Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 [British Museum] Dare D'Art [Milo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 54
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Mar 29 Nov - 9:55

- Mark ? Pouvez-vous venir dans mon bureau, je vous prie.

Ces quelques mots j'en avais l'habitude désormais. Anne Winter ma charmante patronne. Je savais par ces deux phrases que je devais me pointer en temps et en heure dans son bureau. Alors que je finissais de classer des dossiers à la mode moldue, Merlin que ce classement était chiant, j'arrivais dans le bureau de ma tendre patronne.
Elle était assise à ce dernier, toujours tirée à quatre épingles, portant le dernier tailleur à la mode et des bijoux dont je ne pourrais jamais offrir à une quelconque fiancée, tant le prix valait quelques mois de salaire. Elle ne me jeta pas un regard, affairée sur son ordinateur extra-large. Jamais je n'avais vu un écran pareil, elle était littéralement avalée par sa taille. Elle était petite aussi, là était le contraste saisissant.

Je pris place sur un siège présent en face d'elle et toussotais pour signaler ma présence dans son sanctuaire. Là encore, aucun mouvement à mon encontre, mise à part sa réponse prompte à son téléphone qui venait d’émettre une seule sonnerie avant qu'elle ne l'empoigne fermement. Comme à son habitude. Seule une mèche de cheveux s'était défaite de son carré impeccable quand elle s'était ruée sur son téléphone, pour reprendre sa place initiale, ce qui était préférable.
Je la regardais répondre, implacable derrière ses lunettes rondes fumées. Elle ne les quittait presque jamais, sauf pour incendier du regard, les stagiaires trop imbus de leurs personnes, les petits vieux embêtants et les mômes pleureurs. Plus elle regardait les mômes d'un mauvais œil, plus ils se mettaient à pleurer, c'était un foutu cercle vicieux.

Mais je la comprenais.

Une fois, j'avais assisté à l'un de ces regards incendiaires, dont elle seule en avait la primauté. En ce qui me concernait mon regard intriguait de par sa couleur étrange, presque irréelle. Anne, c'était plus opressant, plus angoissant. Elle parvenait à faire taire tout un troupeau d'étudiants par un simple claquement de langue et un regard. Balèze.


- Oui oui Violet. Oui, je serais là dans une vingtaine de minutes après voir vu Resnald, mais ce bougre est encore en retard.
- Je suis là. Ce n'était pas la première fois qu'elle me faisait le coup. Plus d'une fois, je m'étais résigné à attendre comme une potiche sur l'un de ses sièges en galucha qu'elle daigne bien me jeter un piètre regard.
- RESNALD ! Nom d'un chien !

Merde. Je vais vraiment penser à lui acheter une nouvelle paire de lunettes et un nouveau karma.

- Je suis là Miss Winter. Ça fait bien cinq minutes.
- Ah. Mark, vous êtes là.

Best patronne ever.

Elle avait le visage grave, celui des jours de tempête et de pluie. Celui qui m'était souvent assigné car j'avais cru implicitement comprendre qu'elle avait confiance en moi. Confiance qu'elle distillait à peu de personnes, et dont j'étais bien malgré moi, un privilégié notoire. Elle croisa ses mains remplies de bagues diamantées et me regarda un long moment sans ouvrir la bouche. Qu'allait-elle encore m'avouer ? Que devais-je encore faire sans m'y être préparé ?
Je pourrais limite devenir le grand patron du British Museum, ça me plairait bien ça. Vraiment bien.


- Je dois encore m'absenter. Vous savez, les affaires.
- Oui. Je sais.

Je ne savais pas non.

Après moultes discussions où je lui promets bien malgré moi de garder encore la boutique, elle disparut dans l'immense voiture personnelle qui lui était affrétée pour chaque déplacement ainsi qu'un chauffeur. Revenant à mon bureau, après une discussion qui n'a duré qu'une quinzaine de minutes, où elle m'eut ignoré bien dix minutes, je m'assis derrière mon ordinateur prêt à consulter la pléthore de mails qu'elle m'aurait laissé. J'avais raison, mon regard doré venait d'en accuser une vingtaine, non lus. Lentement je cliquais dessus avec ma souris, artefact typiquement moldu que je m'étais même plu à apprécier. Bien que lors de mon premier jour, je devais paraître bien ignare car je ne connaissais rien à la technologie moldue et j'avais regardé durant un temps interminable ce qui allait être mon futur outil de travail. Ma patronne m'avait lancé une œillade interrogative pensant à juste titre que j'étais né dans une famille qui avait aboli le progrès et ses dérives.

J'étais juste Sorcier. Mais ça, elle était pas censée le savoir.

Une journée interminable voici ce que c'était. Après avoir réalisé les consignes présentes dans les différents mails, j'avais guidé tout un groupe de touristes japonais, qui n'avait pas fini d'en faire des photos. Les flashs des appareils photos crépitaient tellement que j'en avais mal aux yeux. Les derniers "clients" envolés, il restait toujours quelques aficionados de l'Art sous toutes ses formes, j'étais prêt à fermer le Musée et ses mystères.

Non, apparemment.

J'entendis un bruit étouffé provenant d'une salle un peu plus loin. Instinctivement, je dégainais ma baguette, sachant que j'étais seul et que je n'aurais pas à faire à mes collègues moldus qui ne comprendraient rien du tout à ce que je serais en train de faire.


- Je vais fermer.

Pas de menace.
Juste un avertissement.
Juste un putain d'avertissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 17 ans
Messages : 77
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 6ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Mer 7 Déc - 23:27

Milo fut tiré de sa lecture par le bruit de pas s'approchant, résonnant longuement entre les murs de pierre du musée qui peu à peu se vidait, laissant ses derniers touristes s'éparpiller sur la large terrasse pavée qui lui faisait office de parvis.

Il releva la tête, quittant l'encart qu'il fixait quelques instants auparavant du regard pour observer l'objet qui trônait dans la vitrine face à lui. La Pierre de Rosette lui présentait sa façade noire, gravée d'une multitude de caractères variés avec une infinie précision. Il se souvenait être venu plus jeune, avec ses parents. Avant Poudlard. Avant la magie. Alors qu'il n'avait encore que son imagination pour se sortir de ce monde terre-à-terre auquel il se sentait enchaîné. Il s'était alors imaginé une multitude de possibilités quant à la raison de l'existence de cette pierre couverte de symboles étranges, toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Il n'avait pas manqué de faire part de ses théories à sa mère, qui s'était contentée de rire gentiment de ses idées, avant de l’entraîner à sa suite pour qu'ils poursuivent la visite.

Le souvenir lui tira un rictus amusé, et le mouvement trouvant un écho face à lui attira son regard sur son reflet, translucide, plaqué sur la vitre qui le séparait de la stèle. Silhouette banale engoncée dans des vêtements passe-partout. Mains enfoncées dans les poches qui renforçaient une attitude déjà discrète. Visage à demi dissimulé derrière de longues mèches de cheveux raides qui lui tombaient dans les yeux -il se fit la réflexion de les faire couper sous peu-. Tout dans l'image qu'il renvoyait à ce moment précis criait à l'adolescent on ne peut plus normal, sûrement flegmatique et un peu mal dans ses baskets. Un nouveau rictus fit tressauter ses lèvres alors que sa main sortait instinctivement de sa poche pour venir effleurer le tissu de sa veste, épousant le contour de la forme longiligne et familière dissimulée dans une de ses poches intérieure. Il n'était pas banal. Dans un peu moins d'un an, il serait majeur au regard des lois sorcières. Dans un peu moins d'un an, sa Marque serait levée et il pourrait pratiquer la magie de tout son soûl.

- Je vais fermer.

Face à lui, son reflet sursauta. La voix venait de résonner le long de l'un des couloirs adjacents à celui où il se trouvait, porteuse d'un désagréable écho agacé. Il prit une dernière poignée de secondes pour observer le morceau de roc ciselé, prisonnier de son bloc de verre, avant de se tourner vers l'origine de la voix. Il fit de son mieux pour peindre sur ses traits un air blasé et se mit en marche, jusqu'à ce que ce qui semblait être un membre du personnel du musée ne se retrouve face à lui.

-Je suppose que je vais devoir sortir alors.

L'employé en question semblait assez jeune, une dizaine d'années de plus que lui à tout casser. Une silhouette relativement longiligne. Un visage bien dessiné, qui se perdait dans une masse indisciplinée de cheveux aux reflets cuivrés. Et deux iris mordorés qui le fixaient dans un mélange d'agacement et de fatigue.

Mais le regard de Milo n'avait pris que quelques secondes pour analyser l'apparence de l'homme qui lui faisait face. Ses yeux à lui avait été attiré par l'objet que tenait l'inconnu, aussi sûrement que du métal par un aimant. Il senti un sourire moqueur fendre le masque qu'il s'était constitué seulement une minute auparavant..

-Vous savez que niveau respect du Code International du Secret magique, on a déjà vu mieux ? Vous comptiez faire quoi exactement ?..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 54
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Jeu 8 Déc - 12:53

Et Merde.

J'étais dans ces fameux jours où bien malgré moi, j'étais de mauvais poil. Ma patronne me laissait toujours son Musée à surveiller et elle ne prenait des nouvelles qu'à son retour, quand ma foi c'était la catastrophe au niveau clientèle. J'étais le Guide principal, débarqué dans un Pub miteux un soir et elle m'avait engagé sans regarder mes qualifications.
J'aurais pu être un tueur en série qui découperait ses victimes dans son Musée mais elle s'en fichait pas mal. Visiblement, je lui avais plu par ma désinvolture et mon regard doré très peu courant. Voire pas courant du tout en fait. Miss Winter était l'archétype même de la patronne atypique et acariâtre, alors c'était bien normal comme finalité qu'elle engage un type sorti de nulle part.

Pour ma défense, j'étais juste Sorcier.

En parlant de cela, j'avais dégainé ma baguette -geste machinal et très idiot-, vu qu'en face de moi se trouvait un interlocuteur qui était au courant du CISM, bien moins chiant à dire qu'en entier, et qui bon était un jeune Sorcier. Et je ne pensais pas me tromper. Il avait ce petit sourire goguenard que j'avais lors de mes études chez les Verts et Argent, et ça m'agaçait. Car je voyais en ce garçon ce que j'avais été auparavant.
Mais cela ne me déplaisait pas, au contraire. C'était perturbant.

Un bruit se fit entendre proche de nous, un de ceux que je connaissais parfaitement et qui me fit sourire. Je fis signe à mon interlocuteur de se taire, car nous allions avoir à faire à un personnage emblématique du Musée, qui devait terminer sa digestion d'au moins trois cafés noirs bien tassés et d'au moins une bonne douzaine de scones au caramel. C'était Earl Longstrade, le Gardien. Le dernier homme présent quand le British Museum fermait ses portes.
J'entendis son pas lourd arriver à notre hauteur et il était essoufflé. Earl était un homme d'une quarantaine d'années à la bonhomie aussi importante que l'était son embonpoint.


- Mark !
- Earl ! Je souris à son encontre, tandis qu'il était en train de reprendre son souffle après avoir parcouru un étage et deux couloirs ...
- Tu as dit que tu allais fermer. Mais c'est mon boulot, c'est à moi de m'en occuper ! Sa moustache vrombissait sous l'intonation manifeste de sa colère, je dus me retenir de rire, conscient de l'irrespect de la chose.

Mais Earl, était un personnage à lui tout seul. Il était là bien avant mon arrivée et m'avait regardé d'un mauvais œil quand j'avais débarqué dans l'édifice sans CV et lettre de motivation, -j'étais allé me renseigner quand même-. Tout un temps il m'avait suivi partout, me toisant comme si j'étais un délinquant et soufflant dans mon dos quand je prenais des initiatives.
Il était néanmoins fou amoureux de sa femme Shelby, n'avait pas d'enfants mais avait des animaux. Il m'avait explicité qu'il en avait bien une douzaine, toutes races confondues et qu'il s'était amusé à reproduire une Arche de Noé en miniature ...

Mais qui était ce Noé, j'en avais aucune idée.

Il me fixait donc et faisait jouer son trousseau de clés où il me démontrait bien qu'il en était le Gardien. Et il le vit enfin, l'Intrus. Earl aimait tout le monde et les animaux, mais il détestait une chose. C'était les "gamins".


- Pfrrrt. C'était mauvais signe. Il t'importune ce délinquant ?
- Non Earl. Ne t'en fais pas.

Il était déjà en train d'empoigner le jeune homme tout en le regardant de travers, comme il sait si bien le faire. Je devais intervenir, car Earl était bien moins sympathique qu'il n'y paraissait quand il s'agissait d'enfants ou d'adolescents présents dans l'enceinte du Musée.

- C'est bon laisse-le. Je lui ferais un sermon bien senti et je le jetterais dehors.
- Grompfh. J'espère bien. Il a continué à toiser l'Intrus durant cinq bonnes minutes avant de se décider enfin à tourner les talons et monter à son étage où il surveillait le Musée, avec une dizaine d'écrans quotidiennement allumés. Avait-il remarqué quand j'avais dégainé ma baguette ? Merde. En parlant d'elle, je l'avais vite rengainée quand je l'avais entendu arriver. Earl était souvent stupide mais curieux. Et là était le problème ...

- Désolé pour Earl. J'espère que ça va, il n'est pas méchant mais un peu brusque.

Je souris.

- Au fait, moi c'est Mark. Et toi ? Demandais-je, tout en lui tendant une main gantée de cuir noir.

Mise à part ça, je devrais vite quitter les lieux en compagnie de l'Inconnu car sinon Earl allait me faire une attaque.
T'es chiant Earl.
Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 17 ans
Messages : 77
Localisation : Londres
Scolarité : Serpentard - 6ème année
Université : -
Occupation : Lycéen

MessageSujet: Re: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Ven 9 Déc - 21:33

Délinquant ?

Milo eut à peine le temps de froncer les sourcils que la pince de fer du gardien au tour de taille hypertrophié se referma sur son épaule, lui broyant presque la clavicule. Il retint un grognement, le cerbère commençant déjà à l'entrainer vers la sortie avec toute la délicatesse dont sont capable les pachydermes de son espèce.

-C'est bon laisse-le. Je lui ferait un sermon bien senti et je le jetterais dehors.

Ben voyons...

Le tyran adipeux sembla hésiter quelques secondes avant de desserrer l'étau qui retenait Milo captif, continuant à le toiser d'un air mauvais. Le jeune homme lui retourna un regard glacial, imprégné de toute l'insolence dont il était capable, semblant mettre au défi le quadragénaire. Le duel de regard s'éternisa encore un instant, avant que finalement le gardien ne se décide à s'en aller, non sans un dernier grognement désapprobateur.

Milo le regarda s'éloigner le long du couloir, l'assassinant mentalement une troisième fois, de manière particulièrement douloureuse cette fois -ci.

-Oh non, vraiment pas méchant.

Il pivota à nouveau en direction de son interlocuteur.

-J'irais même jusqu'à dire qu'il est l'incarnation de la gentillesse et de la bienveillance... La politique de recrutement de votre DRH est basée sur l'amabilité des employés ? Ou peut être la capacité à faire se sentir vos visiteur tout à leur aise en leur broyant allègrement les articulations avec la ferme intention de les jeter dehors parce qu'ils ont eu l'audace de ne pas sortir cinq minutes avant l'heure de fermeture, ou encore  en s'apprêtant à leur jeter je ne sais quel sort ?

L'adolescent appuya sa tirade d'un rictus arrogant, omettant sciemment de serrer la main de Mark et de répondre à sa présentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t74-milo-e-conaghan
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 54
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Lun 9 Jan - 14:03

Et Merde.

Je crois que j'avais déjà stipulé que c'était une journée de merde. Bien que la petite lumière au bout du tunnel de l'Ennui, m'était salvatrice. Earl enfin parti, je me retrouvais face à ce jeune homme. Jeune homme qui n'avait pas apprécié sa promiscuité avec le Gardien. Ce qui me fit rire. Silencieusement.
Mon regard doré accusa cet jeune âme qui s'était perdue volontairement dans le Musée. Soupirant, je m'étais allé à une minime présentation mais mon interlocuteur ne l'entendit pas de cette oreille.
Il ne répondait pas à mes salutations et se mit en tête de me sortir une tirade toute en longueur contenant quelques mots, que moi Sorcier, ne comprenais pas.

DRH ? C'était quoi encore ça ? Autant dire que sa tirade m'était totalement sortie de l'esprit.

Juste qu'il me semblait avoir entraperçu cet acronyme sur le bureau de ma très chère et tendre patronne sans m'y être plus attardé que cela. J'aurais peut-être dû.
Le petit était arrogant et ne s'en cachait pas, ce qui lors de mes années collège m'aurait mis évidemment hors de moi. Et il aurait reçu l'un de mes poings gantés de cuir noir en plein sur le visage. Mais il fallait croire que j'avais mûri un tant soit peu, car il n'eut droit qu'à des sourcils froncés.
Il me rappelait ce que j'avais été à une époque : un petit con arrogant réparti chez Serpentard. Mais après tout, c'était mon identité et ce que j'étais. Et je ne le reniais pas.

Bien au contraire.


- Earl est là depuis des années. Faut pas lui en vouloir. Il est juste peu habitué à la vie en société. La patronne ne l'a pas embauché pour ses qualités relationnelles, enfin il me semble. Répondis-je sur un ton plus abrupt qu'au début.

- Serpentard non ? Lâchais-je comme une évidence.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Admin

Messages : 1017
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: [British Museum] Dare D'Art [Milo]   Lun 17 Avr - 22:20

Dans la cage d’escalier, Earl eu un pressentiment. Un de ceux qu’il avait eu lorsque Shelby avait commencé à le fréquenter. Il avait tout de suite senti que quelque chose ne tournait pas rond. Bien sûr, il y avait eu cette histoire d’enfants. Ils en avaient toujours voulu, elle ne pouvait en avoir. Passé l’immense chagrin, les pleurs et les cris, Shelby s’était alors tournée vers les animaux. Ils en avaient tout une cohorte. Elle avait peu à peu sombré dans une dépression à laquelle ils s’étaient habitués tout deux. Et puis, il y avait eu l’Histoire. Bref. Ce jour-là, Earl eu à nouveau ce genre de pressentiment. Les deux jeunes gens laissés à l’étage au-dessous, dont ce Resnald qui lui avait toujours paru fort louche, préparaient un mauvais coup. Peut-être une de ces boums improvisées dans les lieux publics comme on en voyait en ce moment aux infos à la télé. Suspicieux, il fit volte-face dans l’escalier et retourna d’où il venait. « Serpentard » ? Un nom de code probablement. Voilà qui était encore plus louche. Caché derrière l’entrebâillement, il guettait le moment où il pourrait enfin hurler « Flagrant délit !! » et être enfin reconnu en tant que sauveteur du plus grand musée de Londres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com
 
[British Museum] Dare D'Art [Milo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Excalibur
» LES VISAGES DES STATUES D'IFÉ (NIGÉRIA)
» The British Grenadiers
» Le 23 mai... Vénus de Milo... Merci Dumont d'Urville...
» Milo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Zone de Jeu :: Ewiland :: Angleterre-