Météo du
Moment
Nous sommes en avril 2018.

Au premier du mois, avec une solennité qui dément tout poisson d'avril, la presse annonce les cinq candidats à l'élection ministérielle : Maureen Kinkaid, Dylan Abercrombie, Alieksandre Menroth, Icarius Bailey et Deucalion McKingsley.




 

Et si on en profitait...
Pour finir tous ces sujets qui traînent?
2018 l’année de la mise à jour!

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Sondage :
Plutôt fraises ou melon?

Non, nous ne vous avons pas abandonnés, promis.
Nous vous lisons, nous ne sommes pas loin.
Et nous savons maintenant que certains préfèrent les fraises.

Partagez | 
 

 Analepse [Ezio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar




Ezionallaitcamper ?

Age du personnage : 33 ans
Messages : 654
Localisation : Aucune idée
Scolarité : Promotion 1996-2003 Serdaigle
Université : IBAS
Occupation : Barde et poète

MessageSujet: Re: Analepse [Ezio]   Ven 23 Fév - 9:55

Le sourire de Milo était contagieux au point que le barde en laissa échapper un avec moins de retenue qu’habituellement. La remarque de Milo chassa momentanément sa nostalgie et ses pensées sombres.

-Brillant et humble ! ajouta-t-il avec un clin d’œil.

Il considéra son cadet et les nouvelles facettes qu’il lui offrait. Milo devait être brillant dans bien des domaines. C’était un garçon intelligent et cultivé, probablement excellent dans les matières qui suscitaient son intérêt. Il semblait avec le temps, avoir acquis une certaine confiance en lui, qui lui seyait fort bien. Le barde lui accorda un regard complice.

- Je serai ravi de te parler des bardes. Poursuivit-il. Il est vrai qu’ils ne sont souvent mentionnés que pour la perpétuation des traditions orales ou pour leur rôle de conseiller auprès de nos dirigeants. Ce qui est un peu réducteur. Si un jour tu as quelques heures à perdre à m’écouter palabrer, ce sera un honneur. Plaisanta-t-il.  

Alors que Milo abordait le sujet de son grand père, Ezio devina une ombre passer sur le visage du jeune homme. Il en déduisit un sujet fragile, à laisser venir, petit à petit. Il détourna prudemment les yeux pour ne pas paraître curieux et les reposa au loin, près du lac.
Ceux qu’il avait pris plus tôt pour deux tourtereaux s’étant donné rendez-vous, semblaient s’être retrouvés autour d’échanges cordiaux voire empruntés de distance. L’homme avait serré brièvement la main de la femme et cette dernière ne cessait de jeter des œillades aux alentours, probablement dans un désir de ne pas être vue ici. Ou de ne pas s’attarder.  Intrigué, Ezio suivit leurs gestes de loin. Elle semblait agacée quant lui paraissait s’excuser.

De son côté, Milo poursuivait à propos du grenier et dans l’esprit du barde, s’esquissa à nouveau le visage du jeune garçon qu’il avait été. Il l’imagina en exploration dans la maison de son grand-père, sa grande curiosité attisée par la présence de cette créature, les yeux aussi grands ouverts que lorsqu’il consultait un ouvrage jadis.
Il esquissa un nouveau sourire à l’ironie soulevée par Milo. Il ne croyait plus à ces hasards pour y être lui-même confronté depuis des années. A croire que fuir le monde sorcier engageait le fuyard à s’y frotter plus que jamais. N’en étaient-ils pas la preuve tous deux ? Le barde laissa échapper un soupir en réponse, sentant une fois encore, son cœur s’étreindre de malaise.
Pour chasser quelques nuages, il laissa glisser ses pensées vers le Grand-père de Milo. Ce dernier avait toujours été réfractaire à la condition de son petit-fils. Combien d’hommes et de femmes considéraient la magie comme une malédiction ou un poids ? Certains étaient ainsi confrontés à l’ignorance de toute une part des êtres qu’ils aimaient le plus au monde et pouvaient se sentir exclus de cet aspect de leur vie. Quelques-uns développaient parfois des complexes à ce sujet, quand d’autres encore, y voyaient là une manifestation diabolique de l’âme de leurs enfants.

Pauvre monde, la différence serait toujours source de problèmes là où elle aurait dû enrichir les cœurs.

Restait la part – heureusement majoritaire – de ceux qui en retiraient une immense fierté. Bien que quelques fois, ils créent au détriment de l’ambiance familiale, des dissensions au sein de fratries qui n’empruntaient pas les mêmes voies. Décidément, naître sorcier dans une famille moldue ne devait pas être chose aisée.

Le Grand-père de Milo était de ceux qui ne voulaient pas même considérer tout ce qui touchait de près ou de loin à la magie. Hermétique, il repoussait jusqu’à l’existence même de cette dernière et semblait vouloir préserver son fils des mauvaises influences.
Ezio l’avait rencontré, une fois, dans la librairie. L’homme l’avait observé d’un œil qui avait laissé imaginer au barde que celui-ci avait reconnu en lui un danger potentiel pour son petit-fils. Quelque part, il n’aurait pas été étonné si on lui avait confié que ce dernier n’était pas si différent d’eux, au final.

Ainsi donc, il vivait dans l’ancienne maison d’une sorcière.
Vestica était un prénom tout indiqué puisqu’il signifiait « sorcière » en langue slave. Voilà qui contribuait à peaufiner l’étrangeté du personnage.
Ezio quitta des yeux le couple qui avait mis à mal ses intuitions premières, pour se tourner vers son compagnon.

- Ça ne me regarde probablement pas, commença-t-il…

« Alors tais-toi non ? »

- … mais, as-tu déjà envisagé que ton grand-père puisse être sorcier lui aussi ? Questionna-t-il malgré tout.

N’avaient-ils pas amorcé une discussion franche après tout ?

-Tu ferais quelques pas avec moi ? J’ai besoin de me dégourdir les jambes. Enchaina rapidement le barde.

Il jeta son sac sur l’épaule, lourd du coffret qui semblait appeler à l’ouverture et amorça quelques pas, avant de se retourner pour jeter un regard grave à Milo.

- La plupart de ceux qui rejettent la magie la connaissent mieux qu’ils ne veulent l’avouer. Si certains en ont peur parce qu’ils ignorent tout d’elle, d’autres en revanche, la repoussent parce qu’ils savent de quoi elle est capable. Ajouta-t-il gravement.

Vestica se dessina vaporeusement dans son esprit. Il envisageait une longue silhouette malingre et translucide, perchée sur le coffre de ses souvenirs dans un grenier poussiéreux où se côtoyaient vestiges du passé et affaires appartenant au grand-père.

Les fantômes l’avaient toujours un peu effrayé. Pas vraiment en eux-mêmes, mais plutôt dans la symbolique de leur condition et dans les conséquences de leur choix. Ils étaient pour lui des âmes prisonnières d’un monde auquel ils s’étaient enchaînés, sans pouvoir jouir des plaisirs qu’il offrait.

- Milo… tu t’es déjà demandé ce qui pouvait pousser une âme à choisir de rester ici ?


HJ: Suspense... Rolling Eyes


Ceci est un message subliminal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Milo dans l'pot

Age du personnage : 18 ans
Messages : 148
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 7ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: Analepse [Ezio]   Mer 16 Mai - 5:08

- L’humilité est la première de mes nombreuses qualités.

Le sourire de Milo s’élargit encore un peu. Il avait beau jouer sur l’autodérision, il ne pensait pas complètement non plus à l’inverse de ce qu’il était en train de dire. Il était plus doué que la moyenne, et sans ressentir le besoin de s’en vanter, il ne lui semblait pas non plus utile de constamment s’abriter derrière une modestie de façade.

Un peu d’autodérision donc, mais également une part de vérité derrière celle-ci.
L’adolescent recentra son attention sur son ainé, sentant que les quelques mots qu’il avait laissé échapper sur son grand-père avaient éveillé la curiosité de celui-ci. Le barde confirma son intuition en lui posant une question de plus inattendues.

- As-tu déjà envisagé que ton grand-père puisse être sorcier lui aussi ?

L’interrogation d’Ezio le laissa d’abord stupéfait, et il resta un moment silencieux, les sourcils haussés, jusqu’à ce que son aîné lui demande de faire quelques pas. Il le regarda se redresser et se déplacer un peu, pris d’une soudaine envie de rire face à l’absurdité de la question qu’on venait de lui poser. Au lieu de quoi il ne laissa échapper qu’un son étranglé en se relevant à son tour.

- Si c’est le cas alors… Non. Je préfère encore croire que c’est un vieux con, et pardonne-moi l’expression, plutôt que tu aies raison.

Il fit quelques enjambées pour rattraper Ezio et se placer à côté de lui, reprenant sa conversation avec lui.

- Je crois que ça le rendrait encore plus détestable.

Milo releva les yeux vers le barde, un air de défi brillant clairement dans ses yeux. Oui, il détestait son grand-père et il était inutile d’essayer de le persuader qu’il avait tort.

Et si Ezio avait raison, ce n’était que plus de raisons d’être en colère contre lui. Ça voulait dire qu’il l’avait sciemment laissé dans le noir, en laissant tout le monde croire qu’il avait juste trop d’imagination. Ça voulait dire que sa mère était une crackmolle, et que la vie de toute leur famille reposait sur des mensonges. Ça voulait dire qu’Anthony Bates laissait volontairement Vestica à sa solitude, dans le grenier de la maison d’Haslemere. Ça voulait dire que…

Non, il préférait détester son grand-père parce qu’il n’était qu’un moldu stupide enfermé dans son rationalisme réactionnaire. C’était plus simple ainsi.

Il laissa ses yeux vagabonder sur le paysage du parc autour d’eux, se contraignant à rester calme alors qu’Ezio changeait à nouveau de sujet. Dans son esprit se mêlait l’image du visage furieux de son grand-père et celui bien plus calme et éthéré de Vestica, alors qu’elle divaguait une fois encore, ressassant un souvenir qu’elle lui avait déjà compté huit fois.

- Oui, plusieurs fois. Y a cette idée de pas avoir réussi à accomplir une tâche précise, mais c’est un peu simpliste non ?.. Je me suis déjà demandé ce qui se passerait si moi je devais mourir, là maintenant, à l’âge que j’ai. Peut être que je resterai coincé aussi.

L’adolescent se râcla la gorge, n’aimant pas vraiment la tournure que prenait leur conversation.

- Milo… tu t’es déjà demandé ce qui pouvait pousser une âme à choisir de rester ici ?

- T’as un sacré talent pour les small talks tu sais ? Un peu plus et on pourrait demander à un orchestre de nous suivre en jouant la marche funèbre…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
 
Analepse [Ezio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Londres-
© du contexte du forum, de ses personnages officiels et des éléments de son intrigue, propriété des administrateurs. Copyright déposé le 28.01.2018