Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Coleen Tara MacLeod

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 24
Messages : 65
Localisation : Pré-au-Lard
Scolarité : Poufsouffle (2003 - 2010)
Université : Monoceros (2010 - today)
Occupation : Néomage en potions à l'U.A.D.

MessageSujet: Coleen Tara MacLeod   Ven 4 Nov - 12:33


Coleen Tara MacLeod


•• Nationalité : Écossaise

•• Date de naissance  : 27 août 1992 – 24 ans
•• Lieu de naissance : Coleen est née dans le petit village d’Arnish sur l’île de Raasay, non loin de l’île de Skye, en Écosse.
•• Nature du sang : née moldue.

•• Taille : 1m68
•• Poids : 55 kilos


Origines & évolutions :
•• Famille proche : Coleen est issue d’une famille humble mais accueillante, chaleureuse et unie. Son père, Eanraig, un écossais âgé de 51 ans né sur une petite île qu’il n’a, comme ses ancêtres avant lui, quasiment jamais quittée, vit de la pêche. Sa mère, Eanna, quant à elle âgée de 49 ans, partage son cœur comme sa nationalité entre l’Irlande et l’Écosse. Au cours de la cérémonie de son mariage, et c’est là l’une de ses plus grandes fiertés, le poète Sorley MacLean lui-même, cousin de son jeune époux, a récité quelques textes de sa composition. Charmée par les lieux autant que par les gens qui l’habitent, Eanna s’est alors définitivement installée à Raasay où elle exerce la profession de guide touristique. Des fruits de son heureuse union sont nées deux filles, Naomh et Coleen, aujourd’hui respectivement âgées de 23 et 24 ans, ainsi qu’un petit garçon né sur le tard, Jolan, à peine âgé de huit printemps.
•• Scolarité :  C’est dans une charmante petite école de village que Coleen a entamé sa scolarité, entre jeux et genoux écorchés. Supposée ensuite élargir ses horizons en étudiant sur les terres de l’Écosse moldue, elle a subitement atterri, sans trop comprendre comment, dans les bras d’Helga Poufsouffle, une baguette magique à la main. Bonne élève, elle a aimé chaque apprentissage mais a particulièrement excellé en potions, métamorphoses, histoire de la magie, astronomie et arithmancie.
•• Université : Après avoir passé sept années à expérimenter les jeux sorciers et s’être découvert une véritable passion pour les associations en tous genres, la bièraubeurre, les chocogrenouilles et les dragées surprises de Bertie Crochue – l’amour du risque ! – Coleen a intégré la filière Monoceros de l’UAD où elle a développé une vie associative et estudiantine intense, mais où elle s’est surtout perfectionnée dans la matière qui la fascine le plus : les potions. C’est ainsi qu’aujourd’hui, après avoir passé une année à parcourir le monde en vivant des petits boulots qu’elle trouvait ci et là, elle débute finalement, sous l’égide du très vénérable professeur Timoteo Bartholomew, un apprentissage HIBOU (Haute Instruction en vue du Brevet Optimal Universitaire) à l’UAD.

•• Curriculum Vitae :
Scolarité
• 1995 – 2002 : scolarisée à Raasay, dans une petite école de village.
• Septembre 2003 – juin 2010 : scolarisée à Poudlard dans la maison Poufsouffle.
• 2010 – 2013 : LUCIOLES dans la filière Monoceros, option potions à l’UAD.
• 2013 – 2015 : MURENES dans la filière Monoceros, spécialisation en potions à l’UAD.
• À partir de septembre 2016 : HIBOU en potions à l’UAD.

Occupations professionnelles
• 2008 – 2015 : emplois saisonniers en tant que guide touristique sur l’île de Raasay, aux côtés de sa mère.
• 2015 – 2016 : vit de différents emplois de serveuse ou de solidarité dans des hospices, fermes, écoles, etc. pour financer son tour du monde.
• À partir de septembre 2016 : dans le cadre de son apprentissage HIBOU, prise en charge de certains exercices originellement donnés par le professeur Bartholomew aux LUCIOLES de la filière Monoceros – guide touristique nature sur l’île de Raasay

•• Lieu de vie : Pré-au-Lard, Écosse.
•• Occupations : Après un an de voyages, Coleen entame aujourd’hui une première année d’apprentissage HIBOU dans la filière MONOCEROS, en potions, dans le but de devenir maître-mage, soit enseignant-chercheur. Ou juste mage, d’ailleurs, elle n’en n’est pas encore certaine. Elle y réfléchira davantage dans trois ou cinq ans, une fois l’aboutissement de ses recherches, son Œuvre, présentée au jury et validée par celui-ci.
Au cours de ses MURENES, elle s’était intéressée à l’influence du gabbro de Raasay, une roche présente en quantité sur l’île, sur les propriétés magiques de la faune et de la flore locales. Ayant noté au cours de ses études que les espèces fossiles étaient pourvues d’intéressantes particularités magiques, et celles-ci étant foison sur l’île, elle concentre aujourd’hui ses recherches sur les propriétés d’un spécimen qu’on ne trouve qu’en cet endroit et qui lui semble être le plus fascinant, le pseudoglyphea foersteri, qu’elle prend la liberté, pour plus de simplicité, de nommer le « pheasteri ». Parmi les propriétés du fossile, les plus remarquables semblent déclencher la régénération de certaines cellules, et Coleen entrevoit déjà la création d’un filtre applicable sur les humains. La route qui la mènera à percer tous les secrets du caillou et à découvrir la combinaison d’ingrédients qui révélera au mieux ses propriétés magiques semble bien longue, cependant. Pour « s’occuper », elle divise donc désormais son temps entre les touristes qui viennent à Raasay, ses recherches et les travaux pratiques et exercices de style qu’elle dispense quelques heures par semaine aux LUCIOLES sous la supervision de son maître-mage référent, Timoteo Bartholomew.


Un portrait esquissé :
•• Qualités et défauts : Volontaire et expressive, Coleen est une sorcière passionnée et enthousiaste qui, malgré un léger manque de confiance en soi, va continuellement de l’avant en gardant un éternel sourire. Sociable et boute-en-train, elle se dévoue entièrement à ses activités et à ses proches, avec lesquels elle partage volontiers sans compter. La jeune MacLeod croit en effet en des valeurs fortes qui lui semblent nécessaire au bon fonctionnement d’une société de plus en plus malade : la bienveillance, la compassion, l’honnêteté, la camaraderie, le respect d’autrui et de la nature, ou encore la détermination. Ses convictions, toutes affables qu’elles puissent paraître, ne font pour autant pas d’elle une personne débonnaire, et ceux qui ont outrepassé la fine frontière de l’acceptable l’ont d’ailleurs appris à leurs dépens.

Malgré son caractère décidé et bien trempé, la jeune femme n’en reste pas moins aussi bonne vivante et joviale qu’enjouée et vive. Elle s’applique donc à vivre intensément chaque instant et à donner le meilleur d’elle-même en toutes circonstances. Tout aussi demandeuse de relations sociales que de solitude, elle aime passer de longues heures à lire d’énormes ouvrages et à se balader là où la mènent ses pas en rêvant l’univers avant d’improviser l’une ou l’autre sortie ou repas. Bien que très indépendante, Coleen accorde en effet une place primordiale à son entourage qui l’aide, selon elle, à trouver sa place dans le rythme enivrant de sa vie et du monde. Légèrement décalée – originale ou fantasque, diront certains, elle semble généralement perdue entre deux époques et ne parvient pas à taire le bambin qui sommeille en elle. Bien qu’elle s’assume telle qu’elle est et ne se laisse que rarement abattre, l’ancienne Poufsouffle n’en n’est pas moins hypersensible et un tantinet susceptible. Perfectionniste et parfois extrême dans ses émotions, elle se pose énormément de questions et peut avoir très mauvais caractère. Rejetant toute forme d’hypocrisie, elle dit souvent tout haut ce qu’elle pense tout bas, ce qui est volontiers interprété comme un manque de diplomatie. En outre, la sorcière possède le don inouï de se poser les questions les plus insolites et de changer de sujet en moins de temps qu’il ne le faut que pour dire « nox ». Parlant beaucoup pour ne rien dire, elle pose d’ailleurs régulièrement des constats déconcertants d’évidence que d’autres ne songeraient pas à énoncer. Cette façon de penser a priori simpliste et décousue lui permet néanmoins d’envisager les problèmes sous un angle nouveau et de leur trouver des solutions originales, bien que loin d’être toujours réalistes ou envisageables.

Par ailleurs attentive et attentionnée malgré son tempérament expansif et ses humeurs aussi tranchées qu’imprévisibles, Coleen est une utopiste qui ne parvient que difficilement à lâcher prise. C’est probablement pourquoi elle se retrouve souvent désabusée, sa plus grande désillusion étant celle de l’amour, auquel elle ne croit plus qu’à demi-mots.

Tête en l’air, tête brûlée, touche-à-tout et un peu garçon manqué à ses heures perdues, l’Écossaise est, somme toute, est un être entier fait d’excès et de paradoxes à l’humour souvent absurde, parfois caustique, mais au comportement ouvert et sympathique. Cette nature généreuse lui vaut du reste de préparer d’excellents shortbread – une qualité indéniable, selon les dires de sa propre sœur – et de clamer à qui veut l’entendre que ces biscuits sont la source même du bien.

•• Allure & silhouette : Souvent encadré par ses longs cheveux sombres qui contrastent avec une peau laiteuse, le visage de Coleen semble être resté celui d’une adolescente. Derrière de grands yeux ronds d’un bleu d’acier se reflète en effet une chaleur surprenante dans laquelle on décèle sans peine une espièglerie franche et une insatiable curiosité. Seules ses lunettes, portées en alternance avec des lentilles sur un nez droit, lui donnent par moments vaguement l’allure d’une adulte. C’est que malgré son refus un rien anticonformiste de suivre une mode bien précise – elle ne comprend pas pourquoi elle devrait se limiter – ses tenues colorées et quelquefois vintage épousent sans heurts sa personnalité de femme-enfant.
Du haut de son mètre soixante-huit, Coleen est pourtant d’une stature standard. Bien sûr, comme un grand nombre de personnes, elle s’inquiète lorsque ses jeans rétrécissent, mais elle n’en fait pas une obsession, préférant, et de loin, le goût réconfortant d’une glace brownie-chocolat.
Du reste, l’attitude de l’Écossaise reflète son tempérament vif et sémillant. Coleen éprouve en effet beaucoup de difficultés à conserver son calme : incapable de rester assise plus de quelques minutes, elle marche aussi vite qu’elle parle et redouble d’efforts pour canaliser son énergie lorsque cela est nécessaire, ce qui se traduit bien malgré elle par une grande turbulence.
Si ces gestes s’apaisent subitement lorsqu’une activité, souvent les potions, requiert patience et concentration, la demoiselle semble néanmoins la plupart du temps voguer lorsqu’elle se déplace. Se laissant porter le flot de ses pensées, elle est à l’écoute des besoins de son corps et n’hésite pas à sautiller ou danser lorsque l’envie s’en fait ressentir.

•• Tics et manies :
Coleen ressent constamment le besoin de faire au grand minimum deux choses en même temps. Il n’était ainsi par exemple pas rare de la voir dessiner pendant les heures cours ce qui, paradoxalement, en plus de travailler son coup de crayon, lui permettait de redoubler d’attention. Ses professeurs, hautement agacés, tentèrent bien de mettre un terme à cette manie mais, après avoir constaté qu’elle était capable de s’atteler à son activité tout en prenant des notes correctes et, manifestement, tout en suivant sérieusement la leçon – elle répondait systématiquement avec succès aux questions qui lui étaient posées au sujet de l’exposé en cours, ils abandonnèrent toute tentative de corriger cette mauvaise habitude.
Lorsqu’elle est contrainte de rester assise trop longtemps, Coleen concentre de surcroît son agitation dans des mouvements involontaires et frénétiques des jambes ou des pieds. Lorsqu’elle prend conscience de ceux-ci, elle parvient à les faire cesser, mais ils reprennent sitôt sa vigilance détournée. Elle sait d’ailleurs de source sûre que ces mêmes mouvements se déclenchent aussi parfois pendant son sommeil, provoquant ainsi l’inconfort de toute personne qui aurait le malheur de partager sa couche. Il lui arrive également fréquemment de déplacer ce surplus de vivacité dans ses doigts, et il n’est pas rare de la surprendre à pianoter à deux doigts ou deux mains sur toutes les surfaces qu’elle rencontre. Si cela peut sembler déconcertant, ses proches voient aujourd’hui cela d’un bon œil. Ils savent en effet que si Coleen s’agite, c’est qu’elle porte en vérité bien plus d’attention à leur propos qu’il n’y paraît.
Enfin, la brunette à la fâcheuse tendance de se mordre l’intérieur de la lèvre inférieure en plissant les yeux avant de relever les sourcils lorsque quelque chose la laisse dubitative.

•• Trois anecdotes :
Lorsqu’elle était enfant, Coleen affectionnait déjà les escapades en tous genres, risquées ou non. Un jour, alors qu’elle se baladait le long des falaises de Raasay, une roche s’est détachée au contact de ses pieds dénudés, l’entraînant dans sa chute vers les rochers où se brisait avec ardeur l’écume des vagues. Sans qu’elle ne comprenne comment cela lui était arrivé, sa chute fut néanmoins amortie et elle se posa sur le brisant dans une lente mollesse. Après de nombreuses mais vaines tentatives d’escalader la falaise pour regagner son foyer, elle fut contrainte d’attendre que ne passe un bateau avant d’être secourue. Elle décida néanmoins de garder pour elle l’invraisemblable secret qui lui avait sauvé la vie et fut bien en peine d’expliquer à ses sauveurs comment elle en était arrivée là. Bien loin de prendre peur, la fillette s’adonnait néanmoins, dès le lendemain, à une nouvelle expédition le long des parois escarpées.
Deux semaines plus tard, alors qu’elle accompagnait son père sur son bateau de pêche, elle escalada la timonerie de celui-ci pour admirer le paysage et chuta – parce que chuter est, bien malgré elle, l’un de ses passe-temps les plus énergivores – dans un tas de poissons sous lequel elle fut entièrement ensevelie. Elle ne fut malheureusement, cette fois-là, secourue par aucune magie d’aucune sorte, et elle garde de cette expérience le souvenir du rire profond de son père et de l’odeur d’iode aigre attachée à ses vêtements comme à sa peau.
Bien des années plus tard, ce n’est ni d’une falaise ni dans un monticule odorant que tomba Coleen, mais bien sur un « abruti de la pire espèce ». Alors qu’elle fréquentait depuis trois mois déjà ce séduisant jeune homme qu’elle avait rencontré à l’université, elle fut soudain prise d’inconcevables soupçons à son égard. Comme elle se refusait à imiter le comportement de toutes ces furies qui épient leurs hommes, elle se refusa à voir les évidences qui mettaient en exergue son évidente tromperie. Un jour, pourtant, elle le surprit en compagnie d’une jeune femme qui ne lui était pas inconnue, et elle ne put qu’accepter la vérité quand elle le vit la prendre dans ses bras et l’embrasser à pleine bouche : son copain fréquentait celle qui avait autrefois été son amie avec une passion non retenue. Après quelques heures de réflexion, Coleen décida de se rendre jusqu’au domicile de Saoirse, puisqu’il s’agissait bien d’elle, et toutes deux, après quelques cris et quelques larmes de circonstance, décidèrent de fomenter une vengeance en bonne et due forme. Cet épisode eut au moins pour avantage de rapprocher à nouveau les deux étudiantes qui, depuis, partagent nombre de leurs activités.

Les informations facultatives:
•• Ma baguette : bois de vigne, crin de licorne, 27,30 cm, souple.
•• Mon patronus : une chouette effraie.
•• Mon épouvantard : la magicienne Scáthach Uanaind fonçant sur elle pour la déposséder de ses pouvoirs.
•• Ma vision dans le Miroir du Riséd : elle-même entourée de ses proches ainsi que d’une famille qu’elle ne connaît pas encore, se baladant en plaisantant dans une nature rocailleuse mais familière.

Pour la petite histoire...Lorsqu’elle était enfant, Coleen passait énormément de temps à parcourir Raasay de long en large, ce qui la menait à souvent côtoyer les touristes. Elle n’aimait rien tant que découvrir de nouveaux recoins en leur compagnie et leur conter les légendes de l’île. Aujourd’hui encore, quand le doute s’installe, le souvenir des montagnes enneigées l’hiver, des teintes chaudes de l’automne qui réchauffaient la rétine quand se glaçait l’échine, de l’odeur salée qui imprégnait la coque humide du bateau de son père alors qu’elle contemplait l’immensité des roches et du bleu trouble de l’eau l’apaisent et la rappellent à elle-même.
Elle revoit encore la petite école qu’elle quittait en courant le vendredi pour se rendre avec Eanna et Naomh sur Skye ou « dans les terres » où elles flânaient des heures durant, visitaient, louaient des livres et revenaient les bras chargés de nouveautés.

Ces temps de douceur l’habitent et elle se souvient aujourd’hui le sourire aux lèvres de son improbable réaction le jour où elle reçut sa lettre de Poudlard. Persuadée d’être victime d’un canular douteux, elle avait éclaté de rire et l’avait jetée au feu. Il avait fallu que vienne un deuxième hibou, et un troisième ensuite, pour qu’elle accepte de faire le lien entre ces missives et les différentes situations étranges qu’elle avait déjà vécues et dont elle avait fait son secret. L’« année du hibou », car elle avait tout de suite voulu posséder cet animal si particulier, avait été une belle année. Elle s’en était allée avec une photo de sa famille coincée dans son portefeuille et était revenue avec des clichés animés de ses nouveaux amis. La séparation avec ses proches avait pourtant été délicate. Chaque été, elle avait donc pris un immense plaisir à retrouver ses parents incrédules et à leur conter la magie avant de les accompagner dans leurs travails respectifs. C’est ainsi qu’aujourd’hui, bien que vivant à Pré-au-Lard, Coleen séjourne encore souvent à Raasay. Elle aime retrouver, dans les lueurs paisibles du soleil qui épouse la mer et des grands vents qui caressent sa surface, les fondations solides de ses racines. Elle aime également y rejoindre ses proches et passer de longues heures à gambader sans but apparent. Elle ne manque jamais non plus à l’appel d’un galop en compagnie de Fillan, son voisin et ami de toujours, perdu entre ses grands yeux couleur d’océan et ses boucles de feu. Souvent également, elle accompagne Eanna dans ses périples de guide et, une fois ressourcée, elle retourne à la vie chaleureuse qu’offre son village d’accueil, une vie grouillante et animée où il fait toujours bon de se retrouver autour d’une bièraubeurre.


Comment avez-vous connu le forum ?Via Poudre de Cheminette, que j’ai connu au hasard de quelques recherches Google.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t123-coleen-tara-macleod
avatar




Admin

Messages : 1016
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: Coleen Tara MacLeod   Ven 4 Nov - 19:49

Bienvenue dans la communauté

   
Carte n° 920827161104


   Prénoms : Coleen Tara
   Nom : MacLeod


   Sexe Féminin
   Né(e) le 27 août 1992
   A : Arnish

   Lieu de vie : Pré-au-Lard
   Occupations : Etudiante à l'UAD.
   


   


   
En hj...

  Bienvenue Coleen.

Ton parcours du combattant aura fini par payer, te voilà membre à part entière de la communauté de Chemins de Traverse.
Nous sommes ravis de t'accueillir ici, toi et ton personnage soigneusement élaboré.
Nous espérons que Coleen saura mener à bien les recherches qu'elle a entreprises et parviendra à jongler avec toutes ses passions.

   Maintenant que tu es validé(e), pense à compléter les différentes listes et référencements : listes des prénoms, des patronymes, des avatars (tu as été un peu rapide, sur ce coup, jeune fille Rolling Eyes ), des lieux de naissance et de vie. Le cas échéant, recense également ton personnage dans l'inventaire des métiers et occupations et dans les annuaires de Poudlard et de l'Université.
Veille à mettre à jour ton profil (Scolarité, Université, Occupation, Localisation, Âge du Personnage...) et les différents champs de contact (Fiche et Portrait du Personnage).
Pense également à aller faire un tour par ici afin de nous laisser tes avis, remarques, et compagnie...
Maintenant que tu es validé(e), il ne te reste plus qu'à te lancer dans le jeu. Guette les sujets sans réponse, les topics collectifs... sans oublier de contacter les joueurs qui t'intéressent pour tisser des liens par mp. Ne sois pas timide !

Bon jeu.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com
 
Coleen Tara MacLeod
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Let's do some propaganda | PV Tara
» Tara se présente*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Autour du Jeu :: Membres validés & Pnj-