Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Au coin des hasards [Ezio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 315
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Lun 3 Juil - 19:36

Tant mieux. Pas sûre que je survive à une demi-douzaine de ses sœurs.
Perso, j'en ai trois, et c'est, parfois, une croix autant qu'un plaisir.

Là, je peux juste pas m'empêcher de penser que cette soirée-là, j'aurais pu la passer avec lui. Je suis pas une fille à remords, mais je regrette ce bout de nuit avorté qu'on aurait pu passer ensemble. Alors je me fais la promesse de ne plus jamais être aussi stupide, de ne plus me laisser me gâcher la vie pour un orgueil mal placé. Je serais Stacy Holmes, mènerait mon enquête, rassemblant preuves et alibis, tirant le vrai du faux, demandant et questionnant, plutôt que de perdre de ce temps que j'aurais pu avoir avec lui. Tant que ma fierté ne vient pas se mettre en travers de ma route, à me dresser des scenarii apocalyptiques... Autant dire que c'est pas gagné.

Mon attention finit par se détourner de cette petite mise au point entre moi et moi-même. Cette promesse scellée dans le secret de ma tête, je peux enfin me laisser aller. Et retrouver la sensation que, définitivement, embrasser Ezio Shepherd est mille fois meilleur qu'un muffin. Fut-il garni de fruits rouges et saupoudré de vanille.
Cet aspect-là de notre relation, au moins, est merveilleusement simple.
Maintenant que je suis dans ce baiser, mon corps se coule de lui-même contre lui, mes mains retrouvent le chemin de sa nuque. C'est juste tellement facile et tellement bon de me perdre contre lui. Je sais pas comment j'ai pu accepter de renoncer à ça.

Même quand nos lèvres se quittent, je me résous pas à me décoller de lui. Eh quoi, j'étais en manque. J'ai besoin de ma dose pour continuer à avancer.


. Vous êtes pressé..., je marmonne, contre sa poitrine.

Diable qu'il sent bon.
Je relève juste assez le menton pour capter son regard.


. Ou vous passeriez un bout de journée avec moi ?

La vie me doit plein de temps d'avec lui, que je compte bien rattraper avant que ce soit nos existences qui nous rattrapent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar




Scottish Muffin

Age du personnage : 32 ans (encore)
Messages : 374
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Dim 9 Juil - 14:01

Pour dire vrai, il ignorait l’heure qu’il était et s’il n’avait été question de Noël, il aurait probablement ignoré jusqu’au jour.

- Je ne suis pas pressé. Haussement d’épaule. Mais vous ne devriez pas être en train de courir partout pour vos…emplettes de Noël ?
- Je viens de passer trois jours à Londres, j’ai tout ce qu’il me faut.
Se dégageant doucement de leur étreinte, il observa la ruelle dans laquelle ils se trouvaient tous deux.

- Et bien il me semble qu’avant que je vous importune vous vouliez entrer chez Daunt. Toujours intéressée ?
- Si vous me laissez vous offrir un livre…

Il sourit en détournant le regard. Etrange phénomène qu’Anastasia Grant.

- Marché conclu. Se prit-il à répondre en songeant qu’il serait amusant de voir ce qu’elle pourrait choisir pour lui.

Ils firent demi-tour tous les deux et se mirent en devoir de regagner l’entrée de la librairie. Au bout de quelques pas, il sentit au creux de sa main droite l’effleurement d’une petite main plus fraîche. Ses doigts se refermèrent doucement sur elle et entrèrent en contact avec le métal encore plus froid de l’alliance qu’elle portait.

« Je ne supporte pas l’idée que vous soyez à quelqu’un d’autre ».
Les mots se réinvitèrent alors dans son esprit, et se mirent à tourner en boucle tels une litanie incommodante. Etait-il dérangé qu’elle ne supporte pas l’idée ? Etait-il gêné qu’elle la formule ? Honteux d’être flatté par un tel aveu ? Mal à l’aise d’avoir quelque compte à lui rendre ? Ou trouvait-il simplement étrange qu’une femme abordant au doigt son appartenance à un autre lui signifie qu’elle se refusait à ce qu’il existe quelqu’un d’autre à côté d’elle dans sa vie ?
Non pas qu’il ait pour habitude d’aborder les femmes dans la rue, mais il lui semblait bien ne rien exiger d’elle à ce niveau et escomptait bien qu’elle n’attende rien en retour. Avait-il laissé entendre le contraire à un quelconque moment ? Avaient-ils les mêmes règles ? Et… jouaient-ils après tout ? Une fois de plus, il réalisa qu’il n’avait aucune idée de ce qu’ils faisaient tous deux. Pas plus qu’elle apparemment. Un jeu facile pour celui qui n’avait rien à perdre. Peut-être était-il peu louable de sa part à lui de ne pas la mettre en garde sur ce qu’elle engageait de son côté.  Elle lui paraissait néanmoins suffisamment grande pour prendre les risques qu’elle avait à prendre. Il n’aurait, de son côté, pas apprécié qu’on lui dicte la conduite à tenir, quand bien même cela aurait été dans un but de bienveillance.
Prenant conscience qu’il abordait soudainement un air soucieux qui devait lui paraître déconcertant, il lui accorda un sourire rassurant en se promettant d’y réfléchir plus tard et de lui en parler. Optant pour un changement radical de conversation, il lança en l’air :

- Et vous ? des frères et sœurs ?


HJ: Avec participation d'Anastasia pour ses dires et gestes.


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 315
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au coin des hasards [Ezio]   Dim 16 Juil - 20:56

Drôle de sentiment que de marcher dans une rue de Londres, main dans la main avec Ezio Shepherd. C'est intimidant. Grisant. Troublant. Souriant. Plaisant. Mon cerveau a du mal à s'ajuster. Il se souvient de mes promesses de rayer jusqu'à son nom de ma mémoire, de ma résolution à lui tourner royalement le dos. Il n'en croit pas ses yeux de se balader à ses côtés. Il n'est pas le seul. J'en perds mon latin. Je bataille dans la foule des émotions. Vous méprenez pas, j'adore ça. Mais j'ai du mal à faire le point sur ici et maintenant. Alors, je souris à moitié, rêveusement. Et mets trente secondes de trop à percuter qu'Ezio Shepherd s'adresse à moi.

. J'en ai trois. Des sœurs.

Je manque de faire une blague malheureuse sur le fait qu'aucune d'entre elles ne me saute au cou en public. Je réussis à me taire et c'est un petit miracle en soi.

. Trois grandes sœurs. Maria. Tatiana. Et Olga. C'est ma préférée.
Nos parents sont très branchés Russie.

Je dis ça sur un ton d'excuse.
Ces quelques mots nous ont ramené devant Daunt. Et ça tombe plutôt bien, parce que j'ai pas de masse envie de parler de ma famille. Pas quand lui pourrait prendre la parole et m'envelopper de sa voix grave. Je pourrais l'écouter des heures.

Il y a quelque chose de presque licencieux à m'afficher chez Daunt, soudée à la main d'Ezio Shepherd. C'est le moment qu'il choisit pour relâcher son étreinte et c'est peut-être tant mieux parce que j'étais sur le point de rougir. Allez savoir pourquoi. Il me glisse un Après vous... et je m'exécute gracieusement.
Ça ne l'empêche pas de me suivre quand je me lance dans mon errance au milieu des rayons. En solo, je pourrais me perdre des heures entre deux étagères. Je sais pas si ça vient de mon éducation, mais j'ai toujours été fascinée par les livres. Et une librairie (voire une bibliothèque) est juste un petit bout de paradis sur terre. Mon compte en banque n'est pas toujours d'accord avec cette conception, quand je me révèle incapable d'en ressortir sans trois nouveaux bouquins à chaque fois.
Sur le trajet vers le rayon « Poésie », j'attrape au vol (après avoir comparé trois exemplaires différents) une édition illustrée d' « Alice's Adventures in Wonderland ». Le mien est tout râpé d'avoir été trop bouquiné. Et je pars pas en France sans en avoir un exemplaire dans mon sac.

Arrivée au pays de Blake, de Milton et de Yeats, j'hésite un instant seulement, avant de dénicher « Poems » de Burns.


. J'ai écrit un essai sur lui, il y a quelques semaines. Ça m'a fait penser à vous.

Je m'abstiens de préciser qu'à ce moment-là, la pensée en question m'a déchiqueté la poitrine. Et que j'aurais bien voué Burns aux flammes de l'enfer (haha) pour avoir osé ranimer le visage d'Ezio Shepherd avec autant de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
 
Au coin des hasards [Ezio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.
» Ezio Freza {fin}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Les écrits alternatifs :: On vous la fait courte?-