Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Cassie Hampskin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 20 ans
Messages : 32

MessageSujet: Cassie Hampskin   Jeu 29 Déc - 14:14

Cassandra Hampskin


•• Date de naissance  : 3 février 1996 - 20 ans
•• Lieu de naissance : Oxford, Angleterre
•• Nature du sang : Sorcière

•• Nationalité : Anglaise
•• Lieux de vie : Oxford, dans la maison familiale
•• Occupation : Secrétaire d'Ian O'connor du magenmagot


Devant le miroir
•• Taille : 1m72
•• Poids : 54 kg

•• Allure et silhouette : Anna est assez grande (1m72) et assez fine (54kg). En fait, elle est même mince, à la limite de maigre. Elle fait attention à son poids, elle ne mange pas trop et ne fait pas d’écart. Enfin, si l’on ne compte pas ses soirées à boire et les fringales que cela entraine. Sans être anorexique, elle n’est pas très satisfaite de son corps et se surveille beaucoup. Il y a surtout ce petit bourrelet, juste au-dessous de la ligne du nombril, qui l’embête. Ces seins ne sont pas très gros mais c’est plus pour l’arranger. Ils n’attirent pas trop l’attention. Elle arbore des cheveux châtains – raides, plats, facile à coiffer puisqu’un cout de brosse suffit – et des yeux entre le bleu, le gris et le vert.
Du point de vue vestimentaire, elle s’habille pour se fondre dans la masse. Au ministère, elle porte une robe de sorcier. Dès qu’elle en sort, elle suit la mode moldue. C’est dans ce monde qu’elle se sent le plus à l’aise, et dans leurs vêtements. Elle suit les tendances tout en restant simple. Elle n’est pas exubérante.

•• Tics et manies : Elle ne sait pas quoi faire de ses cheveux. Un coup elle passe sa main pour les rejeter en arrière, elle les pousse derrière ses épaules ou les ramène d’un côté, puis coince une mèche derrière son oreille. Si bien qu’elle finit souvent par les attacher lorsqu’elle est occupée.  


Dernière édition par Cassie Hampskin le Jeu 29 Déc - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 20 ans
Messages : 32

MessageSujet: Re: Cassie Hampskin   Jeu 29 Déc - 14:22

A travers ses pensées
•• Une journée typique :
Mercredi matin, comme tous les matins, elle travaille au ministère. De l’agitation dans la salle attire son attention. On se lève de tous les côtés, les discutions s’amplifient et on se dirige par la salle adjacente pour prendre une pose. Cassie ne bouge pas. Elle ne prend même pas le temps de les regarder partir et se replonge dans son travail. Elle ne se mélange pas vraiment avec ses collègues. Ils ont essayé de l’intégrer mais elle a toujours refusé poliment. Ils n’ont pas grand-chose en commun, à quoi bon se forcer à leur faire la conversation ? Parfois pourtant, elle aimerait se mêler à eux tranquillement pour discuter. Etre sociable, ça changerait. Etre comme n’importe qui, être un peu moins seule. Elle n’est pas très forte avec les gens. Au lieu de quoi elle reste à son bureau et avance ses dossiers. Ce n’est pas de l’implication, elle n’aime pas vraiment ce qu’elle fait. Mais que pourrait-elle faire d’autre ? Alors elle travaille sérieusement, se concentrer l’empêche de penser. Elle s’occupe jusqu’à la journée suivante. Le bruit de la porte qui s’ouvre de nouveau et libère leurs conversations lui fait relever la tête. Elle croise le regarde de William, leurs visages n’expriment rien et il se détourne. Comme elle, il est là depuis un moment. Il a essayé d’insister au début, de la trainer boire un verre. Ni l’un ni l’autre n’aurait cru qu’elle puisse le repousser d’une voix si calme et si froide, presque dédaigneuse. Non, au fond, elle ne les aime pas. De petits employés modèles, ils avancent comme des pions. Ils viennent travailler en souriant, s’échangent poliment des banalités au moments des pauses puis rentrent chez eux. Ils se rejoignent parfois pour boire un verre, jolie petite danse sociale. Les gens se ressemblent tous ici. Cassie ne doute pas que ses parents leur ressemblaient aussi. Elle ne sera pas comme ça, elle n’est pas à sa place ici.

En fin de matinée, Ian vient voir si elle a avancé sur l’affaire à laquelle il siègera dans l’après-midi. Cassie est sa secrétaire depuis 2 ans, il sait que le travail est fait. Elle est polie, sérieuse et organisée. Il suffit de voir l’ordre qui règne sur son bureau. Il n’y a vraiment rien à redire, c’est une employée modèle.

18h, elle se lève et part. Elle ne reste jamais au-delà des horaires. Cela les étonne d’ailleurs, comment peut-on bosse dur la journée, s’investir, et être aussi pressé de partir ? Une vraie contradiction. Elle rejoint les cheminées et atterrit dans son salon. Bien sûr il n’y a pas un bruit, la maison est vide. Elle monte poser son sac et récupère son téléphone sur son lit. Il y a un message de Sara : "Turf tavern, 20h30". Elle sourit pour la première fois de la journée. Un vrai sourire, celui qui débloque la cage thoracique pour nous permettre de respirer à pleins poumons. Elle attrape ses écouteurs puis se change pour aller courir. C’est à Sara qu’elle doit se bijou de technologie moldue. Ses parents le détestent bien sûr, comme ils détestent ses amis. Elle le voit dans leurs yeux parfois, ils semblent se demander comment peut-elle être leur fille. Ils se concentrent sur ses bons résultats comme employée du ministère pour ne pas voir qu’elle rejette en bloc le monde dans laquelle ils l’ont fait grandir.

Courir la détend. Cuisiner aussi. Ça l’occupe en attendant l’heure. Elle refuse que l’elfe de maison cuisine à sa place, et elle s’est bien améliorée. Enfin, elle peut transplanner dans les rues d’Oxford. Ils sont déjà tous là. Olly l’accueille en lui tendant un petit verre, un shooter de tequila qu’ils prendront avec du citron. Si elle l’accepte, cela signifie qu’elle est chaude pour la soirée. Elle l’ignore une minute pour embrasser Emily sur les deux joues et le vide d’un trait. Il l’attrape par les épaules et fait mine de l’embrasser. Ils rient déjà, ils s’adorent. Elle ne refuse pas ce shooter souvent.

Elle est adossée contre un mur sur la terrasse, une clope dans un main et un verre dans l’autre. La pièce tourne et elle glousse comme une idiote. Elle ferme les yeux quelques secondes pour apprécier l’euphorie latente qu’elle ressent. Le garçon essaie de nouveau de l’embrasser mais elle veut le faire mariner. Ses lèvres arrivent dans son cou, elle réprime un frisson. Ce soir encore elle a lâché prise. Elle se sent désirable, forte, rigolote. Elle se moque de ce qu’on pourrait penser d’elle. Elle est piquante et sarcastique. Plus rien n’a d’importance. Et elle fera des erreurs, et elle gâchera des choses, et elle sortira un peu plus pour ne pas paniquer.

•• Qualités et défauts : Calme – sérieuse – renfermée – mal à l’aise – fêtarde – libérée

Cassie n’est pas très à l’aise en société. Sa sphère est le ministère où elle ne se sent pas à sa place, avec des gens qui ne lui correspondent pas. A force de les rejeter, ses relations avec ses collègues se sont détériorées. Elle se retrouve un peu seule. Ses journées se ressemble, elle avance mécaniquement. Le travail lui permet de s’échapper. En se concentrant, elle ne pense plus. Elle est sérieuse et efficace, ses supérieurs n’ont rien à redire. Puis elle rentre, toujours à l’heure, et occupe sa soirée comme elle peut. Elle court, elle lit, elle cuisine. Ses parents ne sont pas là alors elle est de nouveau seule. Mais ce n’est pas si mal, ils ne se comprennent pas de toute manière. Ils finiraient par se disputer. Elle aimerait que les choses changent mais sans avoir quoi faire pour les changer. Elle ne sait qui elle veut être ou ce qu’elle veut faire. Alors elle continue comme ça.
De la semaine elle n’attend qu’une chose : un message de ses amis moldus. Avec eux, elle pourrait être n’importe qui. Ils se retrouvent, au pub ou dans un appartement, et ils boivent. Ils jouent, ils dansent, ils sont ivres et heureux. Cassie se libère totalement. Elle n’essaie plus de rentrer dans les standards et elle se lâche. Elle devient amusante, séductrice, audacieuse, piquante. Elle met le monde à ses pieds et oublie tout le temps d’une soirée.

•• Son travail : Cassie éprouve une vraie aversion pour son travail. Ce n’est pas vraiment le fond le problème. Bon, le secrétariat n’a rien de passionnant. Elle passe ses journées à organiser des dossiers, trier des documents ou faire des compte-rendu. Elle est sérieuse et ordonnée, elle n’est pas mauvaise. Il faut bien travailler, et sans vocation pourquoi ne pas commencer comme cela ? Elle ne se serait pas tournée d’elle-même vers la justice magique mais ce secteur ne lui pose pas de problème. Le vrai problème, c’est la forme. Employée du ministère. Comme ses parents. Parfois elle sort de sa concentration et regarde autour d’elle. Elle regarde ses collègues, qui s’empresse de finir leurs dossiers, qui soignent leur image et font tout pour se faire apprécier de la hiérarchie. Tous ces efforts pour gravir les échelons… Elle refuse de devenir comme eux. Quand elle regarde autour d’elle, elle éprouve un fort sentiment de rejet.
Alors si vous lui demandiez, la première réponse qu’elle vous ferait est qu’elle n’aime pas son travail. Mais en la regardant, on s’aperçoit que ce n’est plus tellement le cas. On ne peut pas dire qu’elle éprouve de l’intérêt pour ce qu’elle fait, mais elle le fait sans se poser de questions et ce n’est pas un problème. Ses "crises" de rejet sont plus rares, sa situation ne la rend plus malheureuse.

•• Heureuse ou malheureuse ?  Il ne faut pas se mentir, Cassie ne respire pas la joie de vivre. Elle n’est pas très joviale, enthousiaste ou optimiste. Elle ne fait pas sourire par sa bonne humeur. Pourtant vous vous trompez si vous pensez qu’elle est malheureuse. Mais elle est seule ? La solitude ne lui pèse pas autant qu’à d’autre personne. Elle aime être dans sa bulle, s’occuper comme elle en a envie et ne pas s’embêter du paraitre social. Elle cuisine, elle court, elle lit. Elle a son train train et, globalement, il lui convient. Elle peut avancer mécaniquement sans se pose trop de questions. Oh, parfois elle aimerait être différente. C’est en société que se pose vraiment le problème. La jeune femme n’est pas très à l’aise, elle ne se sent à sa place nulle part. Elle aimerait avoir plus d’amis, discuter joyeusement avec ses collègues, être dans la vie comme elle peut être lors de ses sorties moldues. Elle aimerait être exubérante et libérée. Elle aimerait que les choses changent mais sans savoir quoi faire pour les changer. Et puis, ce serait beaucoup d’efforts. Elle n’est pas si mal à vaquer tranquillement de son côté. Et lorsque la situation lui pèse trop elle sort et évacue les tensions.

•• Questions complémentaires
Baguette : bois de saule et plume de phénix, 23.5 cm
Patronus : loup
Epouvantard : Annie, sa grand-mère, le regard dédaigneux et les lèvres déformées par un rictus moqueur


Dernière édition par Cassie Hampskin le Jeu 29 Déc - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 20 ans
Messages : 32

MessageSujet: Re: Cassie Hampskin   Jeu 29 Déc - 14:27

Pour la petite histoire
•• Chronologie :
3 février 1996 – naissance
Septembre 2007 – entrée à Poudlard, répartition à Serdaigle
Juin 2011 – interdiction de continuer à vivre chez sa Grand-mère
Juin 2014 – ASPICS
Septembre 2014 – début de son contrat au ministère en tant que secrétaire d’Ian O’connor, membre du magenmagot

•• Famille proche :
Thomas Hampskin, 58 ans, père. Il travaille en tant que diplomate pour le département de la coopération magique internationale. Il s’est hissé jusqu’en haut de la hiérarchie par ses propres moyens. C’est un homme ambitieux, totalement obnubilé par son travail. Son emploi implique des responsabilités et l’amène souvent en déplacements. Tout comme sa femme, il était peu à la maison à n’a pas vu grandir sa fille. Il ne la comprend pas. L’impatience est l’un de ses plus grands défauts et l’éducation n’est pas son fort. Sa vision de la paternité se résume à être un bon model, et lui donner les clés pour avancer dans la vie, soit pour lui travailler dur et réussir.

Margaret Qualley, 56 ans, mère. Elle travaille aussi comme diplomate pour le département de la coopération magique internationale. Sa carrière lui est importante, et elle a besoin de s’occuper. Elle n’aurait jamais supporté une vie de femme au foyer. Mais ce n’est pas cela qui fait d’elle une mauvaise mère. C’est plutôt la facilité avec laquelle elle se déchargea de ses responsabilités auprès de sa propre mère. Elle ne fit pas l’effort de comprendre les besoins de l’enfants, par manque de patience et par manque d’envie. Elle l’a vraiment découverte adolescente, lorsqu’il a été décidé que Cassie devrait rester dans la maison familiale. Elle n’a jamais su établir un vrai dialogue.

Annie Qualley, grand-mère. C’était une femme adorable, un petite "mamie gâteau". Elle vit à la campagne, s’occupe du jardin, part en balade ou cuisine des gâteaux. Elle allie les avantages de la magie et les gadgets moldus. La télé par exemple lui est de bonne compagnie. Cassie était très heureuse avec elle.

•• Biographie :
Thomas Hampskin est ambitieux. A sa sortie de Poudlard, il est embauché au ministère, au sein de la coopération magique internationale. C’est un petit poste, mais pour un jeune homme de 18 ans c’est très correct. Il faut dire que les stages effectués sur son temps libre aident. Il grimpe les échelons, on lui confie rapidement des responsabilités. Il n’a que 25 ans. Au sein de son équipe il fait la rencontre de Margaret Qualley. Elle a deux ans de moins et débordé d’énergie. C’est ce qui persuade le plus chez elle, son enthousiasme et sa détermination. Il la persuade d’accepter un diner, puis un autre et une séance de cinéma. Ils sortent ensemble, ça jase un peu, elle obtient une petite promotion, change d’équipe et on n’en entend plus parler. Comme pour le reste, sa vie amoureuse lui réussit.

Ils se marient en 1986. Ils ont respectivement 28 et 26 ans, tout leur sourit. Ils ont acheté une maison à Oxford, dans un quartier prestigieux où longent quelques sorciers. Ils dédient leur vie à leur travail, leurs carrières progressent. Ils commencent les voyages, des petites missions nécessitant la présence d’un représentant du ministère britannique à l’étranger. Ce sont d’abord de petites missions. Ils se voient peu, en coup de vent entre deux dossiers mais ils sont heureux. Ils travaillent séparément mais obtiennent les mêmes résultats excellents. Il faut dire qu’ils n’ont pas peur de la charge de travail, ils la réclament même.

Margaret tombe enceinte à 33 ans. Ce n’est pas tout à fait voulu. Il faut dire qu’elle a été malade, la contraception n’a peut-être pas été efficace. C’est aussi bien, on dit qu’il n’est pas bon d’avoir un enfant tard. Et puis son corps a encore une certaine compliance et aura moins de mal à s’en remettre. Elle accouche d’une petite fille le 3 janvier 1996. Cassandra. Elle s’en occupe calmement, applique à la lettre les conseils pêchés dans les différents livres. Elle a des listes. Les choses à faire, à ne pas oublier, les grandes lignes de son éducation. Elle veut être une bonne mère. Elle ne compte pas l’échec comme une possibilité. Thomas l’aide à sa façon. Il prend en charge ce qu’il peut. Il fait les courses, le repas, se lève la nuit une fois sur deux. Puis bosse le reste du temps. Il n’arrête pas mais ce n’est pas grave, il sait ce qu’il veut et comment l’obtenir. A ses 36 ans, peu après les 1 an de sa fille, il obtient un poste de diplomate. Il est important maintenant, ses missions à l’étrangers aussi. Margaret refuse de se l’avouer mais elle le jalouse. Elle se remet au travail.

Plutôt que d’engager une nourrice, le couple se tourna vers la mère de Margaret : Annie. La bonne femme est veuve et tient une petite épicerie de campagne, dans un village où loge une communauté sorcière importante. Ce n’est qu’à un transplannage de l’appartement marital. Elle commence par les réunions importantes, les soirées qui s’éternisent, les déplacements, des weekends. Cassie rentre toujours chez elle pour dormir. Et puis, au bout d’un moment, on n’en voit plus trop l’intérêt. Sa mère est aussi diplomate, elle est peu à la maison. Pourquoi réveiller l’enfant rien que pour changer de lit ? Les parents décident plutôt de venir, passer diner, et la ramènent pour les weekends lorsqu’ils ne sont pas pris.

La petite fille grandit bien chez sa grand-mère. C’est une bonne femme aimante, une mamie-gâteau qui s’y connait en éducation. Elle en fait sans trop de mal une enfant polie et joyeuse. Ce n’est pas un cadre familial habituel mais il lui va. Ses parents décident de l’inscrire dans une école élémentaire pour sorcier, c’est leur monde après tout. Il y en a justement une dans le village d’Annie. Ça tombe bien. Pas que la vieille femme y accorde de l’importance. Au contraire, elle est née moldue et entretient de bons contacts avec sa sœur encore en vie. Elle aime bien ce monde. Surtout leurs télés et leurs potagers. C’est parfois tout aussi bien de se débrouiller sans magie.

A 11 ans, Cassandra a sa lettre en poche. Elle intègre Poudlard et est envoyée à Serdaigle. Même s’ils ne sont pas très présents, ses parents lui ont inculqué leur valeur du travail. Elle évolue comme les filles de son âge. Bonne élève, ses notes satisfassent les adultes. Elle rentre toujours chez sa grand-mère aux vacances.

Cela change après sa 5ème année. En arrivant à la gare, sa mère l’attend. Sa première pensée est de se demander si elle a pu se libérer spécialement pour la voir. Ce serait bien la première fois. Mais ce n’est qu’un mauvais présage. Ses parents refusent qu’elle retourne chez Annie, qu’elle retourne "l’embêter". Ils ont décidé que la bonne femme se faisait vieille, et qu’elle ne devrait pas avoir à élever une adolescente. De toute manière, Cassie est assez grande pour s’occuper d’elle-même. Elle proteste mais rien à faire, leur décision est prise. Ils ne sont pas préparés pour la crise d’adolescence que cela déclenche. Cassie est propulsée dans une maison vide, sans personne, sans réel geste d’affection et sans rien pour la divertir. Elle se braque, le ton monte et les disputes éclatent. Souvent. Rapidement, elle en a marre et s’en va. Elle le fait en plein diner pour attirer l’attention. Elle quitte la table au milieu des cris, et plutôt que de monter dans sa chambre et sort par la porte d’entrée. Elle prie pour que ses parents ne le remarquent que trop tard, ou ils auraient tôt fait de l’arrêter d’un sortilège. Elle traverse le jardin en courant, ils ne l’ont pas vu. Alors elle claque le portail de toute ses forces. Elle ne va pas très loin, elle court un petit moment puis arpente les rues en marchant. Elle a juste besoin de respirer. Son visage est mouillé de larmes sous l’effet de la colère. Elle quittera la maison plusieurs fois cet été là. Ce ne sont pas des fugues, elle "prend l’air" et ne laisse pas le temps à ses parents de la réprimander. Elle finit par tomber sur quelques moldus. Ils voient sa détresse et la prennent sous leur aile sans trop poser de questions. Ils sont plus vieux qu’elle et se retrouvent régulièrement près de la Tamise. Ils boivent et font la fête et l’entrainent à leur suite.

L’entrée en 6ème année est difficile. L’été l’a changée. Elle est en colère, frustrée de ses vacances et rejette la faute sur le monde autour d’elle. Elle commence à repousser les autres, elle laisse sa mauvaise humeur prendre le dessus. Elle voudrait tout envoyer valser. Une vengeance contre ses parents ? Peut-être. Inconsciemment elle s’isole, traine avec les mauvaises personnes. Mais les distractions ne sont pas aussi nombreuses qu’elle le souhaiterait et pour combler le vide, elle travaille. Elle comprend vite que s’occuper l’esprit l’empêche de ruminer ses mauvaises idées.

Loin de ses parents, les choses se tassent. Elle se calme, retrouve ses anciennes amies. Mais les dégâts sont déjà faits et leurs relations sont froides. On parle dans son dos et elle le sait, on la juge. Elle ne sait pas trop en qui avoir confiance et s’enferme un petit peu plus. D’agressive elle devient distante. Elle se sent seule, elle se sent mal. Elle ne sait pas ce qu’elle veut. En tout cas, pas ça. Elle a du mal à s’accepter. L’adolescence est une phase difficile.

Lorsqu’elle sort de Poudlard, Cassie est plus raisonnable. Elle a travaillé ses aspics et les a réussis haut la main. Elle est polie, appartient à un groupe de Serdaigle avec qui elle passe la plupart de son temps et on ne se plaint pas de son comportement. Elle se tient juste un peu à l’écart et reste froide. Elle est renfermée. Ses relations avec ses parents ne sont plus conflictuelles. A vrai dire, elles ne sont plus du tout. Elle rentre peu, ils ne sont jamais là, et leurs conversations se limitent au minimum.

Lorsque son père lui propose un poste au ministère, pour un camarade de Poudlard devenu membre du Magenmagot, elle reste muette. Elle ne veut pas. Elle ne veut pas travailler au ministère, comme eux. Elle ne veut pas leur ressembler. Elle ne veut pas être entourée de gens toute la journée, devoir entretenir des relations de bureau, elle ne veut pas y aller. Mais elle ne veut rien faire d’autre. Elle n’a pas de plan, pas d’idée. Alors elle dit oui. Et le soir pour se changer les idées, elle sort dans Oxford. Elle va dans un pub, au hasard, un où il y a du monde. Elle s’accoude au bar et enchaine quelques pintes jusqu’à ce qu’Olly l’invite à les rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cassie Hampskin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'envie de la revoir || [Pv Cassie ]
» CASSIE FEMELLE X CANICHE 8 ANS BETHUNE (62) - ADOPTEE
» Le début des ennuis [PV Cassie]
» 2-Cassie Keller vs Erica
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Autour du Jeu :: Biographies-