Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Autour d'un verre - PV Saoirse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


MessageSujet: Autour d'un verre - PV Saoirse   Jeu 5 Jan - 18:19

Le mois de janvier était en place. Le nord de l'Angleterre était sous un épais brouillard, une habitude en somme. Le soleil n'était déjà pas bien présent en été, ça ne serait pas le cas en hiver. Les faibles rayons de soleil qui pouvaient passés au travers des nuages éclairaient les rideaux tirés du 38 Victoria Street à Liverpool. Les voitures passaient déjà à fond, les moldus marchaient sur le trottoir juste en dessous des fenêtres sans même savoir qu'ils passaient devant un endroit où la magie, la vraie, était bien présente. Au deuxième étage de l'immeuble se trouvait donc l'apparemment aux rideaux fermés, lequel était en train de loger un jeune homme d'une trentaine d'année. Grand, élancé et assez mince, Jarod s'étirait avec vigueur dans les draps encore chauds. Il regarda ensuite l'horloge posée juste au-dessus de la tête de son lit, il était huit heures, l'heure parfaite pour prendre un grand déjeuné.

Toujours en pyjamas, l'ancien Poufsouffle se traîna jusqu'à la table. Si c'était son repas préféré, c'était aussi une torture pour lui tellement il aimait dormir. La nuit d'avant, il avait dû se coucher assez tard pour finir une commande de balai. Un grand thé noir, un jus de citrouille et des tartines aux beurres. Rien de mieux pour bien commencer une journée. Son appartement était séparé en trois. Une grande pièce se faisait salon, salle à manger et cuisine. La chambre était à part et la salle de bain et les toilettes aussi. C'était pas très grand mais, vu qu'il était tout seul, il avait largement de la place pour toute sorte d'objet magique ou non. Avoir été élevé dans une famille de sang-mêlé avait fait de Jarod un grand curieux, voulant tout savoir des deux mondes. Buvant son thé, il alluma donc la télé : les informations moldues étaient son passe-temps favori le matin. Il lirait la Gazette plus tard dans la journée, voire même qu'il le ferait à Gringotts. Si l'atelier de balai de Jarod se trouvait juste en dessous de son appartement, il devait se lever un peu plus tôt que d'habitude, car il allait devoir aller à la banque des sorciers. Depuis quelques temps, il voulait se lancer dans la production d'autres objets en rapport avec le quidditch que les balais eux-même. Construire des cognards ou des gants de protection serait certainement la prochaine étape dans l'évolution de son travail. Seulement, pour cela, il fallait de l'argent et le même moyen était le prêt. Il irai aussi voir les boutiques vides au passage, car si son affaire marchait, il serait peut-être obligé d'ouvrir un autre magasin sur le Chemin de Traverse.

Londres. Il faisait le même temps qu'à Liverpool mais, le soleil était déjà bien plus haut dans le ciel. Enfin, on pouvait se l'imaginer. Jarod marchait d'un pas rapide, une écharpe et un bonnet pour couvrir le froid. Le rendez-vous à la banque fût rapide et ce n'était pas tellement étonnant. Les gobelins étaient des êtres très proches de l'argent et pour eux, un prêt signifiait gagner encore plus d'argent par la suite. Surtout que Jarod demandait un prêt à cour terme. Il savait qu'il allait pouvoir vite vendre ses créations. Au niveau des boutiques, rien ne lui plaisait ici. A dire vrai, il n'était pas très fan de Londres, lui qui avait toujours vécu à Liverpool ou à Poudlard. Seuls les pubs moldus étaient mieux ici, enfin c'est ce qu'il pensait. Il était maintenant près de 11h30 et le fait d'avoir pensé à une bonne bière, Jarod se dirigea donc vers le Chaudron Baveur. Il était sur de trouver un peu de chaleur et de réconfort. Il pourrai ouvrir sa boutique que l'après-midi. Arrivé dans le bar, il était pas mal rempli. Il trouva quand même un coin un peu reculé. Ici, des gens écrivaient, échangeaient dans des langues inconnues pour lui. Il commanda une grande bière et sorti alors la Gazette de la journée. La première chose qu'il faisait c'était de regarder la page des sports. C'était un grand fan des Faucons de Falmouth, il allait voir tous leurs matchs mais, il devait se tenir au courant des résultats des autres équipes pour connaitre la place au classement de ses chouchou. Alors qu'il tournait les pages rapidement, il tomba sur les résultats : ses Faucons étaient encore en lice pour le titre qu'ils n'avaient pas gagné depuis 4 ans. Il bu une grande gorgée comme pour fêter cela.Puis il reprit la Gazette depuis le début. Un article parlait de l'Université Albus Dumbledore. Jarod lisait les lignes très bien écrites quand il renversa son verre, ne voulant pas quitter des yeux l'article. Sa bière coula de partout et il se leva assez rapidement pour sortir sa baguette. Il leva les yeux et une jeune fille le regardait : il avait très certainement tâché quelque chose. L'ancien Poufsouffle dit alors :

"Désolé si j'ai tâché vos vêtements ou autre chose. Vraiment désolé"
Revenir en haut Aller en bas
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Autour d'un verre - PV Saoirse   Sam 7 Jan - 21:20

Humeur maussade, temps maussade.
Ou le contraire. Le résultat était le même de toute façon.

L’après fête, ce n’était pas vraiment son truc. Déjà, en temps normal, les après fêtes revêtaient le costume glauque et décrépi de la déconstruction. On démontait les sapins, les décorations, passait son temps à se souhaiter une bonne année qui ne serait ni plus ni moins que la continuité de la précédente, à savoir aussi chargée en bouses qu’en bonheurs, et on se tapait les discours pénibles de celles et ceux qui regrettaient d’avoir trop bouffé de chocolats (La prochaine fois, qu’ils pensent donc à lui laisser !). Bref. Même en temps normal, cette période ne l’enchantait guère.
Mais cette année… CETTE ANNEE, elle avait encore sur le cœur les fêtes qu’elles aimaient tant habituellement. Un fond de rancune qui ne passait pas, un sentiment coincé au fond de la gorge qui la faisait constamment hésiter entre crise de larmes ou de rage. Bien sûr, elle faisait bonne figure. Elle maitrisait parfaitement l’art et la manière d’avoir l’air de bonne humeur quand intérieurement, c’était le chaos. Elle avait donné le change tout au long de cette soirée, ou blessée par l’être qu’elle chérissait le plus au monde, elle avait dû faire face à quelques affronts supplémentaires. Abîmée dans la contemplation de son chocolat chaud, elle accorda une douce pensée à Joachim, sans qui, elle n’aurait pas traversé une seule heure de cette soirée. Ami de toujours et présent à chaque instant où elle avait besoin de lui. Il répondait à ses appels où qu’il soit, quoi qu’il face et se montrait toujours enjoué et protecteur. Saurait-elle seulement lui rendre la pareille ?

Elle avait donc enfilé son sourire, revêtue sa bonne humeur de façade, greffé des yeux rieurs à ses larmes et avait gagné son QG de la semaine. Elle avait, depuis quelques jours, troqué le confort de son bureau contre le tabouret raide du Chaudron Baveur et investi les lieux pour en faire sa base arrière. Il était bien plus aisé de donner le change face à des inconnus. Ici, personne ne venait la questionner, si ce n’était Tom, pour savoir ce qu’elle boirait.

Penchée sur son article, elle griffonnait le parchemin de sa plume rageuse. Exultait tout ce qu’elle ne pouvait laisser filer dehors, rage, fureur et peine. Ses mots étaient aussi amers que les larmes qu’elle n’avait pas le droit de verser.  Elle relut les quelques lignes et les barra aussitôt. On ne pouvait pas écrire un article sur la politique sorcière internationale dans des termes aussi durs. Sans cesse parasitée par sa folle imagination qui vivait déjà l’instant où elle aurait son frère à nouveau sous la main, elle ne parvenait pas à écrire trois lignes qui ne fussent pas un règlement de compte général … Prise d’une nouvelle crise de désespoir, elle s’empara du jus de citrouille qui trônait sur sa table et essaya la super technique de Béatrice, sa collègue.

Respire profondément…Concentre-toi sur ton plexus… Pense positif.

Elle lui en voulait tellement, qu’elle l’aurait volontiers changé en citrouille. Ou en sombral ! Créature maudite et sombre tiens ! Parfait ! Il serait très bien en sombral ! Peinée, vexée, blessée et furieuse. Voilà les maîtres mots de cette année qui commençait.

Comment avait-il osé tous les planter pour les fêtes ?! Le jour -J ! En huit mots : « Ne m’en veux pas. Je t’aime. » Et encore ! En comptant les tout petits !

Si son optimisme aurait dû s’arrêter sur les trois derniers, l’acte était si proche de la haute trahison, qu’ils ne parvenaient pas à la calmer. Presque dix jours maintenant qu’elle ruminait et en voulait à la terre entière.  

Sentant monter à nouveau une pointe d’irritation qui serait fatal à sa créativité, elle envoya sa super technique aux oubliettes et opta plutôt pour une approche plus McEwanienne en attrapant les chocolats que Tom avait déposés à son attention, à côté de sa consommation.

En plus, ce bougre était fichu de revenir comme une fleur, la bouche en cœur, et elle le pardonnerait une fois de plus ! Elle en était sûre !

Probablement parce que la loi de l’embousement maximum ne connait pas de résolutions de nouvelle année, ou encore parce qu’un tout puissant en lequel elle ne croyait pas avait décidé de tester sa capacité à ne pas commettre un magiquicide de masse une inondation de bière surgit au coin de la table.

Elle observa, tétanisée, le liquide ambré se répandre sur son parchemin qui au contact du liquide, tentait de faire corps avec le bois de la table, bavant toute son encre en guise de larmes.

Après un petit reniflement agacé, une vague tentative de maîtrise de soi, elle envoya la main en avant dans un geste désespéré de sauvetage de noyade des chocolats. Chocolats à la bière, ça la tentait moyennement.

Elle se releva aussitôt, bouche pincée pour retenir le flot de jurons qu’elle venait d’inventer pour l’occasion et ce trouva nez à nez avec une baguette.
Le propriétaire de cette dernière, immense en comparaison de son mètre soixante et des baguettes, avait l’excellente idée d’aborder un air contrit et désolé qui lui évita une salve de sorts qui l’aurait conduite direct sur la chaise à sérum H.

Hésitant franchement entre se rouler par terre devant tant d’acharnement sur sa personne, pleurer un bon coup sous les yeux médusé du type qui n’y comprendrait plus rien et continuer à faire bonne figure, elle profita des trois secondes d’équilibre de la balance pour jeter un œil au malotru.

Devant son air franchement désemparé, elle sentit sa colère s’évanouir aussitôt. Ce pauvre type n’y était pour rien dans ses ennuis, et un peu de bière sur un parchemin n’avait jamais fendu un chaudron.

Restait les larmes ou rien.
Deux trois clients observaient la scène du coin de l’œil et achevèrent de la convaincre que se donner en spectacle ne ferait qu’aggraver son ressentiment. Elle soupira profondément et offrit son plus beau sourire à l’inondeur.

- Ce n’est rien... Tergeo. Mumura-t-elle en pointant sa propre baguette vers son article. De toutes façons, ça n’allait pas. Reprit-elle en se voulant rassurante.

Restait à savoir qui elle cherchait à rassurer.

- Elle est si mauvaise que ça ? En désignant la bière, histoire de faire un brin d’humour qui désamorcerait la situation. Déjà Tom, se précipitait vers eux, baguette en main pour réparer les dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Autour d'un verre - PV Saoirse   Lun 16 Jan - 16:31

Renverser de la bière, ce n'était pas du tout dans les habitudes de l'ancien Poufsouffle. Il aimait trop ça pour en gaspiller une goutte. Normalement. Le regard de Jarod en disait long sur lui : d'un côté, il était vraiment désolé d'avoir perturbé les pensées et certainement le travail de la demoiselle et de l'autre, il était peiné d'avoir perdu sa bière. Enfin, surtout le fait d'avoir perdu de l'argent. Les mots d'excuse qu'il avait prononcé semblaient avoir fait effet sur la jeune demoiselle. Bien qu'elle ne semblait pas totalement calme, elle n'avait pas eu d'éclats totalement furieux comme aurait pu l'avoir pas mal de personnes. Et à y réfléchir, certainement Jarod. Il n'aurait pas du tout aimer qu'une personne, de plus inconnue, gâche son travail. Il aurait très certainement hurler contre cette personne ou quelque chose dans ce genre. Il n'avait jamais été quelqu'un de violent mais, il avait toujours eu du mal à se maitriser quand on touchait à son travail. Alors que le barman venait à la rescousse et que notre Jarod était prêt a agir pour réparer son erreur, la demoiselle lui coupa le plaisir de voir la mousse disparaitre de la table par magie. Il l'a regarda avec un sourire d'excuse. Les lèvres de la demoiselle prononcèrent alors une simple phrase. Si la bière n'était pas bonne ? Il était vrai que les moldus étaient bien plus fort que les sorciers en matière de bière et que Jarod préférait d'ailleurs aller dans les bars moldus en règle générale mais, de là à dire qu'elle n'était pas bonne, il y avait un monde. Bien qu'il savait que c'était un trais d'humour, l'ancien Poufsouffle s'était mit à penser sérieusement, pour savoir si elle était bonne ou pas. C'était certainement un défaut de l'homme qu'il était : même dans l'humour, il devait trouver du rationnel et c'était loin d'être facile à vivre.

Ravalant sa salive pour ne pas parler des différences entre la bière qu'il avait fait tomber et celle qui préférait boire habituellement, Jarod dit alors une phrase simple :

"Je dois bien avouer que j'ai bu de meilleures bières. Mais, il ne faut pas le dire trop fort, sinon je n'aurai plus le droit de venir ici."

Il lui fit un large sourire. Même quand il voulait être drôle, c'était jamais le cas. Pourtant, il y mettait du coeur. Mais son talent était ailleurs. En même temps, il n'avait jamais été quelqu'un d'extraverti, il n'avait jamais été une personne prompt a parler à tout va, à pleins de gens différents. En règle générale, il lui fallait un peu de temps pour avoir une conversation avec une personne. S'il n'avait pas été dans une bonne journée, Jarod se serait alors rassis à sa table, tournant le dos à nouveau à la demoiselle et ne lui disait plus rien. Mais, il voyait bien une chose : il avait plus de trente ans et il n'avait pas beaucoup d'amis. Et les seuls qu'ils avaient, il ne les voyait que rarement. C'était peut-être un bon moyen de sortir de sa solitude :

"J'espère en tout cas que votre travail n'en sera que meilleur. J'essaye toujours de trouver du positif quand une mauvaise chose arrive dans mon travail. Je ne sais pas pourquoi vous ne trouvez pas vos écrits bons mais, oubliez pas que si c'est votre métier, c'est que des gens croient en vous et penses que ce que vous écrivez, c'est bien. Mais bon, ça ne tient qu'à moi ..."

Le barman était déjà reparti et Jarod n'avait pas pu lui recommander une nouvelle bière. Il se leva alors pour aller au comptoir. A mi-chemin, il regarda la demoiselle puis lui dit :

"Je vous offre quelque chose pour me faire pardonner ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Autour d'un verre - PV Saoirse   Lun 23 Jan - 15:35

- Avec plaisir. Un whisky pur feu.

La réponse avait fusé, sans passer par la case cerveau. Comme bien des choses, malheureusement. Et tant pis si ça ne faisait pas grande dame, tant pis si ce n’était pas l’heure. Elle se moquait éperdument des conventions sociales ou de l’image qu’elle pouvait renvoyer. De toutes évidence, elle n’avait rien d’une grande dame, à commencer par la taille qui lui faisait défaut. Un œil dans le miroir lui confirma ce qu’elle savait déjà. Un visage qui faisait plus jeune que son âge et qui combinait à sa taille menue, l’empêchait bien souvent d’être prise au sérieux. Ses grands yeux noisette, brillait d’une colère qui ne cessait de croître depuis un mois, et ses joues rosies par le froid lui conféraient plus l’air d’une étudiante de la journaliste sûre d’elle qu’elle aurait aimé paraître.

De son côté, l’homme qui lui faisait face, n’avait pas l’air plus confiant, tout en réserve et maladresse, il lui arracha un sourire à deux reprises, tentant de faire de l’humour sans y croire lui-même.

Habituellement, elle éconduisait (plus ou moins poliment) les propositions masculines se résumant autour d’un verre. Histoire de gagner du temps, de s’éviter une possible débâcle, une éventuelle déception ou tout simplement s’épargner un moment pénible de mauvaise drague. L’homme qui se tenait face à elle bénéficiait donc d’un traitement différent des habitudes et ce, pour deux raisons. La première, c’est qu’il avait l’air de bien des choses, mais pas d’un de ces dragueurs de comptoir. Elle acceptait volontiers l’offrande du verre en échange de la maladresse commise. La seconde ? Elle passait vraiment une journée de bouse, avait besoin d’un verre et de se changer les idées.

Elle ne buvait que très rarement de l’alcool. D’abord parce qu’elle n’appréciait pas réellement le goût, ensuite, parce que boire impliquait la plupart du temps de dire et faire des choses stupides (et qu’elle n’avait pas besoin de pousser la chance davantage) et qu’enfin, elle avait pu constater le fléau des addictions et dépendances chez les autres.

Aujourd’hui, cependant, elle n’était pas contre un petit remontant, voir un pied de nez ,justement, à ces grands principes qu’elle se fixait habituellement et qui ne lui réussissaient guère ces derniers temps, il fallait bien l’avouer.

Et puis, c’était probablement la faute de la tirade sur les écrits et son métier. Elle avait entraîné dans son sillage un vieux souvenir qui la ramenait encore et toujours à lui, quel que soit l’empressement qu’elle mettait à l’évincer de ses pensées.

Et puis arrête de te chercher des excuses. A ton âge, on peut bien s’enfiler un whisky quand on le souhaite.

Elle n’était pas même certaine d’en aimer le goût. Son dernier remontait à ses 17 ans. Baptême de majorité avec ses frères. Cette nuit-là, elle avait été malade à cause de l’alcool. Mais ce n’était rien en comparaison de l’état dans lequel avait fini Ezio. Il allait mal à l’époque, mais elle l’ignorait encore. De la soirée, seul Lùan gardait des souvenirs valables. Et elle, son désamour pour tout ce qui était alcoolisé.
Alors, que lui prenait-il aujourd’hui ? Elle haussa les épaules. Et bien, peut importait ! Si elle n’aimait pas, elle serait toujours à temps de renverser son verre, également, puisqu’il semblait que c’était l’activité du jour.

Elle agita promptement sa baguette en direction du parchemin détrempé et ce dernier s’éleva dans les airs, s’essora tout seul et vint rejoindre le sac de la jeune femme en compagnie de la plume.

- Puisque vous déconseillez la bière. Ajouta-t-elle en souriant.

Alors que l’homme s’était déjà levé et se dirigeait vers le comptoir, elle se rassit à la table et s’attaqua à déballer l’un de chocolats rescapés du naufrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité


MessageSujet: Re: Autour d'un verre - PV Saoirse   Jeu 26 Jan - 13:46

Jarod avait bien vu une sorte de gêne de la part de la demoiselle quand elle lui avait annoncé qu'elle prenait le feu de la Terre. C'était une boisson qu'il n'aimait pas. Non pas parce que le goût lui était mauvais en bouche, au contraire, il aimait beaucoup le goût malté qu'avait ce breuvage. Qu'il soit sorcier ou moldu d'ailleurs. Si notre ancien Poufsouffle ne voulait pas tremper ses lèvres dans cette mixture carbonisante, c'était surtout que cet alcool ne le rendait pas très aimable. Voire même agressif. Bien sûr, il fallait quand même quelques verres avant de voir ces néfastes effets sur Jarod. Mais ça avait déjà été le cas. Il y a bien longtemps maintenant. Mais pour l'homme qu'il était, il n'oublierait jamais ce terrible soir. Il avait perdu beaucoup cette nuit là. Pourtant, tout était là pour faire en sorte que la route jusqu'à l'aube soit belle et amusante : il était avec ses amis de Poudlard, les Faucons de Falmouth avaient été champion le soir d'avant en écrasant le Club de Flaqumarre, club que Jarod haïssait au plus haut point et surtout, il était en couple. C'était l'un des rares moments où ses amis pouvaient le voir lui et pouvait le voir avec une demoiselle. Jarod avait passé beaucoup de temps avec des coups d'un soir ou d'une semaine dans certains cas, son travail n'étant pas qu'un boulot mais, surtout une passion. Bref, tout était là pour l'amusement totale. Puis un verre, puis deux. Sans même qu'il sache pourquoi. Un troisième, certainement pour fêter la victoire du soir d'avant, un quatrième. Ce jusqu'au sixième. Et ce fût la fin. Ou plutôt le début, une remarque de travers d'une personne qui était là. L'ami de l'ami qui s'est invité. Qui a fait une blague méchante et noire sur les moldus. L'ami de l'amie, même l'ami de la petite amie. Son meilleur ami. Jarod, la colère, le point, un nez cassé pour l'autre, une rupture rapide pour lui. Bref, l'alcool de feu n'était pas fait pour lui.

Au mauvais souvenir de cette nuit, Jarod eu un petit frisson. Il aimait vraiment cette fille, à l'époque. Mais, maintenant, c'était fini, il était passé à autre chose et surtout, son amie la plus fidèle était maintenant une bonne pinte de bière que le barman lui servi, seulement quelques minutes après la première. Il pris aussi le verre de whisky, paya Tom, laissant toujours un petit pourboire. C'était une habitude de son oncle moldu, Stan. D'un pas rapide, il passa entre les chaises qui étaient vides et celles pleines. Il entendit parler de quiditch et rien que d'entendre ce simple mot, il eu à nouveau le sourire jusqu'au oreille. Arrivé au niveau de la table qu'il partageait avec la demoiselle, il tira une chaise et se posa dessus, faisant glisser le petit verre d'alcool vers la fille qui avait fait de l'humour sur la bière :

"Et voilà pour vous ! Et pour les bières, disons que les moldus sont bien plus doué pour ça. Enfin je le pense. En tout cas, c'est un drôle d'endroit pour venir écrire un article. Enfin, je suppose que vous êtes journaliste."

Voyant le nombre de notes qu'il y avait et le début des phrases que sa précédente bière avait mouillée, Jarod ne pouvait pas se tromper sur le métier de la demoiselle. Cependant, c'était étrange, pour lui, qu'elle travaille ici alors que son bureau à la Gazette n'était qu'à quelques mètres. Pour l'ancien Poufsouffle, le travail devait se faire vraiment sur le lieu de travail et nul par ailleurs. Après, c'était un métier bien différent du sien et peut-être que s'il avait pu créer et façonner des balais magiques dans un bar, il l'aurait peut-être déjà fait. En tout cas, c'était un concept. Buvant une grande gorgée de sa bière, il rajouta assez rapidement :

"Oh désolé des questions, surtout que je ne me suis pas présenté. Jarod. Jarod Pennyworth. Créateur de balais magiques et d'objet de quidditch. Et ... encore désolé, l'habitude de me présenter au client. Je suis pas maladroit dans mon travail, mais, parler avec des gens, ce n'est pas trop mon fort"
Revenir en haut Aller en bas
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Autour d'un verre - PV Saoirse   Mar 7 Fév - 17:05

- Bien joué Sherlock.

Pas sûre qu'il saisisse la référence au grand détective moldu. Encore une lecture conseillée par Ezio. Le genre de trucs vraiment chouette, mais impossible à recaser dans une conversation normale. Le jour où elle avait essayé d'aborder le sujet Anna Karénine au travail avait été son échec le plus cuisant. Pourtant, elle avait adoré le roman.

Passons.

- Je travaille pour la Gazette. Enchaîna-t-elle pour s'éviter les explications douteuses.

Sherquoi?

C'est qu'il était observateur le bougre. Comment pouvait-on voir la différence entre une étudiante venue achever sa thèse sur l'épaisseur des fonds de chaudrons, d'un écrivain célèbre, d'un journaliste ou de quelqu'un venu pour s'occuper de sa petite correspondance?

Raye la thèse, tu dois pas avoir l'air assez maline. Si célèbre tu étais, il aurait reconnu ton visage et pour la correspondance, prends plutôt du papier décoré de petits coeurs, ça fait plus crédible.

Ok, il était doué. Si ça se trouve, il était vraiment détective. Un Auror engagé par le ministère anglais pour la surveiller!! Qui aurait fait exprès de renverser son verre sur elle pour nouer contact et...

Hue les hippogriffes.

Dommage, ça aurait pu être une journée passionnante.

Dans un élan d'identification à Calamity Jane, elle saisit le verre au vol et le fit tourner au creux de ses mains. Elle allait avoir l'air bien maline maintenant si le goût ne lui plaisait pas.
Ezio et son père étaient tout deux amateurs de whisky. Un point en commun ne leur faisait pas de mal. Bien qu'ils n'aient jamais dû aborder le sujet.

Pourquoi ce sombre abruti revenait-il toujours dans ses pensées?

Prête à imiter son compagnon de la journée dans sa précipitation pour goûter le breuvage, elle jugea cependant plus sage de répondre à sa question avant de mourir potentiellement étouffée par l'alcool.

A bien y réfléchir, il n'avait pas encore posé de question. Mais c'était tout comme.
Jarod Pennyworth... où donc avait-elle....

- LE Jarod Pennyworth????

Grand bien lui avait pris de ne pas porter le verre à ses lèvres, elle lui aurait probablement recraché à la figure. Remarque, ils auraient été quittes.

- Le créateur de Pennyworth? Élu plus jeune entrepreneur sportif par sorcière hebdo l'année précédente?

Bouse! Joachim aurait tué pour être à sa place!
Elle se rassit sur sa chaise avec beaucoup plus d'intérêt. Ce type là était bien connu pour ses balais d'une qualité qui était sur le point de révolutionner le domaine du quidditch. Mais il était diablement difficile à rencontrer et voilà qu'il lui jetait une bière dessus et qu'elle se trouvait à partager un verre avec lui!

- Excusez-moi, emballement médiatique. Saoirse Shepherd, de la Gazette.

Dont tu as vaguement dû lire le nom une fois ou deux en première page à la glorieuse époque Campbell... avant que... voilà.

- Je ne vous imaginais pas du tout comme ça.

Puis écarquillant les yeux en réalisant le sens qu'il pouvait donner à ses paroles, elle poursuivit rapidement.

- En moins bien. Enfin... je veux dire. On parle pas mal de vos balais depuis quelques mois et, je ne vous avez encore jamais vu... alors j'imaginais que...

QUe quoi? Qu'il était bossu avec une peau de salamandre?

Soupirant gravement pour réprimer son envie de se donner quelques gifles au passage, elle leva les yeux au ciel et se confondit dans un ravissant sourire d'excuses.

- Je vais m'arrêter là, je crois. Je suis ravie de vous rencontrer. Mon frère est passionné de quidditch et ne jure que par vos balais. A l'écouter, toute l'équipe d'Ecosse devrait se fournir chez vous. Les affaires marchent bien par ici? Il me semble que vous sévissez plutôt de l'autre côté de l'Océan, d'après mes sources.

Sentant le rose lui monter aux joues pour ses maladresses à l'égard d'un homme visiblement peu à l'aise en communauté, elle se penchant sur son verre en réprimant son envie de se noyer dedans. Après un haussement d'épaules, elle s'en empara et en avala une grande gorgée. Effectivement, c'était fort. Si elle pu s'estimer heureuse (et préservée socialement) de s'étouffer comme une jeune débutante au passage du liquide brûlant dans sa gorge, elle ne parvint cependant pas à masquer la grimace que lui arracha le goût du breuvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Autour d'un verre - PV Saoirse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autour d'un verre
» Discussion nocturne autour d'un verre: PV Blodwen C. Kelly
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"
» viens on va s'aimer autour d'un verre [Andrew]
» Discussion autour d'un verre et plus... [PV: Eldaln Silhae; Kamitate Renzan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Zone de Jeu :: Ewiland :: Angleterre-