  Bianca s’était malencontreusement heurtée à une autre cliente et s’était excusée, ce qui avait abouti en une conversation sur l’excitation de ces touristes italiens pour cette merveilleuse petite bourgade bucolique, et que savait-il encore.  Costantino s’excusa auprès de la grande blonde ainsi que de ses géniteurs et alla prendre l’air.

Dès qu’il passa la porte, le conseiller financier inspira une bonne goulée d’air frais en souriant.  À quelques pas, une femme aux cheveux colorés attira son attention.  Difficile de faire autrement au vue de son apparence criarde, toute en contraste avec celle, bien sobre de l’élégant homme.  Passant la main sur sa barbichette, il écouta sans vraiment le vouloir la conversation qui avait lieu à côté de lui, et s’y immisça en s’excusant poliment, un sourire charmeur fleurissant sur ses lèvres.

«Pardonnez-moi, belle donne, je ne voudrais pas m’imposer.  Si vous avez d’autres emplettes, je vous conseillerais de les faire le temps que Honeydukes se vide un peu.  Je ne sais pas si on peut dire que c’est l’euphorie dans la boutique, mais elle est définitivement pleine à craqueler.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 282
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Mer 31 Mai - 16:35

Alors qu’Abygail secouait la tête et engloutissait l’une des friandises visiblement tout juste sortie de la boutique, en tendant le paquet à Saoirse, cette dernière avisa l’homme qui venait de les apostropher. Evidemment, elle accepta. La friandise.
Tout en jonglant des yeux (ouais, pas facile), elle tâchait de suivre la conversation d’un côté, tout en poursuivant son espionnage (non industriel, rassurez-vous) de l’autre. Son oreille capta le mot « euphorie » ce qui la fit tiquer, basculant de ce fait son attention vers l’homme.

- L’euphorie ? Pourquoi c’est l’euphorie ? Il se passe quoi là-dedans ?

Peut-être avait-elle mis un peu trop d’empressement et de curiosité à questionner l’homme. Bien qu’il ne s’agisse pas là d’une affaire d’intérêt national, ou même local à bien y réfléchir, il était hors de question d’attirer trop l’attention. Avec un ressaisissement frôlant le triple Axel, elle lui accorda un sourire brillant.

- Vous avez trouvé votre bonheur à l’intérieur ? Lui demanda-t-elle avec un petit sourire d’excuse pour l’empressement précédent.

L’homme était d’une élégance plutôt rare à Pré-au-Lard. Vêtu avec sobriété et style, il abordait une apparence d’homme d’affaire. Souriant, charmeur, à l’aise (bien que semblant un chouïa éprouvé), il avait les manières de celui qui sait parler en société. Saoirse le détailla et admit qu’elle ne l’avait jamais croisé jusque-là. Il était étonnant de constater qu’après avoir arpenter le territoire en tous sens, on pouvait encore y croiser des sorciers inconnus. Sa curiosité se partagea en deux alors qu’un coup d’œil l’informait qu’à l’intérieur, la futur (ex) Mrs. Shepherd poursuivait une joviale conversation sans sembler se diriger vers la moindre sucrerie.

Evidemment, elle est plutôt du genre à refuser du dessert pour rentrer dans sa robe, elle.

Dire qu’elle avait osé refusé la bûche de Noël quelques mois plus tôt. Bûche que Saoirse avait faite de ses mains (enfin, de sa baguette) et qu’elle était alors prête à lui faire manger par les trous de nez étant donnée son humeur lors des fêtes de fin d’année.
Alors, acheter des bonbons, voilà qui aurait été surprenant à quelques mois du mariage.
Du coup, si elle n’achetait pas de bonbons, que venait-elle faire exactement ?

Tout à ses réflexions, elle entendit à peine l’excuse que fournit Abygail pour s’en retourner avec son paquet sous le bras, proposant à Saoirse un déjeuner le lendemain sur le chemin de traverse. La jeune femme acquiesça d’un mouvement réflexe de la tête et se trouva donc en tête à tête avec l’étranger, derrière lequel elle sauta brusquement lorsque la porte de la boutique tinta.

Planquée derrière la très haute (bouse, tout le monde est-il grand dans ce pays ??) silhouette de l’homme, elle constata, soulagée que seul un gamin aux tâches de rousseurs envahissantes sortait de chez Honeydukes.
Un peu confuse, elle jeta un regard rougissant à l’homme avant de bredouiller à son tour, une excuse des plus dragonnesque.

- Excusez-moi, j’ai … la phobie des tintement de cloches… de boutique.

Superbe.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 21
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Dim 4 Juin - 17:13

Costantino arqua un sourcil au-dessus d’un œil rond comme un monocle.  Il avait bien dû mal comprendre, ou quelque chose du genre.  Ah!  Les joies d’une langue étrangère et d’accents ni neutres ni usuels.

«Je suis désolé, je croyais que vous aviez vous-même parlé d’euphorie.  J’ai dû mal comprendre, cela fait partie des petits bonheurs de l’immigration», blagua-t-il en croisant les doigts devant lui, à mi-hauteur.  «Il ne s’y passe rien de spécial, pour être honnête.  Les gens y achètent des friandises, et», il hésita sur le choix de verbe, « jacassent entre eux.  Personnellement j’ai préféré abdiquer d’y trouver mon bonheur, pour le moment.»

Le sourire courtois de l’Italien ne quittait pas ses lèvres, alors qu’il observait la femme colorée, qui s’excusa, puis son amie.  Minuscule, ça sautait au visage.   Visage qui, par ailleurs, avait dû la sauver de charmants surnoms sur sa taille, tel que « gobeline » ou qu’en savait-il encore.  L’écossaise qu’il devinait à l’accent âpre avait un minois qui laissait désirer de s’attarder en sa présence et un style qui unissait les sorcières d’Italie et d’Écosse : constitué d’emprunts à la mode moldue et de vestiges plus traditionnels.  Au-dessus de son épaule, le banquier lança un regard à sa mère, qui réunissait à elle seule quatre décennies différentes dans son accoutrement, et deux siècles si on comptait son chapeau.  Mais les femmes avaient ce don pour bien paraître en toute circonstances, lui semblait-il.

C’est avec surprise qu’il constata que la demoiselle face à lui effectua un saut de puce pour se retrouver pendue à ses omoplates, au sens figuré.  Définitivement amusé, Costantino parvint sans effort à contraindre un sourire ou un fou rire qui aurait pu être insultant pour la pauvre épeurée, mais ses yeux brillèrent avec trahison.

«Ce n’est rien.  J’ai entendu dire que c’était une phobie plutôt courante.  Un fléau, si vous voulez mon avis.  Je suppose que vous avez longtemps travaillé en service à la clientèle?

Après tout, la jeune femme ne devait être qu’à l’aube de la vingtaine.  Rien ne disait qu’elle n’en était pas toujours qu’à ses débuts dans le monde professionnel et travaillait donc pour la boutique d’en face, quelle qu’elle soit.  Costantino leva le regard, par curiosité, pour découvrir la poste sorcière de l’autre côté de la rue.  Non, la jeune dame ne semblait pas être du genre à passer ses journées dans la fiente et la paille.  Ou alors elle possédait un excellent parfum pour couvrir les odeurs.


Dernière édition par Costantino Befana le Lun 26 Juin - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 282
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Sam 17 Juin - 15:34

Un sourire involontaire et plus franc s’épanouit sur ses lèvres, alors qu’elle cru déceler de l’amusement chez sa couverture humaine.

- Non, j’ai été déclarée inapte pour ce genre de travail. On m’a envoyée aux stocks. Plaisanta-t-elle en se détendant alors que ce n’était pas Ingrid qui quittait la boutique.


Un coup d’oeil à l’intérieur, l’informa qu’Ingrid patientait dans un coin de la boutique. Elle avait cesser de parler avec tout le monde et, bras croisés (avec cette élégance qui donnait envie à la moitié de la terre, surtout les femmes, de l’étouffer dans l’un des bac contenant du sucre glace magique) semblait attendre quelque chose ou quelqu’un. Mais quoi?

Après avoir pleinement étudié la configuration des lieux, elle opta pour se glisser aux côtés de l’homme, qui devait bien se demander pourquoi elle s’acharnait à lui tourner autour ainsi. Positionner sous cette angle, il la masquerait si Ingrid sortait par la porte, mais lui laissait champs libre au niveau vision de l’intérieur de la boutique si elle penchait légèrement la tête de temps à autre.
Après un regard chaleureux à l’homme qui lui faisait face, elle tendit une main amicale, plus dans ce que l’on pouvait attendre d’une présentation. Moins surprenant qu’un saut de cabri dans le dos, certes, mais après tout, on ne pouvait pas passer son temps à surprendre les autres.

- Je m’appelle Saoirse. Enchantée. De quel coin venez-vous? Questionna-t-elle, puisqu’il parlait immigration.

Ainsi dissimulée, mieux valait faire la conversation à quelqu’un. Il aurait été plus difficile de stagner devant la boutique sans excuses valables. Au pire du pire, si elle était découverte, elle pourrait toujours prétendre au hasard.

Se prêtant au jeu des accents, elle misa sur un côté latin, sans trop de doute. Il y avait du soleil dans chacun des mots prononcés et un ton chantant qui n’avait rien de britannique. Piquée d’une curiosité soudaine, elle abandonna la vitrine des yeux pour porter son attention sur l’interlocuteur.

Tache juste de ne pas la laisser filée, si Soleil chantant t’hypnotise.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 34 ans
Messages : 21
Localisation : Dublin, Irlande
Scolarité : Moldue régulière
Université : Universitá Bocconi
Occupation : Conseiller financier

MessageSujet: Re: Aventure magique (avec Saoirse)   Lun 26 Juin - 0:38

À la manière d’un chat qui tente de s’approprier l’un de ces innombrables esclaves humain, ou d’un chien qui fait la cour à une borne fontaine, voilà que la jeune dame le contournait pour prendre place à ses côtés, obligeant Costantino à pivoter sur lui-même pour lui faire toujours face.  Elle était manifestement fort intéressée par quelque chose à l’intérieur de la boutique qui se trouvait désormais derrière le professionnel de la finance.  Peut-être épiait-il le petit rouquin à la caisse, pour lequel elle en pinçait.  Ou peut-être surveillait-elle les stocks de crèmes canaris, ou que savait-il encore.  Il n’en avait que faire, à vrai dire, mais était piégé au pas de la porte, ce qui avait l’avantage de lui permettre d’observer ce drôle de colibri avec amusement.  Dans un geste à la fois réflexe et purement mécanique, dû à des milliers de répétitions, le dublinois d’adoption saisit la main qui était apparue devant lui.  La poigne de l’homme était douce et autoritaire à la fois : il ne comptait pas écraser les phalanges de qui que ce soit, mais savait qu’il se trouvait en contrôle.  Chantant son nom, enrubanné de son accent tonique, le pourvoyeur de conseils se présenta à son tour.

«Pour ma part, je suis Costantino.  J’habite présentement en Irlande, mais suis originaire de Milano.»

Le coin de son œil tressaillit alors qu’il voulut répéter le nom de la jeune femme et réalisa qu’il en serait bien incapable, dusse-t-il en dépendre de sa vie.  Qu’est-ce que c’était que ces espèces de voyelles qui n’avaient rien de la franchise des mots italiens.  L’anglais était déjà rude à ce niveau, le gaélique en rajoutait constamment une couche, ce qui amusait Treasa plus qu’il était humainement permis.

«Vous-mêmes me semblez originaire de la région, je me trompe?  Laquelle de ces sympathiques boutiques a eu la malencontreuse idée de cacher un si joli visage aux stocks?»

En fait, réalisa-t-il, la jeune sorcière travaillait peut-être chez Honeydukes, était en pause et craignait simplement le retour de son gérant, qui s’apercevrait qu’elle étirait son moment de repos.  Certes, elle ne portait guère l’uniforme des lieux, mais qui obligeait les employés de l’arrière-boutique à un vêtement obligatoire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t382-costantino-befana#2806
 
Aventure magique (avec Saoirse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout ce qui n'a plus grand chose à voir avec le scientifiquement possible : créatures magiques et autres... (TU : Titre Unlimited)
» Licsis [Haut Prêtre de Tyra] [Katastrophe]
» Libertasque Schola
» Cours de Potions - Ecole des Ombres.
» Devoir de Soins aux Créatures Magiques [PV Camélia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Zone de Jeu :: Ewiland :: Angleterre-