Météo du
Moment

Nous sommes en août 2017.

Au matin du 21.08, Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, est retrouvé
pétrifié dans son bureau.
Les circonstances de sa mort
restent obscures.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Dormir ou écrire, il faut choisir.
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est grand temps de poster!

Plan canicule sur le forum...

Venez donc brassez un peu d'air avec nous...

Partagez | 
 

 Au carrefour des pulls-over [Milo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 332
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Jeu 22 Déc - 21:04


mardi 21 décembre
> contacter l'aéroport (Saucisse admis à bord de l'avion ?)
x prendre un verre chez
> appeler Jo (à faire avant le départ !)
x carte pour Adel


mercredi 22 décembre
x appeler Ashley
• 11h45 : Rogue One - ODEON Tottenham Court Road (ne pas oublier carte étudiant !!!)
x Primark, Zara (il me faut un maillot de bain !)
• passer à The Body Shop (je pars pas sans mon Spiced Apple Foaming Bath !)
• trouver cadeau pour Papouchka
• cadeau pour Justin


Au sortir de l'Odéon, je me prends les timides rayons de décembre en pleine face et j'en ai les yeux qui bégayent. Pas longtemps. Ma tête, elle, a besoin d'un laps de temps supplémentaire pour retrouver pied dans la réalité. Je sais pas si ça fait ça à tout le monde ou si je suis juste bizarrement faite, mais le film ne se termine pas avec le générique. J'ai encore dans le crâne des batailles intergalactiques et le bourdonnement des sabres lasers. J'ai l'impression d'emporter avec moi un bout de Jyn, Cassian et Chirrut. Il m'en faudrait pas beaucoup pour que je me mette à jurer par la Force. Ou pour trouver normal qu'une flopée de stormtroppers débarquent en plein Tottenham Court Road. Je suis comme ça. Les univers imaginaires ont du mal à me lâcher.

Alors, j'emmène tous ces héros (extra)ordinaires avec moi dans mes pérégrinations. Jyn, notamment, m'a beaucoup plu. Et pas juste parce que Justin a dit qu'elle me ressemblait un peu. Non, ça fait juste plaisir un Star Wars avec un personnage féminin qui en a dans le ventre et qui est au vrai premier plan de la scène. Sans en faire des tonnes pour autant.
Malgré mon quotidien qui fait parfois grise mine, je souris toute seule dans la rue. J'ai encore des tonnes de choses à faire avant demain aprem et mon retour pour Brighton, mais je m'accorde encore quelques minutes à rêvasser.

D'eux-mêmes, mes pas me ramènent à la zone commerçante à quelques rues de là.

Arrivée devant chez Primark, je dégaine mon bujo (bullet journal pour les non-initiés), afin de checker ma to-do-list. « 11h45 : Rogue One - ODEON Tottenham Court Road (ne pas oublier carte étudiant !!!) », je coche. Ça, c'est fait. Et bien fait.
Et j'essaye de pas paniquer à tout ce qu'il me reste à faire avant mon grand départ. Je m'y suis un peu prise au dernier moment et de ce côté-là du trimestre, le 15 janvier me paraît vraiment pas loin du tout.
Qu'est-ce qu'il se passe le 15 janvier ? Je m'envole direction Nîmes pour un séjour Erasmus d'un semestre, en France. Ça faisait longtemps qu'aller vivre à l'étranger me tentait, au moins un peu. Et avec mon mariage qui n'est pas au eau fixe, mon moral qui flanche encore pire, j'ai juste besoin de prendre l'air, de voir à quoi ressemble la vie ailleurs. De me retrouver, juste pour un temps, face à moi-même. Justin a souvent du mal à comprendre que je puisse avoir besoin de solitude et que non, vraiment, je ne me sens plus tellement chez moi à côté d'un mari qui tire toujours la tête. Il a raison de faire la gueule, je dis pas. J'accepte tous les torts ou presque. Il n'empêche que c'est plus vraiment supportable comme situation, même si aucun de nous deux ne semble prêt à franchir la grande étape. Je l'aurais peut-être fait si Ezio... Ma poitrine se serre à la pensée de cette journée de novembre et j'écarte du mieux que je peux son image à lui dans les bras de cette femme.
Et je me concentre sur ma liste, quand bien même elle est toute floue devant mes yeux.

J'ai plein de fringues à racheter. Il fait carrément plus chaud dans le sud de la France, à cette saison. Du coup, j'erre dans Primark comme une âme en peine, qui se transforme en porte-manteau ambulant à mesure que je gravite dans les rayons. Je dois avoir cinq kilos de fringues sur les bras et pas le budget pour m'acheter la moitié d'entre elles. Je me hasarde malgré tout au rayon homme parce que j'adore les sweats de gars pour les journées grises et pluvieuses. Et je tombe pile sur un pull qui me plaît trop. Sauf que vu que je suis pas Kali, j'ai pas assez de bras pour en chopper un en taille XS. J'avise un vendeur à deux pas de moi :  


. Euh, bonjour !

J'essaye toujours d'avoir un minimum de politesse avec les employés. Pas tant que je sois une grande fan des hypocrisies quotidiennes, mais j'envie vraiment pas leur job (j'ai tenu trois jours chez Mark et Spencer) alors je fais des efforts.

. Y aurait moyen de me passer un des sweats bleus, là ?

Le temps que je dise ça, je le regarde vraiment. Et il lui manque un peu le petit badge qui en ferait un employé du magasin. Oups.


Dernière édition par Stacy Grant le Ven 27 Jan - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar






Age du personnage : 17 ans
Messages : 80
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 6ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Ven 13 Jan - 1:15

S'il y avait un enfer, il devait précisément ressembler à ça : le Primark de Tottenham Court Road trois jours avant Noël. La foule se pressait entre les rayons, agitée par la frénésie des achats de dernière minute, une demi-douzaine de gosses pleuraient à des points variés du magasin, s'assurant que personne ne puisse échapper à leurs harmonies hurlantes, quel que soit le rayon où l'on se trouvait et en l'espace de quelques secondes, il s'était déjà fait marché cinq fois sur les pieds.

Trois minutes. Cela faisait tout juste trois minutes qu'il était entré dans la boutique et il regrettait déjà son choix. L'affluence  l'obligeait à s'arrêter tous les deux pas, les anses du sac de graines qu'il avait acheté pour Nessa commençait à lui scier les doigts, le bruit allait probablement le rendre fou, et pour couronner le tout, il ne trouvait rien. Pas la moindre idée, pas une seule once d'inspiration. A croire que tous les stylistes sous-payés de l'enseigne avaient été recruté sur le critère du mauvais goût.

Il s'apprêtait à rendre les armes, reposant le t-shirt qu'il tenait en main pour se diriger vers la sortie, lorsqu'une admirable inconnue jugea bon de lui mettre le grappin dessus.

- Euh, bonjour ! Y aurait moyen de me passer un des sweats bleus, là ?

-Hein ?

Il y eu un instant de flottement durant lequel ils se regardèrent l'un et l'autre sans vraiment comprendre ce qui se passait. Puis les yeux de la jeune femme dérivèrent sur le côté gauche de son buste, avant de s'écarquiller légèrement en notant l'absence de badge.

Son cerveau à lui mit quelques longues secondes à produire une réponse digne de ce nom.

-Euh... Je... Je ne suis pas vendeur ?

No shit Serlock. Et bravo pour l'éloquence...

Il prit encore un moment observer son interlocutrice. Cinq ou six ans de plus que lui à tous casser, pas immense sans être naine et... Une pile de fringues qui devait bien faire un dixième de son poids entre  les bras. Il ne retint qu'à peine le sourire ironique qui commençait à étirer ses lèvres.

-Ceci dit, je serais ravi de vous aider. Loin de moi l'idée de vouloir vous empêcher de vous métamorphoser en porte-manteau...

Oubliant momentanément sa mauvaise humeur passée, il pivota vers les sweats qu'elle lui avait indiqué.

-Il vous faut quoi comme taille ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 332
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Ven 27 Jan - 20:48

Spoiler:
 

Pas vendeur... tu m'étonnes. Maintenant que j'ai percuté, ça crève les yeux. Il a un air trop, je sais pas, humain, pour être un larbin de Primark. Encore une fois, j'ai rien contre les vendeurs. Mais, une fois enfilé leur uniforme, c'est comme s'ils révélaient une autre version d'eux-mêmes, froide et impersonnelle. J'imagine qu'il faut bien ça pour survivre à une journée avec les clients, leurs desiderata et leurs sempiternelles requêtes. C'est ce qui me manquait quand j'ai testé l'aventure. J'ai pas été foutue de remiser ma personnalité au placard. Au troisième client que j'ai remballé, on m'a proposé de remballer aussi mes affaires et d'aller voir si l'herbe était plus verte ailleurs. Fin de mon expérience dans le prêt-à-porter.
Tout ça pour dire que mon petit gars a pas cet air faux, voir diablement poli et artificiel que la plupart des vendeurs arborent. Ça aurait dû me sauter aux yeux, mais j'imagine que j'ai pas tellement la tête à prêter attention à ce genre de détails. Tellement pas la tête à ça que je me retrouve à bafouiller des excuses alors que c'est vraiment pas mon genre. Je suis plutôt du style à mettre les deux pieds dans le plat et à tirer ma révérence avec un sourire frondeur et deux-trois mots bien envoyés. Là, je bégaye trois « pardon » et deux « excusez-moi » avant de me reprendre.
Agréablement surprise de constater que, plutôt que de m'envoyer bouler comme le londonien moyen, mon lapsus sur pattes me propose même son aide. Les gens ne cessent jamais de m'étonner. Peut-être que finalement, il y a encore un peu d'espoir pour le monde.


. Ça, c'est cute !

Et même ce genre de remarques, c'est pas mon style. Y a trois mois de ça, il y aurait eu une demi-tonne de sarcasme dans ma voix et un sourire narquois pour servir le tout. Je me perméabilise, je perds de ma superbe. Je me fais vulnérable, et j'aime pas ça du tout. Alors, je reprends comme je peux, toujours pas foutue, pourtant, de glisser la moindre touche d'ironie. Juste un peu moins gnan-gnan qu'avant.

. Très bien, mon jeune padawan...

Je vous avais dit que l'univers du film allait me coller aux basques pour deux ou trois jours. Tant que Jabba le Hutt est pas planqué dans la cabine d'essayage...

. Si vous me trouvez du S, la Force est avec vous.

Et avec un peu de chance, je suis tombée sur le seul type de tout Londres qui a vécu dans une grotte les cinquante dernières années (bon, il fait pas son âge), et qui ne sait même pas ce qu'est un sabre laser.
Il faut croire que passer pour une fêlée ne me fait même pas peur.


. Remarquez, rien que pour survivre à ça (petit mouvement de tête vers la foule ambiante), il faut déjà avoir la force avec soi.

Et puisqu'il est plutôt sympathique et que je découvre en manque de contact humain, je lance quelques mots, d'une banalité à faire peur:

. Vous faites quoi par là ? A trois jours de Noël, c'est du suicide social... Laissez-moi deviner, vous accompagnez votre petite amie qui rêêêêve de la dernière gamme de pulls ?

Et quand on ne l'attendait plus, le sarcasme fait son come-back. Sens de l'à-propos : zéro. Je me désespère. Ça se devine à ma face.
Alors que je déteste ça, j'ai soudain juste envie d'un peu de normalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar






Age du personnage : 17 ans
Messages : 80
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 6ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Mar 7 Mar - 3:19

"Cute". Ben voyons... Il se retint à grand peine de rouler des yeux. La jeune femme avait beau avoir l'air sympathique, il trouvait assez risible de sa part de le qualifier ainsi. Fort heureusement pour elle, la réplique qui suivi sauva les meubles. Il lui adressa un sourire avec juste ce qu'il faut de provocation dans le regard.

-Mais avec plaisir, Maître Yaddle.

Il pivota vers les sweatshirts qu'elle lui avait précédemment indiqué. Soit elle saisissait immédiatement la référence et s'offusquait, mais gagnait de sa part un respect profond pour sa connaissance du lore de Star Wars, soit elle ignorait qui était Yaddle, ne retenait que le "maître", et il serait satisfait d'avoir pu la comparer à une petite chose verte et ridée en toute impunité.

-Je suis un avec la force...

Sa main agrippa le vêtement à la taille qu'elle lui avait demandé.

-...et la force est avec moi.

Il lui tendit le pull, acquiesçant à sa remarque quant à la foule qui s'agitait autour d'eux.

-C'est pas complètement faux, mais croyez moi, il existe pire...

Le Chemin de Traverse une semaine avant la rentrée par exemple... Il faillit laisser vagabonder son esprit plus loin, dans ses souvenirs de courses de rentrée, mais la question posée par son interlocutrice le ramena bien vite sur Terre.

-Hein ? Ma petite... Non pas du tout, je suis là pour...

Il senti le rouge lui grimper aux joues. Il faudrait un jour qu'il apprenne à se débarrasser de cette manie stupide de rougir comme une salamandre au contact d'une cheminée dès qu'il était embarrassé. Il était capable de retenir son visage d'exprimer la plupart des émotions en se concentrant un minimum, mais l'embarras non. Son visage se sentait obligé de se parer d'un rouge pétant qui criait à qui voulait bien le voir : "Regardez-moi ! Je suis parfaitement embarrassé !". Il fit donc ce qu'il savait faire de mieux pour regagner contenance : contre-attaquer.

-...pour vérifier une théorie selon laquelle si tu restes suffisamment longtemps dans un même rayon, il y aura toujours un parfait inconnu qui viendra te parler en te prenant pour un vendeur.

Mouais, pour le sens de la répartie, il repasserait. Résultat il se sentait encore plus mortifié qu'avant d'avoir essayé de reprendre contenance.

Il se passa la main sur le visage en espérant soudainement posséder la faculté de disparaître sur demande. il faudrait qu'il se mette à bosser sérieusement son sortilège de désillusion.

Tentant le tout pour le tout, il agita ses doigts façon jedi à une trentaine de centimètres du visage de la jeune femme.

-Vous allez oublier ce sens de la répartie minable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
avatar






Age du personnage : 24 ans
Messages : 332
Localisation : Brighton
Université : Varndean College
Occupation : Étudiante

MessageSujet: Re: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Dim 19 Mar - 18:23

Maître Yaddle ? Il a osé me balancer du Maître Yaddle à la figue ??!
Je crois que j'aime bien ce type.
Mais si il croit que je vais laisser passer ça...
Quand il me tend un pull - bonne taille et bonne couleur, un point pour lui -, je le remercie d'un :


. Merci mon cher Oppo. La Force t'accompagne.

J'ai pas atteint le niveau de Justin en geekitude - loin s'en faut - mais je connais mes classiques. Et j'adore Star Wars. Tout le monde dit aimer les films mais les vrais adeptes, capables de se référer à maître Yaddle, courrent pas les rues. Mon petit gars a finalement pas vécu dans une grotte les cinquante dernières années. Je l'avais dit qu'il était pas si vieux.

Je me surprends même à sourire toute seule. Un petit sourire tout freluquet mais un sourire quand même. Je pensais même pas en être encore capable. La Force est vraiment avec ce type.
La Force, pourtant, ne l'empêche ni de rougir ni de bafouiller. Et je grimace, un peu gênée. Les gens qui rougissent pour pas grand chose me mettent mal à l'aise. Peut-être parce qu'ils me donnent juste l'impression de les avoir à moitié torturé moralement alors que je tentais seulement une petite boutade. On se refait pas. Ou alors j'ai touché du doigt un point sensible ?
Quoi qu'il en soit, je me détourne vaguement le temps qu'il dérougisse, juste au cas où ce serait contagieux. Et, du coup, je loupe le début de sa répartie.

Oh, comme c'est bien envoyé !

De freluquet, mon sourire devient plus franc et ma gêne s'envole. Là, on parle le même langage, lui et moi ! Je suis sur le point de rebondir (j'ai perdu en vivacité d'esprit et en sens de la répartie ces derniers temps. On dira qe c'est le manque de sommeil, plus que le moral dans les chaussettes) quand...

Non ??!

Putain ! Ce mec est génial. Entre deux rougissements, un ''Maitre Yaddle'' et un tour de passe-passe jedi, il réussit (presque) à me rendre à ma joie de vivre d'il y a un an. Presque. Mais c'est tellement mieux que le bilan de ces derniers​ mois !

Sans réfléchir, j'enchaîne :


. Je vais oublier ce en de la répartie minable.

Une pause de quelques secondes, qu'il ait bien le temps de voir mon expression vide et de saluer mes formidables talents d'actrice.

. Bien que ce tour ne soit pas censé fonctionner sur les maîtres jedis. Surtout les verts.

Moi grande maître jedi yaddle !
Je percute alors que j'ai oublié un détail essentiel de mon personnage. Il est toujours tant de me rattraper. Je lève la main en l'air, position des deux doigts, la même que celle ce brave Oppo Rancisis.


. M'accompagner jusqu'aux cabines d'essayage, tu vas. Et ton avis, tu me donneras, jeune padawan.

Je sais même pas pourquoi je lui propose ça. Je suis capable de savoir ce qui me va et ce que j'aime toute seule. Mais c'est peut-être le ''toute seule'' qui me turlupine. Dans un rapide flash de lucidité, je prends conscience que je suis seule depuis longtemps. Depuis la St Andrew's, précisément. Que je fuis​ les​ autres et que je m'enferme dans ma bulle. Je m'isole volontairement pour ruminer en silence, tout mon saoul. Alors que je suis plutôt une créature sociable.
J'ai le moral qui flanche flanche à nouveau quand je repense à ce soir-là et à cette femme dans les bras d'Ezio Shepherd. Mon sourire se creuse et mon regard se voile. Mais je me refuse à replonger. Je redresse la tête, les yeux pleins d'espoir. Trop. J'ai juste plus envie de rester seule. Au moins le temps de quelques minute, retrouver un semblant de normalité. En faisant du rôle-play Star Wars en plein milieu de Primark, évidemment. C'est brillant comme illusion de normalité...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t83-stacy-grant
avatar






Age du personnage : 17 ans
Messages : 80
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 6ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: Au carrefour des pulls-over [Milo]   Lun 19 Juin - 18:39

Il s’était cru malin avec son Maitre Yaddle, la réplique de la jeune femme le laissa scotché, et une bonne poignée de secondes lui furent nécessaires à remettre de l’ordre dans son esprit. Oppo, c’était lequel déjà ?.. Il faudrait qu’il se replonge dans la prélogie à l’occasion, quand il ne serait pas occupé à essayer de décrocher un « Effort Exceptionnel » à plus de la moitié de ses examens. Il allait finir par virer Serdaigle…

Son attention se reporta sur son interlocutrice alors que celle-ci répondait à sa suggestion façon jedi, avec plus de crédibilité que n’aurait pu avoir n’importe quelle autre parfaite inconnue rencontrée au carrefour des pullovers d’un Primark bondé. Mais visiblement, Miss Yaddle était au-dessus du quidam moyen.

Il prit un nouveau moment pour considérer la demande qui lui était adressée. Quand bien même la jeune femme était sympathique, il n’était pas du genre à accompagner qui que ce soit aux cabines d’essayage dès le premier soir…

- Désolé mais vous l’avez dit vous-même, ce truc ne marche pas sur les Maitres Jedis. Et il est évident que j’appartiens à cette catégorie, non ? Et puis Maitre Yoda m’a toujours recommandé d’éviter de suivre les jedis inconnus. Avec la menace Sith, tout ça... Il va en falloir un peu plus pour me convaincre.

Une part de lui espérait qu’elle ait suffisamment de ressources pour réussir à le convaincre, l’autre qu’elle ne sache plus quoi répondre, auquel cas il pourrait repartir triomphant, avec l’impression de ne pas avoir totalement gâché sa journée. Toujours est-il qu’il planta ses yeux dans ceux de son vis-à-vis, le menton légèrement relevé dans ce qui se traduisait très clairement par une attitude de défi. Elle voulait de l’aide ? Elle allait devoir la gagner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
 
Au carrefour des pulls-over [Milo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carrefour Puilboreau/Marmelade sera entretenu\ 1 million sanzabri
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Il était une fois... Carrefour!
» La gestion du Centre d'accueil de Carrefour a des religieux
» 510 millions de dollars pour reconstruire Carrefour-Feuilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Londres-