Météo du
Moment

Nous sommes en août 2017.

Au matin du 21.08, Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, est retrouvé
pétrifié dans son bureau.
Les circonstances de sa mort
restent obscures.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Dormir ou écrire, il faut choisir.

Plan canicule sur le forum...

Venez donc brassez un peu d'air avec nous...

Partagez | 
 

 A la rencontre de la civilisation [Mark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 19 ans
Messages : 112
Localisation : Réserve de dragons en Roumanie
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: A la rencontre de la civilisation [Mark]   Jeu 16 Mar - 15:36



    Je n’étais que de passage à Londres, étant toujours basée à Pré-au-Lard jusqu’en Janvier, mais j’avais vraiment hâte de venir trainer dans le coin un peu plus longuement. Je ne savais pas encore où j’allais résider. Dans les petites villes, c’est assez simple, il me suffit de me garer dans la forêt ou la campagne et de dormir dans mon camion. Mais dans une ville comme Londres, c’est assez compliqué. Je préférais me rendre dans une auberge en général, accompagnée de mes félins.
    N’ayant pas réellement eu le temps de répondre à toutes ses questions concernant Ilvermorny, car nous avions pris la décision de déserter le Starbucks le plus rapidement possible, je me décidai enfin à lui reparler de moi et de mon école, la tête toujours enfouie dans l’herbe.

    - Mes parents sont des Non-Maj, ma petite sœur aussi. Autant dire que j’ai vécu sans magie jusqu’à mes onze ans. J’imagine que c’est deux fois plus formidable lorsque ça nous tombe dessus ainsi plutôt que d’avoir toujours vécu en sachant qu’un jour la lettre allait finir par arriver. La surprise est complète ! Et je ne te raconte pas quand j’ai vu l’école ! D’ailleurs, j’ai peut-être bien une photo d’Ilvermorny, si ça t’intéresse…

    Sur ces mots, je me redressai pour fouiller dans mon sac et en sortir mon appareil photo magique. Après un bref coup d’œil dans les environs, je m’assurai que personne n’allait regarder dans notre direction. Par ce froid, peu de monde osait se promener dans les parcs, à moins que le soleil ne soit au rendez-vous, et ce dernier se cachait un peu.
    Il faisait de plus en plus froid et les rares passants étaient maintenant des lambda promenant leur chien. Je profitai de l’occasion pour actionner l’appareil que j’avais ensorcelé afin de projeter directement dans l’espace les photos animées que j’avais prises. Ainsi, entre nous deux s’afficha un petit hologramme d’Ilvermorny.

    - L’école est très bien cachée dans les montagnes. Ce jour-là, j’étais sortie parce qu’il neigeait beaucoup, et c’est du haut de la colline voisine que j’ai pris cette photo, mais on ne voit pas toute l’école.

    Elle était si grande Ilvermorny aujourd’hui. Je me demandais s’ils continuaient de l’agrandir au fur et à mesure que le temps passe. Cela ne me surprendrait pas.
    Lorsqu’il faut accueillir tous les sorciers étudiants des Etats-Unis, on a besoin d’un minimum de place tout de même ! Bien plus qu’à Poudlard en tous cas. Mais j’avais ma petite préférence pour Poudlard tout de même. Elle avait un charme très différent et j’avais adoré y passer quelques temps. Je me demandais s’il serait possible d’y retourner. Seulement en tant que professeur j’imaginais.
    Discrètement mais rapidement, je fis disparaitre l’appareil photo dans mon sac, avant de me caler contre l’arbre derrière moi.

    - J’ai deux chats. Des Maine Coon, et pas des petits gabarits, plus de dix kilos chacun ! Ils m’accompagnent partout, ils adorent gambader, surtout dans la neige, voyager… Manger et dormir, bien évidemment. C’est triste pour ton chat !

    J’aurais été tellement triste que Snow ou Storm disparaisse du jour au lendemain sans laisser de trace. Je me demandais un instant si Mark avait au moins essayé de le retrouver mais j’imaginais qu’il avait probablement eu mieux à faire.
    C’était comme si son animal avait décidé de ne l’accompagner que pour sa scolarité, et cela avait un côté assez mystique que j’aimais bien et qui m’intriguait.
    Ce qui m’intriguait aussi, c’était l’histoire de Mark. Après avoir fait mention d’une Dynastie super puissante, s’être désigné comme en étant l’Héritier, il me parlait maintenant d’un Manoir en Ecosse. Waow, c’était fou. J’étais tombé sur une perle apparemment !
    Je n’avais plus qu’une idée en tête, voir ce dit Manoir. Etant en ce moment basée à Pré-au-Lard, j’imaginais que nous pourrions aller y jeter un coup d’œil un de ces quatre, si je revoyais Mark un jour évidemment !

    - Un Manoir carrément. C’est dingue ! Je vis à Pré-au-Lard en ce moment moi. Je ne suis à Londres que pour quelques heures. J’évite de trop Transplaner, c’est de la triche vu que je me considère comme une nomade qui se déplace en véhicule. Dès Janvier, je pars en roadtrip.

    Je n’étais pas non plus allergique à la magie, mais j’avais voulu devenir nomade bien avant de savoir que j’étais une sorcière. Si bien que je trichais sur pas mal de points afin de me rendre la vie un peu moins difficile.
    Mais dans l’ensemble, mon but était tout de même de vivre dans mon camion aménagé, de sillonner les routes du monde, de faire des rencontres, de découvrir le plus d’endroits possible, d’en apprendre un maximum sur les coutumes locales, et j’en passe.
    Après ma première rencontre significative, j’avais aussi décidé de tenir une sorte de carnet de bord, avec le récit de mes voyages, des endroits que je visite et des gens que je rencontre. Le tout illustré par les photographies que je prenais.
    Je ressorti donc l’appareil photo que je braquai sur Mark avant d’appuyer sur le bouton. Un léger flash s’en échappa ainsi que le bruit significatif. J’avais retenu la leçon, je ne demandais plus d’autorisation avant de prendre mes photos. Mais seulement après, lorsque la personne aurait eu le temps de se contempler à loisir avant de me donner sa bénédiction.

    - C’est pour mon journal souvenir ! T’en pense quoi ?

    Je lui tendis l’appareil photo, Non-Maj ce coup-ci, afin qu’il regarde ce portrait de lui-même sur l’écran immobile. Il avait été distrait par je ne sais quoi, le regard au loin et la crinière au vent. Il était particulièrement beau sur cette photo, étalé dans l’herbe et j’espérai qu’il m’autorise à la garder. En rajouter une couche allait peut-être aider, le tout agrémenté d'un sourire que je savais irrésistible.

    - Plutôt beau gosse, hein ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins En ligne
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 61
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: A la rencontre de la civilisation [Mark]   Ven 17 Mar - 16:07

La Solitude.

On s'était toujours bien entendus, Elle et moi. A croire que cette dernière me suivait depuis ma plus tendre enfance et autant dire que ce n'était pas pour me déplaire. J'avais grandi avec cette Dynastie, qui n'était là que pour paraître et me retrouver seul, a été souvent quotidien. Il y avait bien eu ma cousine Loevi Leroy, cousine proche issue de la branche secondaire de la Dynastie BloodDust, qui avait été à mes côtés durant toute mon enfance et mon adolescence. Mais j'y avais préféré la Solitude, Elle, ne trahissait jamais quiconque.
Non pas que ma chère et tendre cousine m'ait trahi. Bien au contraire. C'était l'inverse, je fus odieux avec elle, à Poudlard et je le suis encore aujourd'hui. Par ailleurs, je ne savais nullement ce qu'elle était en train de faire. Était-elle encore de ce monde seulement ? Ou bien était-elle morte ? A vrai dire, je n'en avais aucune idée. Mais ce qui était paradoxal avec cet étrange fait d'aimer la Solitude, c'était que je désirais être entouré malgré tout. Être au centre même de cette attention, qui me propulsait au rang d'Héritier. Là encore, j'étais en proie au plus vil des tourments : j'aimais et détestais cette condition qui faisait de moi ce que j'étais.

Réellement.

Durant ces sept années parmi les rangs des Serpentards, j'eus peu d'amis. Comme ce fut le cas aujourd'hui en définitive. Et un seul véritable amour. Ce n'était pas Purdey LaRoche Elda. Ce n'était pas elle. C'en était une Autre. Autre qui allait être ma future femme et mère de mon enfant. Au simple fait d'évoquer les noms de père et de mère, j'étais en panique totale. Depuis cette rencontre faite au Musée, avec cette charmante rousse qu'était Kalista Hopkins, j'avais oblitéré -sciemment-, ce futur costume que j'allais endosser. En parlant d'elle, -de la jolie Kalista-, nous nous étions retrouvés dans l'herbe d'un parc assez sympathique où peu de personnes s'étaient mises en tête de flâner. A l'avenir, je montrerais ce parc à la future Madame Resnald.
En parlant de flâner, j'en oubliais les minutes voire les heures, passées en charmante compagnie. J'étais notamment subjugué par l'hologramme présent sur l'appareil photo magique de mon interlocutrice. Il représentait Ilvermorny enneigé. Le Château était bien plus immense que je ne l'avais imaginé. Je souris, heureux qu'elle partage avec un "inconnu", des souvenirs chers à son cœur.


- Honnêtement, je ne le pensais pas comme cela. Je l'imaginais bien plus petit. Mais il est vraiment magnifique, et l'atmosphère de cette photographie prise, alors qu'il neigeait est réellement magique. J'étais réellement honnête et sincère. La féerie dégagée par cette photographie orchestrée par Kalista aurait ému n'importe qui. Même le plus réfractaire à l'art non moins difficile de capturer des instants à la volée. J'avais toujours été captivé par ces métiers artistiques où l'art est transcendé par le génie de l'artiste. Travaillant dans un Musée moldu, je me confrontais chaque jour à des techniques picturales méconnues. Mais il est clair qu'un Musée Sorcier aurait carrément plus de classe ! Comme l'hologramme que m'avait montré Kalista.

Elle possédait donc deux félins, de dix kilos chacun. Well. C'était quoi ces monstres ? Testarotho n'avait jamais un poids pareil, du moins à ce que je sache. Et je lui avais parlé de ce que j'étais, réellement. Un futur Héritier d'une Dynastie pourrie jusqu'à la moelle et possédant un immense Manoir en démonstration de sa puissance. La jolie rousse était sauvage et n'avait aucun pied-à-terre. Elle se targuait même de vivre en "marginale". Mais en étant dans le bon sens du terme. Pas d'attaches, des voyages et des images à en perdre la tête. Au vu de ma situation actuelle, je ne peux faire cela. Bien qu'au fond de moi, j'en crevais d'envie.


- Je pourrais te montrer mon Manoir à l'occasion. Comme ça, tu pourras le prendre en photo et en garder des souvenirs. En parlant de photographie, je ne fus nullement déçu. Elle venait de prendre à la volée, un cliché de ma personne. Perdu dans mes pensées, j'avais notamment perçu ce bruit caractéristique et la lumière allant de pair. Je me tournais vers elle, sourcils froncés mais néanmoins surpris. J'attendais de voir comment elle avait su capturer cet instant fugace. Elle me tendit son appareil photo Non-Maj, que je pris délicatement entre mes mains gantées. Je n'étais pourtant pas maladroit, mais j'avais toujours peur de casser des choses. Surtout celles qui n'étaient pas à moi et qui étaient de ce fait assez fragiles. Comme cet appareil.

Je vis donc l'image captée par la photographe. Mon regard doré perdu dans le vague, tandis que le vent s'acharnait à me décoiffer. Et tout ceci, couché dans l'herbe. Je souris d'autant plus à sa question, conscient étrangement que je n'avais aucune photographie de moi. Mis à part une immense peinture familiale trônant dans le salon tout autant immense du Manoir BloodDust.


- C'est surprenant ! Aussi étrange que cela puisse paraître, c'est la première photo que l'on fait de moi ! Et ça me plait ! Là encore, j'étais sincère. Décidément. J'en venais presque à me faire peur. Soudain, une idée germa dans mon esprit. Et si je lui montrais ce Manoir tant désiré ? Je me relevais prestement, sous le regard d'une Kalista surprise par mon comportement. Je souris d'autant plus lorsque l'une de mes mains gantées s'empara de l'une de celles de mon interlocutrice.

- Je vais te montrer le Manoir BloodDust. Dis-je en la regardant profondément. Elle était sacrément belle, dans la lumière éthérée qui enveloppait sa délicate silhouette. Mais ce n'était pas le moment de compter fleurette, je la pris donc avec moi à l'écart, avec tout ses petites affaires pour que nous puissions transplaner. A l'abri de tout regard moldu, bien évidemment.

Nous atterrîmes sans soucis, bien que j'avais toujours la nausée, dans le hall du Manoir où surpris je découvris Hibiscus, passablement courroucé.


- Maître Resnald ? Que me vaut votre visite impromptue ?
- C'est une amie. Fais ton travail Hibiscus.

L'Elfe de Maison eut une révérence envers moi et un regard dégoûté envers mon accompagnatrice. Or, ce dernier lâcha une bombe à mon encontre qui eut tôt fait de me refroidir. Sur place.

- Miss Worpel est ici.

Aïe.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar






Age du personnage : 19 ans
Messages : 112
Localisation : Réserve de dragons en Roumanie
Scolarité : Oiseau-Tonnerre à Ilvermorny (2009-2016)
Occupation : Photographe

MessageSujet: Re: A la rencontre de la civilisation [Mark]   Mar 21 Mar - 16:03


    J’affichai un sourire des plus satisfaits alors que Mark contemplait la photo que j’avais prise sans prévenir. Il se contemplait un peu lui-même au final. Je ne doutais pas qu’il avait ce petit côté narcissique que j’avais souvent retrouvé chez les Serpentards mais cela ne me posait pas spécialement de soucis. Il fallait une certaine dose de narcissisme parfois ! J’étais surtout contente qu’il ne m’en veuille pas de l’avoir pris en photo ainsi et qu’il appréciait ce qu’il voyait.
    Il avait aussi beaucoup aimé ma photo sur laquelle on pouvait voir une partie d’Ilvermorny sous la neige. C’était un cliché très reposant que j’avais d’ailleurs accroché dans mon camion et il avait semblé y déceler la même magnificence que moi. En fin de compte, il ne s’était pas retrouvé à bosser dans un musée pour rien. J’étais persuadée qu’il aimait l’art et cela me ravit de pouvoir partager quelque chose avec lui.
    En revanche, il m’avait affirmé que c’était la première photo que l’on prenait de lui.

    - Sérieux ? Cela m’étonne, tu es particulièrement photogénique. Et… plutôt agréable à regarder quoi.

    De nouveau, j’avais peur de passer pour la vierge effarouchée totalement empotée dans une sorte de drague ratée. En général, je ne draguais pas, mais je me faisais draguer. J’avais bien remarqué que Mark n’était pas insensible à ce charme incendiaire et surprenant émanant de moi – oui je vous rappelle que j’ai dit que ce n’est pas si mal le narcissisme parfois ! – mais il ne tentait pourtant rien, cela me perturbait un peu.
    Certes, les hommes ont deux extrêmes en terme de drague : l’immense boulet qui ne cesse de harceler la fille avec des vannes totalement nulles ou des compliments les plus ringards les uns que les autres. C’est la façon directe. Puis nous avons le timide, qui va beaucoup plus prendre le temps de connaître la fille et ses gouts afin de répondre à ses besoins en tant qu’ami tout d’abord, pour finalement attendre qu’elle montre d’évidents signes d’intérêt.
    C’était les deux extrêmes que j’avais remarqué, évidemment certains savent doser entre le relou total et l’introverti, mais je ne savais pas où classer Mark, ni moi-même !

    - Ah oui, j’adorerai voir ce Manoir !

    Le sourire jusqu’aux oreilles, j’étais surexcitée comme une gamine rien qu’à l’idée de voir ce fameux Manoir dont il me parlait depuis qu’on se connaissait. Bon, je n’avais pas particulièrement fait ma curieuse concernant cette histoire de Dynastie de sang-pur et compagnie, tout simplement parce que je posais déjà assez de questions comme cela et que cet univers ne m’était absolument pas familier.
    Nous verrons à l’avenir si je m’y intéresse mais pour le moment, tout ce qui me plaisait dans cette histoire, c’était qu’un Manoir lui était lié et j’avais hâte de le voir de mes propres yeux. Les manoirs d’Ecosse, ah, quel bonheur à prendre en photo ! Ils dégageaient tellement de mystère, de magie et de souvenirs.
    Et je sentais que celui de Mark n’allait pas du tout faire exception !

    Je n’aurais pourtant pas imaginé qu’il m’y emmène dès maintenant. J’eu une seconde d’hésitation mais il m’avait fixée tellement intensément de ses yeux étrangement scintillants que je n’avais pu refuser son offre. Et puis j’avais bien trop envie de le voir, ce Manoir.
    Sans attendre, je rassemblai rapidement mes affaires, prête à transplaner avec lui. Je maintiens mes yeux fermés durant le court instant que cela nous pris. Je n’étais pas très à l’aise avec le Transplanage, surtout lorsque j’étais « passagère ».
    Après un léger haut le cœur, je respirai profondément et vit se dresser devant moi l’établissement tant mentionné par l’héritier.

    Premier réflexe : je n’attendis pas une seconde pour sortir mon appareil photo.
    Je mitraillai autant que cela fut possible avant de suivre Mark dans le hall, immense. Que je pris lui aussi en photo, un sourire béat sur les lèvres. Je n’imaginais pas qu’il me laisserait entrer et j’avais simplement prévu de prendre le devant du Manoir en photo. Mais s’il voulait me faire visiter, pourquoi pas. Peut-être y avait-il des jardins dignes de Versailles ? Ou peut-être était-ce là sa façon de me draguer.
    A travers l’objectif, je vis un elfe de maison qui semblait peu commode. Comment une visite à son propre domicile pouvait être impromptue ? Il fut envoyé bouler de façon éhontée par mon hôte mais précisa tout de même la présence d’une autre personne au Manoir.

    - Qui ?

    Le regard laissant apparaître une légère inquiétude, je tournai la tête vers le grand brun l’air de lui demander des explications. Je ne voulais pas m’immiscer dans sa vie ou quoi, je n’aurais d’ailleurs eu aucun soucis à ce qu’une autre personne soit ici mais c’était le regard de Mark qui m’inquiétait. Car justement, il semblait inquiet, comme s’il avait commis une sorte de boulette.
    Et j’espérai que ce ne soit pas le cas, je ne voulais causer aucun problème ni dérangement. Je percevais beaucoup trop cette gêne planante et cela me gênait moi-aussi.

    - Je devrais peut-être y aller ?

    Sans attendre, je fourrai mon appareil photo dans mon sac avant de tourner le regard vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t209-kalista-hopkins-o-wild-american-witch http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t192-kalista-diana-vlasova-hopkins En ligne
 
A la rencontre de la civilisation [Mark]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Constat d'une civilisation en détresse
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» Mark The ugly
» Mark Scheifele
» MY IP: mark

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Londres-