Météo du
Moment
Nous sommes en octobre
2017.

Suite au décès d'Archibald
Strogov, Ministre de la Magie
pour l'Ewiland, le 21 août
dernier, Maureen Kinkaid
assure l'intérim à la tête
du gouvernement sorcier
anglo-saxon. 




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Il y a de la nouveauté !
Allez consulter le What's new !!

Une cotisation Ulule a été lancée pour financer les dosettes de café.
Même si les puristes préfèrent les cafetières ancestrales.

Les absents ont toujours tort.
Méfiance, nous sommes d'humeur taquine...

Une animation d'Halloween vous attend...

Venez donc nous présenter vos plus beaux sourires.

Hé, t'as vu ton rang?

Partagez | 
 

 It’s been a long time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 126
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Mer 7 Déc - 22:23

Étant donné que Mark n’avait eu aucune réaction manifestant cette sensation comme désagréable, je continuai de parcourir son tatouage du bout des doigts. Il était vraiment impressionnant. Je me demandais comme il était possible qu’il apparaisse comme cela du jour au lendemain. Il disait que c’était arrivé à ses onze ans mais j’avais du mal à le croire. Le tatouage était clairement magique s’il avait pu suivre sa croissance ainsi. Un tatouage moldu n’aurait bien évidemment pas tenu. Mais qui pouvait bien faire subir ce genre de torture à un enfant de onze ans ? Voire même de plus jeune. Car j’avais l’intuition qu’il ne s’en était en fait rendu compte qu’à cet âge-là mais qu’il était fort probable que ces tatouages aient été présents depuis bien plus longtemps. Un peu comme une malédiction de naissance.

Pourtant son explication pour le Loup avait une autre signification. Il s’agissait donc du blason de sa dynastie. Waow. Sur le coup j’en restai bouche-bée, je ne sus quoi répondre à cela. Mark venait d’une dynastie, carrément. Moi qui pensais que mes parents étaient des gens importants, ils ne venaient pas de quelque dynastie du genre. Je n’avais jamais entendu parler de cela. Mais c’était probablement la meilleure piste à creuser pour le moment. Ses parents étaient morts – je venais donc de l’apprendre – ils n’étaient donc sûrement pas responsables de tout cela. A moins qu’il s’agisse d’un héritage ? Étrange.

Mark était pourtant persuadé que c’était cette dynastie qui les avait éliminés. Comment cela ? Je n’osai poser plus de questions pour le moment. Il serait bientôt l’heure pour lui de reprendre une potion et j’avais terriblement envie de mener mon enquête plus en profondeur. Toutefois je sentais qu’il ne fallait pas le brusquer. Ce n’était certes pas une fillette fragile ou je ne sais quel être frêle, mais je voyais bien que ces choses le rendais malade, et pas seulement physiquement, mais aussi mentalement. Il avait l’air d’être hanté par ces dessin encrés qui devaient même lui faire penser à ses défunts parents. Quelle horreur.

Nous en reparlerons plus tard.

Je ne savais pas depuis combien de temps mes doigts parcouraient le dos de Mark lorsque celui-ci se retourna doucement vers moi pour pratiquement me faire face. Je fus comme sortie de ma rêverie. Je clignai des yeux puis mes iris vinrent trouver les siennes. Ou peut-être étaient-ce les siennes qui vinrent trouver les miennes. J’étais terriblement tentée par l’idée de me rapprocher de lui mais j’avais un mauvais pressentiment. Et je ne voulais pas de nouveau tomber dans ses bras. De l’eau avait coulé sous les ponts et je n’étais plus cette petite fille manipulable qu’il avait connue. A l’époque, je ne savais même pas si je lui avais réellement plut ou s’il s’était simplement joué de moi. La deuxième option m’avait semblé la plus probable depuis ses excuses, ce qui me rendais un peu triste finalement.

Lorsqu’il avança sa main vers mon visage, j’eus un mini réflexe de recul. Je me devais d’être un minimum prévoyante désormais. Mais il écarta simplement la mèche de devant mon visage. Le reste de mes cheveux étant attachés, ils ne me gênaient pas plus que cela. Bien que je supposai être terriblement moins jolie ainsi qu’avec mes longues mèches dégringolant sur mes épaules. Pourtant, j’avais l’impression que je lui plaisais là maintenant. Ses yeux me dévoraient pratiquement. Je senti mon cœur qui se mit à cogner dans ma poitrine.

Eh merde, ça recommence.

Je n’allais tout de même pas perdre mes moyens, si ? Je voulu prendre une grande inspiration pour me calmer, mais je fus arrêtée par surprise car ses lèvres vinrent se coller aux miennes. Le temps sembla comme figé un instant. Ce baiser chaste avait eu le pouvoir de faire tomber un grand silence dans la pièce. Je n’entendais plus mes chaudrons bouillir ou mes plantes couiner. Mon souffle sembla s’être arrêté lui aussi, tout comme mon cœur ainsi que tout mon organisme. Je ne sus combien de temps avait duré cette courte étreinte mais elle fut remplacée assez rapidement par quelque chose de beaucoup moins chaste.

Ma main droite vint se placer derrière sa nuque pour glisser dans ses cheveux. Qu’ils étaient doux ! Bouse, je pensais vraiment à des choses ridicules dans ces moments. Je l’accompagnai dans cette danse que j’aurais dû empêcher dès le début mais je n’en avais pas eu la force. Je n’avais pas changé, j’étais redevenue la gamine de Poudlard, incapable de résister au baiser de Mark Resnald le tombeur qui allait de nouveau se moquer d’elle et briser son cœur en morceaux. Stop !

D’un mouvement plutôt coordonné, nous avons apparemment pris la décision simultanée d’arrêter cette étreinte étrange et déplacée. Je dû me retenir de lui en coller une. Cela aurait été d’autant plus déplacé que je ne l’avais pas repoussé dès le début et que j’avais même plutôt bien profité de ce qu’il se passait là. Je fermai les yeux quelques secondes, juste le temps de l’entendre bredouiller quelque chose. Il semblait gêné. C’était étrange. Il n’était pas en train de faire son fier ou son malin comme avant. Quelle était donc la signification de ce geste ?

- En effet, ça ne te ressemble pas du tout. Sûrement la fièvre…

Je savais parfaitement que c’était faux, la fièvre étant passé grâce à mon immonde potion. Après tout, je n’avais qu’à accepter que lui aussi avait très bien pu changer depuis Poudlard. Nous avions tous les deux vécu beaucoup de choses mais pourtant nous voilà ici, ce soir. Pourquoi ? Pour que je le ‘sauve’ ? Pour que nous tombions encore dans les bras l’un de l’autre ? Il avait l’air sincère. Mais j’avais tellement peur de me faire manipuler. Je me mordis la lèvre inférieure, un combat faisait rage dans ma tête et je senti mon sang devenir bouillant. Je n’en pouvais plus.

D’un geste rapide et habitué, je me saisis du pendentif à mon cou et le dévissai pour n’avoir en main qu’une toute petite fiole contenant un étrange liquide bleu. Je bu ce dernier d’une traite avant de fermer les yeux. J’attendis les effets, qui étaient en général assez rapides à arriver. La sensation de flotter. La vue trouble. La sensation de bien-être. Et une étrange envie supplémentaire. Mes yeux s’ouvrirent d’un coup pour fixer Mark. J’attendis encore quelques secondes comme si je me retenais de lui sauter dessus.

Eh puis bouse !

Je m’élançai soudainement vers lui, le saisi de nouveau à la nuque d’une main, et posant l’autre main sur son torse. Mes lèvres entrèrent de nouveau en contact avec les siennes. Il ne devait même pas comprendre ce qu’il se passait. J’avais personnellement l’impression d’avoir le pouvoir cette fois-ci. Comme si la situation s’inversait. J’étais celle qui décidait. J’avais sa vie entre les mains après tout, non ? Et il n’avait pas vraiment l’air d’être contre. Le baiser appuyé se transforma en câlin presque torride. Je vins me coller tout contre lui, le renversant doucement sur le canapé. Je lui saisis la main droite de ma main gauche pour entrelacer nos doigts. Lorsque je relâchai mon étreinte, je vis son tatouage au poignet, ce qui me ramena au sujet initial.

- On enquêtera là-dessus. Je ne lâcherais pas l’affaire.

J’avais parlé au futur, c’était volontaire. Là maintenant, je n’avais plus du tout envie d’y penser. J’étais totalement perchée, droguée. De mon mélange, de lui, de tout cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 63
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Jeu 8 Déc - 13:11

Et Merde.

J'avais perdu pied. Littéralement. Dès lors qu'elle avait commencé à explorer mon corps meurtri avec ses mains douces et salvatrices, j'avais perdu pied. L'effet que j'avais ressentit à cet instant dépassait tout ce que j'aurais pu imaginer. Était-ce parce que je l'avais revue et qu'elle était en train de me venir en aide ?
De me soigner, moi l'immonde garçon qui s'était joué d'elle en lui démontrant quelques mauvaises intentions cachées sous une couche de bons sentiments. Je l'avais embrassée comme jamais je ne le fus. D'un baiser chaste, il était devenu tout autre chose. Une hargne sentimentale déguisée, que je voulais pourtant. J'aurais bien cru qu'elle n'en veuille pas, et qu'elle me repousse surtout avec tout ce que j'avais pu faire par le Passé.
Mais ce ne fut pas le cas, mais nous avions mis un terme tout deux à cette Folie dont nous étions passagers. J'avais bredouillé des excuses malhabiles, signe de ce trouble qui ne me quittait plus depuis que je l'avais revue.

Elle.

Je souris, tout en la regardant de mes orbes dorées. C'était sûrement la fièvre ? Peut-être. Mais elle était sensiblement différente de celle qui me faisait mal d'ordinaire. Celle-ci était empreinte d'un certain désir à son encontre, qu'il m'était difficile d'occulter. Elle était bien proche, trop proche de moi pour que je parvienne à recouvrer le semblant d'esprit qui me restait dans ce sanctuaire où nous étions finalement si bien, tout les deux.

Mon regard doré était comme attiré par tout les gestes qu'elle était en train de faire à mon encontre. Arquant un sourcil interrogateur, je la vis s'emparer d'une petite fiole qui était auparavant pendue à son cou gracile. Elle but le liquide bleuté d'une traite et se mit à fermer son joli regard couleur d'émeraude. En ce qui concerne la suite -que je trouverais charmante évidemment-, il ne me fallut attendre que quelques secondes. Demelza s'était littéralement jetée sur moi, non pas que j'en sois outré, bien au contraire.
Ses mains dans ma chevelure auburn étaient comme un courant électrique qui parcourait mon corps tout entier, tandis qu'elle se lovait sur moi, diablement tentatrice et envoûtante.

Elle fit entrelacer nos doigts, étreinte que je me devais d'être ferme. Pour ne pas qu'elle s'évapore, que ce ne soit pas un Rêve. Et qu'elle soit ma Réalité, celle où nous sommes deux. Elle menait la danse -chose qu'il m'était difficile de supporter- et mit fin à ce baiser, qui était le prémisse de toute autre chose. Je ne souris plus, je boudais tel un petit garçon auquel on avait arraché la plus belle des friandises et qu'elle lui était confisquée.

Putain ! Que je détestais ça !

Ses paroles, je les avais bien entendues mais elles n'étaient pas au centre de mes pensées. C'était le corps tout entier de Demelza Worpel qui avait pris place et je pouvais dire honnêtement, qu'il aurait été préférable qu'elle ne lise pas mes pensées en ce moment même. Ni quiconque, d'ailleurs.
Elle était toujours sur moi, son corps langoureux aux formes féminines, brûlant sauvagement mon Désir et mes dernières barrières mentales. L'empoignant fermement contre moi -c'était moi qui mènerait la danse cette fois-ci-, j'embrassais rageusement ses lèvres qui m'étaient offertes et que en cet instant, je voulais qu'elles soient miennes.

Je ne mis fin à ce nouveau baiser qu'après y avoir étanché ne serait-ce qu'un quart de mon envie d'elle. Ma future cible était son cou fin et délicat que je commençais à mordiller tout en lui susurrant dans le creux de l'oreille :


- Je veux profiter juste de cet instant. Et je souhaite ardemment que tu ne lâches pas l'affaire.

Je m'appropriais encore sa bouche dans un élan sauvage que je ne modérais plus. Comme je le lui avais dit, j'avais envie de profiter de cet instant avec Elle.
Tout simplement d'Elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 126
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Jeu 8 Déc - 19:50

Ma vue était trouble et pourtant je le voyais parfaitement. Mes sens étaient altérés mais je le sentais tout près de moi. Lorsque nos lèvres se frôlaient ou au contraire, se dévoraient, je ressentais tout puissance mille. C’était la première fois que je prenais cette drogue dans ce genre de situation. A vrai dire, j’évitais qu’on me voit en prendre. Mais ce soir, je me fichais de tout. Il était drogué sinon son corps tout entier le consumait de douleur. J’étais droguée afin que mon corps froid se transforme en quelque chose de léger et disponible à vivre n’importe quel plaisir que m’offrait cet instant. Je n’étais plus en état de faire marche arrière. Je n’avais qu’une envie, c’était Lui. Maintenant.

Quant au fait de savoir si tout cela était raisonnable ou pas, c’était au matin d’en décider. Après tout, c’était ce à quoi servaient les lendemains matins suivant ce genre d’évènement. A réfléchir. A décider de la suite. A tout envoyer valser ou à se lancer dans l’aventure. En ce qui me concernait, les lendemains matins me servaient à réaliser que je finirais probablement seule. Je n’avais jamais été capable de trouver la personne dont le simple visage me suffirait à me lever avec le sourire, de bonne humeur. Il faudrait probablement que je m’offre un chat prochainement. J’allais finir vieille fille si je continuais sur cette lancée.

J’avais remarqué cette moue que Mark avait osé esquisser. Un véritable enfant gâté. Je m’étais mordue la lèvre inférieure à cette vue. Je ne compris pas tout de suite pourquoi cette attitude qu’il avait rendait mon cœur totalement fou au point que ses battements sous ma poitrine étaient tout à fait perceptibles. Mais c’était pourtant simple : pendant un instant, j’avais eu le contrôle et il avait détesté ça. Pour ma part, le voir ainsi réduit à faire ce que JE voulais, le voir dans la position que j’avais occupée plusieurs années auparavant, m’avait…excitée. Clairement. Je n’avais pas d’autre mot pour décrire cette sensation de puissance.

Dois-je être aussi cruelle qu’il l’avait été ? Je secouai doucement la tête pour chasser cette idée. Comme je l’avais dit, nous étions des gosses à l’époque et je n’allais pas me rabaisser à le punir pour cela des années après. Même si une punition de cet ordre m’attirait indéniablement. L’hésitation m’envahit. Qu’allais-je bien pouvoir faire de lui ? J’y réfléchi un instant tout en enfouissant mon visage dans le creux de son cou afin d’y sentir son parfum. De nouveau, je me mordis la lèvre inférieure. Il m’était extrêmement difficile de rester calme. Je déposai un baiser sur sa peau brûlante. Un baiser doux et lent. Comme la plupart de mes mouvements. Pour l’instant.

Ce qu’il m’avait susurré à l’oreille n’allait pas pour arranger son cas, ni le mien. J’étais au bord du gouffre. C’était une délicieuse torture dont je ne voulais en aucun cas me priver. Après le baiser torride qu’il m’avait arraché, je rapprochai encore mon corps du sien, le bloquant totalement contre le canapé. Je savais qu’il n’aimerait pas. Du coup, j’aimais encore plus. Je savais parfaitement qu’il avait la force de me repousser, la question n’était pas là. Je voulais qu’il comprenne que c’était MOI qui avait les rênes en cet instant, et qu’en aucun cas j’étais toujours la pauvre petite Demelza apeurée et fragile qu’il avait connue.

Eh oui, je suis une femme aujourd’hui Mark, une femme qui sait ce qu’elle veut et qui l’obtient. Sans contrepartie.

De nouveau, mes lèvres accrochèrent les siennes. Tout doucement au début, voire même sensuellement. Je continuai de glisser mes mains sur tous ces endroits que j’avais autrefois rêvé de toucher et que je m’appropriais aujourd’hui sans gêne aucune. Sans timidité ni pudeur. Simplement avec envie. Et je voulais qu’il me rejoigne au bord du gouffre. Je ferais tout pour l’y entrainer. Je perdis l’équilibre un instant. Je ne saurais dire si cela était lié à la drogue, ou bien à lui. Probablement les deux. J’étais certaine d’une chose, ce canapé était bien trop petit pour nous deux.

Le plus lentement possible, je l’abandonnai sans jamais quitter son regard. Mes mains glissèrent le long de son torse puis de ses jambes et enfin, je me levai, le laissant là, torturé d’envie. Je fis volte-face afin de me diriger vers mon labo. Je me saisis d’un verre de potion. L’heure était passée. En revenant vers lui, je libérai mes cheveux qui tombèrent en cascade le long de mes épaules et de mes bras. Ne les ayant pas coiffés, ils étaient naturellement ondulés. Je lui tendis la potion en plantant de nouveau mes yeux dans les siens. Mes émeraudes ne reflétant qu’une seule chose : l’envie. Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres.

- Viens.

Oh oui, c’était un ordre. Tout comme le non-dit mais évident « bois cette foutue potion dégueulasse ». Je me dirigeai alors le pas lent vers l’autre bout du studio, me retournant parfois pour voir s’il me suivait et pour entretenir ce que j’avais construit grâce à ce jeu de regard. Je devais attiser la flamme. Qu’elle ne brûle pas mais surtout, qu’elle ne s’éteigne pas. Pas tout de suite.

A l’autre bout du studio : mon lit. Classique, mais efficace. Je m’installai alors sur ce dernier. Assise face à lui, je croisai langoureusement les jambes et me débarrassai moi-même de mon haut pour l'envoyer voler contre un meuble. Entreprenante cette nouvelle Demelza. Il n’allait pas me reconnaitre le pauvre Mark. Il n’était pas au bout de ses surprises, loin de là. Toujours aussi brûlante d’envie, je lui fis de nouveau signe de s’avancer puis, me laissai doucement glisser sur le dos, m’abandonnant enfin à lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 63
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Ven 9 Déc - 12:56

Belle.

Elle l'était assurément. Elle n'était plus la Demelza introvertie et timorée que je connaissais, elle était devenue la femme fatale dans toute son infinie splendeur. Ce n'était pas pour me déplaire, bien au contraire. Elle avait cette assurance dans son regard émeraude, qui n'avait de cesse de me consumer de l'intérieur.

Elle était devenue malgré elle, cette autre fièvre qui me dévorait tout entier. Et là non plus, ce n'était pas pour me déplaire. Elle avait cette sauvagerie que je ne lui connaissais pas et cette découverte me remplissait d'hardiesse et de désir. Nos baisers échangés n'étaient plus assez, il devait y avoir plus. Je devais pour me sentir entier ne faire plus qu'un avec elle. Mais elle avait l'air de vouloir mener la danse, et là par contre cela me déplaisait.
Mais je la laissais faire, évaluant son envie envers mon corps à moitié nu. Mes stigmates colorés étaient toujours présents mais je n'en avais que faire à cet instant.

Il y avait Elle. Il y a Elle.

De nouveau nos lèvres s'accordèrent dans un ballet sauvage et décousu. Quand elle me touchait, je ne me reconnaissais plus. Mes orbes dorées accrochaient les siennes émeraudes, suppliant de mettre un terme à ces caresses qu'elle était en train de me prodiguer. Mais rien n'y faisait, elle m'entraînait vers des Ténèbres qu'il me hâtait de traverser. Et nous serons à deux pour la faire cette traversée.

Je scrutais attentivement chacun de ses mouvements éthérés et graciles dont le Désir se faisait sentir à chaque fluctuation de son délicieux être. L'apparition que je vis, quand elle se mit à libérer sa chevelure fut la plus belle que j'eus vu dans ma vie. Jamais je n'avais ressenti un tel sentiment avec Purdey, ni avec les autres filles d'ailleurs. A vrai dire je ne comprenais pas réellement ce qui se passait, mais savourer l'instant était primordial, surtout sur le plan physique.
Par un savant jeu de regard -elle était vraiment douée-, elle m'intimait de boire encore l'une de ses décoctions affreuses, ce que je fis sans vraiment m'en rendre compte et sans rechigner. Je jetais le verre par-dessus mon épaule, conscient qu'autre chose était sur le point de se produire.

Et elle n'y était pas innocente.

Elle m'entraînait vers son lit, féline et joueuse dans sa démarche chaloupée que je ne me lassais pas de regarder de mes orbes dorées. J'émis un sifflement satisfait quand elle ôta son haut, qui finit jeté contre un meuble. Je jetais un regard contrit vers ce dernier et souriant, je serpentais vers elle. Vers ce corps sculptural qu'elle m'offrait. Je l'avais imaginé nue quelquefois alors que j'étais avec Purdey et jamais je n'aurais pensé qu'elle soit aussi magnifique. Surtout dans la nudité que je n'allais pas tarder à voir apparaître.

Je souris alors que j'embrassais son cou, m'enivrant de cette odeur qui en deviendrait presque une drogue. Mes mains se firent plus aventureuses et plus baladeuses, ôtant chaque étoffe pour n'avoir que la peau. Nue. J'embrassais chaque parcelle de peau découverte, fiévreux de la voir ainsi. Mes doigts -aventureux- parcouraient ses lèvres vermeilles avant de continuer leur épopée vers son délicat menton, son cou fin et le galbe de sa poitrine harmonieusement ferme. Je souris encore, tandis que j'embrassais les seins de mon ancienne camarade de maison.
Camarade que je voyais enfin nue et dont le spectacle dépassait toutes mes espérances et toutes mes aspirations.


- Tu es belle. Magnifique même. Susurrais-je dans le creux de son cou, faisant durer le plaisir et accroître son envie mais aussi la mienne par la même occasion.

D'un geste rapide et expert, je retirais les derniers remparts de tissus présents sur mon être afin que nos peaux brûlantes puissent se rencontrer, s'apprivoiser et se connaître. Et que je ne puisse plus ne sentir qu'elle, n'avoir qu'elle.
Elle devait être mon Autre. Je devais communier avec elle. Un baiser langoureux tandis que je serpentais en elle, caressant son corps entier de mes mains envieuses. Je ne savais pas ce que cela entraînerait mais j'étais certain d'une chose, j'aimais l'avoir revue.

C'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 126
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Ven 9 Déc - 15:32

Ahurissante impression de légèreté mêlée à l’embrasement.

Ma chair entière semblait incandescente. De la tête aux pieds je pouvais ressentir cette chaleur probablement provoquée par mon sang en ébullition alors qu’il sillonnait mes veines. Mon attente sur le lit n’avait été que de quelques secondes tant Mark avait hâte de m’y rejoindre mais elle m’avait semblé durer une éternité. Un temps infini durant lequel j’avais eu l’impression de creuser un nid sur le coton du drap. Un nid qui semblait douillet pour le moment, mais que j’avais hâte de détruire par toute cette ferveur emprisonnée en moi depuis trop longtemps.

J’étais bien consciente que cet instant serait unique. Je savais au fond qu’il me fallait l’exploiter au maximum. Mais je n’étais plus aux commandes de ma propre personne. J’étais possédée par l’Envie et cette furie remplaçait la Demelza que Mark avait toujours connue. J’étais convaincue qu’il ne me reconnaissait plus. Et c’était tant mieux. Hors de question qu’il se souvienne de moi telle que j’étais à Poudlard et j’espérai bien effacer cette gamine de son esprit par cette seule nuit avec lui.

Mes émeraudes étaient closes lorsqu’enfin je pu percevoir la chaleur de sa peau au-dessus de tout mon corps, avant de sentir sa peau elle-même se coller à la mienne. Ardente. Je résistai tant bien que mal à maintenir mes yeux fermés afin de profiter un maximum de ses caresses habiles, de ses baisers tantôt doux tantôt voraces. Je frémis à plusieurs reprises et ne pus retenir mon dos de se cambrer afin de maintenir le lien entre nos épidermes.

Il était à la découverte de mon cou, puis du reste de mon corps, me débarrassant lentement des tissus restants. Nue, je perdis  pied. Mes cuisses vinrent se presser contre ses hanches afin de le maintenir contre moi. Mes chevilles se rejoignirent dans son dos ; dos que mes mains continuaient d’explorer avidement. Je laissai mes doigts effleurer sa peau encrée, m’autorisant parfois à y enfoncer les ongles de façon plus ou moins intense. Il en était de même pour mes dents au creux de son cou. J’avais faim de lui. J’étais affamée.

Je n’entendis pas ce qu’il me susurrait à l’oreille. Je n’étais plus là. Mon être tout entier était focalisé sur cet instant présent. Sur cet acte charnel durant lequel je ne ressentais pas le désir de l’écouter parler. C’était son souffle qui m’avait arraché un frisson d’excitation, et non ses mots. Je le sentis s’éloigner une seconde pour se débarrasser de cette dernière barrière de tissus et choisi cet instant pour rouvrir mes paupières. Je scrutai son corps impatiemment. Je n’avais jamais osé l’imaginer ainsi, dépourvu de toute carapace matérielle. La récompense n’en était que plus plaisante.

La délivrance arriva enfin après l’échange d’un long baiser passionné. De nouveau mes dents étaient venues s’enfoncer non loin de son épaule, étouffant mon gémissement d’euphorie. Je le laissai me posséder ainsi quelques instants, cherchant désormais à éviter que nos lèvres se rencontrent ou que nos langues se mêlent. C’était un acte trop intimement lié à l’amour, et ce qui se passait ce soir commençait à sévèrement en dévier. Je n’étais pas avide d’amour, c’était Lui que j’exigeais. C’était primitif. Et loin d’un acte affectueux. Je pressenti qu’il en était de même pour lui. Et si ce n’était pas le cas, et bien tant pis. C’était ce que je souhaitais et ce que j’obtiendrais.

Un instant, je me vis debout dans le parc de Poudlard. J’avais quinze ans. Je ressentais un bonheur démesuré car Mark Resnald venait de poser ses lèvres sur les miennes. Joie qui s’était vue de courte durée quand j’avais réalisé qu’il s’était joué de moi. Puis cette jeune Demelza tourna son regard vers moi, les yeux plein de larmes, les sourcils froncés. Elle était dévastée, anéantie, déshonorée, avide de…

Vengeance. Je ne contrôlais plus rien. Je n’étais plus personne, je n’avais plus d’âge.

Je senti les larmes me monter aux yeux. Impossible. Impensable que je pleure là maintenant. Ma paume vint se heurter au bassin de Mark, interrompant un énième coup de rein salvateur. Mon regard était brusquement sombre. Sans prévenir et avec maîtrise, je le poussais afin de le faire basculer sur le dos. En un instant, je me retrouvai en position de force, trônant sur son corps à ma merci. Mes mains immobilisant ses poignets au-dessus de sa tête et contre le matelas. Je repris les rênes. Il devait détester. Je le vis dans ses prunelles ambrées. Et plus il abhorrait me voir tyrannique, plus la petite Demelza étaient comblée.

Sans gêne aucune, j’entrepris de mener la danse. J’évitai son regard pour le moment et ne libérai toujours pas ses bras alors que mon bassin se mouvait contre lui ; parfois pour me surélever puis redescendre. D’autres fois de façon plus circulaire. L’acte était brut et durant ces quelques instants, je ne fis rien à part me faire plaisir en me servant de lui. Sans le moindre geste doux envers lui. Seule mes lèvres étaient disponibles et elles l’évitaient comme la peste. J’accélérai le mouvement, en proie à une montée de plaisir tant attendue. Mes doigts s’agrippèrent fortement aux siens, toujours au-dessus de nos têtes. Mon visage vint s’enfouir dans son cou alors que je m’abandonnai au délice de de cette retentissante extase.

Je laissai défiler les secondes alors que j’étais étendue sur lui, haletante. Je me redressai enfin, délivrant finalement ses mains. Mon regard retrouva le sien. Dans mes émeraudes, on pouvait discerner bon nombre de choses, dont le soulagement, la satisfaction et surtout, le défi. Je le défiai du regard comme si j’attendais qu’il me renvoie la balle après ce que je venais de lui faire endurer.

Alors Mark Resnald, qu’est-ce que tu vas faire ?

Un sourire en coin vint se tracer sur mes lèvres pourpres. J’expirai exagérément, attendant de découvrir mon châtiment avec une véritable impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 63
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Ven 9 Déc - 17:46

Avide.

J'étais avide d'Elle. D'être en Elle. Son corps se mouvant sous le mien au rythme de ma cadence me rendait fou d'elle. De cette Demelza à la peau neuve que j'avais rencontré. Et qu'il me faisait plaisir de rencontrer.
J'oubliais tout, ce que j'avais fait d'elle lorsque nous étions à Poudlard et que je m'étais joué d'Elle. De son insouciance et même de son Amour à mon égard. J'avais été un connard et je m'étais excusé mais nous avions été des gosses. Mais ce que nous faisions maintenant ne traduisait plus ce sentiment.
J'avais envie de la Demelza de maintenant. De celle sûre d'elle et aguichante et non pas la timorée qui m'avait pourtant charmé. Mon regard doré tentait de scruter tout ce corps qui m'appartenait et dont j'aimais être le Maître.

Mais ...

J'ouvris mes orbes dorées sous la surprise quand la situation changea du tout au tout. Je n'étais plus dominateur, j'étais le dominé. Par un mouvement expert, Demelza s'était trouvée sur ma personne, inquisitrice. Et force est de constater qu'en mon fort intérieur, j'abhorrais ça au plus haut point. Mes sourcils se froncèrent, tandis que son bassin ondulait sur mon corps comme une sirène dévorant les eaux.

Elle m'avait plaqué contre le lit et vraisemblablement, je n'avais plus d'échappatoire si ce n'est lui procurer seulement du plaisir. Et je détestais cela. Mon orgueil piqué au vif se ressentait tandis qu'elle posait ses iris émeraudes sur mon corps, ne voulant nullement poser ses lèvres sur les miennes. Qu'il en soit ainsi. Je sentis la pression sur mes doigts tandis qu'elle s'abandonnait au plaisir qu'elle venait de se procurer. Je n'étais plus son prisonnier et elle osait darder ses orbes émeraudes dans les miennes passablement sombres.

Je savais lire le défi présent dans son regard, et dont j'appuyais ce dernier par un visage grave. Je restais interdit un court instant tout en observant le plafond de son studio tout en me redressant de son lit et de m'en extraire.
Dos à elle, j'entendis bouger les étoffes, signe qu'elle aussi s'était levée. Un contact. Un effleurement de sa main fraîche sur mon épaule brûlante de fureur. Elle ne parlait pas, n'esquissait aucune excuse de m'avoir ainsi floué dans mon trop grand orgueil.

Bien. Qu'il en soit ainsi.

Je ne repoussais pas violemment mon amante, bien que le geste n'était pas tendre envers elle. Son dos rencontra le mur de son studio, tandis que j'empoignais ses fesses fermement tout en la fusillant du regard. Je savais ses aspirations et ses attentes. Je la faisais encore mienne, dans un mouvement sauvage. Mordant son cou et son corps, un sourire carnassier présent sur mes lèvres mates.

Elle savait pertinemment que je n'aimais pas perdre, que j'avais un égo démesuré et ce qu'elle avait fait, devait être puni. Avec avidité et rage, je la retournais contre le mur dans un râle animal presque guttural alors qu'elle était encore mienne. J'entravais ses poignets pour ne pas qu'elle émette une quelconque objection et dévorais encore son corps sous d'interminables morsures.
Mais cela ne me suffisait pas et à elle non plus d'ailleurs. Par un gémissement entendu, je la portais fermement vers ce lit où elle avait du avoir quelques nombreuses conquêtes et que bien malgré moi, j'étais jaloux.

Mes orbes dorées fixèrent les siennes un court instant, alors qu'elle était encore ma proie. Mon bassin rencontrait encore le sien dans un élan abrupt. Mes mains s'accrochaient aux siennes dans un désir farouche que je n'allais pas tarder à assouvir. Mon plaisir impitoyable et indomptable venait d'arriver à son paroxysme tandis que j'exhalais un seul râle salvateur dans l'ombre de son cou.
Haletant, je la regardais encore soulevée par ce plaisir et cette danse primitive que nous venions d'exécuter. Je souris tout en ne la quittant pas du regard et tout en la gardant contre moi. Lové contre Elle, j'étais bien.

Diablement bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 126
Localisation : Chemin de Traverse ou le Manoir BloodDust
Scolarité : Poudlard - Serpentard (2003-2011)
Université : UAD - Monoceros (2011-2016)
Occupation : Apothicaire

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Jeu 22 Déc - 17:06


Un délice et un supplice à la fois.  Je ne savais plus où donner de la tête.

Cet air de défi que j’avais osé l’avait poussé à quitter le lit. Quel dommage. J’avais tellement espéré l’agacer sans pour autant le vexer au point qu’il décide de couper court à la scène. Il avait été bien trop doux avec moi jusque-là et ce n’était plus ce dont j’avais envie. J’avais faim de Lui, tout entier, et je voulais être à lui toute entière. Déçue, je m’étais levée moi aussi pour le rejoindre. Je me serais presque excusée si j’en avais eu le temps.

Mais ce fut avec un plaisir immense que je découvris le Mark que j’avais mis tant de temps à façonner. Une bête primitive. En moins d’une seconde, me voilà plaquée contre le mur. J’osai le « Hmmm… » en plantant mes iris dans les siens qui me fusillaient, alors que son assaut avait déjà repris. Cela dû l’énerver encore plus car sans prévenir, mon visage ardent entra furieusement en contact avec le mur glacé. Choc thermique. Je laissai échapper un gémissement de surprise et de joie entremêlées alors que je plaquai mes deux mains contre le mur. A mon tour d’être prisonnière de son Envie. Ses morsures éparses ne faisaient qu’augmenter le délice de cet instant. Parfait.

Rise to the bait.

Car c’était précisément ce que j’avais espéré de lui. Je n’en attendis pas moins venant d’un être à l’égo surdimensionné. Je l’avais poussé à bout, et je n’avais eu que la punition que je méritais pour cela. Châtiment tant attendu. C’était pile ce dont j’avais envie. Besoin. Mais cet instant contre le mur fut de trop courte durée à mon humble avis. Je pensais qu’il en avait terminé avec moi mais loin de là. Il m’avait ramenée sur le lit et je l’avais laissé faire sans rechigner une seule seconde. Je le laissai donc me dominer une fois encore.

Il me permit ainsi d'atteindre le septième ciel une seconde fois sans nécessairement le faire exprès. Je ne lui cachais cependant pas mon exclamation d’extase comme mes lèvres étaient extrêmement proches de son oreille. Je mordis d’ailleurs cette dernière à la toute fin. Avant de laisser ma tête reposer sur le matelas, les muscles du cou et des abdos endoloris par cet effort charnel plein d’amertume et de tyrannie.

J’étais parfaitement bien. Juste là. Près de lui. Encore dans les bras l’un de l’autre. Cette scène était démesurément paradoxale avec la précédente, car elle en était presque charmante et chaste. J’avais le sentiment que cet élan de bestialité ressemblait à une forte altercation à laquelle nous avions finalement trouvé une conclusion. Désormais, la boucle était bouclée. Nous étions quittes. Réconciliés. En bons termes. Je suis trop bien.

Sans que je ne m’en rendre compte, mes lourdes paupières vinrent clore mes yeux, et ce pour plusieurs heures. Je me laissai donc entrainer dans une nuit paisible, sans rêve ni cauchemar. Avec cette seule sensation de satisfaction.






J’achevai de remplir la dernière de mes petites fioles. J’avais tout utilisé pour Mark. Pour cette potion qui le maintiendrait dans un état supportable le temps que nous trouvions une solution à son mal. Je ne savais pas quand je le reverrais. Ce que je savais, c’est que j’avais déjà hâte de le revoir, alors qu’il était encore là, étendu sur mon lit. Mais ça, c’était hors de question qu’il le sache. Je ne voulais plus m’avancer sans certitude de son côté. Et je n’avais plus quinze ans. Mais il était certain que j’avais envie de plus qu’un simple coup d’un soir avec lui.

Lorsque je le vis s’éveiller doucement, je rassemblai mes potions dans une petite sacoche que je vins poser juste à côté de lui, sur l’étrange meuble qui me servait de table de chevet. J’étais déjà habillée et prête depuis plus d’une heure, temps que j’avais alors consacré à refaire ma décoction. Pour Lui. Je posai doucement ma main fraiche sur son épaule dénudée en m’installant à ses côté le temps de le regarder. Je m’autorisai à passer une main dans ses cheveux.

- Voilà de quoi tenir quelques temps. Reviens me voir si tu n’as pas trouvé d’alternative d’ici là.

Je me levai ensuite du lit pour prendre la direction de la porte d’entrée. De sortie dans ce cas précis. Ma main entra en contact avec la poignée ronde puis, sans la lâcher, je me retournai une dernière fois vers le lit et vers Mark. J’esquissai un sourire en coin.

- Tu claqueras la porte en partant.

Je fis volte-face puis m’évanouie dans la pénombre du couloir.


Dernière édition par Demelza Worpel le Mar 31 Jan - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t392-demelza-worpel-rebirth http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t110-demelza-worpel
avatar




Le Paria

Age du personnage : 25 ans
Messages : 63
Localisation : Londres ou Manoir BloodDust
Scolarité : Serpentard
Université : /
Occupation : Guide au British Museum

MessageSujet: Re: It’s been a long time   Jeu 22 Déc - 19:08

J'étais bien.

Inexorablement bien. Je m'endormis à ses côtés après cette lutte fiévreuse qui nous avait contentés tout les deux. A la toute fin, elle s'était mise en tête de mordiller mon oreille, geste qui lors de rapports amoureux me rendait encore plus fiévreux. Mais la délivrance, avait été là, salvatrice. Et donc blotti dans ses bras, j'avais trouvé le sommeil.

D'ordinaire, je ne parvenais pas à dormir, assailli par des rêves et d'obscurs cauchemars. Mais ici, la quiétude avait été telle, que je m'étais endormi d'un sommeil de plomb. Cependant, j'avais ouvert mes orbes dorées aux première lueurs de l'aube avant que Demelza ne s'éveille, pour la contempler. Un peu. Beaucoup. Puis lorsque j'avais senti les draps bouger, j'avais fait mine de m'endormir.
J'avais pu imaginer son corps gracile se lever et se rendre jusqu'à la douche. J'entendis l'eau couleur sur son corps que j'aurais aimé encore faire mien. Puis des bruissements d'étoffes, signe ostentatoire qu'elle couvrait son corps. Corps que je n'avais eu de cesse de repenser.

Elle était splendide.

Je m'éveillais doucement, conscient qu'elle s'était installée à mes côtés. Un contact dans mes cheveux m'électrisa tout entier mais je n'en démontrais rien. Demelza avait la peau fraîche, ce qui me fit agréablement sourire. C'était un contraste saisissant d'avec mon amante que j'avais connu la nuit dernière dans ces draps.
Me redressant doucement, je l'écoutais parler. Elle s'était donc éveillée pour me préparer cette fameuse potion qui avait su amoindrir mon Mal. Je lui souris. Encore.


- Merci.

Que puis-je dire d'autre ? Je la suivis de mon regard doré quand elle se dirigea vers la sortie de son studio. Je me passais la main dans les cheveux tout en regardant ces fioles qui seraient mes nouvelles compagnes. Je savais dans mon fort intérieur que j'allais revoir Demelza, ni quand, ni comment, mais je le savais.

Elle disparut non sans me sourire et je lui rendis la pareille. Je me levais enfin, faisant craquer mes articulations et sentant mes muscles endoloris. Je filais sans attendre sous l'eau bienfaitrice qui dénouait muscles et tensions accumulées. Mon dos me picotait étrangement, dans le miroir je pus apercevoir, la résultante de la soirée d'hier.

Demelza avait planté ses ongles impeccablement manucurés dans mon dos et là encore je souris. Je ris même. Je m'habillais prestement tout en fixant une dernière fois ce studio où habitait mon ancienne camarade de maison, que j'avais retrouvé.
Je trouvais près de sa table de chevet, un morceau de parchemin et une plume, je griffonnais à la hâte un mot que je laissais au même endroit.

Elle le verra quand elle rentrera.

Je m'emparais donc des breuvages qu'elle avait fait pour moi et claquais la porte en partant, comme elle me l'avait ordonné. Dans la rue, je pus sentir un air frais me revigorer. Je fermais les yeux, m'en abreuvant totalement.
Elle me manquait déjà. Et bizarrement, je n'avais pas envie que d'une seule nuit avec elle où nous avions assouvi nos pulsions. J'avais envie de plus.

Je la reverrais. J'en étais persuadé.



The End ... but To Be Continued
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
It’s been a long time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Ewiland :: Angleterre :: Londres-