Météo du Moment

Nous sommes en juillet 2017. 

L'Écosse organise la première
édition du festival de
Greenock.
De nombreux moldus ont
répondu au rendez-vous.
Ils ignorent que parmi eux,
Et sur l'impulsion d'Adam
Campbell, des sorcières et des
sorciers participent eux aussi
au festival.
(pour + d'info)




 

L'Oracle te voit Invité et tu es en train de rêvasser!!! Prends ta plume et va poster!
( Ou clique au moins sur les top sites!)

Un mouvement de panique a été enregistré sur le chemin de traverse le 24 février 2017.
Venez rejoindre le sujet commun Panique sur le chemin de Traverse!

Pour ramener Shawn Evans sur le forum
Tapez #1
(Si tu pouvais ramener tes fesses maintenant qu'on a tous tapé 1!)

Miss Shepherd,
ce n'est pas beau d'espionner les gens...
Le festival de Greenock
n'attend plus que vous! Il est temps de poster!

Campagne de dons entamée:
#BuyEzioShepherdaMac

Il semblerait que ce soit plus urgent que jamais...

WAKE UP TOUT LE MONDE!

On s'endort! Tous à vos claviers pour éviter le naufrage!

Monsieur Menroth ,
Nous vous avons à l'oeil...

Partagez | 
 

 Un orteil au-delà des frontières • Saoirse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Lun 31 Oct - 17:49

11 avril 2016



Kim,
Rejoints-moi au
Nœud des trois hêtres.
S.



Il n'y avait bien que Saoirse pour envoyer un message pareil après trois ans d'absence.
Il n'y avait bien que Joachim pour répondre à l'appel sans même un frémissement de sourcils.

Le Nœud des Trois Hêtres. Il n'y avait probablement qu'eux pour identifier l'endroit quand n'importe qui n'y aurait vu qu'un bout de terrain à l'écart de la ville. Où quelques bicoques tenaient encore debout malgré les vents qui agitaient le coin. Et encore, les Moldus n'auraient rien vu du tout, tant l'endroit était bourré de Repello Moldum .
C'était un de leurs repaires à tous les deux, où ils s'étaient réfugiés maintes et maintes fois au cours de leur amitié. Un petit coin aux abords d'Inbhir Nis qui avait abrité leurs confidences et leurs trolleries en tout genre.

Délaissant le chaudron qu'il essayait de récurer (il n'y aurait pas eu besoin d'argumenter beaucoup pour l'encourager à laisser tomber), Joachim ne réfléchit pas plus d'une demi-minute avant de tournoyer sur lui-même pour transplaner.

Un instant, il crut s'être royalement planté de destination.
Tout n'était plus que fureur et grognements.
Un éclat dans son champ de vision pourtant. Saoirse.

* Qu'est-ce … ? *

Joachim était plutôt du genre à avoir le sang chaud. Il fonça tête baissée dans la masse qui tenait son amie prisonnière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 1 Nov - 15:00

La masse ? La meute oui ! Déchaînée.

On avait oublié de la prévenir qu'un élevage de chien avait pris possession des lieux.
Bon, à la base il n'y en avait que deux .Mais leurs cris ( A moins que ce n'ait été les siens ? ) avaient fini par en attirer d'autres. Des grand, des gros, des touts petits redoutables, des frisés, des angoras (ça se dit ça pour un chien ?) probablement des fous furieux, des carnivores, des sanguinaires et certainement dans le tas, un ou deux qui devaient avoir la rage. (Rien que ça!)

Perchée sur le pilier d'un portail délabré qui menait à leur ancien repaire, elle était persuadée d'entendre les mouettes se marrer à  becs déployés. Drôle de vision que ce petit bout de femme assise sur son tas de pierres, cramponnée à son sac et contemplant à ses pieds une dizaine de chiens qui dansaient joyeusement en tentant de dévorer ses chaussures. Préférées en plus.
Si seulement elle avait été rapide elle aurait pu essayer de les semer et courir jusqu'à la vieille bâtisse au fond du jardin.
Une fois arrivée là-bas, elle aurait été bien dans le pétrin puisqu'il n'y avait plus vraiment de porte... et de toutes façons, elle ne courait pas assez vite.
Elle farfouilla dans son sac. Clefs, rouge à lèvre, agenda, plumes, bonbons, huiles essentielles. Peut-être qu'en leur lançant les bonbons?

Un claquement annonça l'arrivée d'un sauveur potentiel.

- 'Kim !!! Pitié fais les partir !!!

Puis avec encore un peu plus de honte, si c'était possible.

- Le tout petit là... Il a ma baguette. Confessa-t-elle.

Elle avait une peur irrationnelle des chiens. Et ils semblaient toujours attirés vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 1 Nov - 18:29

L'éducation dispensée à Poudlard comportait certaines lacunes. De taille. par exemple, aucun prof ne leur avait jamais expliqué que les sortilèges sur les animaux, c'était pas une bonne idée.

Un sortilège d'allégresse sur la masse grouillante et vociférante, Joachim trouvait pourtant que c'était plutôt bien pensé ! Sauf que bon... ça avait pas marché du tout. Genre pas du tout du tout.
Pour sa défense, fallait dire que l'image de Saoirse en passe d'obtenir le premier rôle de l'os à moelle, ça vous paralysait un peu les neurones et donnait juste envie de foncer dans le tas. Pas vraiment le temps de réfléchir que si les sortilèges physiques faisaient merveille sur toutes les créatures de la création (les créatures de la création ! Ahah !!), les sorts qui touchaient à l'émotion... que dalle ! Pas très étonnant, certes (les sentiments et les perceptions du veracrasse moyen étaient pas franchement les mêmes que ceux des hippogriffes ou des salamandres...

* A cogiter, ça... les états émotionnels de la salamandre... *

...ou encore des humains)... pas surprenant, mais pas très pratique.
Surtout qu'au lieu d'être plein de bonne humeur subite et bienvenue, les roquets semblaient juste avoir gagner en carrure.

* Génial... *

Bon, ben, euh...

« Accio baguette ! »

Ça, au moins, ça marchait ! Le petit machin fut obligé de lâcher la baguette de Saoirse qui fila droit vers Joachim... avant d'être renvoyée presto vers sa propriétaire par un magnifique lancer digne des plus grands athlètes !

« J'arriiiiiiiiiiiiiive ! Banzaaaaaaaaaaaaï ! »

Quand la magie vous faisait défaut, il vous restait toujours les poings.
Et Joachim fonça dans le tas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 1 Nov - 18:57

Baguette en main, il lui semblait désormais plus facile de fanfaronner. Si la posture était toujours humiliante, elle était néanmoins un peu moins délicate. Elle se hissa debout sur le pilier en hurlant des encouragements. Enfin, des presque encouragements.

- Mais non !! Mais pas comme ça !!! Choppe-les par la queue !!!! Enfin, s'il te plait choppe-les par la queue...

Certains, certes, n'en avait guère. Inutile de lui demander la race, la seule chose qu'elle connaissait sur les chiens c'était qu'ils aboyaient et Ah oui, ils bavaient aussi. Et certains puent. Mais pas tous. Bref, certains, le noir là par exemple, semblaient ne pas être muni de queue. Ce qui à tout point de vue, n'était pas sa faute à elle, mais restait néanmoins gênant pour les attraper.

Son aversion pour les chiens remontait à ses 12 ans. Mais elle préféra ne pas évoquer ce souvenir, il la hantait encore... Un frisson lui parcouru le dos et elle tenta de surmonter sa peur.
Jetant un œil quelque peu confondu aux alentours, la petite écossaise épousseta son jeans, remit ses cheveux en ordre et se racla la gorge. Puis de son perchoir :

- Immobilus !

Voila ce que tu aurais dû faire depuis le début, nigaude, au lieu de faire des moulinets inutiles avec ta baguette...

Un éclair jailli et une légère détonation se fit entendre.
Au centre de la meute, son écossais d'ami semblait en mauvaise posture, quelques-uns des assaillants s'en étaient pris à ses vêtements, d'autres encore, dans leur allégresse imposée peut-être, avaient tenté de passer à l'étape hors d’œuvres.
Après ça, pas certain qu'il voudrait bien l'aider... Elle esquissa une légère moue d'appréhension avant de sauter au bas du pilier avec souplesse. Elle se précipita ensuite sur Joachim qui comme le reste des créatures avait été stoppé dans son effort. Elle lui saisi le bras, prenant garde de ne pas trop approcher les monstres pourvus de bien trop de dents.

Vite ; ailleurs, n'importe où, au calme.

Étrange comme lorsqu'il s’agit de trouver un n'importe où, rien ne vient à l'esprit. Alors qu'habituellement, quand elle était au bureau, elle pensait à tout un tas d'autres lieux qu'il lui plairaient d'aller parcourir.
L'heureux élu fut les abords de la grotte de Fingal, parce qu'elle aimait bien s'y promener petite et qu'Ezio lui avait raconté beaucoup d'histoires à son sujet. Et parce qu'elle n'avait pas trop cherché non plus, pressée de quitter cette compagnie quadrupède.

La sensation désagréable du transplanage s'empara d'elle. Comme un écrasement de tout son être, un fourmillement jusqu'au bout de ses doigts et l'horrible constat d'atterrir fraîchement dans la bruyère au bord de l'eau en ayant amené non pas un, mais deux voyageurs.
Le petit teigneux en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 1 Nov - 19:51

C'était pas vraiment pas son année. C'était déjà le deuxième sortilège de stupéfiction/immobilisation qu'il se prenait par la figure en quelques mois à peine. Il y avait pire dans la vie, mais, précédemment, l'expérience avait revêtu le charme des premières fois, présentement, le charme s'était un peu affadi.

Joachim était encore à vociférer au milieu des chiens en folie, attrapant une patte, se faisant grignoter le mollet, le tout dans la joie et la bonne humeur et sous les encouragements vaguement autoritaires de Saoirse, quand tout d'un coup, boum ! Au sol ! Figé en plein mouvement. La pause devait être ridicule. Une main autour de son poignet et crac ! Le paysage changeait de décor !
Quiconque a déjà fait du transplanage d'escorte, tout en étant atteint d'immobilité totale, ne pouvait que compatir. Pour les autres, tant que l'on avait pas vécu l'expérience, on ne pouvait pas comprendre. Les plus intrépides essayeront peut-être. Disons, pour faire court, qu'il y avait carrément plus agréable.
Surtout quand on avait un petit machin bavant et poilu qui n'avait pas trouvé mieux que d'atterrir sur votre estomac (quelle mauvaise idée que d'avaler un porridge quand, à tout moment, une Saoirse Shepherd pouvait vous appeler dans une aventure, humph, rocambolesque!!). Et vu que ni le machin bavant et poilu ni lui-même ne pouvaient ne serait-ce que hausser un sourcil, ils étaient condamnés à passer l'éternité ensemble, au ras des pâquerettes, à regarder les nuages défiler et à respirer la bruyère. Il aimait bien la bruyère, m'enfin bon...

* Saoirse, c'est quand tu veux... *

Même pas capable d'avoir un regard implorant... C'était nul de devoir se contenter d'avoir l'air niais et l'œil vide. Autant dire que c'était pas exactement comme ça qu'il imaginait ses retrouvailles avec son amie de quinze ans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mar 1 Nov - 20:55

On l'appelle la caverne musicale .
A cause du bruit de l'eau quand elle s'engouffre dans la grotte.
C'était Ezio qui lui avait fait découvrir le lieu. Et elle avait adoré venir y écouter la musique, non sans une pointe d'appréhension. La puissance des vagues contre les rochers était quelque chose de réellement impressionnant. Plus encore que le jour où elle s'était complètement retourné l'ongle du doigt de pied en voulant escalader la fenêtre de Luan pour l'espionner. Imaginez donc le degré.
La musique, elle adorait. Ses frères étaient super doués, Luan avait une oreille incroyable qui lui permettait de reproduire toutes les mélodies après une seule écoute et Ezio parvenait à sortir des sons superbes de tous les instruments de la création (même ceux qui ressemblaient à rien!) et puis il chantait divinement bien. Quant à elle... On ne pouvait lui enlever qu'elle avait une voix superbe. Chaude et grave comme on les faisait dans la famille. Cependant, il fallait bien avouer qu'elle chantait avec la justesse d'un chaudron mal accordé. Ce qui, entre nous soit dit, ne l'empêchait pas de pousser la chansonnette à tue-tête. Ça finirait peut-être par venir.
Le côté artistique muscial de la famille s'en était donc tenu aux autres membres. Elle avait plus de leur père. Le sens pratique et utile. Et la danse. Oui, danser, c'était son truc.

- J'adooooore cet endroit ! Pas toi ?

Saoirse se releva sur un coude pour guetter un signe d'approbation de Joachim. Signe qui ne vint pas et pour cause, il avait l'activité d'une larve de scroutt née quelques minutes auparavant.

- Oh bouse. Pardon!

Joachim avait toujours fait preuve d'une patience débordante à son égard. Et ce depuis leur plus jeune âge.
Il n'avait jamais (ou très peu) manifesté de mouvement d'agacement à son endroit. Ce type là était donc un saint. Cependant, il fallait avouer qu'à l'heure actuelle, si ses yeux avaient pu sourciller de la rétine, ils auraient lancé des éclairs dignes d'un phénomène électrostatique. Pétrifié dans une position... peu confortable, avec un petit poids à poils sur l'estomac, on pouvait le comprendre.

Saoirse extirpa rapidement sa baguette, la leva. Puis interrompit son geste.

Cruel dilemme.
L'homme ou la bête.
On en revenait toujours aux bases.
Consciente des points qu'elle perdait à attendre ces très longues secondes, elle finit par prendre son courage à deux bras.

- Finite !

Puis immédiatement, à l'attention du roquet croquant.

- Pétrificus totalus !

Et le tout, sans ravoir Joachim. Ce qui aurait pu avoir des conséquences diplomatiques autre que graves.

Elle se précipita vers son ami, qu'elle tenta de remettre sur pieds. Mais au vue des nombreux centimètres et kilos qui les séparaient, c'était plus de la figuration.

-  Pas trop de mal ? Je suis désolée ils... en fait... y en avait juste un ou deux au début et … j'ai paniqué … puis... après dans le feu de l'action, enfin, tu me connais.Bref. Tu vas bien ? Depuis tout ce temps ?

Elle lui adressa un sourire un peu gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mer 2 Nov - 9:41

Bon. En fait, il n'y avait pas de bruyère. Il s'en rendit compte rapidement, en esquissant un geste pour se relever. Pas de pâquerettes où fourrer son nez non plus, en y pensant bien.
Avec l'aide de Saoirse, il se remit sur pied tant bien que mal. Un peu vacillant. Des fourmis qui lui courraient dans tout le corps, comme si jusqu'à son sang avait été figé et rattrapait le temps perdu. Voilà qui lui donnait la démarche chaloupée et le pas incertain. Mais son sourire était vif et franc. Il y avait quelque chose en Saoirse qui avait le don de le mettre de bonne humeur.

Joachim roula des yeux, sans réussir à s’empêcher de sourire.
Avant de se forcer à retrouver une mine de circonstance. Sombre. Renfermée.
Son regard se hasarda sur le cabot immobilisé, langue pendante et l'air particulièrement inoffensif. Ses yeux remontèrent jusqu'à Saoirse. La regardèrent sans expression.
Visiblement mal à l'aise, il se gratta machinalement la jambe. Avant de se rappeler que sa baguette gisait à des kilomètres de là. Dans l'herbe. Probablement déchiquetée par des chiens enragés.

La suite se déroula à toute vitesse.
Pas besoin de magie pour s'emparer de Saoirse-la-poids-plume et de la balancer dans l'eau. Sans prévenir. Bien entendu. A la voir barboter, il ne put retenir plus longtemps la bonne humeur qu'il avait jusque-là vaillamment dissimulée.

« Tout va bien pour moi ! »

Le fou-rire trop longtemps maîtrisé explosa le carcan que Joachim lui avait concocté, le temps de mettre son plan à exécution. Sa joie réprimée déferla dans l'atmosphère. La musique de la petite cavité était malmenée par les éclaboussures et les éclats de rire. Mais elle n'en était presque que plus belle.

« Et toi ? Elle est bonne ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Mer 2 Nov - 19:19

Ses pieds ne touchaient plus le sol. Elle sentit les bras forts de Joachim se refermer sur elle et se cramponna comme elle put à l'un d'entre eux, sans avoir le temps d'émettre le moindre son.
Puis se fut l'eau.
Partout. Bouillonnante. Dans son nez, sa bouche, ses yeux qu'elle essayait d'ouvrir. Ses bras griffaient les alentours pour essayer de se raccrocher à quelque chose, alors que ses pieds se débattaient en tout sens pour retrouver la terre ferme.
Elle réalisa après quelques instants de panique qu'elle avait pieds.

Elle se redressa en toussant, crachant de l'eau par le nez et la bouche, les larmes de ses yeux camouflées par l'eau salée qui ruisselait sur son visage. Saoirse passa deux mains tremblantes sur celui-ci pour tacher d'écarter le sel qui s'invitait sur ses paupières et laissa à nouveau s'échapper deux grosses larmes qui creusèrent des sillons sur le sel de ses joues.
Son cœur cognait si fort qu'il semblait sur le point d'exploser et tout son corps était agité de tremblements pendant qu'elle peinait à reprendre une respiration normale.
A ses côtés flottait sa baguette... bercée par le flux et le reflux.

Elle s'en empara vivement et entreprit de sortir de l'eau, sans un regard pour le pauvre Joachim. Elle trébucha une première fois sur un rocher glissant, se releva tant bien que mal, puis finit par abandonner la tentative de sortie gracieuse quand elle tomba à nouveau. Personne n'avait encore inventé l'escarpin à crampon qui allie classe et stabilité en toutes circonstances. Elle retint un chapelet de jurons qui aurait écorchés les oreilles du plus grossier des élèves de Poudlard. Une furieuse envie de s'en prendre au monde entier (ce qui se résumait à Joachim actuellement) lui titillait la racine des cheveux.Elle s'assit, honteuse et boudeuse devant l'entrée de la caverne.

Elle n'avait jamais appris à nager et avait une peur panique de l'eau encore plus que des chiens.

Ses frères avaient essayé à de nombreuses reprises lorsqu'elle était petite. Elle les avaient souvent accompagnés dans les lochs qui bordaient leur enfance ou à la plage. Mais si l'eau exerçait sur elle une fascination quelque peu morbide, elle n'avait jamais réussi à trouver le courage d'aller là où elle n'avait pas pieds. Barboter dans de l'eau qui lui arrivait à la taille lui suffisait amplement. Ezio avait réussi un été à lui faire mettre la tête sous l'eau. Elle avait reproduit l'exercice plusieurs fois avec lui et s'était engagée à apprendre à nager dans l'année. Puis il était entré à l'Académie, et elle avait renoncé, ne se sentant pas suffisamment en confiance avec un autre que lui. Personne n'avait osé la forcer alors et avec le temps, il supposait probablement qu'elle avait appris.

Elle croisa les bras autour de ses genoux et y déposa son menton un instant avant de daigner lever les yeux vers son ami.

- J'aime pas trop l'eau. Lança-t-elle d'une voix qui tremblait plus que ce qu'elle n'aurait voulu.

Elle jeta rageusement devant elle un galet qui traînait à porté de sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Jeu 3 Nov - 11:32

* Merdeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuh ! *, fut la seule pensée consciente qui lui traversa l'esprit. Le souvenir d'une autre baignade forcée aux effets secondaires similaires lui revint à l'esprit. Bien des années plus tôt. Poudlard. Le Grand Lac. Une course de balai qui s'était achevée dans l'antre du calmar. Comment avait-il pu oublier ça ?

* La loooooooose ... *

Joachim n'avait pourtant pas esquissé un geste en voyant Saoirse se débattre dans l'eau. Déchiré entre deux directions contradictoires. Il savait que la fierté de Saoirse n'aurait probablement pas résisté à un sauvetage dans les règles. Mais, d'un autre autre côté, la regarder paniquer était juste une épreuve à laquelle il aurait aimé couper.
Pour sa défense, il avait très rapidement constaté qu'il y avait assez d'eau pour qu'elle s'y tienne debout. Et avait sa baguette à la main, prête à déclencher une rafale de sortilèges, jusqu'à en trouver un qui la tirerait de ce pétrin. En espérant qu'au sortir de l'opération, elle aurait encore son nez, sa bouche, ses deux jambes et toutes ces parties du corps qui étaient plutôt indispensables. S'il n'était pas trop nul en sortilège, le stress avait un effet catastrophique sur sa capacités : il se mettait à confondre formules et incantations, de quoi arracher les oreilles des plus grands puristes.

Tout penaud, Joachim ne trouva rien de mieux que s'asseoir à côté d'elle et de lui donner un petit coup d'épaule qui se voulait à la fois compatissant et plein de bonne humeur.
Il y réfléchit à deux fois et ôta son sweat-shirt qu'il la força à enfiler. Si seulement ça pouvait l'empêcher de trembler...

« Chocolat ? »

Depuis la nuit des temps, c'était le remède miracle des filles, à tel point qu'il lui arrivait rarement de se balader sans une ou deux barres, juste au cas où il devrait jouer les preux chevaliers réconforteurs.
Évidemment, il fallait que l'exception qui confirmait la règle se produise ce jour-là. Rien dans les poches. Pas même un carreau à moitié fondu par le soleil.

« Ah. Ben non. »

Il en profita pour jeter lui aussi un galet dans l'eau. Qui fit un bien plus gros plouf que celui de Saoirse. Nous sommes d'accord pour dire qu'il est complètement stupide de se gargariser pour si peu ? Joachim était donc stupide, stupide d'être fier comme Artapan pour un gros plouf dans l'eau.

« Ahem... »

Raclement de gorge.

« On dirait qu'on serait quitte ? »

Une attaque de chiens contre une baignade forcée. Un partout. Un sortilège d'immobilisation contre une carence en chocolat. Deux partout. Remise des compteurs à zéro.

Joachim était tellement concentré sur Saoirse et la façon dont il pourrait bien lui rendre le sourire (il en était à programmer un big huge hug) pour se rendre compte qu'ils n'étaient pas seuls...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Jeu 3 Nov - 12:28

Elle observa quelques secondes les ronds dans l'eau provoqués par le galet de Joachim. Ils parvinrent jusqu'à la rive en tremblotants, moqueurs.
Elle avait même perdu une chaussure dans la bataille. Ses préférées, rappelons-le. Elle flottillait aussi gaiement que peut le faire un escarpin à quelques pas d'elle. Affirmant ainsi sa supériorité sur la chose, Saoirse décida de la laisser batailler encore un peu. Libérons-nous de nos possessions avant qu'elles ne nous possèdent.
Elle se laissa faire sans protester lorsque Joachim lui passa son sweat-shirt . Dix fois trop grand, bien entendu. Et sûrement tout autant trop large. Elle avait le chic pour finir dans des états qui n'avaient plus rien de féminin, de classe ou de glorieux. C'était une sorte de litote chez elle.

Viens tu passes deux heures à te préparer le matin, coiffure, maquillage et jolis habits et après tu finis par ressembler à un chien mouillé qui pue l'eau de mer !
La classe.


Voilà probablement ce qui l'empêchait de passer Grand-reporter-génial que tout le monde admire.

Elle allait refuser le chocolat, par pure convention. Parce qu'une fille n'est pas censée se jeter sur la nourriture. Bien sûr, il aurait insisté, elle aurait cédé et aurait conjugué conventions digne d'une jeune femme et gourmandise. Sauf que là... pas de chocolat.
Heureusement qu'elle n'avait pas accepté à grands cris. Bonjour la loositude.

Elle répondit au petit coup d'épaule de son ami en posant sa tête dessus. Elle aimait bien le contact rassurant de Joachim. Ils pouvaient se retrouver des années après et reprendre là où ils s'en étaient arrêtés. Une amitié forte et solide. Chacun ne connaissait que trop bien l'autre. Et Joachim avait séché de nombreuses larmes, essuyé d'innombrables tempêtes et survécu à bien des crises de fou-rire.
Soudain, elle eut quinze ans à nouveau.

Elle soupira et ferma les yeux un instant. Profitant du bien être apporté par cette innocente nostalgie.

Quitte ?

Elle esquissa un petit sourire salé.

Si tu savais... tu pourrais me rejeter à l'eau tout de suite...

- Pssst....

Mais non... on ne parle pas là, on a quinze ans et aucun souci....

- Chuuuuuuuuut... murmura-t-elle.

Et si j'apprenais à nager ?

- Psssssssssssssssst !

La petite voix n'avait rien de roux et encore moins de testostéronien.
Saoirse entrouvrit un œil qu'elle jeta (façon de parler) vers ce qui lui semblait être l'origine de l'intrusion sonore.

Une drôle de petite silhouette pâlichonne, fantomatique eût été plus exacte, avec d'immenses yeux noirs qui lui mangeaient le visage, se tenait à l'entrée de la caverne et lui faisait de grands signes. Elle était nu-pieds, portait une petite robe qui à en juger par la hauteur de la taille, devait dater de 20 ans en arrière et portait une masse de cheveux sombres emmêlée.
Ezio lui avait souvent parlé du fantôme de la fillette, mais elle avait toujours imaginé qu'il se moquait d'elle.

Coup de coude dans les côtes de Joachim. On appelle ça la douche écossaise : tendresse et brusquerie sans transition.

- Hey, regarde là-bas !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Age du personnage : 25 ans
Messages : 229
Localisation : Inverness
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Occupation : éleveur de salamandre

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Jeu 3 Nov - 16:05

Comme si il avait eu besoin de ça, Joachim retrouva, dans leur petit moment tranquille, l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il appréciait Saoirse. Elle était capable de se taire et d'apprécier le silence sans que la moindre gêne vienne perturber l'atmosphère. Sans qu'elle se sente obligée de combler le silence par...

Psssssst ?

Autant pour lui, il n'avait rien dit.
Peut-être n'était-elle pas si à l'aise que ça. Peut-être le temps, qui avait passé depuis la dernière fois, était venu mettre son grain de sel et chambouler la simplicité amicale de leur relation. Le temps était parfois un embouseur de première.

Pssssst ? Encore !

Joachim en était rendu à lui renvoyer un Pssssst toi-même !, quand une prise de conscience vint lui chatouiller l'intuition. Le soupçon prit corps quand ses côtes furent la victime d'un coup de coude en traître. Au temps pour le moment de complicité paisible !

« Hein ? Quoi ? »

L'art de la discrétion et du tact en personnage.
Regard qui se perd dans la direction indiquée.

' Oh. "

Euuuuuuuuuuuuuuuh. Et maintenant ?
Discourir avec les fantômes, les elfes de maison et toutes les créatures qui sortaient de l'ordinaire était plutôt la spécialité de Mélusine. Lui, il préférait les gens qu'on pouvait toucher... et qui faisait un peu plus d'un mètre vingt.

Bon. Après tout, un fantôme, c'était presque un être humain. Juste un peu mort. Mais pas tout à fait, c'est ça ?
Suffisait de s'adresser à elle comme à une fille normale, mais sans l'accolade de rigueur.

« Salutatuons jeune fille ! »

L'intonation était trop vive, et trop forte, pour l'espace restreint, et les circonstances. Mais il y avait assez de bonne humeur dans sa voix pour compenser ces petites imperfections !


- Hhhhhhhhhhhhh.

Joachim pouvait clairement voir les lèvres de la fantôme bouger. Il entendait même sa voix mais...

« Je sais pas toi, mais je comprend rien à ce qu'elle dit... », souffla-t-il à Saoirse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheminsdetraverse.forumactif.com/t69-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar






Age du personnage : 25
Messages : 309
Localisation : London
Scolarité : Gryffondor (2002-2009)
Université : Norma de (2009-2012)
Occupation : Journaliste à la Gazette

MessageSujet: Re: Un orteil au-delà des frontières • Saoirse   Ven 4 Nov - 17:50

Les morts devraient avoir la décence de le rester.

Surtout dans les moments de nostalgie qui font du bien.

Elle n'avait jamais été très à l'aise avec ce concept.
Les choses sont pourtant simples. Soit tu es mort, soit tu ne l'es pas. Mais non, il fallait toujours que certains individus se distinguent de la masse et choisissent la troisième solution, qui n'en était pas une. Ni vivant, ni mort. Une sorte d'entre deux où le corps à passé l'arme à gauche mais l'esprit reste droit.

Ce qu'elle veut ? Nous attirer dans sa tanière et révéler sa vraie nature : une tête de goule avec des griffes et des dents pour nous punir d'avoir réussi à dépasser les douze ans sans crever pardi !

- Je sais pas trop …

Elle quitta à regret l'épaule accueillante de Joachim et se leva pour observer le fantôme en jupon.
La petite fille continuait à remuer les lèvres rapidement sans qu'aucun son distinct ne leur parvienne au sein de la musicalité aqueuse. Saoirse ne put s'empêcher de réprimer un frisson lorsqu'elle aperçut plus distinctement les traits de la fillette. Ceux-ci semblaient distordus par l'horreur et son visage livide portait les stigmates de quelqu'un qui a souffert, ce qui acheva de mettre Saoirse mal à l'aise. Récupérant sa chaussure d'un geste énergique, elle s'appuya sur son ami de toujours pour l'enfiler et, prenant en otage la main de Joachim, elle fit quelques pas en direction de la fillette qui continuait ses borborygmes persifleurs.

- On dirait qu'elle veut qu'on la suive.

Le piège on ne peut plus classique. Viens, suis-moi dans ma maison que je te bouffe.

La curiosité ? Un vilain défaut ? Aucune idée. Mais une boîte à ennuis, ça, c'est clair. Et de curiosité, elle en était pleine. D'ennuis aussi, à la réflexion. Malgré ses nombreuses peurs, il fallait toujours qu'elle aille voir, toucher, goûter, écouter tout ce qui se tramait partout. Petite déjà, elle était pleine de questions. Arrivée au milieu d'une conversation comme un chien dans un jeu de quille, elle entamait inlassablement  son discours à grand renfort de « de qui ? De quoi ? Pourquoi ? » Ce qui avait le don d'agacer ses frères. Mais on lui avait toujours répondu. Peut-être parce que finalement, sa curiosité n'était qu'un trop grand intérêt pour un trop grand nombre de choses.

- Peut-être qu'elle a un problème ?

Bon, à part le fait d'être morte.

- Viens on va voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un orteil au-delà des frontières • Saoirse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un orteil au-delà des frontières • Saoirse
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Au delà des mots...
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Fermetures des frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins de Traverse :: Les écrits alternatifs :: On vous la fait courte?-