Météo du
Moment

Nous sommes en août 2017.

Au matin du 21.08, Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, est retrouvé
pétrifié dans son bureau.
Les circonstances de sa mort
restent obscures.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Dormir ou écrire, il faut choisir.

Plan canicule sur le forum...

Venez donc brassez un peu d'air avec nous...

Partagez | 
 

 Au coin des hasards [Ezio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 351
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Lun 3 Juil - 19:36

Tant mieux. Pas sûre que je survive à une demi-douzaine de ses sœurs.
Perso, j'en ai trois, et c'est, parfois, une croix autant qu'un plaisir.

Là, je peux juste pas m'empêcher de penser que cette soirée-là, j'aurais pu la passer avec lui. Je suis pas une fille à remords, mais je regrette ce bout de nuit avorté qu'on aurait pu passer ensemble. Alors je me fais la promesse de ne plus jamais être aussi stupide, de ne plus me laisser me gâcher la vie pour un orgueil mal placé. Je serais Stacy Holmes, mènerait mon enquête, rassemblant preuves et alibis, tirant le vrai du faux, demandant et questionnant, plutôt que de perdre de ce temps que j'aurais pu avoir avec lui. Tant que ma fierté ne vient pas se mettre en travers de ma route, à me dresser des scenarii apocalyptiques... Autant dire que c'est pas gagné.

Mon attention finit par se détourner de cette petite mise au point entre moi et moi-même. Cette promesse scellée dans le secret de ma tête, je peux enfin me laisser aller. Et retrouver la sensation que, définitivement, embrasser Ezio Shepherd est mille fois meilleur qu'un muffin. Fut-il garni de fruits rouges et saupoudré de vanille.
Cet aspect-là de notre relation, au moins, est merveilleusement simple.
Maintenant que je suis dans ce baiser, mon corps se coule de lui-même contre lui, mes mains retrouvent le chemin de sa nuque. C'est juste tellement facile et tellement bon de me perdre contre lui. Je sais pas comment j'ai pu accepter de renoncer à ça.

Même quand nos lèvres se quittent, je me résous pas à me décoller de lui. Eh quoi, j'étais en manque. J'ai besoin de ma dose pour continuer à avancer.


. Vous êtes pressé..., je marmonne, contre sa poitrine.

Diable qu'il sent bon.
Je relève juste assez le menton pour capter son regard.


. Ou vous passeriez un bout de journée avec moi ?

La vie me doit plein de temps d'avec lui, que je compte bien rattraper avant que ce soit nos existences qui nous rattrapent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar




Scottish Muffin

Age du personnage : 32 ans (encore)
Messages : 438
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Dim 9 Juil - 14:01

Pour dire vrai, il ignorait l’heure qu’il était et s’il n’avait été question de Noël, il aurait probablement ignoré jusqu’au jour.

- Je ne suis pas pressé. Haussement d’épaule. Mais vous ne devriez pas être en train de courir partout pour vos…emplettes de Noël ?
- Je viens de passer trois jours à Londres, j’ai tout ce qu’il me faut.
Se dégageant doucement de leur étreinte, il observa la ruelle dans laquelle ils se trouvaient tous deux.

- Et bien il me semble qu’avant que je vous importune vous vouliez entrer chez Daunt. Toujours intéressée ?
- Si vous me laissez vous offrir un livre…

Il sourit en détournant le regard. Etrange phénomène qu’Anastasia Grant.

- Marché conclu. Se prit-il à répondre en songeant qu’il serait amusant de voir ce qu’elle pourrait choisir pour lui.

Ils firent demi-tour tous les deux et se mirent en devoir de regagner l’entrée de la librairie. Au bout de quelques pas, il sentit au creux de sa main droite l’effleurement d’une petite main plus fraîche. Ses doigts se refermèrent doucement sur elle et entrèrent en contact avec le métal encore plus froid de l’alliance qu’elle portait.

« Je ne supporte pas l’idée que vous soyez à quelqu’un d’autre ».
Les mots se réinvitèrent alors dans son esprit, et se mirent à tourner en boucle tels une litanie incommodante. Etait-il dérangé qu’elle ne supporte pas l’idée ? Etait-il gêné qu’elle la formule ? Honteux d’être flatté par un tel aveu ? Mal à l’aise d’avoir quelque compte à lui rendre ? Ou trouvait-il simplement étrange qu’une femme abordant au doigt son appartenance à un autre lui signifie qu’elle se refusait à ce qu’il existe quelqu’un d’autre à côté d’elle dans sa vie ?
Non pas qu’il ait pour habitude d’aborder les femmes dans la rue, mais il lui semblait bien ne rien exiger d’elle à ce niveau et escomptait bien qu’elle n’attende rien en retour. Avait-il laissé entendre le contraire à un quelconque moment ? Avaient-ils les mêmes règles ? Et… jouaient-ils après tout ? Une fois de plus, il réalisa qu’il n’avait aucune idée de ce qu’ils faisaient tous deux. Pas plus qu’elle apparemment. Un jeu facile pour celui qui n’avait rien à perdre. Peut-être était-il peu louable de sa part à lui de ne pas la mettre en garde sur ce qu’elle engageait de son côté.  Elle lui paraissait néanmoins suffisamment grande pour prendre les risques qu’elle avait à prendre. Il n’aurait, de son côté, pas apprécié qu’on lui dicte la conduite à tenir, quand bien même cela aurait été dans un but de bienveillance.
Prenant conscience qu’il abordait soudainement un air soucieux qui devait lui paraître déconcertant, il lui accorda un sourire rassurant en se promettant d’y réfléchir plus tard et de lui en parler. Optant pour un changement radical de conversation, il lança en l’air :

- Et vous ? des frères et sœurs ?


HJ: Avec participation d'Anastasia pour ses dires et gestes.


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 351
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Dim 16 Juil - 20:56

Drôle de sentiment que de marcher dans une rue de Londres, main dans la main avec Ezio Shepherd. C'est intimidant. Grisant. Troublant. Souriant. Plaisant. Mon cerveau a du mal à s'ajuster. Il se souvient de mes promesses de rayer jusqu'à son nom de ma mémoire, de ma résolution à lui tourner royalement le dos. Il n'en croit pas ses yeux de se balader à ses côtés. Il n'est pas le seul. J'en perds mon latin. Je bataille dans la foule des émotions. Vous méprenez pas, j'adore ça. Mais j'ai du mal à faire le point sur ici et maintenant. Alors, je souris à moitié, rêveusement. Et mets trente secondes de trop à percuter qu'Ezio Shepherd s'adresse à moi.

. J'en ai trois. Des sœurs.

Je manque de faire une blague malheureuse sur le fait qu'aucune d'entre elles ne me saute au cou en public. Je réussis à me taire et c'est un petit miracle en soi.

. Trois grandes sœurs. Maria. Tatiana. Et Olga. C'est ma préférée.
Nos parents sont très branchés Russie.

Je dis ça sur un ton d'excuse.
Ces quelques mots nous ont ramené devant Daunt. Et ça tombe plutôt bien, parce que j'ai pas de masse envie de parler de ma famille. Pas quand lui pourrait prendre la parole et m'envelopper de sa voix grave. Je pourrais l'écouter des heures.

Il y a quelque chose de presque licencieux à m'afficher chez Daunt, soudée à la main d'Ezio Shepherd. C'est le moment qu'il choisit pour relâcher son étreinte et c'est peut-être tant mieux parce que j'étais sur le point de rougir. Allez savoir pourquoi. Il me glisse un Après vous... et je m'exécute gracieusement.
Ça ne l'empêche pas de me suivre quand je me lance dans mon errance au milieu des rayons. En solo, je pourrais me perdre des heures entre deux étagères. Je sais pas si ça vient de mon éducation, mais j'ai toujours été fascinée par les livres. Et une librairie (voire une bibliothèque) est juste un petit bout de paradis sur terre. Mon compte en banque n'est pas toujours d'accord avec cette conception, quand je me révèle incapable d'en ressortir sans trois nouveaux bouquins à chaque fois.
Sur le trajet vers le rayon « Poésie », j'attrape au vol (après avoir comparé trois exemplaires différents) une édition illustrée d' « Alice's Adventures in Wonderland ». Le mien est tout râpé d'avoir été trop bouquiné. Et je pars pas en France sans en avoir un exemplaire dans mon sac.

Arrivée au pays de Blake, de Milton et de Yeats, j'hésite un instant seulement, avant de dénicher « Poems » de Burns.


. J'ai écrit un essai sur lui, il y a quelques semaines. Ça m'a fait penser à vous.

Je m'abstiens de préciser qu'à ce moment-là, la pensée en question m'a déchiqueté la poitrine. Et que j'aurais bien voué Burns aux flammes de l'enfer (haha) pour avoir osé ranimer le visage d'Ezio Shepherd avec autant de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar




Scottish Muffin

Age du personnage : 32 ans (encore)
Messages : 438
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Mar 25 Juil - 2:10

En d’autres occasions, il se serait plu à errer à travers les rayonnages et laisser courir ses yeux – voir une main – sur les tranches des livres pour que l’un d’entre eux capte son attention. Aujourd’hui cette dernière était entièrement dévouée aux épaules d’Anastasia qui déambulait parmi les livres comme si elle savait exactement ce qu’elle voulait. Il sourit en la voyant s’emparer d’un exemplaire illustré d’Alice’s Adventure in Wonderland, mais ne fit aucune remarque lorsqu’elle le glissa sous son bras.
Cherchant à se remémorer rapidement le poème qui l’avait marqué à la lecture de Lewis Carroll, il se demanda si elle avait aussi un exemplaire de De l’autre côté du miroir. Il la suivit durant deux rayons encore, fouillant les tréfonds de sa mémoire pour en extraire les vers qu’il avait pourtant passé des heures à se répéter, plus jeune. Lorsqu’enfin ils lui revinrent en mémoire en toute intégrité, elle s’était arrêté face à une étagère massive.

« In a Wonderland they lie,
Dreaming as the days go by,
Dreaming as the summers die:

Ever drifting down the stream--
Lingering in the golden gleam--
Life, what is it but a dream? »


Alors qu’il abordait un petit sourire très satisfait d’avoir vaincu les années et ses souvenirs, elle se retourna vivement – triomphante peut-être ? – un ouvrage en main qu’elle brandit sous ses yeux. En quelques secondes, le sourire qui étirait ses lèvres mourut pour laisser place à une expression plus sérieuse alors qu’il parcourait la couverture du livre pour y découvrir ce qu’elle avait choisi.

Le barde de l'Ayrshire.

Levant un regard intense vers elle, il lui prit doucement le recueil des mains avant de s’attarder sur la couverture de ce dernier.

- Vous avez aimé ? Questionna-t-il. Lequel a attiré votre attention ? Je crois que j’aurais aimé lire cet essai… Se sentant sur les pentes de devenir à nouveau trop volubile, il finit par se taire et lui tendit le recueil en retour. - C’est … un très bon choix, Anastasia. Murmura-t-il.


Sur l'eau calme voguant sans trêve...
Dans l'éclat du jour qui s'achève...
Qu'est notre vie, sinon un rêve ?


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 351
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Jeu 27 Juil - 21:09

J'ai du mal à détacher mon regard de ses mains sur la couverture du livre. Et j'ai presque envie de le refuser quand il me le tend en retour. Ses doigts qui caressent le papier et... Okay, Anastasia Grant, calm down.

. C'était pas du grand art. J'étais pas au mieux de ma forme...

Évidemment, il faut que je percute à ce moment-là que la raison de ma baisse de régime est pile en face de moi. Vague de gêne et regard qui se détourne. Pour le mystère, on repasserait.
Bon, en vrai, mon essai n'était pas si pire, mais je ne sais pas si je supporterai qu'il le lise. J'y avais distillé quelques remarques acerbes sur l'amour et les relations humaines qui, si elles étaient plutôt pertinentes, reflétaient à la perfection mon état d'esprit.
J'enchaîne sur une pente moins périlleuse.


. J'ai beaucoup souri à son Adress to a haggis. Il fallait oser !

J'ai conscience d'éluder soigneusement la question. De rechigner à avouer que je ne suis pas insensible à Red red rose. Comme un peu tout le monde, peut-être. Je suis mal à l'aise à l'idée de m'ouvrir encore à lui. Ou d'en avoir envie. Je me souviens du dernier retour de bâton. C'est super personnel de partager ses coups de cœur littéraires. Plus encore quand il s'agit de poésie, je crois. Je saurais pas expliquer pourquoi.
Évitant scrupuleusement de le regarder, j'ose enfin murmurer (on est dans une librairie, après tout) :


.And fare thee weel, my only love,
And fare thee weel awhile !
And I will come again, my love,
Tho' it were ten thousand mile.

Pendant le dernier vers, mes yeux tombent sur lui. Évidemment, je rougis. Ça devient lassant, cette aptitude à me troubler devant lui. Je suis tellement pas comme ça d'habitude. Bon, je peux juste pas rester insensible aux vers en question. Ni au fait que bien qu'écrits par un autre, ils ont une résonance toute particulière. La pensée me dérange, sans que je réussisse à mettre le doigt sur le pourquoi. Ça me file un pincement d'anxiété qui me met particulièrement mal à l'aise et je cherche pas à creuser plus loin. Des fois, c'est une question de préservation de soi.

. J'aime bien celui-là... On y va ?

Bulldozer mode back on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar




Scottish Muffin

Age du personnage : 32 ans (encore)
Messages : 438
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Dim 6 Aoû - 1:08

- Burns serait ravi de constater qu'il vous dérange à ce point. Se risqua-t-il à la taquiner.

But, if ye wish her gratefu’ prayer,

       Gie her a Haggis!



S'autorisant de nouveau à poser une main sur son épaule, il la poussa gentiment hors du rayonnage qui les avait abrités un court instant et lui emboîta le pas. Sur leur gauche, entre deux étagères, une jeune femme aux visage rosi par le froid, semblait reprendre son souffle en parcourant les lignes d'un livre avec avidité. Peut-être avait-elle couru. La librairie lui avait-elle offert abri dans une course folle contre un poursuivant tenace? A moins que...
S'arrêtant un peu plus loin, il exerça une légère pression sur l'épaule de la jeune femme qui l'accompagnait et la fit pivoter en silence pour qu'elle puisse, elle aussi, faire face à l'autre femme. Cette dernière était plus âgée, portait un long manteau entrouvert qui dissimulait à peine une robe noire élégante et était perchée sur une paire d'escarpins dont les talons - encore présents tous les deux - démentaient l'hypothèse de la poursuite. Toujours plongée dans les pages de son livres, elles les feuilletait avec application et appétence et semblait retrouver peu à peu une respiration normale.

Se penchant au-dessus de la jeune femme, il lui murmura au creux de l'oreille.

- J'aime à penser qu'elle s'est réfugiée ici pour bénéficier d'un peu de paix avant un repas de famille prometteur... Mais, il est fort probable qu'elle vienne d'apprendre la présence d'un invité surprise et qu'elle lui cherche un cadeau de dernière minute. Ajouta-t-il dans un sourire. Son beau-frère peut-être... Qu'en pensez-vous?

Alors que ses yeux l'interrogeaient, sa question était toute autre.

«  Et vous Anastasia, quelle course particulière vous a guidée jusqu'ici une veille de Noël? »


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 351
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Mer 9 Aoû - 0:05

. On ne peut jamais se tromper avec un livre...

Conviction personnelle émise sur un ton d'évidence.
Et si le receveur se rebiffe à l'idée de recevoir un bouquin comme cadeau, c'est qu'on s'est trompé d'amis. Je suis déjà assez difficile dans ma relation aux autres (oh, je peux être charmante et ouverte et sociable, mais je m'ouvre pas si facilement à autrui, et on compte sur les doigts d'une main les amis dont je peux dire qu'ils sont vraiment proches de moi), mais je me suis, en prime, découvert récemment une répulsion quasi-épidermique à l'encontre des lettrophobiques. C'est peut-être du pur snobisme, mais entre un allergique de la lecture et moi, ça ne pourra jamais fonctionner. J'ai percuté il n'y a pas si longtemps, invitée chez un collègue de fac, qui avait tout pour lui, sauf une bibliothèque. Juré, pas un seul livre chez lui, hormis les bouquins de cours. J'étais même mal à l'aise, dans son appart' déserté par les grands (et les petits) noms de la littérature.
Trêve de considérations personnelles.

J'ai répondu sur le ton de la confidence.
Mais je crois que j'aime son idée de la librairie comme d'un refuge face au vrai monde. Ça ressemble un peu trop à ma conception des livres, certains jours. On étudie pas la littérature, sans être un peu amoureuse de la prose, et de l'évasion qu'elle apporte.

D'un léger tapotement sur le bras d'Ezio Shepherd, j'attire à mon tour son attention sur un autre visiteur. Visiteur. Aventurier. Éclaireur. J'aime pas tellement songer aux gens qui errent dans une librairie comme à des clients. On ne repart pas avec un livre comme on achète un morceau de steak.

A quelques rayons de là, un jeune homme manipulait un ouvrage avec précaution. Loin d'être un livre relié ou l'une de ces encyclopédie dont la valeur s'élevait à trois chiffres, il tenait entre ses mains un simple poche :


. Peut-être est-ce la première fois qu'il achète un livre. Pour faire bonne impression ou parce que sa dernière en date ne jure que par ce titre. Ou peut-être qu'il est de ces gens qui savent qu'un livre, ça s'apprivoise.

Je sais pas ce qui m'a pris de dire ça, tout haut (même si mon tout haut est relativement tout bas). Pas que ce soir une bêtise, mais plutôt un sentiment très personnel. Je suis peut-être la seule à tourner un livre nouveau entre mes doigts, à en observer la couverture, en parcourir le résumé, avant de le feuilleter doucement, pour qu'on fasse connaissance, lui et moi.
Et puis, je me prends au jeu, à véritablement imaginer la vie de ce type et la raison de sa présence ici. Une manière comme une autre d'oublier le trouble qui me saisit à chaque fois que le regard d'Ezio Shepherd tombe sur moi, ou que sa main me frôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar




Scottish Muffin

Age du personnage : 32 ans (encore)
Messages : 438
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Ven 8 Sep - 22:13

C'était là un jeu auquel il avait toujours aimé jouer. De l'observation de ceux qui l'entouraient naissaient d'autres vies en d'autres temps et d'autres lieux. Son imagination fertile s'attachait au moindre détail pour façonner tous les aspects d'un potentiel de vécu. D'une femme qui contemple une vitrine à un enfant aux genoux écorchés, sous la plume de son esprit se dessinaient d'autres probables qui ne verraient le jour nul part ailleurs.

Il hocha sérieusement la tête aux dires de la jeune femme et entreprit sa propre observation du jeune homme. Tournant et retournant l'ouvrage entre ses mains, comme s'il ne savait par quel bout l'entamer, il ne détachait pas son regard du livre. Avec l'expression un peu gênée de ceux que l'on prend en flagrant délit, il jeta un rapide coup d'oeil aux alentours et ouvrit le livre avec une brusquerie très respectable avant de fourrer son nez entre deux pages.
Détournant la tête pour masquer son sourire, Ezio entraîna Anastasia dans son pivotement pour octroyer un peu d'intimité au renifleur de littérature.

- La phase d'apprivoisement paraît une piste probable. La technique est particulière, c'est certain, mais je ne doute pas un instant de son efficacité. S'amusa-t-il.

Les gens avaient toutes sortes de réflexes face aux livres. Il pouvait aisément comprendre qu'on en aime l'odeur. Peut-être pas de là à régler une éventuelle crise de manque en plein centre de Londres, mais néanmoins, il était avéré que l'odeur de l'encre sur le papier en contentait plus d'un.
En ce qui le concernait, il avait pour habitude de parcourir la couverture de la main et d'en ouvrir la toute dernière page pour y lire le tout dernier mot. Un réflexe adopté quelques 27 années plus tôt, dès qu'il avait su lire. La fin de l'histoire était cruciale. Et si le mot de la fin n'en donnait que rarement l'issue, il était pour lui l'indicateur d'une histoire dans laquelle il voulait - ou non - se plonger.

Alors que dans leur dos, le jeune homme fermait les yeux, le nez toujours dans son livre, il élabora un tout autre scénario.

- A moins que votre dompteur de littérature ne soit secrètement amoureux de la libraire et n'en hume le parfum à travers ce qu'elle a touché dans la journée. Glissa-t-il taquin, en se penchant un peu plus au-dessus d'elle.

A défaut du parfum d'un livre, c'est à nouveau le sien qu'il captura. Un mélange doux et boisé qui firent parvenir à son esprit quelques souvenirs des derniers mois. A nouveau ce contraste saisissant d'émotions : Le vif intérêt qu'elle éveillait en lui, l'amusement provoqué par leurs évidentes différences et leurs points communs, le fond de contrariété qu'elle provoquait en lui, bouleversant ses petites habitudes et son indépendance, et cet élan de désir qui le faisait sentir vivant tout en l'effrayant. Anastasia Grant était à bien des égards, plus sorcière que lui.
Arrêtant ses lèvres à quelques millimètres de sa peau, là où elle pourrait les sentir sans qu'il ne la touche vraiment, il renonça au baiser qu'il s'apprêtait à déposer pour reprendre une distance plus respectable.

- Que pensez-vous qu'il dirait de nous, s'il jouait au même jeu? Murmura-t-il de plus belle en désignant l'homme du menton.


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 351
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Ven 15 Sep - 23:06

. Que j'essaye de vous séduire avec les mots d'un autre.

Ça a fusé tout seul. C'est sorti comme ça.
Je mentirai en disant que j'aurais voulu rattraper les mots qui viennent de s'échapper. Et dont il ne saura jamais combien ils sont probablement vrais, et non pas le fruit d'un seul jeu récupéré au bond.
Si notre amoureux de la libraire se prenait au game, il verrait probablement que je ne suis pas immunisée contre le regard d'Ezio Shepherd. Que mon corps s'oriente de lui-même pour mieux répondre au moindre de ses gestes. Que mon attention se dirige à chacun de ses mots, à me faire oublier le monde alentour.
Pour la première fois depuis longtemps, j'expérimente ce truc bizarre de l'acteur-spectateur : je nous imagine vus par les yeux d'un autre. Par ses yeux à lui. Je ne me centre plus sur mon nombril, mon ventre et les émotions qui y palpitent. Je prends conscience qu'en sa présence, je change d'orbite, que je me mets naturellement à graviter autour de lui, comme un papillon attiré par la flamme. Et que certaines fascinations valent toutes les brûlures récoltées en vol.

Je m'aime bien, impulsive et spontannée, comme ça.
C'est quelque chose qui m'avait manqué, dernièrement.
J'enchaîne :


. Est-ce que ça marche ?

Je me voulais légère, avec une pointe d'ironie. Quelque chose a mal tourné dans l'intervalle. Je me retrouve à le regarder droit dans les yeux, avec presque, au fond, l'envie de connaître la réponse à cette question. Besoin d'être rassurée, peut-être, sur les réciprocités. Que je ne sois pas la seule à mourir un peu à chacun de ses sourires. A frémir à chaque effleurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
 
Au coin des hasards [Ezio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» Ezio Freza {fin}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Les écrits alternatifs :: On vous la fait courte?-