Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Un orteil au-delà des frontières • Saoirse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Ven 4 Nov - 20:35

Ce que femme veut... Merlin le voulait probablement aussi.
Et puis quoi, il allait pas lui lâcher brusquement la main et partir en courant ! Crédibilité zéro. En tant que mec, il se devait d'être un roc. Un pic. Un cap. Une péninsule.

* Ou pas. *

En tout cas, il pouvait juste pas se permettre de jouer les mauviettes. C'était une des clauses du contrat quand on héritait du gêne Y à la conception.

* Quand faut y aller ...*

D'aucuns pourraient se demander où était passé son sens de l'aventure... Mais à ses yeux, aventure rimait avec existence (c'était pour ça qu'il n'était pas poète), pas avec les trucs bizarres et surnaturels.

Serrant la main de Saoirse bien plus fort que nécessaire (à moins de vouloir faire de la compote de doigts, ce qui, jusqu'à présent, n'avait pas été au programme), Joachim suivit le mouvement. Après tout, ils étaient deux, la petite fantômette dépressive était toute seule. Ils étaient matériels, elle ne l'était pas. Et puis, ils avaient des baguettes. Enfin, surtout Saoirse. Parce que lui avait dû faire ses adieux à la sienne pas plus tard que tout à l'heure. S'avancer vers l'inconnu sans le renfort de son petit instrument de bois, mouais, bof, il avait connu mieux comme idée, et se sentait un peu fragile. Éphémère.

La curiosité était sûrement contagieuse parce que deux pas plus loin, ces petites considérations matérielles s'étaient envolées.
Les deux sorciers suivirent leur petite fantôme sur une dizaine de mètres, s'écorchant un peu la peau au passage. Soudain, leur guide semi-translucide marqua une pause. Au travers de son enveloppe diaphane, Joachim voyait se dessiner la lueur de quelques bougies en lévitation. Très vite, une odeur capiteuse de roses et de fizwizbiz s'empara de son nez. Il avait presque oublié combien les fantômes aimaient pousser odeurs et sensations au maximum pour avoir le sentiment de percevoir.
De toute évidence, leur petite fantôme les avait mené droit à son antre. Malgré la tiédeur ambiante, Joachim se sentit glacé. Le silence que maintenait leur fantômette comme la nostalgie évidente qui baignait les lieux lui filaient la chair de poule. Il se serait bien attardé à la contemplation de l'endroit, par pure politesse (et par curiosité maladive), mais la petite fille continuait son chemin en direction d'un recoin où gisait une poupée en très mauvais état. L'enchantement qui avait dû l'animer il y avait de cela bien longtemps subsistait faiblement. Le jouet était de temps à autre pris de mouvements saccadés et brutaux avant de retomber immobile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 8 Nov - 19:56

Lorsqu'elle récupéra sa main pour elle seule, elle déplia les doigts à plusieurs reprises pour y faire circuler le sang à nouveau. Si elle avait besoin d'un garrot un jour, elle appellerait Joachim, sans aucun doute. Se gardant bien de protester, après tout, c'était elle qui avait cherché le contact, elle s'employa à essayer de contourner la haute silhouette de son compagnon pour avoir une vue un peu plus probante de leur petit fantôme. Disons autre chose que les larges épaules de Joachim. Rien n'est fait pour les petits. A commencer par la non transparence des êtres vivants.
L'odeur lui donnait mal à la tête. On aurait dit que la petite avait vidé les flacons de sa mère. Parfum, déodorant, crèmes, vernis, shampoing, cosmétiques en tout genre avec de préférence fragrances dissonantes. Le genre d'odeurs à vous retourner le cœur en moins de deux. Elle esquissa une légère grimace de désapprobation puis se ravisa, se souvenant que contrarier un fantôme pour une question de goûts était une idée stupide.
Ses yeux se posèrent alors sur la petite chose agitée de spasmes au fond de la caverne.

- Est-ce que c'est une poupée ??!

Rhétorique évidemment. Mais ça aussi, semblait hors de portée du petit être ectoplasmique.

- C'est Annabelle. Mon ami. Elle est malade. Persifla la fillette sans ouvrir la bouche. Le son émis semblait émaner du corps de la poupée.

Et il n'y a pas qu'elle.

Saoirse regarda à nouveau la petite chose frétiller dans une torsion désespérée de ses membres et détourna le regard. Elle avait eu une poupée en tout et pour tout dans sa vie et cette dernière, faite entièrement de tissus était restée bien sagement sur son lit des années durant. Elle l'avait toujours trouvé trop jolie pour être vraie, avec ses petites joues roses, son visage rond agrémenté de grands yeux bleus, ses bouclettes rousses couvertes par un petit chapeau. Elle portait un petit tablier à carreau et...

Celle-là est une véritable horreur on dirait de la peau cramée...

La jeune écossaise recula discrètement d'un pas et enfouit rapidement son visage dans le bras de Joachim avant de se rappeler qu'ils n'avaient plus 12 ans et que ce geste pouvait être déplacé.

- Désolée. Murmura-t-elle. C'est l'effet poupée.

Si tu ajoutes que tu es flippée des poupées il va te catégoriser trouillarde de première.

- J'aime pas trop ça. Aussi. Enfin, non plus. Enfin... J'ai jamais joué avec. Et toi ?

Elle tordit un instant la bouche, sa question lui paraissant elle aussi... inappropriée.

- Hum. Tu … heu... voulais peut-être qu'on la soigne ? Ajouta-t-elle à l'attention de la petite fille.

Ou qu'on la brûle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mer 9 Nov - 7:18

« J'adoooooooooore les poupées. On se faisait des soirées dînettes et j'enfilai ma robe préférée pour l'occasion. »

Ou le genre de phrase qu'on aurait mieux fait de garder pour soi. Un peu d'ironie dans ce monde de brute. Juste histoire de pas partir en courant. Question de crédibilité.
Lui pouvait pas se cacher dans les bras de Saoirse. Ne serait-ce que parce qu'il aurait eu l'air d'un clown à se casser en deux pour tenir sa tête à lui sur son coude à elle. Question pratique. Question d'orgueil.

Joachim se redressa et effectua même un demi-pas en avant, juste assez pour être un chouïa devant son amie. Juste assez pour faire illusion.

* Moi Joachim. Moi homme. Moi fort. Moi courageux. Moi... *

- Non.

La petite voix fluette, aigre. Joachim frémit.

- Non... ce sont eux... Ils vont tous mourir...

* Moi pouvoir partir en courant ? *

Les yeux de leur revenante s'allumèrent soudain et un sourire sardonique étira ses traits.

« Ça te dirait, on se casse ? », souffla-t-il à la seule intention de Saoirse.

Au moindre mot d'elle, il prenait, ses clics, ses clacs, pour ne pas avoir de cloques (humour pourri, les nerfs qui lâchaient)...

- Non.

C'était pas un mot de Saoirse...

- Nonononononon. , chantonnait le petit esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Lun 14 Nov - 18:06

Des soirées dînette ? DÎNETTE ? Avec une robe ? Bouse alors, Joachim avait été la fille qu'elle n'avait jamais réussi à être.


C'est peut-être pour ça qu'ils s'entendaient si bien.




Ou que ça n'avait pas marché.





Ses frères n'avaient jamais joué à la dînette avec elle. Elle n'avait pas trop insisté. Elle préférait de loin partager les parties de foot avec les copains de Lùan, partir en exploration à Neist Point avec Ezio et visiter les maisons hantées. Peut-être que si elle avait joué plus souvent à la dînette, elle aimerait d'avantage cuisiner. Prônons la dînette alors.

Qu'on se casse ? Quand ça devenait super intéressant ?

- Pas question ! Lança-t-elle en lui adressant un regard mi-surpris mi-insistant.

Une vraie journaliste ne fuyait pas devant les super scoop énoncés par un esprit en jupon et une vieille poupée cramée. Enfin, pas encore, mais ça ne saurait tarder, parce que décidément, elle n'aimait pas du tout les poupées.

- Je veux savoir qui va mourir.
Insista-t-elle en secouant un peu le bras de Joachim. Pas toi ?

C'était très probablement un cas de voyance post-mortem. Sa mère, bien vivante rassurez-vous, était en proie à de nombreuses visions qui se réalisaient... à plus ou moins long terme. Ezio lui-même avait eu plus jeune quelques prémonitions assez étonnantes, aussi, la jeune écossaise avait baigné dans un monde où il est normal que les gens prédisent certaines choses. La petite fille devait avoir ce don là, et des réminiscences de ses capacités s'exprimaient là, en direct, devant eux. C'était très certainement un cas UNIQUE au monde et elle, Saoirse, allait en être témoin. Elle voyait d'ici les titres : UN FANTÔME EN JUPON PREDIT LA FIN DU MONDE. Accrocheur n'est-ce pas ?

Sauf qu'une fois encore, elle s'emballait un peu et qu'ils se trouvaient, à tous les coups, face à un fantôme qui trouvait la mort bien longue et tentait de passer le temps.

- Demande-lui toi.
Proposa-t-elle en sortant son sourire le plus suppliant et en poussant très légèrement son ami. S'il te plaît.

Courageuse, oui, mais pas trop téméraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 15 Nov - 21:02

Il avait oublié que Saoirse était à moitié frappadingue.

Pas surprenant qu'elle l'ait supporté tout ce temps.
Pas surprenant qu'il la suive (et la précède parfois), envers et contre tout.

Mais, quand même, il y avait des heures et des lieux pour être frappadingues. Et d'autres moments où on rangeait soigneusement sa frappadinguerie dans sa poche, on mettait son mouchoir dessus et on se comportait comme une personne raisonnable. Il paraissait que ça évitait de mourir bêtement, terrassé par des forces dont on ignorait tout.

Mais apparemment, Saoirse n'avait pas de poche.
Elle avait bien dû essayer de coincer sa frappaginguerie derrière une bretelle, mais ça suffisait à peine à lui donner assez d'instinct pour le pousser au devant du danger, lui. Comme si son chromosome Y allait faire toute la différence. Jusqu'à présent, il ne lui avait pas trouvé une utilité débordante, à ce foutu Y...

Au diable les apparences, il jeta un regard noir à Saoirse, désarmé par un léger sourire en coin.
Bon, eh bien, tant qu'à être là....

« Alors, euh, qui va mourir, dis-nous ? »

Fantômette lui jeta un regard surpris.

- Tous. Ils vont touuuus mourir.

Évidemment, formulé comme ça.

* On est bien avancé... *

« Mais, plus précisément... Tu as des noms ? »

L'esprit le regarda droit dans les yeux. Glaçant.
Elle eut un petit sourire penché. Désarmant.

« On pourrait t'aider, quoi... »

* Qu'est-ce que je raconte ? *

La gamine translucide ouvrit la bouche et...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 22 Nov - 20:06

- M'aiiiiiider ??? gémit-elle en tordant la bouche, ses yeux se révulsant jusqu'à ce qu'on en voit plus que le blanc fantomatique. Mais vous ne comprenez donc pas ?

Bien planquée derrière son ami, Saoirse planta ses petits doigts dans le bras de Joachim. Si elle avait eu des ongles, nul doute qu'il n'aurait pas réagit calmement. Bien lui avait pris de ne pas porter les griffes acérées dont la plupart des jeunes femmes de son âge aimaient se parer. Elle les portait courts depuis son plus jeune âge, parce que ça avait été plus pratique pour grattouiller la terre, puis pour essayer d'apprendre le violon avec Ezio, et enfin elle avait fini par s'y habituer et n'envisageait pas un instant de poser de la couleur au bout de ses doigts. Elle trouvait ça plutôt joli, mais chez les autres. Ce n'était pas elle, c'était tout.

Un peu impressionnée par les acrobaties oculaires de leur hôte, elle roula des yeux en direction de Joachim qui dans un élégant retournement de situation avait abandonné ses envies de fuite pour proposer son aide. Enfin, leur aide. Saoirse foudroya à son tour Joachim du regard, enfin, son épaule pour être précise puisqu'elle ne pouvait pas planter ses yeux dans les siens s'il ne daignait pas baisser la tête...
Puis elle se reconcentra rapidement vers la fillette pour en savoir plus.

- C'est vous qui allez mourir.


Des images de massacres à coup de coquillages, d'oursins et de rochers de la grotte lui sautèrent aux yeux. Elle réprima un frisson et tira légèrement sur la manche de Joachim pour l’entraîner vers l'arrière, avant que la petite n'ajoute :

- Ainsi qui tous les autres sorciers. Ils vont tous mourir....

Sa phrase s'acheva dans un horrible gargouillis qui arracha une grimace à Saoirse.

- Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Chuchota-t-elle à l'oreille l'épaule de son ami.

Elle se souvint qu'autrefois, Ezio lui avait parlé d'un petit fantôme. Elle avait d'abord pensé qu'il s'était inventé un ami imaginaire et s'était un peu moqué, lui annonçant qu'il avait passé l'âge de faire ce genre de chose. Il n'avait, comme à son habitude, jamais insisté pour la convaincre. Puis elle avait mis de côté cette histoire. Aujourd'hui, elle se demandait s'il pouvait s'agir de cette petite chose effrayante.

- Pourquoi personne ne voiiiiiiiiiiiiiit ? Se lamenta-t-elle. Qu'ils vous tueront tous...

Saoirse piaffa d'impatience et finit par avancer d'un pas.

- Mais de qui tu parles à la fin ??? Qui va nous tuer ? Toi ?

Le petit fantôme éclata d'un rire déchirant d'horreur et de tristesse.

- Stupide, stupide, stupide... Je parle des moldus bien sûr. Chuchota-t-elle. Les nouveaux moldus que vous êtes en train de créer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Jeu 24 Nov - 16:02

Et Saoirse voulait même pas partir en courant.
C'était juste un peu déprimant.

Et, dans son cas à elle, c'était plus de la frappadinguerie, c'était de la folie furieuse, de l'inconscience... Du Saoirse Shepherd tout craché, probablement.
Joachim, de son côté, malgré son potentiel de déraison et de loufoquerie inné, se serait bien transplané illico dans un endroit où il faisait beau, chaud, où une serveuse en bikini lui aurait servi son meilleur whisky pur-feu, avec une rondelle de citrouille pour décorer son mug. Certains souhaits étaient faits pour être enterrés avant même d’avoir pu exister.

* En parlant d'enterrement... *

Il y avait quelque chose de définitivement glaçant dans le ton implacable de leur petite fantômette. Quelque chose qui l'empêchait, lui, Joachim McEwan, d’éclater d'un gros rire gras, pour chasser au loin le malaise qui s'installait en lui comme dans un nid douillet.
Il tenta malgré tout la dérision...

« Une armée de moldus... mais bien sûr. Et pourquoi est-ce qu'on ne leur aurait pas donné quelques pouvoirs magiques à ces moldus, tant que tu y es...? Hop, une armée de mutants qui vient tous nous détruire ! »

Leur petit esprit le regarda, interloquée...

- Tu sais ? Toi ? Toi, tu sais tout ça aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mer 30 Nov - 14:40

- Mais qu'est-ce qu'elle nous chante, cette petite ?

Petite … chose … morte. Aurait été un terme plus approprié que seulement « petite ».
Saoirse abandonna son refuge, à savoir le bras de Joachim, pour faire quelques pas en avant. Sa curiosité l'emportant sur sa peur. C'est dire à quel point elle était curieuse.

- Lui, je ne sais pas mais moi je ne suis pas sûre de comprendre... Une armée de moldus mutants ? Qui fait ça ? Et dans quel but?

Et oui, tu es là, à interviewer un fantôme morveux sur la créations d'un bataillon d'humains maléfiques dépourvus de pouvoirs, enfin plus vraiment visiblement... ça va bien se passer.

Impossible de refréner néanmoins les ardeurs de son imagination qui ne se posait alors qu'une seule et unique question : est-ce qu'on pouvait en citant ses sources journalistiques, préciser que l'interlocuteur devait avoir 7 ans depuis une bonne trentaine d'années ?

- Toi je te connais... je t'ai déjà vue...  Persifla le petit fantôme en roulant ses yeux dans ses orbites creuses.

Saoirse frissonna et esquissa une légère grimace à mi chemin entre le dégoût et le « même pas peur ». Elle eut soudainement conscience de la fraîcheur qui régnait à l'intérieur de la grotte et se frictionna rapidement les avant-bras à l'aide de ses mains.

- Heu... soit. Mais, tu pourrais m'en dire plus sur cette sorte d'armée ?

Le petit fantôme inclina la tête jusqu'à ce que cette dernière opère un demi-tour qui était loin d'être engageant. Saoirse se força à ne pas détourner les yeux mais réfléchissait déjà aux meilleurs moyens d'effacer ces images de sa tête avant la nuit.

- Je pourrais en effet... roucoula la petite morte... Mais vous n'y pourrez rien de toutes façons.

Elle remit rapidement sa tête en place et fixa un instant la jeune femme droit dans les yeux. Puis elle s'avança brusquement pour venir se planter à quelques centimètres du visage de Saoirse.

- Il est déjà trop tard.

La petite journaliste poussa un cri de surprise (du moins elle aurait préféré qu'on le prenne pour tel même si c'était juste une bonne grosse trouille) et recula si promptement qu'elle percuta Joachim avec une violence défiant toutes les lois physiques pour un corps si frêle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Ven 2 Déc - 18:14

Hein que ça faisait chochotte de se mettre à dégobiller partout pour une tête mal revissée ?
Joachim mit toute son énergie (il paraît qu'on appelle ça l'adrénaline) à ravaler sa bile et le sentiment de dégoût qui venait avec. Le fait que Saoirse lui rentre dedans mieux qu'un bélier dans la muraille d'un chateau-fort assiégé par une armée de barbares du Nord, tout de peaux vêtus, casques en fer et sourires sauvages... oui, le fait que Saoirse lui rentre dedans était venu un peu aider le processus, même si, pour le coup, il se retrouva en train d'émettre des borborygmes pas franchement masculins :

«  Arglouigput ! »

C'était plutôt pas si pire, puisque ça l'empêchait de passer encore plus pour une mauviette, à s'inquiéter franchement des propos de leur petite fantômette.

Enfin, que pouvait savoir du monde une gamine éternelle qui n'était jamais sortie de sa grotte... ?
Au final, c'était presque l'attitude de Saoirse qui le faisait flipper. A interviewer la môme comme on le ferait pour le Ministre de la Magie, elle donnait corps à ce délire.

Rendus là... Une seule option : entrer dans son jeu, parce que c'était pas demain la veille que Saoirse lâchait une enquête sous prétexte que son ami de toujours avait la chair de poule – et une furieuse envie de pisser. Une question de déontologie, de passion professionnelle, ou, de son avis à lui, d'une belle case en moins.

« Tu veux dire qu'elle existe déjà, ton armée de moldus ? »
- Elle est là, elle grandit, elle pousse... elle va bientôt éclore. Tout est prêt. Tout sera prêt. Ils vont naître, un par un, dix par dix, cent par cent. Parce que vous êtes trop bêtes pour voir ce que vous avez sous le nez.
« Bêtes ? »
, reprit-il, alors qu'il avait refermé ses bras autour de Saoirse, comme autour d'une peluche géante, qui, c'était sûr, le garderait au loin des cauchemars et le protégerait des monstres planqués sous son lit. « Bêtes ? »

La fantômette se contenta de lever le menton. Et de sourire. Un sourire fier, suffisant, sardonique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Sam 3 Déc - 21:28

Saoirse réprima quelques frissons. Le premier de peur, assurément. Inutile de s'étendre là-dessus, quiconque ferait face à cet espère de petite chose étrange, aurait envie de se liquéfier sur le champs. Sauf Ezio... il aurait probablement trouvé du poétique en la chose. Mais, lui c'était un cas à part. A nouveau elle se demanda s'il s'agissait bien de ce petit fantôme là dont il parlait, jadis. L'autre frisson, qu'elle ne connaissait que trop bien était celui de l'excitation. La sensation d'avoir mis le doigt, enfin, les pieds, dans une drôle de révélation qui bien que paraissant glauque et complètement fantasmagorique avait des allures de réel. Et quand bien même la gamine hallucinerait complètement, il fallait avouer que ça sonnerait carrément bien le côté invasion d'une armée moldue. Voilà de quoi titiller la plante des pieds de Campbell...
Le troisième frisson incombait aux bras de Joachim autour de ses frêles épaules. Ils la replongeaient des années en arrière quand leur amitié flirtait avec des frontières bien minces, à se demander ce qu'ils étaient réellement l'un pour l'autre. Joachim avait toujours eu un statut particulier et bien à lui. Il n'était pas l'ami qu'on fréquente tous les jours autour de grandes discussions, ni celui à qui l'on confie tout, ni une simple connaissance. Il était celui qu'elle voyait trop peu mais qui savait tout sans qu'elle n'ait à parler. Petits, ils avaient imaginé avoir une connexion de leurs têtes. Comme si les mots et les actes n'avaient aucune importance et qu'ils avaient partagé un cerveau pour deux. Ce qui, si l'on y réfléchissait bien, était probablement la cause de tous les ennuis qu'ils avaient réussi à s'attirer à eux deux. Ses bras autour d'elle la firent frissonner parce qu'ils n'étaient plus du tout ces enfants là, qu'elle était une femme et que les seules personnes qu'elle autorisait à la serrer dans leurs bras étaient ses frères ou ses petits amis. Une fois encore, Joachim n'entrait dans aucune case. Elle ne se dégagea par pour autant et réprima le dernier frisson, plus basique et simple, le froid.

- Bêtes à manger du foin pour sombrals...


Elle observa le fier menton dressé face à eux, les orbites qui ben que vides, luisaient d'une lueur à vous couper l'envie de sourire pour le restant de vos jours et s'entendit dire avec ne furieuse envie de se donner des baffes elle-même :

- Tu nous montres ?

Il était définitivement acquis qu'elle était schizophrène. Depuis le temps que Lùan le disait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Lun 5 Déc - 21:23

Spoiler:
 

Bon. Tout allait enfin se terminer.
Qu'est-ce que la petite fantômette allait bien pouvoir montrer, alors qu'elle était perdue au fin fond de sa grotte, à ses années-lumière du monde réel ? Trois bouts de caillou, jetés au hasard, dans lesquels ils seraient supposés voir l'apocalypse imminente du monde connu ?

Mouais. Joachim n'était pas franchement franchement convaincu.
Il aurait presque affiché un petit sourire sardonique, s'il n'avait pas eu Saoirse collée contre lui. Si la petite fantômette ne s'était pas approchée d'eux en flotouillant. Arrivée à dix centimètres d'eux, elle regarda ses deux mains qui se nimbèrent d'une lueur bleuâtre (* Hein ? *). Sans leur laisser le temps de leur faire quoi que ce soit, elle propulsa ses bras dans leur direction à chacun. Joachim eut beau reculer précipitamment (un réflexe) tout en se foutant de lui-même puisque les fantômes étaient immatériels et ne pouvaient pas leur faire de mal (souvenir des cours d'il-ne-savait-plus-trop-quoi à Poudlard).

Le petit ricanement qu'il avait eu pour lui-même s'éteignit bien vite quand il sentit comme une étreinte glaciale sur son cerveau. Sa vision se flouta et tout ce qui constituait son horizon visuel (la grotte, Saoirse, leur petit esprit) disparut doucement. Des images venues de nulle part commencèrent à flotter devant ses yeux. Il distingua tout d'abord un homme, la quarantaine, les yeux hagard, l'air un peu fou. Derrière lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Dim 12 Fév - 10:05

... Des dizaines de personnes, avec ce même air d'hébétude, les mains écartées. Certains étaient couverts de sang alors que d'autres luisaient comme des vers du même nom tout en abordant un regard de franche épouvante.
Tout ce monde avançait (vers eux) comme s'ils portaient le poids du monde sur leurs épaules. Et puis le son leur parvint. Des cris, d'angoisse, de folie, de peur, de rage, de désespoir.
Saoirse sentit les poils de ses bras se dresser entre sa peau et son T-shirt alors que le froid s'emparait d'elle avec vigueur, faisant passer la fraîcheur ressentie tantôt dans la grotte pour un simple courant d'air frisquet.
A tâtons, elle chercha la main de Joachim et s'en empara sans ménagement.
Elle entendit sa propre voix, voilée et couverte par l'horreur des cris, murmurer un lointain:

- Qui sont ces gens?

Elle perçut, de façon tout aussi lointaine, le rire suraigu du petit fantôme avant que l'image de devienne floue et ne laisse place à une autre scène se déroulant dans un intérieur immaculé. Elle écrasa un peu plus les doigts de Joachim au creux des siens. Devant eux se tenait un homme vêtu d'un équipement hermétique. Ses bras étaient plongés dans deux trous béants situés sur la face d'une pavé aux vitres transparentes. Ce dernier n'était pas seul dans la pièce. Lorsque sa vision se fit plus nette, Saoirse distingua à leur droite deux autres hommes. L'un d'eux portait la même tenue que le premier, alors que le second n'était vêtu que d'une simple blouse blanche comme on peut les admirer à Sainte Mangouste. Ce dernier était assis sur un fauteuil rembourré, les bras entravés par de grandes bandes de plastique clair. Son regard était fixé sur un écran lui faisant face, et il...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un orteil au-delà des frontières • Saoirse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un orteil au-delà des frontières • Saoirse
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Au delà des mots...
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Fermetures des frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Les écrits alternatifs :: On vous la fait courte?-